Le liseur du 6h27 de Jean-Paul Didierlaurent

[Article archivé]

Le liseur du 6h27 est un roman de Jean-Paul Didierlaurent paru Au Diable Vauvert en mai 2014 (218 pages, 16 €, ISBN 978-2-84626-801-1).

Jean-Paul Didierlaurent est né le 2 mars 1962 dans les Vosges. Il a d’abord écrit des nouvelles et Le liseur du 6h27 est son premier roman.

Ce roman, je l’ai repéré en librairie et sur la blogosphère littéraire alors j’ai hâte de le lire et j’espère qu’il me plaira ! De plus, c’est le 7e et dernier livre que je lis dans le cadre de la Reading’s week du 4 au 10 août.

Lorsque leur fils est né en 1976, les parents ne se sont pas rendus compte de la contrepèterie entre Guylain Vignolles et Vilain Guignol : « un mauvais jeu de mots qui avait retenti à ses oreilles dès ses premiers pas dans l’existence pour ne plus le quitter. » (p. 7-8). C’est le fardeau que porte Guylain, le personnage principal de ce roman et pour se faire oublier, il a appris à être transparent, insignifiant : « Se fondre dans le paysage jusqu’à se renier soi-même pour rester un ailleurs jamais visité. » (p. 9). Le matin, le célibataire de 32 ans prend le RER de 6h27 et lit pendant les vingt minutes du trajet des feuillets qu’il sort de sa serviette en cuir. Mais il lit à haute voix et, pour les passagers, c’est devenu un rituel de l’écouter : « il était le liseur […] Et à chaque fois, la magie opérait. » (p. 13). Depuis quinze ans, Guylain travaille dans une usine (la STERN, Société de traitement et de recyclage naturel) dans laquelle la Zerstor 500 broie les livres invendus. « La Chose était là, massive et menaçante, posée en plein centre de l’usine. […] Ne jamais la nommer, c’était là l’ultime rempart qu’il était parvenu à ériger entre elle et lui pour ne pas définitivement lui vendre son âme. » (p. 19). La machine monstrueuse détruit, anéantit… « La Chose était née pour broyer, aplatir, piler, écrabouiller, déchirer, hacher, lacérer, déchiqueter, malaxer, pétrir, ébouillanter. […] (elle) génocide ! » (p. 21). Pour Guylain, opérateur en chef qui doit mettre la machine en route chaque matin, la Chose commet un crime et son travail lui paraît de plus en plus difficile à supporter.

À travers ce roman, l’auteur dénonce la sur-production et le pilonnage des livres. Un roman digne de La Bête humaine d’Émile Zola : chaque soir, Guylain doit plonger dans les entrailles métalliques de la machine avec sa frontale et c’est à ce moment-là, hors des caméras de surveillance, qu’il en profite pour récupérer les « feuilles volages rabattues par le souffle contre la cloison ruisselante d’eau » (p. 49). Elle est très importante cette machine (je me demande bien si elle n’est pas l’actrice principale, du moins dans la première partie parce qu’après c’est Julie et c’est moins intéressant…), la machine donc, il y a des descriptions d’elle, de son fonctionnement et contre toute attente, c’est passionnant ! J’ai remarqué qu’il y a redondance de synonymes, comme plus haut pour la machine ou pour le patron : « Félix Kowalski ne parlait pas. Il aboyait, hurlait, beuglait, invectivait, rugissait mais il n’avait jamais su causer normalement. » (p. 27). C’est un style, ça renforce l’humour mais ça peut sûrement énerver certains lecteurs. Il y a une intéressante galerie de personnages, le patron, cité plus haut, Yvon Grimbert, qui sans sa guérite de gardien lit des alexandrins et du théâtre, Lucien Brunner, le jeune loup de vingt-cinq ans, qui prend plaisir à son travail de destruction, Giuseppe Carminetti, l’ancien opérateur en chef qui a perdu ses jambes dans la machine… Guylain est pris dans une douloureuse routine y compris le week-end (son seul compagnon est Rouget de l’Isle, un poisson rouge) mais un matin, sur le quai de la gare, Monique et Josette Delacôte lui adressent la parole : « Voilà, on voulait vous dire, on aime bien ce que vous faites. » (p. 86) et quelques jours plus tard, il trouve une clé USB oubliée dans le train. Le passage aux Glycines, avec la lecture d’Huguette Lignon, institutrice à la retraite, est très drôle. « Guylain fila, non sans avoir promis de revenir le samedi suivant. Il ne s’était pas senti aussi vivant depuis longtemps. » (p. 113).

Le liseur du 6h27 est réussi… dans sa première partie ! Avec la machine et les personnages qui ont du caractère. La deuxième partie avec les extraits du journal de Julie, dame-pipi de 28 ans à la recherche du grand amour, bof, bof… Heureusement, l’auteur a de l’humour et j’ai quand même lu jusqu’au bout parce que ce n’est pas désagréable non plus. Mais, du coup, ce n’est pas un coup de cœur pour moi… Pourtant, lisez-le et vous vous ferez votre propre opinion !

Une lecture pour les challenges Animaux du monde (pour le poisson rouge très présent), Paris, Petit Bac 2014 (catégorie Moment/Temps) et Premier roman.

Publicités

2 réflexions sur “Le liseur du 6h27 de Jean-Paul Didierlaurent

  1. Je ne savais pas trop de quoi parlait ce roman, mais finalement je ne suis pas des masses intéressée par le sujet, je crois que je vais faire l’impasse.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s