Les Plumes d’Asphodèle – craquer

PlumesAsphodèleLes Plumes, c’est l’atelier d’écriture d’Asphodèle, du blog Les lectures d’Asphodèle. Un atelier sous forme de jeu dans lequel il faut écrire un petit texte (700 mots maximum) avec un thème. Depuis mars, nouvelles Plumes, nouveau logo (très beau, n’est-ce pas ?) et quelques modifications dans le règlement [lien].

Cette semaine, Asphodèle nous propose le thème craquer [lien] et les mots récoltés sont [lien] : feu, chocolat, pelote, courage, croquer, branche, pleurer, folie, logiciel, admiration, couture, s’évader, play-boy (ou playboy), abeille, clope, plaisir, raquer, tunes (ou thunes), caramel, articulations, céder, raccommoder, vernis, allumette, amour, courses (dans le sens de shopping), tonnerre.

HoneybeeCe logiciel m’avait mis les nerfs en pelote, j’avais les articulations toutes raides, il fallait que je sorte, que je m’évade, sinon j’allais sombrer dans la folie. Je me ruai dans la cuisine et ouvrit en grand les portes du placard, plus de chocolat au caramel, plus de chocolat à croquer du tout d’ailleurs. Je fus sur le point de pleurer et je n’avais pas le courage d’aller aux courses. Pourtant il le fallait bien, je n’avais plus de café, plus d’allumettes et j’avais fait tomber la bouteille de vernis à ongles. Mais j’allais encore devoir raquer et je n’avais plus de tunes, comme d’habitude. Avant de sortir de la cuisine, j’entendis une abeille qui se cognait contre la vitre, j’ai de l’admiration pour ces insectes, ils sont beaux et ils font du miel, je lui ouvris pour qu’elle recouvre sa liberté et je me pris une rafale de vent en pleine tronche. Au loin retentit un coup de tonnerre, les nuages allaient céder sous peu et il pleuvrait des trombes, il fallait que je m’active avant le déluge. Je descendis les escaliers en trombe, sortis par la porte de derrière et une branche s’éclata sur mon front, ‘tain, ils l’ont toujours pas coupée ? Je vais y foutre le feu, moi, à cette saloperie de branche ! Pour me détendre, j’allumai une clope, c’était mon p’tit plaisir, je ne fumais jamais devant l’ordinateur, dans ma chambre. Je pris mon temps et, quand la cigarette fut terminée, je jetai le mégot dans le caniveau et commençai à courir. Avant de traverser la rue, je matai le play-boy sur l’affiche, beau sous toutes les coutures, pas le genre de gars à qui je risque de plaire ! De toute façon, je n’attends plus rien de l’amour, j’ai déjà donné, j’ai déjà été raccommodée plusieurs fois et… J’entrai dans le magasin en vitesse, « ‘jour », le caissier me fit un clin d’œil, l’était mignon aussi, tiens, celui-là, je répondis à son sourire et m’engouffrai dans le premier rayon.

J’espère que mon texte vous plaît ; il contient 337 mots donc je suis dans les cordes. Évidemment, je le publie en retard vu que j’ai oublié de l’écrire jeudi et que j’ai travaillé vendredi. L’image qui illustre le texte (source photo : Ken Thomas) vous donne un indice sur le mot que j’avais choisi durant la récolte. Je vous souhaite un bon weekend.

9 réflexions sur “Les Plumes d’Asphodèle – craquer

  1. Je viens d’ajouter ton lien, je n’ai pas pu avant !!! 😥 Merci malgré le peu de temps que tu as, d’écrire et de participer ! Plus de chocolat au caramel, plus de chocolat (tout court) ni de café mais c’est un drame ! En attendant, ça te donne l’occasion de croiser des « caissiers mignons » ! 😆 Bonne fin de soirée à toi…

    J'aime

    • Merci Asphodèle, tu sais c’est de ma faute : je l’ai donné tard, mon lien 😛 Merci à toi donc. Tout n’est que fiction, heureusement. 😉 Bonne semaine.

      J'aime

    • Merci Carnets paresseux, et je découvre ton blog 🙂
      Pas sûre pour le consommer local, elle achète des cigarettes, du café, du vernis à ongles, je ne pense pas que ces produits soient locaux…
      Mais pour l’épicier et le play-boy de papier, bien vu !
      Bonne semaine.

      Aimé par 1 personne

  2. Dis, au retour, tu es arrivée au sec ou il a fallu que tu slalomes entre les gouttes ??? Car tu as lambiné en fumant ta cigarette ^^
    Bon après, s’il a plu beaucoup, avant de ressortir de l’épicerie, tu as peut-être pu lier connaissance avec ton croquignolet petit épicier.
    Et ché pas pourquoi, mais j’ai eu l’impression de m’entendre quand tu t’es mangée la branche.
    Merci d’avoir posté même tard.

    J'aime

    • Merci Réjanie, je vois que mon humble texte t’a plu et ça m’encourage à en écrire d’autres 🙂
      Alors, la suite, il faut l’imaginer car tout ça n’est que fiction et… je ne fume pas ^^

      Aimé par 1 personne

Laissez un commentaire, merci !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.