Tiré à quatre épingles de Pascal Marmet

Tire4epinglesTiré à quatre épingles de Pascal Marmet.

Michalon [lien], mai 2015, 270 pages, 18 €, ISBN 978-2-84186-788-2.

Genre : roman policier.

Pascal Marmet vit à Nice et écrit depuis l’âge de douze ans. Plusieurs romans ont été publiés depuis 1996 : Ludmilla, Le prince de Paris, Il y a longtemps, Si tu savais Sabrina, À la folie, Le roman du parfum, Le roman du café mais il me semble que Tiré à quatre épingles est son premier roman policier. Plus d’infos sur son site officiel [lien] et ses pages Facebook [lien1, lien2 et lien3].

Laurent erre à la Gare de Lyon depuis que sa mère l’a mis dehors ; il rencontre Kader Debbech, surnommé Samy, qui l’entraîne dans un cambriolage. « Samy empoigna son complice réticent par le bras et l’obligea à le suivre. » (p. 35). L’appartement cambriolé est celui d’Albane Saint-Germain de Ray, veuve d’un préfet à la retraite, collectionneur d’art africain, René Saint-Germain de Ray, assassiné six mois auparavant. Peu de temps après, François Chanel, commandant bougon du Quai des Orfèvres, est chargé de l’enquête sur le meurtre d’Albane Saint-Germain de Ray, tuée par balles dans son appartement parisien. Son équipe étant en sous-effectif, sa hiérarchie lui octroie deux stagiaires, Laurie et Lucie, élèves commissaires. « Deux endives à supporter, deux inutiles qui poseraient des wagons de questions idiotes, deux gamines juste bonnes à contempler des statistiques, lui collaient au train. Elles allaient en baver, parole de flic. » (p. 88).

Tiré à quatre épingles m’a été envoyé – et dédicacé – par Pascal Marmet que je remercie. Dans ce roman, l’auteur ne présente pas un jeune loup aux dents longues, ambitieux et prêt à tout pour réussir et monter en grade ; il choisit un policier qui a 32 ans de maison et approche de la retraite. « Ce qui frappait au premier contact, c’était ses mains en forme de pelle, la largeur de ses épaules et ses yeux myosotis. L’approche de la soixantaine lui avait dégagé les tempes, poivré les cheveux, alourdi les paupières et affaissé le menton d’un étage, mais on sentait un homme à la puissance tranquille du buffle. » (p. 10). Un bon flic sympa et efficace mais alors quel misogyne ! Voir l’extrait ci-dessus avec les deux stagiaires, Laurie et Lucie, qui vont pourtant bien faire avancer l’enquête. Car elle est compliquée cette enquête ! Laurent le naïf et Samy le petit malfrat sont-ils impliqués dans le meurtre de la veuve ou ont-ils appelé les secours alors qu’elle était encore en vie ? Et qui est vraiment Albane Saint-Germain de Ray, née Truchot en Bourgogne ? « Quel lien pouvait réunir un ex-préfet collectionneur, une épouse aussi belle que vénale, un expert homosexuel affairiste en art primitif, un sculpteur copiste et des fétiches auxquels on prêtait un pouvoir démoniaque ? » (p. 160). Comme vous le voyez, toute une galerie de personnages uniques en leur genre, galerie à laquelle je rajoute Salomé, une paumée recueillie par Chanel et qui a son importance. En plus de ces personnages hauts en couleurs, le sujet principal de ce roman est sans doute l’art africain avec la sorcellerie se rapportant à certains objets. De ce fait, l’auteur développe des thèmes intéressants : personnages différents, relations entre eux, enquête proprement dite, art africain… auxquels se rajoutent la Gare de Lyon et les trains (l’auteur aime sûrement les trains !). Quelques petits défauts comme des listes ou des détails inutiles (bien que des détails soient importants, il faut être attentif) mais rien d’insupportable dans la lecture d’autant plus que le style est fluide, la lecture agréable et l’enquête bien documentée.

ThrillerPolar-PatiVore2Je dirais pour conclure que ce n’est pas un chef-d’œuvre de la littérature policière mais un bon roman policier français « tiré à quatre épingles » (ajusté, soigné, élégant) qui se lit tranquillement, en dégustant un café pourquoi pas puisque l’auteur a écrit un Roman du café paru en 2014.

Ce roman entre dans le Challenge Thriller et polar avec Sharon.

PS du 13 août : et je rajoute une vidéo vue chez Denis le Hibou !

Une réflexion sur “Tiré à quatre épingles de Pascal Marmet

Laissez un commentaire, merci !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.