Korzen de Baptiste Boryczka

KorzenKorzen de Baptiste Boryczka.

Lemieux éditeur [lien], 24 août 2015, 164 pages, 14 €, ISBN978-2-37344-026-3.

Genre : premier roman.

Baptiste Boryczka est d’abord un homme de radio (Radio Escapade créée en 2006) avant de devenir un écrivain avec Korzen, son premier roman. Il vit depuis 2003 à Copenhague au Danemark où il est chef de projet pour la sécurité de l’informatique et des réseaux. Plus d’infos sur sa page Facebook [lien].

Paul, un Français de 26 ans, vit à Korzen où son ami Ernt lui a trouvé un petit appartement et un emploi de secrétaire de direction bien rémunéré dans son entreprise. À la soirée d’anniversaire d’Ernt, Paul rencontre Kitta, une jolie blonde chargée de marketing pour de la lingerie et adepte de théâtre amateur. Tout serait parfait dans ce beau pays riche et accueillant si un mur de la chambre de Paul ne dégageait pas une odeur nauséabonde… Paul apprend que l’ancien locataire, Klas, un étudiant en histoire, ami avec le voisin, Gik, a disparu il y a trois mois et imagine le pire. « C’était du sang et l’odeur celle de viande en décomposition, pensa-t-il. » (p. 22) « et rien n’expliquait l’odeur, la disparition de Klas et le trou dans le mur. » (p. 37). Pendant ce temps, Piotr, un petit voisin de dix ans, arrivé de Pologne avec ses parents, découvre que son nouveau professeur de clarinette est une jeune femme qui s’appelle Yoon-ji : d’où peut-elle bien venir avec un nom pareil ?

Pendant ma lecture, je me suis demandée si la ville de Korzen existait vraiment ou si elle était une allégorie. L’éditeur nous dit en fait que Korzen est la capitale imaginaire d’un pays européen également imaginaire mais plutôt scandinave. « korzeń » signifie « racine » en polonais et Korzen est assurément un roman du déracinement : 68-premieres-foisPaul le Français exilé à la recherche d’une vie plus excitante qu’à Paris, Piotr dont les parents ont quitté la Pologne et Yoon-ji la Coréenne adoptée bébé par un couple de Korzéniens. Korzen, c’est aussi un peu de musique électro et de la clarinette, de l’alcool et un peu de drogue (eh oui, lors des soirées), du théâtre, des gitans, des fraises, des routiers, des couples…
Bref des rencontres et, finalement, des choses qui se font et des choses qui se défont, avec plus ou moins de bonheur et de tolérance mais avec un style fluide et parfois intriguant. RentreeLitteraire2015Pas un chef-d’œuvre (quoique !) mais une lecture agréable et qui fait réfléchir à l’exil, à ce qui pousse à vivre ailleurs ou à retrouver ses origines, ses racines.

Ce roman est le premier lu dans le cadre de 68 premières fois et il faut lui donner une note alors je dirais… 15/20. Il entre aussi dans le challenge 1 % de la rentrée littéraire 2015.

Publicités

4 réflexions sur “Korzen de Baptiste Boryczka

    • Un bon roman pourtant 🙂 Je suis sûre que tu vas trouver quelques perles 😉 De mon côté, je continue la lecture des premiers romans de cette rentrée. Bonne semaine, la dernière des vacances (je reprends mardi prochain).

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s