111 d’Olivier Demangel

111-Demangel111 d’Olivier Demangel.

La Fanfare, septembre 2015, 187 pages, 17 €, ISBN 978-2-37420-001-9.

Genres : premier roman, science-fiction, anthropologie.

Olivier Demangel est scénariste de trois longs métrages et trois courts métrages entre 2009 et 2015 dont un qu’il a réalisé (les découvrir sur UniFranceFilms). Il vit à Paris et 111 est son premier roman.

Quelques milliers de personnes errent dans la lande… « Tous sont habillés de haillons identiques, dont les couleurs et la forme d’origine ont été oubliés depuis longtemps. La maigreur de leurs corps et leur quasi absence de muscles ne permettent pas d’opérer une différenciation précise entre les hommes et les femmes. » (p. 8). Onze observateurs, dont un est le narrateur, étudient ces pauvres hères, de façon objective (clinique !) et sans intervenir. « Voilà ce qui doit être dit : ils continuent à marcher sans jamais montrer le moindre signe de renoncement, de lassitude ni même de doute sur les raisons pour lesquelles ils avancent. » (p. 16). Ces humains (le sont-ils, encore humains ?) ne se comportent plus comme une civilisation bien qu’ils aient des règles et qu’aller à leur encontre signifie ostracisme voire lapidation. « Tout homme qui se dérobe est déjà, à plus ou moins long terme, un homme mort. Avoir transgressé, c’est être pris d’une autonomie qui est contradictoire avec la logique de la marche. » (p. 37).

Ce roman, étude sociologique, à la limite de l’anthropologie, qui lorgne sur la science-fiction est déroutant, sombre et dérangeant. « La seule règle qu’ils respectent est que le plus faible n’a aucune raison d’être préservé, puisqu’il est inapte à la marche et qu’il nuit ainsi à la communauté tout entière. » (p. 60). J’ai essayé de survivre à la dysenterie, aux furoncles, aux odeurs (« tous puent » p. 62) et autres joyeusetés qui touchent ces êtres pour essayer de comprendre mais « […] ils ne savent ni où ils vont, ni s’ils vont seulement quelque part. » (p. 99) et je n’ai pas su non plus où j’allais, ni si j’allais seulement quelque part… Il faut dire que je n’avais que la première partie du roman (que j’ai lu en pdf) mais quand la deuxième partie est arrivée, je n’ai toujours pas accroché : un deuxième groupe va croiser le chemin du premier et il va y avoir la guerre. Je n’ai pas compris si cette histoire est le récit des débuts de l’humanité (mais qui sont les observateurs ?) ou si le récit se déroule après une fin du monde (et les observateurs seraient des humains privilégiés qui ont pu survivre avec de la technologie ?). « […] nous avons pris soin de compter et recompter : 111. Ils sont 111. » (p. 135). Bref, cette lecture est confuse et de ce fait pas vraiment intéressante…

Mon passage préféré : « Quoi qu’il en soit, et en dépit de leur légitime fascination pour les suiveurs, la conduite des observateurs est régie par un certain nombre de règles dont les quatre principales sont les suivantes : observer, consigner, ne pas se faire voir, et ne pas intervenir. L’observateur n’a jamais dérogé à ces règles. Une fois seulement, même si pour beaucoup de raisons l’histoire devrait rester secrète, et qu’elle a jusqu’à présent été tue, l’un d’entre nous y dérogea. C’était le spécialiste en épidémiologie. Il voulut absolument autopsier l’un de leurs cadavres pour confirmer l’une de ses hypothèses. La règle fut transgressée. Il descendit dans la plaine après leur passage. Il approcha de trois d’entre eux, morts sur le bas-côté, que l’on apercevait au loin. Fut-ce une averse, la levée soudaine du brouillard ? Il n’empêche qu’il disparut aussi soudainement qu’il était descendu. Nous ne le revîmes jamais. Peut-être les a-t-il rejoints. Peut-être maintenant marche-t-il avec eux. » (p. 107-108).

68-premieres-foisLa Fanfare est un nouvel éditeur créé par Jacques Binsztok (après Panama en 2004 et JBZ en 2009). Les deux premiers romans édités par La Fanfare sont 111 d’Olivier Demangel (premier roman) et Novice de Guillaume Lecasble (sixième roman). Même si 111 m’a déçue, je suivrai les parutions de cette jeune maison d’éditions qui n’a pas encore de site !RentreeLitteraire2015

Ce roman est le troisième lu dans le cadre de 68 premières fois et il faut lui donner une note alors je dirais… 10/20. Il entre aussi dans le challenge 1 % de la rentrée littéraire 2015.

Publicités

2 réflexions sur “111 d’Olivier Demangel

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s