Le post-scriptum d’Émile Augier

Post-Scriptum-AugierLe post-scriptum d’Émile Augier.

Une comédie en prose en un acte.

Genre : théâtre.

(Guillaume Victor) Émile Augier naît le 17 septembre 1820 à Valence (Drôme). Son grand-père, (Charles Antoine) Guillaume Pigault de l’Épinoy, dit Pigault-Lebrun (1753-1835), est romancier et dramaturge. Son père, (Joseph) Victor Augier (1792-1858), est avocat, journaliste et écrivain. Émile Augier étudie le Droit à Paris où sa famille s’installe. Mais en parallèle, il écrit des pièces de théâtre. En 1844, la Comédie-Française refuse sa première comédie dramatique en deux actes, La ciguë, qui est un succès à l’Odéon, et en 1857, il est élu à l’Académie française (fauteuil 1). Il est aussi poète, bibliothécaire et homme politique. Il meurt le 25 octobre 1889 à Croissy sur Seine (Yvelines). Retrouvez son théâtre complet sur WikiSource dont Le post-scriptum dans le tome 5.

À Paris. De nos jours (c’est-à-dire, en 1869, lorsque la pièce fut écrite). Monsieur de Lancy rend une visité inopinée à sa voisine, Madame de Verlière, veuve depuis quatorze mois, pour lui annoncer le congé de son bail. Curieuse, Madame de Verlière souhaite savoir pourquoi et Monsieur de Lancy se met à lui raconter sa vie. « Je ne vous ennuie pas trop ? – Jamais trop mon ami. » (p. 208). En fait, il désire prendre épouse : un mariage de raison. Quant à Madame de Verlière, elle attend quelqu’un – Monsieur de Mauléon – et souhaite se remarier. Chacun va faire son examen de conscience avant de prendre une décision. « Je vous conseille de m’épouser. – Ce n’est pas ce que je vous demande. – C’est pourtant tout ce que je peux vous dire. » (p. 233).

ChallengeClassiquesProustMes répliques préférées : « Je vous ai tout dit. – Tout ? Il n’y a pas de post-scriptum ? Les femmes en ont toujours un. » (p. 234). Et effectivement, il y a un post-scriptum ! Milieu bourgeois et quiproquo (du genre vaudeville) sont contés avec réalisme et humour car Émile Augier est un fin observateur de la société de la deuxième moitié du XIXe siècle. Je lirais bien à l’occasion L’habit vert, un vaudeville en prose en un acte qu’Émile Augier a écrit en 1849 avec Alfred de Musset.

UnGenreParMoisL’art de faire d’une pierre deux coups : il me fallait un classique pour Un classique par mois et un classique ou un théâtre pour Un genre par mois. Voici donc un théâtre classique qui entre dans les deux challenges !

Publicités

6 réflexions sur “Le post-scriptum d’Émile Augier

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s