Oh la vache ! de David Duchovny

OhLaVacheDuchovnyComme hier, je parlais de taureau, voici aujourd’hui une lecture plus… vache !

Oh la vache ! de David Duchovny.

Grasset, janvier 2016, 210 pages, 16,90 €, ISBN 978-2-246-85743-3. Holy Cow (2015) est traduit de l’américain par Claro.

Genres : littérature américaine, conte animalier.

David Duchovny est né le 7 août 1960 à New York (États-Unis). Il a étudié la littérature anglaise à Princeton puis à Yale et l’art dramatique. Il est non seulement acteur (quelques publicités à ses débuts puis films et séries) mais aussi réalisateur, scénariste, producteur et même compositeur et chanteur ! Je me suis dit qu’à défaut d’aimer les célèbres séries X-Files et Californication, j’aimerais pourquoi pas son premier roman, Oh la vache !

Elsie est une vache, « née dans une petite ferme au nord de l’État de New York » (p. 13). Pendant trois ans, elle a vécu sa vie de génisse, avec sa copine Mallory, heureuse même si sa mère a disparu. Mais une nuit, en se rapprochant de la maison des humains, elle voit à la télévision – qu’elle appelle le Dieu de la Boîte – d’horribles images d’abattoirs… « Les humains doivent mériter le droit d’être traités de nouveau d’animaux. » (p. 61). Plus tard, elle voit des images de l’Inde et apprend que les vaches y sont sacrées. Et voici l’opération Inde ! Jerry, le cochon rebaptisé Shalom, veut partir avec elle pour Israël, là où on ne mange pas les porcs, et Tom le dindon en Turquie puisque ce pays porte le même nom que lui. « Partir n’est jamais facile. Même si ça craignait ici. En général, partir où que ce soit, n’est jamais facile. » (p. 101). En route pour Istanbul, Tel Aviv et Bombay ! Mais l’herbe est-elle plus verte ailleurs ?

Non seulement Elsie pense et raconte son histoire mais en plus elle fait de l’humour. « Tous les animaux se parlent entre eux dans une sorte d’espéranto bestial et universel – grognement, sifflement, aboiement, couinement, le lion à l’agneau, l’oiseau au chien, l’élan au chat – sauf que, hein, bon, qui voudrait s’entretenir avec un chat ? Ces bestioles-là, plus narcissiques, tu meurs. » (p. 12). Donc Elsie n’est pas tendre ni avec les chats ni avec les humains. Ni avec son voyage finalement.

DavidDuchovnyIl y a de nombreux clins d’œil au monde de l’édition (Elsie exprime plusieurs fois des interventions de son éditrice : penser aux jeunes lecteurs, penser au cinéma, etc.), à la littérature, à la culture populaire (références musicales, cinématographiques) et bien sûr aux religions, tout ça restant très américain. « Moi ? Je veux que l’Amérique sache tout de mon périple. Je veux que vous les enfants, les adultes, la faune et la volaille, vous appreniez ce que j’ai appris – qu’il n’est pas bien d’être honni, ni bien d’être adoré. Nous ne sommes ni des dieux ni des déesses, mais nous ne sommes pas non plus des démons et des bêtes. » (p. 199).

L’auteur – végétarien – a été très inspiré par La ferme des animaux de George Orwell mais son message est ici plus social et religieux que politique et son humour un peu plus bourrin – hum, je veux dire un peu moins subtil que l’humour britannique – mais ça marche et j’ai quand même rigolé même si certaines ficelles sont bien grosses (ça sent le film d’animation à plein nez !). Un roman à lire cet été pour passer un bon moment sans se prendre la tête !

Une lecture pour Défi Premier roman 2016, Feel good, Littérature de l’imaginaire et Un genre par mois (fantasy ou aventure).

Challengesbis

Publicités

12 réflexions sur “Oh la vache ! de David Duchovny

  1. Je sais que c’est pas le sujet, mais Californication était une série géniale qui me manque un peu, même si à la fin la série partait en sucette…

    J'aime

    • Pas de problème de sujet puisque j’en parle dans mon billet 😉 Je n’ai rien contre David Duchovny mais je n’avais pas du tout accroché avec X-Files (je trouvais cette série bavarde et creuse) et je n’ai pas non plus accroché à la toute nouvelle saison (pour les mêmes raisons, j’ai vraiment eu l’impression que les acteurs jouaient indépendamment les uns des autres et blablataient… pourtant j’ai aimé Gillian Anderson dans The Fall). Quant à Californication, j’ai regardé les deux premiers épisodes et je n’ai pas aimé du tout, j’ai trouvé cette série vulgaire… Mais, là, le roman, bien que très américain, est quand même amusant 😉

      Aimé par 1 personne

  2. Ce livre me tente bien, déjà pour son côté animal et végétarien, par curiosité et aussi parce que je suis fan d’X-Files et de Duchovny. Pas si simple de passer à l’écrit !

    J'aime

  3. J’aime beaucoup Duchovny acteur (et l’homme qu’il est aussi) étant une fan de la première heure d’X-Files (un peu moins Californication) mais je ne sens pas trop ce roman, trop « américain » dans l’esprit pour moi… et même si tu en parles très bien ! 😀

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s