4 romans de Benoît Broyart

BenoitBroyartBenoît Broyart est né en 1973 à Reims. Il a travaillé dans une librairie, a écrit des articles et des entretiens pour Le matricule des anges, a créé des textes pour des spectacles et se consacre à l’écriture (jeunesse). Il est membre de la Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse.

Plus d’infos et ses lectures sur son site et son blog ; et ses rendez-vous sur Les contes de la cabine.

ReineNuitBroyartLa reine de la nuit

Oskar, collection Court métrage, avril 2013, 80 pages, 5 €, ISBN 978-1-0214-0052-8.

« Oui, c’est vrai, la première fois que je suis allé au planétarium, j’ai cru qu’on s’était envolé pendant la séance. » (p. 5, première phrase du roman). Félix avait 4 ans. Maintenant c’est l’âge de sa petite sœur, Nadia, et il ne se gêne pas pour lui raconter tous les bobards possibles ! « Un ciel plein d’étoiles, c’est peut-être beau, mais c’est si impressionnant, l’infini. La Voie lactée, on se demande bien où ça s’arrête. C’est le problème. J’ai peur de voir se ramener un extraterrestre muni d’un aspirateur. » (p. 8). Félix a 11 ans et Mamy, son arrière-grand-mère, une veuve de 85 ans qui vit seule à la campagne, a un projet fou alors que Félix a la phobie des étoiles !

MagieNoireBroyartMagie noire

Sarbacane, mai 2011, 64 pages, 5 €, ISBN 978-2-84865-453-9.

Adrien, 14 ans, ne supporte pas la lumière. « La plupart des gens trouvent ça rassurant. Moi, la lumière me glace le sang et me paralyse. » (p. 8). Par contre « Dans le noir, je n’ai jamais peur. Je suis dans mon élément. » (p. 9). Il est amoureux de Marion, sa copine d’enfance, qui vit en face. « Nous partageons la même sensibilité, le même goût pour la folie et les précipices. Nous ne voyons pas la réalité comme tout le monde. » (p. 26). Un matin, une bonne nouvelle aux infos : « Dorénavant, nous tenterons de limiter tout gaspillage, notamment en interdisant d’allumer la nuit les enseignes des magasins et les éclairages publics des rues secondaires. » (p. 36). Adrien est fan de Moldoror et il y a des extraits des Chants de Moldoror de Lautréamont.

CavaleBroyartCavale

Oskar, collection Court métrage, mars 2012, 64 pages, 5 €, ISBN 978-2-35000-0857-8.

Paul rend visite à sa mère qui est dans une maison de santé à Reims. Vingt kilomètres en vélo ne lui font pas peur. « Les moments où elle se rappelle qui elle est, ma mère, faut s’en souvenir longtemps et s’y accrocher. » (p. 6). Mais la mère embarque son fils dans une aventure incroyable : elle vole la voiture du directeur et tous deux partent en cavale à Nice ! Pour la mère, qui était infirmière, c’est difficile de se retrouver de l’autre côté… « Il reste les belles images qu’on pourra pas m’enlever. Je me concentre pour pas les abîmer. Je les protège. » (p. 49).

SiTuSavaisBroyartSi tu savais

Oskar, collection Court métrage, mai 2012, 48 pages, 5 €, ISBN 978-2-3500-0892-9.

Un adolescent vole Corps et biens, un recueil de poésie de Robert Desnos, dans une librairie. « Je voulais écrire des poèmes qui ne seraient pas ridicules et j’avais besoin d’un modèle. » (p. 6). Tout ça, c’est à cause de la nouvelle élève, Anaïs… Le lendemain matin, en allant au lycée, il glisse un poème dans une enveloppe. « J’allais passer à l’acte aujourd’hui. Après, les dés seraient jetés. Je deviendrais un héros ou un raté. » (p. 19). « J’avais peur. Je me suis demandé comment j’avais pu être à ce point naïf. Devenir un grand poète en un soir, c’était forcément impossible. » (p. 25). Ma phrase préférée : « En lisant, j’ai compris que l’écriture avait le pouvoir de transformer les gens et que je ne redeviendrais jamais le petit tas de sable que j’avais été avant ma rencontre avec la poésie. » (p. 39).

Dans chacun de ses romans, l’auteur développe la relation entre un ado et une personne féminine de son entourage avec un petit truc en plus. Dans La reine de la nuit, c’est avec une petite sœur, une vieille dame et la folie (douce). Dans Magie noire, c’est avec une amie d’enfance, l’amour et la différence (univers gothique). Dans Cavale, c’est avec sa mère et la maladie (dépression). Dans Si tu savais, c’est avec une adolescente, l’amour contrarié et la poésie. Benoît Broyart traite toujours ses histoires avec humour et tendresse pour ses personnages. CJYA2015-2016Si on me demandait quel est le roman que je préfère parmi ces quatre que j’ai lus, je ne saurais répondre car ils sont vraiment tous réussis. Un auteur que j’ai découvert par hasard et que je conseille chaleureusement !

Je place ces 4 romans dans le challenge Jeunesse young adult.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s