La part des anges de Laurent Bénégui

La part des anges de Laurent Bénégui.

Julliard, septembre 2017, 180 pages, 17 €, ISBN 978-2-26002-979-3.

Genre : roman français.

Laurent Bénégui naît le 14 mai 1959 à Paris. Il est auteur (roman, roman policier, théâtre) et cinéaste (réalisateur, scénariste, producteur).

Maxime Detain, chercheur en biologie moléculaire, Parisien de 36 ans, adepte de « la cocasserie de la vie » (p. 10), doit enterrer sa mère, Muriel, journaliste et peintre, au Pays Basque, à Saint Jean de Luz. Va-t-il choisir un cercueil traditionnel en bois (= un arbre abattu…) ou un cercueil biodégradable en matériaux recyclés ? L’inhumation ou la crémation ?

Il vit une passion torride avec Elena, juriste, mais elle a 12 ans de plus que lui et ça dérange Muriel. En fait, il y a des passages en italique qui sont les pensées de Muriel. « Mais depuis que je suis morte, tout me revient […] » (p. 15). « Pour tout dire, j’espère qu’ils ne se marieront jamais. Je ne souhaite pas qu’Elena dorme dans mes draps, ni qu’elle accroche mes peintures à ses murs, dîne dans ma vaisselle, ou utilise quelque objet qu’il aura préféré conserver au lieu de le mettre en vente sur leboncoin. » (p. 18-19). Elle préférerait Maylis Salaberry, la jeune infirmière dévouée qui s’est occupée d’elle pendant un an et qui, elle l’a bien vu, est tombée amoureuse de Maxime. « Il ne lui avait pas échappé que l’infirmière de sa mère rayonnait d’un charme indéniable. » (p. 53).

Ce roman est un symbole du lien entre une mère et son enfant même au-delà de la mort. Le thème est intéressant mais je me suis un peu ennuyée (sauf avec les passages en italique, ceux de Muriel, qui sont drôles). L’histoire de Maxime est un peu trop plan-plan… et la fin est… bof… Une petite déception donc mais je suis contente quand même d’avoir lu ce roman car je découvrais cet auteur qui écrit depuis 30 ans !

Mais j’ai appris une chose : il existe les Basques de la mer et les Basques des montagnes ; vous le saviez ?

Publicités

4 réflexions sur “La part des anges de Laurent Bénégui

    • Un auteur né la même année que toi 😉 Je ne connaissais pas, je ne l’avais jamais lu, ce n’est pas désagréable à lire mais j’ai trouvé l’histoire d’amour un peu trop gentillette à mon goût, par contre les pensées de la mère décédée et l’urne, ça c’est amusant.

      J'aime

  1. DF dit :

    Ah – je l’avais trouvé sympa, ce roman, avec ce bonhomme qui balade son urne funéraire au marché!

    Du même auteur, j’ai surtout aimé le très appétissant « Au Petit Marguery », une histoire de bonnes bouffes qui a fait l’objet d’un film. Petit délice: lire ce roman dans l’un des deux restaurants parisiens qui portent actuellement ce nom – même si en fait, le « Petit Marguery » du romancier est un restaurant inventé pour l’essentiel.

    J'aime

    • Je n’ai pas détesté non plus 😉 L’urne et les pensées de la mère m’ont plu, l’histoire d’amour est un peu trop nunuche pour moi 😉 Je lirai un autre titre de cet auteur, pourquoi pas Au Petit Marguery que je ne connais pas 😉 (ni le roman ni le film). Merci de ton passage, Daniel, le défi premier roman me manque…

      J'aime

Laissez un commentaire, merci !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.