La débusqueuse de mondes de Luce Basseterre

La débusqueuse de mondes de Luce Basseterre.

Mu, avril 2017, 304 pages, 18 €, ISBN 979-10-92961-63-8.

Le livre de poche, mars 2019, 384 pages, 8,20 €, ISBN 978-2-253-82016-1.

Genres : littérature française, science-fiction.

Luce Basseterre naît en 1957 à Toulon et vit quelques années au Québec. Elle est nouvelliste et romancière (son premier roman est Les enfants du passé paru en 2016 aux éditions Voy’el). Plus d’infos sur son site officiel, https://www.lucebasseterre.fr/ et sur sa page FB. Sont annoncés cet automne, Le chant des Fenjicks (Mu, est-ce une suite à La débusqueuse de mondes ?) et La Belle, la Bête et l’Éléphant à vapeur (Voy’el) que j’ai très envie de lire !

Otton est un Humain esclave de Racha Kan, amiral du Katamengo, il est encore en vie car « les Humains, de viande bon marché, devinrent pourvoyeurs de rêve. » (p. 9) grâce à une amélioration cybernétique.

Koba est un Fenjick cyber-amélioré, un vaisseau vivant, un « grand squale cosmique » (p. 18). « L’espace est mon milieu naturel, mon domaine, mon terrain de chasse. » (p. 13).

Koba possède des rémoraées, ou SoVIA, qui servent d’éclaireurs et analysent les données. Leurs noms ? Tupix, Choupix, Pafix, Onyx et Foutix : j’adore, ça fait Astérix !

À bord de Koba, la capitaine D’Guébachakarakt – mais on dit simplement D’Guéba – une grenouille Caudata, débusqueuse de mondes depuis 38 ans.

Les chapitres alternent entre ces trois narrateurs, Otton, Koba et D’Guéba.

Koba et D’Guéba découvrent une planète bleue. « Du passé de ce système, nous ne savons rien. Il apparaît dans l’index galactique chaleck comme stérile et inhabité. D’autres sources évoquent les traces d’une civilisation disparue. » (p. 18). « C’est sinistre , une planète abandonnée. Autant une planète vierge peut être belle, autant une planète morte est pathétique. » (p. 20).

Sur cette planète, Otton est le seul survivant du crash du Katamengo ; il est recueilli à bord de Koba et rencontre D’Guéba. « Débusqueuse de mondes : je recherche des planètes exomodelables, les ensemence et assure le suivi du processus. Lorsqu’elles sont colonisables, je les revends à des gouvernements qui ont besoin d’évacuer leur population. Mes derniers clients en date sont des Humains. » (p. 38).

Bien sûr, D’Guéba veut exomodeler cette planète bleue devenue rouge à cause de la pollution et la vendre mais Otton a reconnu la Terre et veut la revendiquer puisqu’il y était avant D’Guéba ! « Je ne sais pas grand-chose de la Terre de mes ancêtres. Quelque deux millénaires se sont écoulés depuis l’Exode. » (p. 47-48).

L’espace est vaste, peuplé de différentes espèces (des reptiliens, des insectoïdes, des hybrides…) et dans chacune de ces espèces, il y a des explorateurs, des flibustiers, des débusqueurs de mondes, des chasseurs de primes, des pirates, etc. J’imagine bien l’apparence de certaines… euh… bestioles, d’autres moins mais ce roman est très imagé, très inventif, je l’ai dévoré un dimanche (de mauvais temps) et j’aimerais vraiment en avoir plus (peut-être d’autres aventures de D’Guéba, Koba et Otton paraîtront-elles un jour ?).

Une phrase qui m’interpelle : « Si nous ne pouvons rien faire d’utile, alors, nous avons le devoir de regarder afin de témoigner, par respect pour la mémoire de ceux qui perdent leur vie dans cette ignoble tuerie. » (p. 342).

Une lecture extraordinaire, merveilleusement bien construite, à dévorer en poche si vous n’avez pas pu avoir l’exemplaire broché des éditions Mu (ce qui est mon cas).

Pour le challenge Littérature de l’imaginaire #7 (je rappelle qu’octobre est le mois de l’imaginaire).

Une réflexion sur “La débusqueuse de mondes de Luce Basseterre

Laissez un commentaire, merci !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.