Les quatre coins du cœur de Françoise Sagan

Les quatre coins du cœur de Françoise Sagan.

Plon, septembre 2019, 224 pages, 19 €, ISBN 978-2-25927-879-9.

Genre : littérature française.

Françoise Sagan (son vrai nom est Quoirez) naît le 21 juin 1935 à Cajarc dans le Lot. Lorsque paraît son premier roman, Bonjour Tristesse, en 1954, elle n’a pas 19 ans : le succès est immédiat. Suivent des romans (Aimez-vous Brahms, Des bleus à l’âme, entre autres), des nouvelles, des pièces de théâtre (Château en Suède, Un piano dans l’herbe, entre autres). Elle est également connue pour ses frasques et les adaptations de ses titres au cinéma. Elle meurt le 24 septembre 2004 à Honfleur dans le Calvados. Les quatre coins du cœur est son vingtième roman et il paraît quinze ans après sa mort.

Lors d’un accident de voiture provoqué par Marie-Laure, son mari Ludovic Cresson était en très mauvais état, dans le coma. « Pendant deux ans, Ludovic, sans un mot et sans une protestation, alla de clinique en clinique, d’hôpital psychiatrique en hôpital psychiatrique, fut même envoyé en Amérique, littéralement ligoté dans un jet. » (p. 18). Mais il s’en est sorti et il s’avère même qu’il va très bien ! Ce qui n’arrange pas Marie-Laure – qui l’a épousé pour son argent, du moins pour l’argent de son père – car elle veut vivre sa vie, faire le tour du monde et surtout elle ne supporte plus de vivre avec lui. « Son retour fut une catastrophe pour celle-ci. Elle avait été admirable en tant que veuve mais se retrouver « femme d’un débile » comme elle le formulait volontiers devant ses intimes (ceux qui partageaient une vie sociale fort ouverte), était autre chose. » (p. 21). Or Ludovic est loin d’être débile ; le modeste médecin local a « proclamé que son patient était cassé, fatigué, brisé, mais qu’il n’avait rien d’un fou. » (p. 21). Lorsque le père de Ludovic comprend ce qu’il se passe sous son toit, il va prendre les choses en main… à sa façon !

Oui ce roman de Françoise Sagan était inachevé ; oui, son fils unique, Denis Westhoff, et l’éditeur ont effectué un travail pour réécrire certaines parties et parachever le travail ; ce n’est pas un secret, Denis Westhoff l’explique dans sa préface. Aurait-il fallu ne pas publier ce roman et qu’il reste dans l’oubli ? Je pense que non parce que j’ai retrouvé le ton, l’humour et l’audace que j’avais apprécié lors de mes premières lectures de Françoise Sagan durant mon adolescence ; c’est comme si un peu d’elle était encore là.

Alors, bien sûr, ce n’est pas son meilleur roman, mais il y a une belle galerie de personnages : Henri le père de Ludovic, teigneux mais attachant ; Sandra la belle-mère de Ludovic (sa mère étant morte en couches), quelque peu fragile ; Fanny Crowley, la mère de Marie-Laure, romantique et veuve éplorée du seul homme qu’elle ait aimé, Quentin Crowley, un Anglais ; Philippe Lebaille, le frère de Marie-Laure, un charmeur parasite. C’est l’automne, tout ce petit monde vit au domaine familial, La Cressonnade, en Touraine. Et bien sûr, il y a Marie-Laure, infecte tant elle montre du dégoût et du mépris pour Ludovic qui ne lui reproche même pas d’avoir encastré la voiture dans un arbre et d’avoir failli le tuer. « On avait pris l’habitude chez les Cresson, depuis l’accident, de ne pas appeler Ludovic par son prénom, le vrai Ludovic étant mort dans leur esprit. Aussi on l’appelait « il » et on disait à son sujet n’importe quoi devant lui, comme s’il n’eut pas été là. » (p. 44). Et, dans ce huis-clos bourgeois, il y a des passages plus théâtraux qui m’ont fait penser aux pièces de l’autrice.

Les quatre coins du cœur est finalement une histoire d’amour mais le couple n’est pas celui auquel on pense. J’ai bien aimé le chien, Ganache : il manquait un animal dans cette maison, eh bien il s’invite à la fête !

Ma phrase préférée : « Ici, il n’y avait rien. Justes des myopes qui avaient du mal à avouer les monstres qu’ils prétendaient ne pas être. » (p. 109).

N’hésitez pas à lire Les quatre coins du cœur (même si ce n’est pas un chef-d’œuvre), vous y retrouverez indéniablement Françoise Sagan et c’était sûrement l’objectif de son fils (je pense tout de même que les parties modifiées, rajoutées auraient dû être signalées). Et, s’il ne vous fait pas du tout envie, (re)lisez ses autres titres !

Pour le challenge 1 % Rentrée littéraire 2019.

2 réflexions sur “Les quatre coins du cœur de Françoise Sagan

Laissez un commentaire, merci !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.