Tsugumi Project, 1 d’Ippatu

Tsugumi Project, 1 d’Ippatu.

Ki-oon, collection Seinen, juillet 2019, 192 pages, 7,90 €, ISBN 979-10-327-0472-1.

Genres : manga, science-fiction, post-apocalyptique.

Ippatu… japonais, mangaka… Son Twitter.

Il y a 260 ans, les militaires européens ont découvert que le Japon préparait une dangereuse arme biologique : Tora Tsugumi (Projet Tsugumi). Des bombes nucléaires ont alors été lancées sur le Japon pour empêcher le développement de cette arme. Or, d’anciens détenus européens peuvent racheter leur droit civique en acceptant une mission : aller récupérer cette arme dans un Tôkyô détruit et contaminé. Il est prévu qu’une équipe vienne les chercher dans un an. « Que les choses soient claires, notre pays ne peut en aucun cas se permettre de voir cette arme tomber entre des mains étrangères. Vous devez à tout prix être les premiers à la retrouver ! » (p. 17). Mais leur avion s’écrase et Léon survit au crash mais il doit survivre dans ce Japon post-apocalyptique, menotté, avec une combinaison incomplète, sans rien à boire et à manger… Attaqué par des bêtes bizarres, Léon est sauvé par une adolescente, 13 ans, humaine mais avec des pattes d’oiseaux à la place des jambes, et qui donne des ordres à Tora, 12 ans, un animal gigantesque mi-tigre mi-lion.

Les dessins des ruines sont grandioses et il y a une très belle galerie de personnages, ou plutôt de créatures ! Si Léon accepte cette mission, c’est parce qu’il a été piégé, soldat accusé injustement d’espionnage et qu’il veut retrouver son épouse, Maria, et leur enfant. Il y a donc toute une intrigue vraiment prenante dans cet univers post-apocalyptique extraordinaire.

Vous l’avez vu ci-dessus, très peu de choses sur Ippatu mais en fin de volume, un dossier Tsugumi avec une interview du mangaka. Étudiant, il était fasciné par l’invention collective de Magritte. Il ne lisait pas de mangas avant de postuler comme assistant et a découvert tout Osamu Tezuka. Puis il est devenu l’assistant de Jirô Taniguchi et a découvert, à 31 ans, la BD franco-belge. Il a d’abord écrit une histoire, Kanata no monogatori avant de dessiner Tsugumi Project qui est donc son premier manga et c’est un coup de maître ! En cours ; 3 tomes pour l’instant.

Pour les challenges BD, La BD de la semaine, Littérature de l’imaginaire #8 et Petit Bac 2020 (catégorie prénom pour Tsugumi).

20 réflexions sur “Tsugumi Project, 1 d’Ippatu

  1. J’aime les mangas et le parcours de l’auteur est vraiment riche et intéressant mais j’avoue que le post-apocalyptique, surtout avec ces créatures hybrides, me freinent quelque peu…

    J'aime

Laissez un commentaire, merci !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.