On ne meurt pas d’amour de Géraldine Dalban-Moreynas

On ne meurt pas d’amour de Géraldine Dalban-Moreynas.

Plon, août 2019, 208 pages, 17 €, ISBN 978-2-25927-910-9.

Genres : littérature française, premier roman.

Géraldine Dalban-Moreynas… Très peu d’infos… Parisienne. Son compte Instagram et son Concept Store.

Paris. Novembre. Premier couple : ils sont ensemble depuis 4 ans, ils font retaper un loft au premier étage, ils vont se marier en juin prochain mais il est militaire et elle, journaliste, est souvent seule. Deuxième couple : ils emménagent au deuxième, ils sont mariés depuis 2 ans, ils ont une fillette d’un an et demi ; il est avocat, elle semble mère au foyer.

Prenez la femme du premier couple et l’homme du deuxième couple pour une autre histoire. « Cette fois, ils savent. Cette fois, ils ont senti le frisson les traverser. Ils ne pourront plus jamais nier. Il a senti le danger, que sa vie pouvait basculer, là, en un instant […]. » (p. 22). Et « Ce soir-là, ils ont surtout senti que plus rien ne serait jamais comme avant. Que désormais, ils avanceraient sur un fil. Qu’il suffirait que l’un trébuche pour que les deux tombent. Que ce n’était plus qu’une question de temps. » (p. 23).

Et puis, ils passent à l’acte. « Ils commencent à mentir, lui à sa femme, elle à son homme. À s’enfoncer dans une double-vie. » (p. 49). Bon, ils mentaient déjà depuis un bout de temps !

Mais, s’il quitte sa femme, elle repartira à New York (elle est Américaine) et il perdra sa fille : « il ne la verra plus ou si peu. » (p. 89).

Les histoires de bobos parisiens trentenaires (c’est comme ça qu’ils se définissent), bof… Tout est tellement prévisible que je me suis demandée à quoi servait la publication et la lecture de ce roman ! Et je n’avais pas le bandeau sur l’exemplaire que j’ai lu sinon je ne l’aurais même pas emprunté (heureusement que je l’ai emprunté et pas acheté) ! Elle est faible, il est lâche, c’est une histoire d’amour furieuse mais vide de sens… J’avais deviné la fin depuis le début ! Et puis le fait qu’il n’y ait pas de prénoms rend toute cette histoire impersonnelle et creuse. Pas mon truc… De toute façon, les histoires d’amour finissent mal, en général.

Voilà, j’ai du retard dans mes chroniques de lecture mais j’ai lu ce roman cet après-midi et, comme la note de lecture est vite rédigée, je m’en débarrasse et je passe à autre chose !

Je le mets quand même dans les challenges 1 % Rentrée littéraire 2019 et Petit Bac 2020 (pour la catégorie « Amour et relations amoureuses » tout simplement avec le mot amour).

6 réflexions sur “On ne meurt pas d’amour de Géraldine Dalban-Moreynas

Laissez un commentaire, merci !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.