Watertown de Jean-Claude Götting

Watertown de Jean-Claude Götting.

Casterman, janvier 2016, 96 pages, 18 €, ISBN 978-2-20309-660-8.

Genres : bande dessinée française, policier.

Après avoir lu et apprécié, en janvier, La malle Sanderson de Jean-Claude Götting (Delcourt, 2004), j’ai repéré Watertown à la médiathèque et j’ai attendu que cette BD soit disponible pour moi.

Je disais précédemment que « Jean-Claude Götting naît le 21 avril 1963 à Paris. Après des études aux Arts Appliqués Duperré à Paris, il devient auteur et dessinateur de bande dessinée ; il est aussi peintre, illustrateur et a même réalisé un court-métrage d’animation (Tapas nocturnes, en 2017). Plus d’infos sur son site officiel, https://www.gotting.fr/ ».

« La dernière fois que je vis Maggie Laeger, c’était un lundi matin. Je passais comme à mon habitude dans la pâtisserie de M. Clarke pour y acheter un muffin que je mangerais sur le chemin du bureau. Lorsqu’en payant je lançai « À demain, Maggie », elle répondit : « Non. » Demain, je ne serai plus là. » (p. 5).

Voici comment commence cette histoire. Et, effectivement, le lendemain, le Clarke Bake Shop ne fut pas ouvert : M. Clarke était mort, écrasé accidentellement par une étagère, dans sa cuisine, et Maggie avait disparu de Watertown.

Mais, deux ans plus tard, dans la ville de Stockbridge (Massachussetts), Philip Whiting, le narrateur, en visite chez son frère pour une partie de pêche, voit Marie Hotkins qui tient une petite boutique d’antiquités et elle ressemble comme deux gouttes d’eau à Maggie Laeger : « C’était le même petit bout de femme, même visage, même silhouette, même âge, j’en étais persuadé. » (p. 7). Cependant la jeune femme ne fait pas mine de le reconnaître…

Il décide alors d’enquêter, surtout après que le journaliste, Dennis H. Palowan, qu’il avait envoyé à Stockbridge soit mort dans un accident de voiture.

« De modeste employé subalterne, je m’étais promu détective, tentant de confondre une meurtrière à laquelle personne ne semblait s’intéresser. » (p. 43).

Watertown est une bande dessinée intrigante, au dessin « charbonneux » (je le mets entre guillemets car il n’est pas de moi, ça doit être un journaliste qui l’a utilisé). Avec un détail, une histoire de rien du tout, Jean-Claude Götting balade son personnage et ses lecteurs avec une habilité désarmante et une chute digne d’une grande nouvelle. C’est que tout le monde ne peut pas s’improviser détective ! Je lirai d’autres titres de Götting, c’est sûr ; apparemment il me reste à découvrir Pigalle 62.27 (2012) et Black Dog (2016), tous deux dans le genre policier, avec Loustal et chez Casterman (en espérant que la médiathèque les aura en rayon). Quelqu’un les a lus ?

Une très belle lecture pour La BD de la semaine ainsi que pour les challenges BD, Lire en thème février 2020 (auteur français), Mois du polar dans Polar et thriller 2019-2020 et Petit Bac 2020 (dans la catégorie Lieu pour la ville de Watertown).

Plus de BD de la semaine chez Moka.

30 réflexions sur “Watertown de Jean-Claude Götting

Laissez un commentaire, merci !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.