Sherlock Holmes et les ombres de Shadwell de James Lovegrove

Sherlock Holmes et les ombres de Shadwell : les Dossiers Cthulhu, 1 de James Lovegrove.

Bragelonne, collection Steampunk, février 2018, 360 pages, 25 €, ISBN 979-10-281-0749-9. The Chtulhu Casebooks : Sherlock Holmes and the Shadwell Shadows (2016) est traduit de l’anglais par Arnaud Demaegd.

Genres : littérature anglaise, roman policier, fantastique.

James Lovegrove naît le 24 décembre 1965 à Lewes (Angleterre). Diplômé d’Oxford, il est critique littéraire et son premier roman paraît en 1990. Il est auteur de littérature de l’imaginaire (science-fiction, fantasy, horreur) et de littérature jeunesse. Peu de ses romans sont traduits en français. Plus d’infos sur son site officiel, https://www.jameslovegrove.com/.

Printemps 2014. James Lovegrove, Anglais, auteur de littérature de l’imaginaire, reçoit un mail d’un cabinet d’avocats de Providence (Rhode Island, États-Unis). En tant que descendant de la famille allemande von Luftgraf (soit Lovegrove pour les Britanniques et Lovecraft pour les Américains), il est un « cousin au centième degré environ de H.P. Lovecraft » (p. 12). À ce titre, il hérite de Henry Prothero (H.P. !) Lovecraft (auteur lui aussi), de trois tapuscrits qui étaient en sa possession mais signés du Dr John Watson qu’il va recevoir par coursier international. Tout semble correct : le papier, la machine sur laquelle ils ont été tapés, le style de Watson mais les histoires de Sherlock Holmes qui y sont narrées sont si surprenantes que « presque tout ce que nous savons du grand détective – sa vie, son œuvre, ses méthodes, ses exploits – n’est qu’un vaste mensonge, une façade créée pour cacher une vérité profonde plus sombre et plus horrible. » (p. 14).

Novembre 2016. James Lovegrove décide de publier ces trois inédits que le Dr Watson a rédigé en secret à la fin de sa vie, comme pour se soulager d’un trop grand poids.

Hiver 1880. Le lecteur découvre éberlué la véritable rencontre entre le Dr Watson (qui rentre blessé d’Afghanistan où il était médecin militaire *) et Sherlock Holmes (à peine plus de 20 ans, qui s’est installé depuis peu au 221B Baker Street en tant que premier détective conseil au monde). Immédiatement Holmes et Watson enquêtent sur quatre cadavres découverts dans le quartier de Shadwell. « Ces quatre personnes étaient le genre de gens devant lesquels on passe sans les remarquer… (Il prit l’air rusé.) Et dont le décès pourrait passer inaperçu. » (p. 48-49).

(*) Le lecteur apprendra d’ailleurs ce qu’il s’est exactement passé dans la vallée d’Arghandab en Afghanistan.

Ils vont rencontrer un riche Chinois, maître de l’opium en Angleterre. « La révélation sera universelle. Vous ressortirez de cette expérience avec une appréciation plus large, plus profonde, de l’essence véritable des choses. » (p. 118).

Et le Pr James Moriarty « mathématicien de renom » (p. 231), génie de 21 ans (le théorème binomial, la dynamique des astéroïdes…) : bien avant que le canon officiel le laisse entendre ! « Moriarty n’a pas pu croire qu’il nous découragerait avec quelques belles phrases et un petit tour de passe-passe hypnotique. Il n’a fait que nous laisser une chance. C’était avant tout une démonstration de l’inébranlable confiance qu’il a en lui-même. Il ne nous considère pas dignes d’être ses adversaires. (Son expression se durcit). C’est une erreur, conclut-il sur un ton glacial. Une grosse erreur. Et il la regrettera. » (p. 249).

Et ce n’est pas avec Lestrade que travaille Sherlock mais avec Gregson, plus ouvert sur les choses surnaturelles.

Êtes-vous prêts à cauchemarder tout le restant de votre vie (comme le Dr Watson) et à apprendre la langue r’lyehen ? Ou akto pour quelques personnes, une langue vieille de plus de quinze mille ans. Parce que ce premier tome de la trilogie Les Dossiers Chtulhu est passionnant et j’ai vraiment eu l’impression d’un « croisement » entre l’écriture du Dr Watson (Sir Arthur Conan Doyle) et H.P. Lovecraft, c’est fascinant ! Il y a à la fois une enquête à la Sherlock Holmes avec la réflexion, la logique, tout ce qui fait ce personnage, et le fantastique horrifique de l’univers de Lovecraft. Alors, « crossover » ou « mashup » ou « machine à fric » comme en parle Lovegrove dans sa préface ? À vous de décider ! De mon côté, j’ai trouvé cette histoire tellement plausible et réaliste malgré le surnaturel que j’ai embrayé avec le tome 2, Sherlock Holmes et les monstruosités du Miskatonic, et je sens que je vais regretter de ne pas avoir le tome 3, Sherlock Holmes et les démons marins du Sussex, à ma disposition…

Une lecture stupéfiante que je mets dans le Mois British Mysteries et les challenges British Mysteries #5, Lire en thème mars 2020 (pour la pieuvre sur la couverture), Littérature de l’imaginaire #8, Polar et thriller 2019-2020 et Voisins Voisines 2020 (Angleterre).

45 réflexions sur “Sherlock Holmes et les ombres de Shadwell de James Lovegrove

  1. Bragelonne ne fait pas que des histoires d’amour alors 🙂 Un libraire m’a chaudement recommandé ce livre et une autre copinaute m’a dit que cela valait le coup. Il va falloir céder à la tentation si toi aussi tu m’incites à le lire 🙂

    J'aime

    • Oh non, Bragelonne est un éditeur de littérature de l’imaginaire (science-fiction, fantasy, fantastique, horreur, un peu de thriller aussi), peut-être confonds-tu avec le label Milady ? En tout cas, cette trilogie (même si je n’ai pas encore lu le tome 3) vaut vraiment le coup, laisse-toi tenter 🙂

      Aimé par 1 personne

        • Ah, toi aussi, tu as perdu ta liseuse ! Je ne sais pas où est la mienne depuis le déménagement (donc depuis avril 2018…), est-elle posée quelque part et je ne la vois pas, est-elle encore dans un carton de livres ? Je lis un peu sur le PC mais des choses courtes. Bonne nouvelle semaine 🙂

          Aimé par 1 personne

          • Ce n’est pas éventuellement contagieux de partager des livres ? J’en donne aussi régulièrement, il y en a que je ne relirai jamais, je le sais… Et même il y en a que je ne lirai jamais… Mais mes collections, tout Balzac, tout Flaubert, tout Giono, tout Maupassant, tout Zola, etc. elles je les garde (même si c’est pénible lors de déménagements…). Félicitations pour ta nouvelle bibliothèque (tu nous montreras une photo quand elle sera arrivée et un peu remplie ?). Bonne nouvelle semaine et de belles lectures 🙂

            J'aime

          • Sortir de chez soi peut être contagieux alors je ne vais pas m’arrêter de vivre. A ce jour, je ne suis pas malade et contagieuse donc je mets les livres en toute sécurité. Je trouve être assez punie d’être enfermée chez moi et n’avoir plus le droit de rien faire. J’ai payé des cours que je ne pourrai pas avoir, les transports sont limités, je ne peux pas aller voir ma famille, j’étouffe de plus en plus. Je veux partager un petit plaisir avec des gens. Je veux à nouveau respirer.
            Je ferai une petite photo de ma nouvelle bibliothèque 🙂

            J'aime

          • Oui, c’est tout à ton honneur 😉 Mais je me posais cette question, comme les librairies et les médiathèques sont fermées… Au moins, les livres circulent 🙂
            J’espère que tu pourras te faire rembourser les cours ! Et courage 🙂

            Aimé par 1 personne

          • je crois que l’année 2020 sera vraiment pourrie.
            Le libraire pas trop loin de chez moi ouvre le 11 mais il faudra être 3 maxi, porter un masque, ne pas toucher les livres et payer uniquement en sans contact. Voilà qui me refroidit. Je vais rester à la maison 🙂 Surtout que je vais devoir faire du télétravail pendant encore 3 mois 🙂

            J'aime

          • J’ai cours de maroquinerie et céramique qui reprennent. On sera avec des masques, séparés les uns des autres. La convivialité ne sera plus au rendez-vous. Morosité bonjour.

            J'aime

          • il me faut déjà au minimum 1h00 de transport pour y aller alors à pieds je pense qu’il faudra au moins 2h40. Ce n’est pas jouable et en vélo c’est pareil.

            J'aime

          • Dès que tu vas dans Paris pour aller faire une activité ou aller au théâtre, il faut compter 2h de transport aller/retour.
            Pour aller au boulot, j’ai minimum 2h de transport aller/retour. C’est un minimum. Donc si après le boulot tu sors, tu as au moins 3h de transport dans la journée. On ne se rend plus compte quand tu es dedans. Mais ainsi tu fais ton heure de marche quotidienne, tu montes et descends plein de marches. La reprise même douce va demander une nouvelle adaptation surtout que l’on va être limité par wagon. Il faudra 20 personnes dans les bus, comment gérer cela? Suspense…

            J'aime

          • Oh la la, je suis contente de ne pas habiter Paris ou région parisienne ! Même s’il y a des avantages au niveau culturel et sûrement travail. Ici aussi, ça va être compliqué avec les bus (que le médecin m’a demandé d’éviter mais c’est trop difficile pour moi de marcher longtemps à cause de mon dos…).

            J'aime

          • Pas le permis, pas de voiture, même pas le droit de faire du vélo à cause de mon dos… Je vais à pieds et en bus, parfois en train mais je voyage de moins en moins souvent (toujours à cause des douleurs dans le dos…).

            Aimé par 1 personne

          • Oh, j’ai une carte annuelle (et la moitié de l’abonnement est pris en charge mensuellement par l’employeur, c’est la législation, enfin pour ceux qui utilisent les transports en commun pour aller au travail). Avec la reprise, aujourd’hui, c’est très strict, port du masque obligatoire et la moitié des sièges condamnés. Et pour toi, la reprise s’est passée comment ?

            Aimé par 1 personne

          • J’avais posé des jours de vacances, donc maison. Mais je suis sortie de la maison faire des courses et charger mon pass navigo. J’ai discuté avec des inconnus, c’était agréable de voir des humains et d’échanger avec eux.

            J'aime

          • C’est super, moi aussi j’ai discuté avec des inconnus (pendant les commissions, aux arrêts de bus, ou en attendant que le médecin ouvre), y a pas à dire, nous les humains sommes une espèce communicante comme tous les mammifères 😉 Bonne semaine Noctenbule 🙂

            Aimé par 1 personne

          • et oui, et ces petits échanges changent une journée, un petit mot, un sourire, une blague et la journée est plus belle.
            Belle semaine à toi aussi

            J'aime

          • C’est marrant quand tu parles de « un sourire » mais je suis sûre que, de la même façon qu’on sait que quelqu’un sourit au téléphone, on « voit » le sourire à travers le masque 🙂
            Une belle semaine à toi aussi (grise et tristounette ici).

            Aimé par 1 personne

Laissez un commentaire, merci !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.