Trois fois la fin du monde de Sophie Divry

Trois fois la fin du monde de Sophie Divry.

Noir sur blanc, collection Notabilia, août 2018, 240 pages, 16 €, ISBN 978-2-88250-528-6.

Genres : littérature française, science-fiction.

Sophie Divry naît en 1979 à Montpellier. Diplômée de l’École supérieure de Journalisme de Lille et de l’IEP de Lyon, elle vit à Lyon. Trois fois la fin du monde reçoit le Prix de la page 111 en 2018. J’ai déjà lu son premier roman, La cote 400, dans un genre totalement différent.

Lors du braquage d’une bijouterie, Tonio Kamal est tué par la police. Son jeune frère, Joseph, 22 ans, est alors seul au monde. « Notre mère est morte quand on avait vingt ans, on n’a jamais eu de père. Tonio assassiné, je suis désormais seul sur la terre, je n’ai plus d’amis, tous se sont détournés de moi, ni d’amantes, j’étais à ce moment-là célibataire, je n’ai plus qu’un immense chagrin qui me déchire, me révolte. J’en veux à mort aux flics, je m’en veux à moi aussi. » (p. 13). Joseph est condamné en tant que complice et mis en prison pour des années. « La peur et le chagrin, une sensation terrible d’abandon et d’impuissance me plonge dans des abîmes de noirceur. » (p. 23).

Ce premier tiers du roman sur le monde carcéral est terrible ! « Jamais de silence, jamais de paix. » (p. 50).

Lorsque la Catastrophe survient, Joseph peut s’enfuir. Il est un des rares survivants, apparemment immunisés. « La moitié de l’Europe irradiée, la moitié de la France évacuée. » (p. 69). Il n’a pas été évacué, il s’est réfugié dans une épicerie, ce qui lui a permis de se nourrir, puis il a découvert une petite ferme du causse dans le Lot et s’y est installé. « Joseph cherche la nourriture […] de quoi s’habiller, de quoi se chausser, de quoi se soigner, de quoi lire, tout ce dont un homme a besoin. » (p. 91). Il va réparer, piocher, planter pour vivre ! Mais « C’est pas drôle d’être tout seul quand même. » (p. 97).

Heureusement vont venir se réfugier près de lui un mouton qu’il appelle Chocolat et une jeune chatte tigrée qu’il appelle Fine. « Mes bêtes, mes braves bêtes, qu’est-ce que je serais sans elles… » (p. 152). Finalement la solitude, c’est la tranquillité et la liberté. « Parce que si un être étranger venait, ce serait la fin. Il faudrait fuir ou s’expliquer. Il faudrait quitter la ferme. » (p. 155).

Parfois Joseph pense aux survivants. « Que font-ils, les Autres ? Comment vivent-ils là-bas ? » Il ne sait pas du tout s’il y a encore des survivants, s’ils sont nombreux ou pas, où et comment ils vivent… Joseph est un homme qui lutte pour sa vie et qui a réappris seul à vivre en harmonie avec la nature, les saisons. Les moments avec Chocolat sont très beaux, ceux avec Fine le sont encore plus. Mais trois fois, le monde de Joseph va s’effondrer, trois fois, ce sera la fin de son monde…

Trois fois la fin du monde est un roman attachant et passionnant, à la fois réaliste et poétique. J’aime beaucoup le style de Sophie Divry et elle a fait fort, d’abord dans l’univers carcéral, puis dans un monde post-apocalyptique.

Avez-vous déjà ressenti une angoisse avant la fin d’une lecture ? J’ai déjà été triste de finir un roman, de quitter des personnages auxquels je m’étais attachée. Mais avec ce roman, j’ai vécu une angoisse terrible, à partir de la page 208, je me disais que tout était trop beau, que ça allait mal se finir… Je n’avais jamais été angoissée comme ça à la lecture de la fin d’un roman, ça a été une expérience enrichissante mais usante.

Je mets cette lecture dans les challenges Animaux du monde (pour le mouton Chocolat et la chatte Fine, très importants), Littérature de l’imaginaire #8 et Printemps de l’imaginaire francophone 2020.

11 réflexions sur “Trois fois la fin du monde de Sophie Divry

    • Ah oui, tu l’avais lu ! Je suis retournée voir ton billet, j’avais même déposé un commentaire. Je suis contente de l’avoir lu, il m’a beaucoup plu, il est différent de La cote 400 mais La condition pavillonnaire me fait moins envie.

      J'aime

Laissez un commentaire, merci !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.