La poupée de porcelaine de Maxence Fermine

La poupée de porcelaine de Maxence Fermine.

Michel Lafon, mai 2013, 170 pages, 9,95 €, ISBN 978-2-7499-1969-0.

Genres : littérature française, jeunesse, fantasy.

Maxence Fermine naît le 17 mars 1968 à Albertville (Savoie). Je l’ai découvert avec Neige et Le violon noir en 1999 aux éditions Arléa puis L’apiculteur en 2000 chez Albin Michel. Depuis, j’ai lu une grande partie de ses romans mais pas tous.

Malo passe les vacances de la Toussaint avec ses parents mais il pleut. Sa mère, maussade, ne pense qu’au shopping, et son père est accaparé par le congrès de son Club de porteurs de cravates. Depuis son retour du pays des ombres, il y a environ un an, Malo ne pense qu’à revoir Lili. « Il pensait à elle tous les jours et espérait chaque matin retrouver le passage menant à elle. » (p. 14). Heureusement pour Malo, il y a une fête foraine ! Mais il suit deux étranges nains, Duredoreille et Surdaud, qui transportent une poupée en porcelaine, et se retrouve de nouveau au pays des ombres d’Écosse dans le palais des glaces. « Pour la seconde fois de son existence, il emprunta le toboggan et perdit connaissance. » (p. 36).

Un corbeau le met en garde : « Ici, rien ne se passe comme tu t’y attends. Le temps n’existe pas, la couleur est rare, quant aux petites marchandes de rêves, elles ne courent pas les rues… Ce nouveau voyage n’est pas un rêve… La deuxième fois, on ne rêve plus. » (p. 41).

Au manoir de Darkhouse, Malo est accueilli par Sir Luke, 27e du nom, fabricant de jouets, qui ressemble à un mage noir. Malo et Louison, la poupée qui a pris vie, pourront-ils s’enfuir et retrouver Lili, la petite marchande de rêves ? « Il faut que tu sois prudent. N’oublie pas que tu te trouves au Royaume des Ombres et qu’il faut respecter certaines règles ! Ici, l’imaginaire, c’est le réel. » (p. 64).

Maxence Fermine aurait-il un petit côté Peter Pan ? Ce deuxième tome, moins enfantin, plus sombre, que le premier – La petite marchande de rêves – m’a plus accrochée et je vous parlerai cet après-midi du troisième tome, La fée des glaces, paru en novembre 2013. Mais je préfère tout de même ses romans pour adultes.

Une lecture pour les challenges Jeunesse Young Adult #9, Littérature de l’imaginaire #8 et S4F3 #6.

6 réflexions sur “La poupée de porcelaine de Maxence Fermine

    • Ses romans pour adultes, et plutôt ses premiers pour l’émerveillement de découvrir l’auteur à ses débuts, Neige, Le violon noir, L’apiculteur, Opium et plus récemment Zen. J’espère que tu aimeras 🙂

      J'aime

  1. Je pense que ça ne me plairait pas vraiment. J’essaierai plutôt ses romans adultes. Je suis assez difficile quand il s’agit de littérature jeunesse.
    Bises.

    J'aime

Laissez un commentaire, merci !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.