Realm of broken faces de Marianne Stern

Realm of broken faces de Marianne Stern.

Récits du Monde Mécanique 3/3

Chat noir, collection Black Steam, juin 2018, 380 pages, 19,90 €, ISBN 978-2-37568-081-0.

Genres : littérature française, science-fiction, steampunk.

Marianne Stern était physicienne mais, passionnée par les machines volantes (un peu comme Hayao Miyazaki), elle se consacre maintenant à l’écriture (science-fiction, fantastique) et un peu à la musique. Voir le tome 1, Smog of Germania et le tome 2, Scents of Orient.

Automne 1917, nord-est de la France. Depuis deux ans, les troupes du Reich ont envahi une partie de la France et il existe une zone occupée. Les aérostats sont maintenant plus modernes, plus légers, en duralumin, et le Bismarck commandé par l’Amiral Wagner est une antiquité, en bois. « Wagner se retrouvait aujourd’hui aux commandes d’un navire trop lourd, trop lent, trop peu maniable, incapable de prendre de l’altitude, qui demandait une énergie considérable et un équipage important pour s’envoler. » (p. 14).

Au sol, des tranchées, de la boue, quelques survivants et un camp, une espèce de no man’s land, sur lequel règne Monsieur, un homme rafistolé avec du métal et des pierres précieuses, et qui vit avec des « choses mécaniques », c’est-à-dire des automates. « Manger, ou être mangé. Dans les tranchées, on survivait comme on pouvait, hommes ou animaux. » (p. 35). « Le carnage dans les tranchées, ça vous changeait un homme. » (p. 61).

Bien sûr, le lecteur retrouve des personnages connus. Le jeune Kaiser Joachim : « un jeune Kaiser sans expérience, sans relief, sans assurance. […] On le manipulait, on se servait de lui. » (p. 161). Jeremiah l’Exécuteur : « Je déteste cette ville pourrie jusqu’à ses racines, je déteste ce palais suintant d’or, je déteste les gens de puissance qui croient pouvoir dicter l’existence des autres, je déteste la politique, ce que fut votre père, les jeux de pouvoir. Je déteste jusqu’à ce sobriquet dont on m’a affublé. L’Exécuteur… » (p. 119). Viktoria von Preußen, Charles de Bellecourt… Et de nouveaux personnages comme le Quenottier (qui est un narrateur), la Mioche, ou Poincaré qui exilé à Londres exhorte les Français « à ne rien céder » et à « ne pas rendre les armes » (p. 99).

Quant à Maxwell, le plus génial orfèvre d’Europe, il serait mort aux Indes (voir tome 2)… « Maxwell, sous ses apparences de gentilhomme serviable, possédait une âme aussi noire qu’un puits sans fond, machiavélique, torturée. Mieux valait l’avoir comme allié plutôt qu’ennemi. » (p. 160).

Fin de la trilogie, comme un hommage aux « gueules cassées » de la Première guerre mondiale, à l’horreur que ces soldats ont vécu. Je suis un peu triste que cette série soit terminée même si ce troisième tome est plus sombre encore que les précédents… Mais j’ai bien aimé avoir les deux visions, le côté français et le côté allemand.

Pour les challenges Littérature de l’imaginaire #8 et Vapeur et feuilles de thé.

2 réflexions sur “Realm of broken faces de Marianne Stern

Laissez un commentaire, merci !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.