Un cœur simple de Gustave Flaubert

Pour le challenge Les classiques c’est fantastique !, le thème d’octobre est Balzac vs Flaubert (le logo de Moka est, comme à chaque fois, très beau). Il est possible de lire soit l’un des auteurs soit les deux, trois possibilités donc. Ayant chez moi l’intégrale de Balzac et l’intégrale de Flaubert, j’ai décidé de lire un titre de chacun mais ces deux titres ne pouvaient pas être trop longs sinon je n’aurais pas eu le temps et de les lire et de rédiger les billets. J’ai choisi un des trois contes, Un cœur simple de Gustave Flaubert et Gobseck d’Honoré de Balzac (vous aurez ma note de lecture demain).

Un cœur simple de Gustave Flaubert

Vous pouvez lire librement Un cœur simple sur Wikisource.

Il existe des éditions en poche comme celles de Folio classique, Hachette ou Librio, une centaine de pages, entre 2 et 3 €.

Genres : littérature française, conte, nouvelle.

Gustave Flaubert naît le 12 décembre 1821 à Rouen (Normandie). Il étudie le Droit à Paris mais mène une vie de bohème et se consacre à l’écriture. Il est considéré comme un des plus grands auteurs français de la deuxième moitié du XIXe siècle. Il a pourtant été moins prolifique que d’autres auteurs mais que de grands romans : Madame Bovary (1857), Salammbô (1862), L’éducation sentimentale (1869). Il meurt le 8 mai 1880 à Croisset (Normandie).

Flaubert écrit cette nouvelle de février à août 1876 en piochant dans ses souvenirs d’enfance et en s’inspirant des personnes avec qui il vivait à cette époque. Par exemple Félicité est Mademoiselle Julie (la servante de ses parents qui éleva le jeune Flaubert et passa 60 ans avec lui), Virginie sa jeune sœur Caroline (décédée) et Madame Aubain est inspirée d’une tante. Flaubert ayant des problèmes d’argent à cause du mari de sa nièce a dû vendre ses biens immobiliers… Il a aussi du mal à terminer Bouvard et Pécuchet (sa dernière œuvre). Il écrit Un cœur simple chez un ami à Concarneau. Cette nouvelle est publiée en 7 épisodes dans Le Moniteur universel (du 12 au 19 avril 1877). Ensuite l’éditeur de Flaubert, Georges Charpentier, publie Trois contes (Un cœur simple, La légende de Saint-Julien L’Hospitalier, Hérodias) en un recueil en avril 1877. Un cœur simple a été adapté en film en 2007-2008 par Marion Laine avec Sandrine Bonnaire, Marina Foïs et Pascal Elbé (vidéo ci-dessous).

Pont l’Évêque, Normandie. Félicité est la servante de madame Aubain. « Pour cent francs par an, elle faisait la cuisine et le ménage, elle cousait, lavait, repassait, savait brider un cheval, engraisser les volailles, battre le beurre, et resta fidèle à sa maîtresse, – qui cependant n’était pas une personne agréable. » (p. 3). Après une déception amoureuse (Théodore a épousé une riche veuve pour échapper à la conscription), Félicité a quitté la ferme où elle travaillait depuis la mort de ses parents pour la ville où elle ne connaît personne. Elle est embauchée chez madame Aubain, une veuve désargentée, mère de Paul (7 ans) et Virginie (4 ans). La vie est simple, bucolique, et Félicité est heureuse avec les enfants. La famille va même aux bains à Trouville. « Dans ce temps-là, ils n’étaient pas fréquentés. » (p. 14). Lorsque Félicité emmène Virginie au catéchisme, elle découvre en même temps que la fillette « l’Histoire sainte » (p. 17), elle est éblouie et en garde « le respect du Très-Haut et la crainte de sa colère. » (p. 17). Alors qu’il ne lui reste plus que madame Aubain, Félicité reçoit un perroquet de la famille de Larsonnière qui déménage. « Il s’appelait Loulou. Son corps était vert, le bout de ses ailes rose, son front bleu, et sa gorge dorée. » (p. 34). À la mort de Loulou, « Elle pleura tellement que sa maîtresse lui : – Eh bien ! Faites-le empailler ! » (p. 37).

Ce que j’aime chez Flaubert – tout comme chez Balzac d’ailleurs – ce sont ses descriptions, non seulement des personnages mais aussi des lieux et en plus de la Nature environnante et des animaux (Balzac étant plus citadin, plus Parisien). Son style est réaliste et sa psychologie des personnages est profonde : le lecteur sent que Flaubert aime ses personnages quels que soient leurs défauts (ici, pour Félicité, la simplicité d’esprit, ce qui la rend forte et ouverte aux autres) mais il a un côté pessimiste indéniable. Quel destin tragique que celui de Félicité qui perdra tous ceux qu’elle aime ! Ses parents et la séparation d’avec ses sœurs, son futur mari (qui lui en préfère une autre), Paul qui part au collège à Caen, Virginie qu’elle aime tendrement et qui part au couvent des Ursulines à Honfleur, son neveu Victor (elle a retrouvé par hasard une sœur) qui part aux Amériques et meurt à Cuba, Madame Aubain (elles se sont finalement rapprochées) et surtout son perroquet Loulou… C’est trop pour une femme au cœur simple qui n’a sans doute pensé qu’aux autres durant toute sa vie. Un cœur simple est à la fois une nouvelle et un conte, triste, qui représente la vie de tant de femmes seules, pauvres, considérées comme simplettes mais avec un grand cœur et une grande abnégation envers les autres. À noter que Un cœur simple est vu comme le seul récit plus ou moins autobiographique de Flaubert puisqu’il y revisite son enfance, ses souvenirs et les proches qu’il a connus avec un fort côté nostalgique.

Par rapport au thème, Balzac vs Flaubert, quel lien entre Flaubert et Balzac ? Balzac est l’aîné (1799-1850) et Flaubert le considère comme son maître, son père littéraire.

En plus du challenge Les classiques c’est fantastique, je mets cette lecture dans Animaux du monde #3 (pour Loulou, le perroquet, très important), Cette année, je (re)lis des classiques #3 et Contes et légendes #2.

25 réflexions sur “Un cœur simple de Gustave Flaubert

  1. J’aime beaucoup cette nouvelle / ce conte. Quelle femme que Félicité. Si j’avais eu le temps, j’aurais pu aussi relire ce titre et le chroniquer. Quel bon choix que tu as fait là.

    J'aime

  2. Alice dit :

    À chaque fois que je lis celles et ceux qui lisent Flaubert, je trouve toujours quelque chose qui pourrait me plaire, mais je garde tellement d’à priori d’ennui que j’ai du mal à me faire violence pour réitérer l’expérience, même des années plus tard 🙂 un jour peut-être…

    J'aime

Laissez un commentaire, merci !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.