Une république lumineuse d’Andrés Barba

Une république lumineuse d’Andrés Barba.

Christian Bourgois, mai 2020, 192 pages, 18 €, ISBN 978-2-267-03206-2. República Luminosa (2017) est traduit de l’espagnol par François Gaudry.

Genres : littérature espagnole, roman.

Andrés Barba naît en 1975 à Madrid (Espagne). Il étudie les lettres espagnoles, enseigne à Brunswick (Maine, États-Unis) puis à Madrid. Du même auteur : La ferme intention (2006), La sœur de Katia (2006), Et maintenant dansez (2007), Versions de Teresa (2011), Les petites mains (2018), Août, octobre / Mort d’un cheval (2018).

Le narrateur raconte : vingt-deux ans auparavant, en 1993, jeune marié à Maia et jeune fonctionnaire des services sociaux, il doit gérer les trois mille membres de la communauté ñeê à San Cristobál. La chaleur y est humide, lourde ; la forêt un « monstre vert et imperméable » (p. 14) ; la pauvreté rude… Lors de leur arrivée, une chienne vient se jeter contre leur fourgonnette… « Sombre présage [ou] présence bénéfique » (p. 15) ? Contre toute attente, la chienne survit (des années), c’est Moira. Quant à Maia, professeure de violon, elle a une fille que le narrateur élève comme un père et qu’il appelle « la petite » car elle s’appelle également Maia.

Moins d’un an après leur installation à San Cristobál, la population va être confrontée à un groupe de trente-deux enfants, entre neuf et treize ans, sortis de nulle part… Du fleuve pensent certains. Des enfants volés pour des trafics et qui se sont enfuis ? Des enfants fugueurs ? Ils parlent en tout cas une langue incompréhensible, commettent des dégradations, des vols et peu à peu vont devenir agressifs, violents. « Des enfants, oui, mais pas comme nos enfants. » (p. 40). C’est après les fêtes, le 7 janvier 1995, que tout s’accélère avec « l’attaque du supermarché Dakota » (p. 69). Après avoir volé et dégradé, les enfants armés ont attaqué les adultes ; bilan trois blessés et deux morts. La population oscille entre « trois réactions contradictoires mais aussi complémentaires : l’indignation, le désir de vengeance et la pitié. » (p. 80).

La tension monte surtout lorsque les enfants de San Cristobál sont attirés par quelque chose que les adultes ne comprennent pas et que les enfants eux-même n’arrivent pas à expliquer. En fait il apparaît un côté fantastique comme dans la littérature d’Amérique du Sud (je pense à Jorge Luis Borges, Julio Cortàzar, Carlos Fuentes, Gabriel Garcia Marquez entre autres). Doit-on considérer les enfants de ce groupe qui sème le chaos (même lors de leur absence) avant tout comme des enfants ou des délinquants ? Un enfant est-il toujours innocent ? Que faire lorsqu’un enfant n’a pas reçu l’éducation, les repères, les limites, tout ce qui fera de lui un humain responsable dans une société ? Ce roman (le 7e de l’auteur traduit en français et que je ne connaissais pas du tout !) est une sorte de fable tragique qui apporte aux lecteurs – à l’image du narrateur – des sensations traumatisantes.

« L’amour et la peur ont en commun le pouvoir de nous leurrer et de nous guider : nous confions à quelqu’un la direction de notre crédibilité et, surtout, de notre destin. » (p. 131).

J’ai fait des recherches et… 1. La communauté ñeê n’existe pas. 2. San Cristóbal pourrait correspondre à San Cristóbal de Las Casas dans le Chiapas au Mexique mais pourrait aussi bien être une ville en Argentine ou dans un autre pays sud-américain de langue espagnole près de la jungle et d’un large fleuve.

Assurément je lirai d’autres titres de cet auteur espagnol ; si vous en avez un en particulier à me conseiller !

Pour les challenges Animaux du monde #3 (la chienne Moira et les serpents dangereux) et Voisins Voisines 2020 (Espagne). Et n’oubliez pas de visiter Mon avent littéraire 2020 pour le jour n° 8.

10 réflexions sur “Une république lumineuse d’Andrés Barba

  1. A_girl_from_earth dit :

    Ah oui, un coup de cœur carrément ? Ça tombe bien, je cherche des auteurs espagnols contemporains à découvrir et celui-ci me semble tout à fait faire l’affaire. 🙂

    J'aime

    • Oh oui, je te conseille fortement cet auteur 🙂 🙂 🙂 Je lirai sûrement un ou deux autres titres pour le Mois espagnol s’il revient en 2021 (selon les disponibilités à la bibliothèque) 🙂

      J'aime

  2. Ortiz dit :

    Je connaissais l’auteur avec le roman La sœur de Katia, bouleversant. J’aime bien la façon dont cet auteur aborde la jeunesse. Hélas, je n’ai pas adhéré à celui-ci, malgré votre chronique qui me donnerait envie d’une relecture de son roman. Mais je compte bien poursuivre l’exploration de cet auteur.

    J'aime

    • Peut-être que c’est le côté « fantastique » qui t’a dérangée ici (on se tutoie, OK ?) et que les autres romans de cet auteur n’ont pas ce côté ? En tout cas, c’est un roman dérangeant, c’est sûr. Je note La sœur de Katia et je verrai s’il est à la bibliothèque 😉
      Bon weekend et d’agréables lectures 🙂

      J'aime

  3. Ortiz dit :

    Disons que la rencontre avec ce roman ne s’est pas faite. Ce n’est pas le côté fantastique qui m’a gêné, je suis à bonne école car j’aime beaucoup la littérature latino-américaine.
    Cela dit, l’auteur mérite qu’on le lise.
    Merci et bonnes lectures à toi aussi.

    J'aime

Laissez un commentaire, merci !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.