Histoire d’une baleine blanche de Luis Sepúlveda

Histoire d’une baleine blanche de Luis Sepúlveda.

Métailié, septembre 2019, 128 pages (voir en bas du billet), 12 €, ISBN 979-10-226-0901-2. Historia de una ballena blanca (2018) est traduit de l’espagnol par Anne Marie Métailié.

Genres : littérature chilienne, novella illustrée.

Luis Sepúlveda naît le 4 octobre 1949 à Ovalle (Chili) mais grandit dans le quartier ouvrier de Santiago. Il pratique le football puis se lance en littérature. Étudiant, il soutient le gouvernement de Salvador Allende et il est emprisonné sous la dictature du général Augusto Pinochet en tant qu’opposant politique. Libéré, il est exilé en Suède mais va voyager en Amérique du sud (Équateur, Pérou, Colombie et Nicaragua) avant de s’installer en Europe (Allemagne puis Espagne). Militant à la Fédération internationale des droits de l’homme et à Greenpeace, il voyage régulièrement (Amérique du Sud, Afrique) et écrit (pour les adultes et pour la jeunesse). Il meurt le 16 avril 2020 à Oviedo (Espagne). En mai 2017, j’avais lu L’Ouzbek muet et autres histoires clandestines, un recueil de très bonnes nouvelles, plutôt politiques, en poche.

Été 2014, Puerto Mountt, Chili. Une baleine de quinze mètres s’est échouée… Les lafkenche, les hommes de la mer du coin, vont la tracter pour qu’elle repose en pleine mer. Un enfant triste offre au narrateur « une coquille de loco, un coquillage marin très apprécié » (p. 14-15) et lui dit d’écouter la baleine. « Je l’ai fait. Et sous le ciel gris du sud du monde une voix m’a parlé dans le vieux langage de la mer. » (p. 15).

À partir de ce moment, c’est la baleine qui devient narrateur. C’est un mâle, couleur de lune, « de l’espèce des cachalots, de la lignée des fjords et des îles » (p. 26). La baleine raconte sa naissance près de l’île Mocha, la mer, ses congénères, ce qu’elle a observé, son admiration des humains qui ne sont pas fait pour la mer mais qui naviguent sur des bateaux de plus en plus élaborés. Malheureusement, « je n’ai pas aimé ce que j’ai appris d’eux. » (p. 37) et ce n’est pas sa rencontre avec une baleine pilote aux poumons perforés par un harpon qui va changer son opinion… Les humains sont donc petits mais dangereux et ingrats envers la terre et la mer.

C’est alors qu’un vieux cachalot de son groupe lui narre la légende des lafkenche et d’une « île ngill chenmaywe, le lieu où on se réunit pour commencer le grand voyage. » (p. 59) et comment son groupe met son espoir en lui « pour faciliter le dernier voyage des quatre vieilles baleines, des trempulkawe » (p. 60).

Et le mâle se retrouve seul, près des côtes de Mocha, se nourrissant « des bancs de calamars et de poulpes qui abandonnaient leurs cachettes dans les fonds marins. » (p. 65). Les années passent et son travail d’attente et de surveillance s’étire en longueur mais le mâle a le temps de dormir et de rêver. « Je rêvais de cet endroit où nous irions, nous toutes les baleines guidées par les lafkenche. » (p. 74).

Que ce texte poétique est beau et triste ! La lecture fut éprouvante tant j’ai pleuré… Je hais les baleiniers ! Clin d’œil évident au Moby Dick de Herman Melville (les baleiniers surnomment notre narrateur Mocha Dick) avec le baleinier Essex du capitaine Achab, cette Histoire d’une baleine blanche est un vibrant hommage au peuple de la mer (baleine, dauphin) et au respect qui lui est dû. En août 2018, Camille Brunel donnait aussi la parole à une baleine, entre autres, dans La guérilla des animaux.

Les 33 dessins en noir et blanc de Joëlle Jolivet sont sublimes et illustrent merveilleusement bien le texte. Mon dessin préféré est celui de la baleine qui dort verticalement (p. 73). Je conseille cette histoire poignante à tous, jeunes et adultes, car il faut arrêter de vider et de polluer les mers et les océans ! J’ai très envie de lire d’autres titres de Luis Sepúlveda, peut-être une lecture commune pour le 16 avril ?

Le site de l’éditeur dit 90 pages mais mon exemplaire contient 128 pages, peut-être à cause des illustrations et le texte ne fait finalement que 90 pages (l’édition espagnole fait d’ailleurs 96 pages). Donc je mets cette lecture dans le Projet Ombre 2021 et Les textes courts.

J’ai lu Luis Sepúlveda pour le Mois Amérique latine (Chili) et je le mets aussi dans Animaux du monde #3 (pour la baleine bien sûr), Challenge lecture 2021 (catégorie 9 puisque l’histoire se déroule à l’été 2014 mais il aurait pu être dans les catégories 13, 18 ou 41 avec la naissance du baleineau), Contes et légendes #3 (légendes mapuches) et Petit Bac 2021 (catégorie Animal pour Baleine).

28 réflexions sur “Histoire d’une baleine blanche de Luis Sepúlveda

  1. Jourdan dit :

    Oui Sepulveda arrivait à nous arracher des larmes. Je crois que c’est dans Patagonia Express qu’il narrait l’histoire de Panchito et le Dauphin, une amitié entre un petit garçon handicapé et un dauphin, jusqu’au jour où un bateau usine arrive… Très beau et émouvant.

    J'aime

  2. Jourdan dit :

    Oh merci, je note Le bateau-usine de Kobayashi Takiji.
    Alors Patagonia Express, c’est une nouvelle tirée d’un roman de Sepulveda en fait mais je ne me souviens plus du titre du roman.

    J'aime

  3. J’ai lu « Histoire d’une mouette et du chat qui lui apprit à voler » et je me souviens avoir bien aimé. Tiens, je devrais le relire car je m’aperçois que je n’ai pas fait de billet à ce sujet.

    J'aime

Laissez un commentaire, merci !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.