Journal de bord 3-2021

Bonsoir à vous,

Après le Journal de bord 01-2021 et le Journal de bord 02-2021, voici le Journal de bord de mars 2021.

1ère quinzaine de mars. Je suis les deux dernières semaines de cours du MOOC 18e siècle, le combat des Lumières avec FUN MOOC et je reçois mon attestation de réussite (le 23 mars) avec une note finale de 88/100, je suis très contente et j’ai très envie de relire des auteurs du XVIIIe siècle en particulier Voltaire suite à l’excellente série télévisée Les aventures du jeune Voltaire diffusée le mois dernier.

4 mars. Je visite la nouvelle médiathèque et l’expo Georges Meurdra.

8 mars. J’apprécie le spectacle traditionnel japonais Takiyasha-Hime (danse théâtrale).

Du 10 mars au 28 mars. La 35e Fête du livre de Bron a lieu en ligne (mais, en fait, avec la trachéite et la rhinopharyngite, je n’ai pas regardé les vidéos que je voulais…).

Les nouveaux challenges auxquels je participe (en plus de ceux auxquels je me suis déjà inscrite et qui continuent) : Mois Europe de l’Est (mars), Printemps de l’Imaginaire Francophone (du 1er mars au 1er juin 2021) et le Challenge de la planète Mars (du 1er mars 2021 au 31 mars 2022) qui est arrivé par surprise ! Un nouveau challenge BD qui commence demain, le 1er avril (pour un an) mais j’ai publié le billet ce matin, Des histoires et des bulles avec Noctenbule.

Les livres que j’ai lus : Aux jeunes gens de Piotr Kropotkine (Temps Nouveaux, 1904, 42 pages). L’anniversaire de Nikolaï Pavlov (Bibliothèque russe et slave, 1835, 28 pages). La misère de Nikolaï Telechov (Bibliothèque russe et slave, 1903, 15 pages). Bartleby de Herman Melville (Mille et une nuits, 1853, 80 pages). Amelia Earhart, l’aviatrice qui voulait faire le tour du monde de Pascale Perrier et Isabelle Delorme (Oskar, 2020, 80 pages). Roman en neuf lettres de Fédor Dostoïevski (ebook, 1845, 27 pages). Le rendez-vous dans trois cents ans d’Alekseï Tolstoï (ebook, 1840, 37 pages). Futu.re de Dmitry Glukhovsky (Le livre de poche, 2019, 960 pages). La guerre des salamandres de Karel Čapek (L’avant-scène théâtre, 2018, 80 pages). La Peau de chagrin d’Honoré de Balzac (1831, 331 pages). Ténèbre de Paul Kawczak (La Peuplade, 2020, 320 pages). Évangile des égarés de Georgina Tacou (Gallimard, 2020, 198 pages). La musique d’Édouard de Monika Filipina (Crackboom Livres, 2021, 36 pages). Bambou à l’école des singes de Lucie Papineau et Dominique Jolin (Dominique et Compagnie, 2004, 32 pages). Erectus de Xavier Müller (XO, 2018, 440 pages). La remontrance du tigre de Park Ji-won (Decrescenzo, 2017, 192 pages). Plus deux notes de lectures d’avant (que je ne comptabilise pas dans les totaux livres et pages) : Metro 2033 de Dmitry Glukhovsky (L’Atalante, 2010, Russie) et Metro 2034 de Dmitry Glukhovsky (L’Atalante, 2009, 413 pages). Soit 16 livres et 2898 pages.

Les BD et mangas : Raven & l’ours 1 de Bianca Pinheiro (La boîte à bulles, 2017, 64 pages). La fuite du cerveau de Pierre-Henry Gomont (Dargaud, 2020, 192 pages). Tulipe de Sophie Guerrive (2024, 2019, 160 pages). Soit 3 BD et 416 pages.

Soit 19 lectures dont 3 BD et 3314 pages.

Les livres que j’ai acheté: je n’ai pas acheté de livres mais j’ai reçu le 23 mars La remontrance du tigre de Park Ji-won avec le Challenge coréen et je remercie Cristie (l’organisatrice du challenge) et les éditions Decrescenzo 🙂

Les films que j’ai vus : Le flic de Belleville réalisé par Rachib Bouchareb en 2018, avec Omar Sy, un film divertissant mais je n’ai souri qu’une fois avec « Sergent Garcia » (je ne suis pas très bon public pour les comédies…). Wonder Woman, un film fantastique anglo-américain réalisé en 2017 par Patty Jenkins (ça change de la série télévisée des années 70, j’ai bien aimé Gal Gadot et Chris Pine). Enfin j’ai vu Green Book (je l’avais manqué au cinéma) réalisé par Peter Farrelly en 2018, ça raconte le road movie en 1962 dans le sud profond entre Don Shirley (un pianiste noir virtuose) et Tony Vallelonga (son chauffeur italien), 130 minutes de pur bonheur, des images superbes, une bande son magnifique, une très belle amitié (ce n’était pas gagné au départ !), je ne savais pas que le Green Book était le « Guide for Negro Travelers » (mais il a été créé par un Noir qui s’appelait Green et qui a recensé les endroits où les Noirs pouvaient manger et dormir, c’était la période du « égaux mais séparés »), il y a de l’humour (mon gag préféré est « Joe Pin » pour Chopin) et les bonus du DVD sont intéressants (3 documentaires de 5 minutes chacun). Les films d’animation : Bach-Hông réalisé par Elsa Duhamel (2018) sur le Vietnam et l’exil, Les damnés de la Commune (replay d’Arte disponible jusqu’au 20 mai 2021, profitez-en, prévoyez une heure et demie) d’après la bande dessinée de Raphaël Meyssan parue en 2019 (très beau et instructif), L’heure de l’ours réalisé par Agnès Patron (2019) sur la jalousie d’un enfant devant la sexualité de sa mère, et Sita Sings the Blues réalisé par Nina Paley (2008) sur le Râmâyana.

Télévision : comme d’habitude, le soir sur Arte, documentaire (souvent animalier) puis journal télévisé puis 28’ (mais, le dimanche soir, je regarde le journal de France2). Quelques morceaux d’émissions musicales ou de concerts comme Basique ou Taratata (France2) et le film documentaire Mike Brant l’étoile filante (France3).

Les séries que j’ai vues : j’ai continué Hawaii 5.0 (M6, à raison d’un épisode par semaine, j’ai le temps de voir les 22 épisodes…), Resident Alien (Syfy) Wynonna Earp saison 2 (Syfy, qui embraye immédiatement avec la saison 3, j’aime bien mais 3 saisons à la suite, c’est un peu lourd à digérer…) et j’ai terminé Les carnets de Max Liebermann, excellente série (France3) et La faute à Rousseau (France2) qui m’a amusée. Les nouvelles séries sont A Discovery of Witches saison 2, belle série historique et fantastique anglaise en 10 épisodes sur Syfy (avec des vampires, des sorcières, c’est adapté du roman éponyme de l’Américaine Deborah Harkness), Bäckström, série policière suédoise en 6 épisodes (c’est rare que France3 diffuse une série scandinave le dimanche soir, j’y suis plutôt habituée le jeudi soir sur Arte, en fait la série est une coproduction suédoise et allemande), Innocent, une mini-série britannique (irlandaise) en 4 épisodes (merci au replay de 13e rue), Les rivières pourpres saison 3, série policière ésotérique française en 8 épisodes sur France2 (adaptée de l’œuvre littéraire de Jean-Christophe Grangé).

J’espère que ce troisième Journal de bord de l’année vous a intéressés et je vous souhaite un beau mois d’avril.

<- Journaux de bord 2020. <- Journal de bord 01-2021. < – Journal de bord 02-2021.

24 réflexions sur “Journal de bord 3-2021

Laissez un commentaire, merci !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.