Son espionne royale et la fiancée de Transylvanie de Rhys Bowen

Son espionne royale et la fiancée de Transylvanie de Rhys Bowen.

Robert Laffont, collection La bête noire, juillet 2020, 360 pages, 14,90 €, ISBN 978-2-22124-262-9. Royal blood (2010) est traduit de l’anglais par Blandine Longre.

Genres : littérature anglaise, roman policier.

Rhys Bowen est le pseudonyme de Janet Quin-Harkin, née le 24 septembre 1941 à Bath dans le Somerset. Autrice de romances, elle utilise Rhys Bowen pour ses romans policiers : les séries Constable Evan Evans (1997-2006), Molly Murphy (2001-2017) et Royal Spyness (2007-2020).

Les trois premiers tomes : Son espionne royale mène l’enquête de Rhys Bowen, Son espionne royale et le mystère bavarois de Rhys Bowen et Son espionne royale et la partie de chasse de Rhys Bowen.

Novembre 1932, Londres. Georgie est seule à Rannoch House mais elle reçoit deux lettres, une de la Reine Mary pour déjeuner jeudi et une de sa belle-sœur, Fig, qui lui annonce que la météo est tellement catastrophique dans leur château écossais qu’ils (Binky, Fig et Podge) viennent passer l’hiver à Rannoch House. La catastrophe pour Georgie qui n’a toujours ni domestique ni chauffage ni nourriture digne de ce nom… Heureusement elle rencontre Darcy O’Mara qui l’invite chez Rules, le plus ancien restaurant de Londres.

Lors de son déjeuner avec la Reine, Georgie apprend qu’elle doit représenter la Cour d’Angleterre au mariage de « la princesse Maria Theresa de Roumanie [et du] prince Nicholas de Bulgarie […] héritier du trône. » (p. 49). Maria Theresa est une de ses anciennes camarades de pensionnat (en Suisse si je me souviens bien). Il lui faut une femme de chambre et Queenie Hepplewhite, la jeune femme que Hettie Huggins (l’amie de grand-papa cockney) lui a envoyée est… spéciale. « Topons là, mam’zelle […]. Vous allez pas le regretter, mam’zelle. J’vous jure que j’serai la meilleure femme de chambre que vous avez jamais eue ! » (P. 81). Ne soyons pas mauvaises langues mais nous en doutons quand même !

Voici donc Georgie en route pour la Roumanie en compagnie d’une bonne fantaisiste, maladroite et incompétente (elle a perdu ses précédents emplois à cause d’incidents à répétition…) et d’un chaperon austère, Lady Middlesex. Direction le château de Bran en Transylvanie, évidemment personne n’est rassuré : des loups, des vampires… Et surtout une tempête de neige qui bloque l’accès au château (Middlesex et Bickett ne peuvent repartir le lendemain matin comme prévu).

En tout cas, à Bran, Georgie retrouve sa mère qui y séjourne avec son amant allemand, Belinda sa meilleure amie qui comme souvent a utilisé un subterfuge, le prince Siegfried de Roumanie que Georgie a éconduit il y a quelques mois, la vraie Hannelore et… Darcy (serait-il un espion de la Couronne britannique ?). « Maintenant qu’il était là, je me sentais capable d’affronter vampires, loups-garous et brigands » (p. 169). Mais le maréchal Pirin, un grossier personnage mais indispensable en politique (pour éviter une guerre civile en Yougoslavie), meurt durant le banquet… Crise cardiaque ? Empoisonnement ? Et, bien sûr, impossible d’appeler la police : « À cause de la neige, la ligne téléphonique est coupée. Nous sommes complètement isolés. » (p. 171).

Pour cette quatrième aventure (enquête) de Victoria Georgiana Charlotte Eugenie, fille du duc de Glenn Garry et Rannoch, surnommée Georgie, (et pour le lecteur), c’est un total dépaysement (quoiqu’il fasse plus froid en Transylvanie qu’à Londres). C’est la première fois que Goergie et le lecteur quittent Londres (enfin sauf pour aller dans l’affreux château familial en Écosse).

Par rapport au premier tome où Georgie était une totale novice, elle prend de la bouteille (je ne veux pas dire qu’elle boit), elle devient plus observatrice, plus perspicace au fur et à mesure de ses aventures. Ici, elle ne va pas protéger ou enquêter sur un membre de la famille royale anglaise, elle est totalement hors de son univers mais elle va de nouveau très bien s’en sortir (avec un peu d’aide quand même et même Queenie a son utilité).

C’est bien sûr toujours so British et il y a de la matière : histoire, politique et social des années 30 (certains parlent déjà de Hitler), protocole hum… pas toujours respecté, humour… et une pointe de surnaturel dans ce huis-clos glacial (y aurait-il vraiment des vampires ?).

Bon, je dois avouer que je l’ai lu en août dernier et que je n’avais pas publié ma note de lecture. Pourquoi ? Parce que toutes les notes de lectures rédigées au brouillon dans des cahiers se sont retrouvées dans des cartons avec des livres ou des papiers et que je les retrouve peu à peu (oui, il reste encore quelques cartons à ouvrir), donc voilà, mieux vaut tard que jamais et je lis en ce moment le tome 5, Son espionne royale et le collier de la Reine, paru en juillet 2020.

D’autres l’ont lu : À livre ouvert, Mylène, Pedro Pan Rabbit, Ramettes, d’autres ?

Angleterre pour British Mysteries 7, Mois anglais 2022, Voisins Voisines 2022 et aussi pour Contes et légendes (vampires, château qui a inspiré Bram Stoker), Les dames en noir, Petit Bac 2022 (catégorie Famille pour Fiancée parce que pour la catégorie Lieu il y a déjà pas mal), Polar et thriller 2021-2022.

6 réflexions sur “Son espionne royale et la fiancée de Transylvanie de Rhys Bowen

  1. Ju dit :

    Super article vraiment, merci pour cette belle découverte 🙂 hésites pas à venir faire un tour sur mon site Mood-blog.fr et à t’abonner si ça te plaît 🙂

    J’aime

    • Oh la la, oui, et il reste encore une vingtaine de cartons… J’aime bien cette série, j’en suis à plus de la moitié du 5e tome, Son espionne royale et le collier de la reine (un tome différent, pas encore de meurtre !).

      J’aime

    • Tu verras, une histoire plus tendue (météo, tensions politiques…), j’ai de mon côté lu le tome 5, Son espionne royale et le collier de la reine, différent, il se déroule sur la Côte d’Azur, mais très bien aussi 🙂
      PS : Canalblog doit encore faire des siennes car je n’arrive pas à accéder à ton blog…

      J’aime

Laissez un commentaire, merci !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.