Throwback Thursday livresque #61

Peut-être la dernière participation 2017 pour le Throwback Thursday livresque de Bettie Rose (je ne participe pas toutes les semaines).

Thème du jeudi 14 décembre : « Dans la hotte 2016 », un livre qui était dans la hotte du Père Noël en 2016. L’intégrale illustrée de Jane Austen « édition du bicentenaire 1817-2017 » est un beau livre regroupant les six romans : Raison et sentiments (1811), Orgueil et préjugés (1813), Mansfield Park (1814), Emma (1815), Persuasion (1818) et Northanger Abbey (1818) avec 300 gravures originales. Aux éditions L’Archipel, 880 pages, 35 €. Dans la même collection : Sherlock Holmes, Alexandre Dumas, Jules Verne. Idéaux pour un cadeau !

Publicités

Le tour du monde en 72 jours de Nellie Bly

Le tour du monde en 72 jours de Nellie Bly.

Points, juin 2017, 208 pages, 6,70 €, ISBN 978-2-7578-5980-3. Around the World in Seventy-Two Days (1890) est traduit de l’américain par Hélène Cohen.

Genres : récit de voyage, littérature américaine.

Nellie Bly (1864-1922) : je vous ai présenté cette journaliste d’investigation (une pionnière !) américaine ici et je remercie encore Noctenbule pour ce livre.

Après avoir écrit 10 jours dans un asile (Ten Days in a Mad-House, 1887), Nellie Bly a envie d’une autre aventure et, pourquoi pas, de vacances ! Elle décide de faire le tour du monde en 75 jours pour battre le record de Phileas Fogg, héros anglais littéraire de Jules Verne. Le New York World, journal pour lequel elle travaille, accepte la mission. « Pour tirer le meilleur de nos semblables ou accomplir soi-même un exploit, il faut toujours croire en la réussite de son entreprise. » (p. 16). Une seule robe (celle qu’elle porte mais elle est neuve et solide), un seul bagage (le sac qu’elle transporte avec ce qui lui est nécessaire), deux-cents livres (la monnaie en cours dans les pays gouvernés par la couronne britannique), quelques dollars (ils ne sont pas encore acceptés partout) et la voici partie pour l’aventure ! Avec bien sûr son passeport, n° 247 (peu de gens voyageaient à l’époque !), signé du secrétaire d’État. Elle embarque à bord de l’Augusta Victoria – qui la fera traverser l’Atlantique – le 14 novembre 1889 à 9 h 40. C’est pourquoi je publie cette note de lecture le 14 novembre à la même heure. 😉

C’est son premier voyage en bateau et elle a le mal de mer mais elle va, lors de son périple, s’habituer et même apprécier la vie à bord et sur le pont (sauf en cas de tempête bien sûr). « Pas une seule fois je ne doutais de succès de mon entreprise. » (p. 26). « Nous passions principalement nos journées à nous prélasser dans nos fauteuils sur le pont. Personne ne savourait le confort plus que moi. » (p. 88).

J’ai noté le voyage pour ne pas l’oublier. New York, traversée de l’océan Atlantique, Southampton et Londres (Angleterre), traversée de la Manche, Boulogne sur Mer, Amiens et Calais (France), Brindisi (Italie), Port Saïd et le Canal de Suez (Égypte), Aden (Yémen), Colombo (Ceylan devenu Sri Lanka), Penang (Malaisie), Singapour, Hong Kong (à l’époque britannique) et Canton (Chine), Yokohama, Kamakura et Tokyo (Japon), traversée de l’océan Pacifique, San Francisco, traversée en train des États-Unis d’est en ouest pour un retour à New York. Le tout en 72 jours, elle a fait mieux que prévu !

À Amiens, elle rencontre Jules Verne et son épouse qui l’ont invitée ! « Leur accueil chaleureux me fit oublier mon allure négligée. » (p. 45).

Lorsqu’elle est au Proche et Moyen Orient, j’avais l’impression d’être dans un roman d’Agatha Christie même s’il n’y avait pas de crimes ! Les descriptions des populations et des paysages sûrement.

Le voyage est raconté par Nellie Bly, comme un journal de voyage, et il est enrichi par des articles que le New York World publie pour donner des nouvelles à ses lecteurs. C’est passionnant de voir comment les Occidentaux considéraient les autres populations en cette fin de XIXe siècle et aussi de voir comment vivaient ces populations, pour la plupart colonisées par les Britanniques. Malheureusement, pressée par le temps, elle ne reste pas très longtemps dans chaque escale et ne peut parfois pas se rendre compte de la vie réelle. En plus, contrairement à ce qui est annoncé (faire le tour du monde « seule »), elle est rarement seule, à part dans sa cabine de bateau ou dans sa chambre d’hôtel, je veux dire qu’elle a toujours un guide ou un ami qu’elle s’est fait sur le bateau ou un diplomate qui lui fait visiter et lui sert d’interprète (mais sinon elle voyage seule dans le sens de sans chaperon et sans accompagnateur mais elle est Américaine et pas Anglaise). Son récit m’a encore plus intéressée lorsqu’elle arrive en Extrême-Orient ! À Colombo, elle découvre les catamarans. Elle passe Noël (1889) à Canton (Chine) et le réveillon du Nouvel An (1890) à bord de l’Oceanic en route pour Yokohama (Japon). Ah, le Japon… Elle visite la ville portuaire de Yokohama, une ville que j’ai beaucoup aimée (j’y suis allée deux fois), la ville de Kamakura et la statue géante de Bouddha (que j’ai visitées aussi, plus d’un siècle après elle) et Tokyo : « La capitale dispose d’une ligne de tramway, la seule de tout l’Orient […]. » (p. 183). J’ai pris la dernière ligne de tramway à Tokyo, la Toden Arakawa, elle est pittoresque et n’est plus utilisée que par les habitants du quartier, par ailleurs très agréable, et quelques touristes (des amis japonais un peu plus âgés que moi m’ont dit qu’ils prenaient cette ligne dans les années 70’ pour aller à l’université Waseda). Le Japon est le seul pays que Nellie Bly dit quitter à regret, je la comprends. Mais son seul regret durant ce voyage, c’est de ne pas avoir eu un Kodak pour prendre des photos. Ce qui n’était pas mon cas, j’avais mes appareils photos, donc voici une de mes photos du Bouddha Géant de Kamakura. 🙂

Trois phrases que je veux garder en mémoire :

« Je réponds toujours à ceux qui critiquent mon menton, mon nez ou ma bouche, qu’on ne peut échapper aux attributs que la vie vous donne, pas plus qu’on ne peut échapper à la mort. » (p. 157).

« La littérature permet l’accès aux cieux. » (p. 168) : inscription dans la salles des Bonnes Étoiles où sont corrigées les copies des étudiants de la salle des Examens à Canton.

« Plantez deux allumettes au bout d’une pomme de terre, un champignon à l’autre extrémité, et vous obtiendrez un Japonais ! » (p. 178). Ah ah ah, c’est à cause des « jambes maigrelettes » et du « chapeau en forme de bassine » !!!

Un petit truc qui m’a dérangée : « Mongoliens » (p. 159 et 166)… Si les anglophones disent effectivement « Mongolians » (ou aussi Mongols), la traduction française n’est pas Mongoliens mais bien Mongols ! Alors, une petite erreur de traduction ?

Je mets cette belle lecture dans les challenges Classiques et Raconte-moi l’Asie (car elle passe beaucoup de temps en Asie).

En coup de vent… /40

J’ai eu une belle surprise, encore de la part de Noctenbule, la première fois c’était un paquet pour mon anniversaire et elle m’avait prévenue de son envoi, mais là, pour Halloween, surprise totale ! Merci Noctenbule, tu es super ! Et je réfléchis encore à quoi t’envoyer (d’un peu original) pour te remercier ! Je vous mets deux photos car sur la première on voit la carte fermée alors que sur la deuxième on la voit ouverte : carte faite maison, géniale, n’est-ce pas ?

J’en profite pour vous redire que ma note de lecture du Tour du monde en 72 jours de Nellie Bly – que je viens justement de commencer et que j’aime beaucoup – sera publiée le 14 novembre à 9 heures 40 puisque c’est le jour et l’horaire où la journaliste est partie en 1889 donc ce sera comme un hommage de ma part.

En ce qui concerne cet autre livre, 10 jours dans un asile de Nellie Bly (j’avais vu la note de lecture de Noctenbule fin octobre mais je ne m’attendais pas du tout à ce qu’elle me l’envoie), je le lirai plus tard mais je suis sûre qu’il va me plaire car je m’intéresse à l’histoire de la psychiatrie, les aliénistes, etc.

Je vous souhaite une belle semaine en espérant que la reprise n’est pas trop difficile (pour les chanceux qui étaient en vacances) et qu’il ne fait pas trop froid chez vous.

Quand l’oncle de Khokholov mourra de Martin Kukučín

Œuvre du sculpteur Ivan Meštovič, photo de Peter Zelizňák (domaine public)

Quand l’oncle de Khokholov mourra… de Martin Kukučín.

La Bibliothèque russe et slave, février 2017, 63 pages. Keď báčik z Chochoľova umrie… (1890) est traduit du slovaque par Janka Cádra pour une parution dans la Semaine littéraire (vol. 30) en 1922.

Genre : littérature slovaque, nouvelle.

Martin Kukučín – pseudonyme de Matej Bencúr – naît le 17 mai 1860 à Jasenová en Slovaquie. Il étudie à Bratislava, Innsbruck et Vienne et travaille comme instituteur, puis il étudie la médecine à Prague et devient médecin d’abord en Dalmatie (Croatie) puis en Amérique du Sud. Il est auteur (entre 1883 et 1928) de nombreuses nouvelles, d’un roman : Dom v stráni (1911-1912, La maison sur la colline, ou sur la pente selon la traduction) et de trois drames : Komasácia (1907), Bacuchovie Dvor (1922) et Obeta (1924). Il meurt le 21 mai 1928 à Pakrac en Croatie.

André Trava, fermier à Kameniany, ne voulant plus travailler aux champs, laisse la ferme à son fils et se lance dans le commerce : il achète et revend en faisant une belle plus-value. « Et André courait les foires et s’enrichissait. » (p. 5). Un jour, il rencontre Adouche Domanitzky, un fermier de Domanitzé. Son oncle est le doyen de Khokholov : « Un richard… un formidable richard… cousu d’argent… C’est le propre frère de ma mère… » (p. 11). Comme l’homme a bien bu, Trava lui achète de l’orge et de l’avoine pour une somme minime mais… « J’ai su tout de suite, rien qu’à la façon dont vous m’en avez parlé, que vous vous étiez laissé prendre… Vous n’êtes pas le premier… Il touche des arrhes de qui il peut… Il vend même ce qu’il n’a pas. Peu lui importe, à celui-là ! Pourvu qu’il ait de l’argent dans la main, le moyen de le rendre ne le tourmente pas. » (p. 28). Adouche Domanitzky serait-il un fieffé menteur, un coquin qui attend avec impatience la mort de l’oncle de Khokholov pour hériter ? « André s’attendait à ce que M. Adouche fût abattu, embarrassé, ou bien qu’il niât tout. Au contraire, il était gai, allègre, poli, sans laisser percer aucun souci de la visite d’André. Cela fit bonne impression sur ce dernier, dont les craintes s’apaisèrent un peu. Il se reprit à espérer que tout n’était pas vrai de ce qu’il avait entendu dire. » (p. 38). Mais l’homme n’a ni orge ni avoine et refuse de rembourser les arrhes versées par Trava. « André n’avait jamais été aussi furieux. Il savait qu’il était dupé et ne pouvait se venger. » (p. 55).

L’auteur slovaque ne verse pas dans le romantisme germanique et écrit des nouvelles réalistes dans lesquelles il raconte – de même que les écrivains russes – le petit peuple, travailleur ou fainéant, honnête ou fourbe, en tout cas corvéable, avec ses qualités et ses défauts, le tout sans sentimentalisme et avec beaucoup de psychologie. Il est d’ailleurs considéré comme un des fondateurs de la littérature réaliste slovaque. Il n’y a pas de morale mais on peut dire qu’être malhonnête ne rend pas heureux et n’enrichit pas donc mieux vaut être honnête !

Une lecture intéressante pour le challenge Classiques et pour La bonne nouvelle du lundi.

En coup de vent… /37

Vous aimez les surprises ? Moi oui ! Enfin… les bonnes surprises ! Ce soir, je rentre du travail (la reprise a été difficile hier matin…), j’étais passée à la poste pour récupérer un colis (j’étais contente d’avoir reçu ce paquet) puis j’arrive chez moi, j’ouvre la boîte aux lettres et… un autre paquet ! Sur le moment, j’ai cru que c’était déjà un premier roman de la rentrée littéraire pour les 68 premières fois. Mais non, c’était un super cadeau de Noctenbule du blog 22 h 05 rue des Dames. Merci, merci beaucoup, Noctenbule ! « Je t’envoie une ou deux petites cartes pour ton anniversaire » m’avait dit Noctenbule, mais dans le paquet, joliment décoré et timbré, j’ai trouvé 4 jolies cartes, 2 marques-pages (mon préféré est bien sûr celui d’inspiration asiatique que vous voyez à droite sur la photo ci-dessous), 3 sachets de thé ou infusion (je n’en connais aucun mais j’ai d’autres parfums de ces thés anglais bio Clipper), une recette de cuisine secrète, un ruban et un ballon bleus (que le matou a essayé de subtiliser !) et un petit paquet en papier kraft. Elle m’a gâtée, Noctenbule ; que je suis contente ! Dans le papier kraft, un livre et j’ai eu la surprise de découvrir un classique que je ne connaissais pas du tout : Le tour du monde en 72 jours de Nellie Bly (1864-1922) et, comme vous pouvez le voir sur la deuxième photo ci-dessous, Noctenbule a même prévu que ce tour du monde se ferait en ballon ! « Défier Jules Verne et son Phileas Fogg ? C’est l’ambitieux projet de Nellie Bly et de son journal, le New York World. C’est en femme, en journaliste et en solitaire qu’elle entame cette traversée en novembre 1889, chargée d’un unique sac à main. Une première. Et en 72 jours, elle boucle cette expédition, qui est autant une ode à l’audace et à la détermination qu’une lutte pour l’émancipation des femmes. » dit la 4e de couverture ; j’adore l’idée ! Alors, encore une fois, un gros merci Noctenbule, bises 🙂 Et pourquoi pas une lecture commune de ce récit de voyage pour le 14 novembre à 9 heures 40 (date et heure où Nellie Bly est partie en 1889) ?

Les marrons de Louis-Timagène Houat

marronshouatLes marrons de Louis-Timagène Houat.

L’arbre vengeur, collection L’alambic, février 2011, 139 pages, 10 €, ISBN 978-2-916-1417-1.

Genres : littérature réunionnaise, premier roman.

Louis-Timagène Houat (1809-1890) est un artiste, un médecin qui s’est intéressé à l’homéopathie et un homme de lettres, il a une bonne connaissance de la littérature de son temps et on le dit inspiré par Bug-Jargal de Victor Hugo (1826) et Georges d’Alexandre Dumas (1843). Du même auteur : Un proscrit de l’île de Bourbon à Paris (1838), un récit autobiographique.

un-mois-un-editeur« Assez, frères, assez d’être esclaves ! Il est temps d’avoir notre cœur ! Il est temps de secouer la chaîne, de nous venger en hommes ! À la révolte ! Parcourons les ateliers ! Soulevons-les tous à la fois ! Éclatons comme un ouragan sur l’île !, Oui, vengeons-nous ! Incendions ces champs tous fertilisés de nos douleurs ! Abattons ces demeures enrichies de notre esclavage ! Que leurs débris couvrent la terre, et que cette terre imbibée de nos sueurs soit engraissée par le sang de ceux qui nous tourmentent ! » (p. 38).

AfriqueLogo-OstinatoEnlevés à leurs familles en Afrique, vendus et embarqués sur des bateaux vers des destinations qui leur étaient inconnues : c’était le triste sort des esclaves… Les marrons est une histoire dramatique où règnent la haine, les préjugés et l’envie de révolte ; y a-t-il un espoir ?

« Mais l’union de Frême et de Marie ne pouvait guère rester longtemps secrète. Bientôt le bruit courut dans tout le pays qu’un nègre, qui de plus était esclave, avait épousé une fille blanche. » La qualification d’esclave donné à Frême était fausse, car étant de l’atelier colonial, il ne pouvait être considéré comme tel, d’après même les lois et les ordonnances abolitives de la traite. » (p. 90).

ChallengeClassiquesPereGoriotQuatre ans avant l’abolition de l’esclavage, le roman de Louis-Timagène Houat de l’île Bourbon (la Réunion) fut publié en 1844. Les marrons est le premier roman réunionnais, il fut oublié et redécouvert en 1980. Éric Dussert le publie dans la collection L’alambic avec une préface instructive. Les marrons ne sont pas systématiquement des Noirs : « cimarrón » signifie en espagnol « vivant sur les cimes », les marrons sont des esclaves échappés vivant sur les hauteurs de l’île de façon autonome, il y a aussi des Blancs ; « marron » est devenu « nègre marron » ou « negmarron ».

Une lecture qui fait réfléchir pour le challenge Un mois, un éditeur que je mets aussi dans À la découverte de l’Afrique (le père de l’auteur était un bambara de Guinée), Classiques et Défi Premier roman.

Natsume Sôseki

sosekinatsumeDans un mois, le 9 février 2017, ce sera les 150 ans de la naissance de Natsume Sôseki (et le 9 décembre 2017, ce sera les 101 ans de sa mort).

Natsume Sôseki 夏目 漱石 est un écrivain japonais né le 9 février 1867 à Edo (ancien nom de Tôkyô). Il vit durant l’ère Meiji (1868-1912) et connaît le début de l’ère Taishô (1912-1926). Il étudie la littérature chinoise, puis l’architecture, l’anglais et la littérature anglaise. Il écrit des haïkus (poèmes), des articles de journaux et, en 1888, il prend comme nom de plume Sôseki (qui est en fait son prénom). Il enseigne, écrit (des romans, des nouvelles) et voyage (en Angleterre puis en Mandchourie et en Corée). Malheureusement il est très malade et meurt le 9 décembre 1916 à Tôkyô. Mais son œuvre reste et je vous propose, en son honneur, de faire du mois de février le Mois Natsume Sôseki.

tempsbotchantaniguchiIl suffira de lire un seul livre de Natsume Sôseki pour honorer le challenge ; mais plus de lectures sont les bienvenues ! Ci-dessous, vous trouverez les titres de Natsume Sôseki (source : Wikipédia) et vous pouvez aussi lire (un ou plusieurs tomes de) la série de manga Au temps de Botchan 坊っちゃんの時代 (Botchan no jidai) de Jirô Taniguchi 谷口 ジロー qui raconte la vie de Natsume Sôseki et l’ère Meiji.

1899 : Copeaux de bois, extraits de Bokusetsu-roku, œuvre en kanbun (chinois classique littéraire).

sosekichat1905 : Je suis un chat (Wagahai wa neko de aru – 吾輩は猫である), traduit par Jean Cholley, Paris, Gallimard, 1978.

1906 : Botchan (坊っちゃん) ou Le jeune homme, traduit par Hélène Morita, Paris, Le Serpent à plumes, 1993.

1906 : Oreiller d’herbes (Kusamakura – 草枕), traduit par René de Ceccatty et Ryôji Nakamura, Paris, Rivages, 1987.

1906 : Le 210e jour (二百十日) traduit par René de Ceccatty et Ryôji Nakamura, Paris, Rivages, 1990.

sosekibotchan1907 : Le mineur (Kôfu – 坑夫), traduit par Hélène Morita avec Shizuko Bugnard, Paris, Le Serpent à plumes, 2000.

1907 : Rafales d’automne (Nowaki – 野分), traduit par Élisabeth Suetsugu, Paris, Philippe Picquier, 2015.

1908 : Dix rêves (夢十夜), traduit par Alain Rocher, in Anthologie de nouvelles japonaises contemporaines, Paris, Gallimard, 1986.

1909 : Petits contes de printemps (Eijitsu shôhin – 永日小品), traduit par Élisabeth Suetsugu, Arles, Philippe Picquier, 1999.

sosekisanshiro1909 : Sanshirô (三四郎), traduit par Jean-Pierre Liogier, Paris, Philippe Picquier, 1990.

1909 : Et puis (Sorekara – それから), traduit par Hélène Morita avec la collaboration de Yôko Miyamoto, Paris, Le Serpent à plumes, 2004.

1910 : La porte (Mon – 門), traduit par Raymond Martinie (Paris, Éditions Rieder, 1928, prix Langlois 1928 de l’Académie française), traduction plus récente par Corinne Atlan, Arles, Philippe Picquier, 1992.

1910-1911 : Choses dont je me souviens (Omoidasukoto nado – 思い出す事など), traduit par Élisabeth Suetsugu, Arles, Philippe Picquier, 2000.

1911 : La civilisation japonaise moderne (Gendai Nihon no Kaika – 現代日本の開化), dans Cent ans de pensée au Japon – Tome 1.

1911 : Haltes en Mandchourie et en Corée, précédé de Textes londoniens, traduit par Olivier Jamet et Élisabeth Suetsugu, Paris, La Quinzaine littéraire-Louis Vuitton, 1997.

sosekiautomne1907-1912 : Une journée de début d’automne, traduit par Élisabeth Suetsugu, Arles, Philippe Picquier, 2012.

1912 : À l’équinoxe et au-delà (Higansugi made 彼岸過迄), traduit par Hélène Morita, Paris, Le Serpent à plumes, 1995.

1913 : Le voyageur (Kôjin – 行人) ou L’homme qui va, traduit par René de Ceccatty et Ryôji Nakamura, Paris, Rivages, 1991.

1907-1914 : Conférences sur le Japon de l’ère Meiji, traduit par Olivier Jamet, Paris, Hermann, 2013.

sosekipauvrecoeur1914 : Le pauvre cœur des hommes (Kokoro – こころ), traduit par Horiguchi Daigaku et Georges Bonneau, Paris, Institut international de coopération intellectuelle, 1939.

1914 : Mon individualisme (Watashi no kojinshugi – 私の個人主義), suivi de Quelques lettres aux amis, traduit par René de Ceccatty et Ryôji Nakamura, Paris, Rivages, 2003.

1915 : À travers la vitre (Garasudo no naka – 硝子戸の中), Paris, Rivages, 1993.

1915 : Les herbes du chemin (Michikusa – 道草), traduit par Élisabeth Suetsugu, Paris, Philippe Picquier, 1992.

1916 : Clair-obscur, inachevé (Meian – 明暗), traduit par René de Ceccatty et Ryôji Nakamura, Paris, Rivages, 1989.

Alors qui en est ?

1. PatiVore avec Les herbes du chemin (je voulais lire aussi Je suis un chat mais ce roman est maudit avec moi : deux fois je l’ai commencé et n’ai pas pu le continuer et maintenant, je ne l’ai pas retrouvé car il est soit dans un carton soit dans une pile de livres pas rangés…). Et l’hommage à Jirô Taniguchi.

2. Sharon de Des livres et Sharon avec …

3. Cat de Chroniques aiguës avec Le goût en héritage et La porte.

4. Martine de Les lectures de Martine avec …

5. Antoine de Corboland78 et Le bouquineur avec Je suis un chat, Une journée de début d’automne (articles publiés en 2012) et Et puis.

6. Ingrid de Book’ing, les lectures d’Ingannmic avec Oreiller d’herbes.

7. Karine de Mon coin lecture avec Botchan.

8. Marjorie de Chroniques littéraires avec Rafales d’automne.

9. Nounours36 de BookManiac avec Botchan.

10. Bidib de Ma petite médiathèque avec Je suis un chat de Tirol Cobato (manga adapté du roman de Sôseki).

11. Lee Rony de Lire au nid avec Je suis un chat (article publié en 2013), Oreiller d’herbesBotchan et Le voyageur.

Merci aux 10 membres qui ont rejoint le groupe FB sur Natsume Sôseki et aux blogueurs qui ont lu au moins un livre (ou plus !) de Sôseki (leurs liens sont ci-dessus). La palme revient à Lee Rony, dernier inscrit, qui a publié trois notes de lecture en février 2017 (plus une recyclée) : bravo !