Tulipe de Sophie Guerrive

Tulipe de Sophie Guerrive.

2024, septembre 2019 (1ère édition en 2016), 160 pages, 17 €, ISBN 978-2-901000-12-9.

Genres : bande dessinée française, humour.

Sophie Guerrive naît le 29 août 1983 à Marseille. Elle étudie les Arts décoratifs à Aix en Provence et à Strasbourg. Ses autres titres chez 2024 : Capitaine Mulet (2016), Les voyages de Tulipe (2017), Tulipe et les sorciers (2019). D’autres titres chez Warum : Girafes, Chef Magik tomes 1 et 2, Delcourt : Crépin et Janvier, Ion : Marines, Médiévales, Batailles, entre autres. Elle est membre créatrice du Collectif des créatrices de bande dessinée contre le sexisme. Tulipe était dans la sélection officielle du 44e Festival international de la bande dessinée d’Angoulême (janvier 2017).

Tulipe est un ours, il vit avec ses amis (cliquez sur la planche) et il a tout compris à la vie. « Moi je ne me fatigue pas, j’écoute le vent dans les feuilles et je tourne autour de mon arbre en suivant son ombre. » (p. 30). Bon, lui et ses amis ne sont pas contre l’absurde et c’est tout le piment de la vie. Mais un jour, le serpent Crocus, qui s’ennuie ferme, décide de partir en voyage. Et puis un autre jour, le caillou disparaît dans un trou et le tatou Narcisse prend son courage à deux pattes pour le sauver. « Comment être sympa ? » demande ensuite Narcisse à chacun de ses amis (p. 51-54). En tout cas, chacun a la vie et l’avis différents mais est-ce que chacun a tort ou raison ? « Nous sommes bien peu de choses… » (Tulipe, p. 59), « Encore heureux… » (l’arbre, p. 59).

Je parlais récemment de l’absurde (Kafka, Ionesco, Cioran…) et ça m’a fait plaisir de lire cette bande dessinée. Pour les personnages, la vie serait longue, inintéressante, triste, stupide… Pas grave : « avec des pauses crêpes, ça va » (Crocus, p. 142). Qui est-on réellement ? S’imagine-t-on différent de ce que l’on est ? Comment est-on perçu par les autres ?

Avec des dessins tout simples, Tulipe et ses amis (animaux, végétaux, minéraux qui ont pratiquement tous des noms de végétaux), en méditant sur le sens de la vie et des petites choses de la vie (comme l’amitié, l’amour, la solitude, le doute, la déprime, le temps qui passe), nous donnent une belle leçon d’humilité, d’acceptation de soi et des autres. C’est finalement drôle, philosophique et j’ai beaucoup aimé la fin (non, non je ne dévoile rien) avec l’arbre. Et surtout j’ai très envie de lire les deux autres tomes de Tulipe !

Une excellente lecture pour La BD de la semaine que je mets dans les challenges Animaux du monde #3, BD, Challenge lecture 2021 (2e billet pour la catégorie 32, un livre dont le titre comprend le nom d’une fleur) et Jeunesse Young Adult #10. Plus de BD de la semaine chez Stéphie.