Audiolib 1Q84 – Livre 1 avril-juin de Haruki Murakami

[Article archivé]

Lorsque Thomas m’a contactée pour tester un CD de texte lu, j’ai accepté de recevoir 1Q84 – Livre 1 avril-juin de Haruki Murakami.

1Q84 (2009) est traduit du japonais par Hélène Morita avec la collaboration de Yôko Miyamoto.

Genre : littérature japonaise.

Je n’avais encore jamais écouté de livre lu et j’ai voulu tenter l’expérience !

J’ai été très contente de recevoir cet Audiolib contenant 2 CD pour presque 17 heures d’écoute (24,40 €, ISBN 978-2-35641427-4). Le texte est lu par Maia Baran (comédienne belge, d’origine russo-polonaise, au théâtre et dans le doublage) et Emmanuel Dekoninck (comédien, metteur en scène au théâtre et compositeur belge).

Je mets le premier CD dans la chaîne et je commence à écouter : une présentation avec les voix des deux narrateurs et le premier chapitre.

Tokyo, 1984. Aomamé (ce nom rare signifie haricot de soja bleu-vert), trente ans, est dans un taxi indépendant coincé dans les embouteillages sur la voie express. Le chauffeur écoute une symphonie peu connue de Leoš Janáček (Tchécoslovaquie, années 20). Aomamé doit se rendre à Shibuya où elle a un rendez-vous très important mais elle n’y sera sûrement pas à temps.

Ça me plaît bien mais qu’est-ce que je vais faire en écoutant ce CD ? Si je m’éloigne trop, je ne vais rien entendre… Et si je restais tranquillement sur le canapé et que je me laissais porter par la voix de Maia Baran ? Aomamé écoute la symphonie les yeux clos ; eh bien, moi aussi, j’ai les yeux clos et… je m’endors, zut ! Je n’ai entendu que la première partie du premier chapitre (une dizaine de minutes).

Deuxième essai : je remets le premier CD dans la chaîne, j’essaie d’écouter sans m’endormir et je réussis à aller un peu plus loin, yes !

Le chauffeur conseille à Aomamé de descendre du taxi et de prendre les escaliers de secours pour aller à la gare, ainsi elle pourra peut-être arriver à temps à son rendez-vous. Mais ensuite il lui tient des propos étranges sur les escaliers, sur les choses et l’apparence qui sont différentes, sur la réalité, sur le paysage qui pourra lui paraître différent…

C’est intrigant et je voudrais continuer mais j’ai de plus en plus de mal à me concentrer sur la voix (déjà que je n’écoute pratiquement plus la radio…). Bilan : j’ai réécouté la première partie (que j’avais oubliée !) et j’ai continué avec la deuxième partie du premier chapitre (en tout environ 25 minutes) avant de décrocher…

Troisième essai : allez, je suis motivée ! Je suis devant l’ordinateur mais pas évident de faire quelque chose d’autre en écoutant le CD…

La symphonie se termine, il y a des applaudissements. Aomamé donne 3000 yens au chauffeur et descend du taxi. Comme les gens dans les autres voitures l’observent, le lecteur (l’auditeur) a droit à une description complète de la jeune femme (apparemment son oreille gauche déformée est un détail important). Puis Aomamé descend l’escalier métallique malgré le vent.

Bon, le premier chapitre est terminé, ouf ! J’aurai mis trois mois pour écouter 36 minutes ! Je suis moi aussi prise dans les embouteillages ! Et je n’ai même pas embrayé avec Tengo (deuxième chapitre). À ce train-là, je vais passer 38 mois à écouter le premier CD et encore 38 mois pour le deuxième CD !!! Je crois que les CD de textes lus, ce n’est vraiment pas pour moi ! Je conseille cette activité à ceux qui font des trajets en voiture ou en transports en commun, qui passent deux heures dans leur bain ou trois heures à repasser (ce qui n’est pas mon cas) !

Mais c’était une expérience à tenter et je veux quand même remercier Thomas et les éditions Audiolib. Je suis vraiment désolée de ne pas avoir été à la hauteur.

Je voudrais parler un peu de Haruki Murakami parce que c’est un auteur que j’apprécie beaucoup et je ne voudrais pas que mes lecteurs soient découragés. De mon côté, je lirai la trilogie (lorsque j’aurai plus de temps) au format papier ou numérique.

Haruki Murakami 村上 春樹(むらかみ はるき) naît le 12 janvier 1949 à Kyôto. Après des études à l’Université de Waseda à Tôkyô, il devient responsable d’un bar de jazz (pendant 8 ans). En 1979, à la parution de son premier roman, il reçoit le prix Gunzô et se consacre à la littérature. C’est un auteur très célèbre au Japon et à l’étranger.

Ce que j’aime chez Haruki Murakami, c’est sa façon de tout décrire, de donner plein de détails, d’amener peu à peu un intérêt croissant, une crainte, un petit côté fantastique, d’embringuer son lecteur pour l’accrocher au récit, aux personnages, à sa magie.

J’ai déjà lu La course au mouton sauvage, Danse danse danse, Kafka sur le rivage, L’éléphant s’évapore entre autres.

Et comme je place Haruki Murakami dans le challenge Écrivains japonais d’Adalana pour le mois de février, je peux vous dire que je reparlerai de cet auteur car il vaut vraiment le coup ! Je mets aussi cette « lecture » dans le Petit Bac 2013 (catégorie Chiffre/nombre).

Publicité