La découverte des dinosaures, une révolution archéologique

La découverte des dinosaures, une révolution archéologique. Le fil de l’Histoire raconté par Ariane & Nino.

Dupuis, collection Jeunesse, novembre 2018, 45 pages, 5,90 €, ISBN 978-2-39034-008-9.

Genres : bande dessinée française, littérature jeunesse, Histoire.

La collection Le fil de l’Histoire, c’est déjà 20 volumes avec au scénario Fabrice Erre et au dessin Savoia. Le site officiel : https://www.arianeetnino.com/.

Personne n’a jamais vu de dinosaures ! Mais les paléontologues ont découvert lors de fouilles archéologiques leurs traces et leurs ossements. Le premier os de dinosaure aurait été retrouvé en 1677 par un savant anglais, Robert Plot, mais il n’a pas su dire ce que c’était. Ni les scientifiques du XVIIIe siècle.

« Ces fossiles peuvent raconter beaucoup de choses, mais il faut savoir les faire parler. » (Ariane, p. 9).

Les Anglais, les Hollandais et les Français sont pionniers. Le premier paléontologue scientifique étant Georges Cuvier, un Français. « Il comprend dès 1796 que des espèces animales ont disparu dans le passé, une idée pas évidente pour les Européens de l’époque… En tant que croyants, ils pensaient que la Création de Dieu n’avait pas changé depuis le début… » (Ariane, p. 10).

Puisqu’il y a tant de fossiles en Europe, les Américains se disent qu’il doit y en avoir également chez eux. C’est la ruée vers les fossiles de dinosaures et la « guerre des os » ! « […] d’immenses découvertes : 130 nouvelles espèces de dinosaures sont décrites ! » (Ariane, p. 20).

Aux XXe siècle, les expéditions veulent non seulement trouver des os de dinosaures mais aussi le « chaînon manquant ». Ça m’a fait penser au très beau roman West de Carys Davies que j’ai lu l’été dernier.

« C’est drôle : des œufs, des becs, des plumes… Certains ressemblent à des oiseaux. » (Nino, p. 33).

Tout comme avec le premier tome, Les Gaulois, sacrés ancêtres, j’ai appris des choses, en particulier les noms des premiers paléontologues mais je ne pense pas que je les retiendrai ! Les dates et l’évolution des découvertes sont importantes aussi, par exemple des erreurs sont corrigées car les scientifiques découvrent toujours de nouveaux os et de nouvelles informations.

Et le cahier illustré, en fin de volume, donne plein d’explications complémentaires sur les fouilles, les reconstructions de dinosaures, la chronologie, etc.

Pour La BD de la semaine et les challenges BD et Jeunesse Young Adult #9. Plus de BD de la semaine chez Noukette.

Les Gaulois, sacrés ancêtres !

Les Gaulois, sacrés ancêtres ! Le fil de l’Histoire raconté par Ariane & Nino.

Dupuis, collection Jeunesse, février 2018, 45 pages, 5,90 €, ISBN 978-2-39034-002-7.

Genres : bande dessinée française, littérature jeunesse, Histoire.

La collection Le fil de l’Histoire, c’est déjà 20 volumes avec au scénario Fabrice Erre et au dessin Savoia. Le site officiel : https://www.arianeetnino.com/.

Ariane et Nino voient, chez leur grand-mère un vieux portrait et s’interrogent : c’est le grand-père de mamie donc leur arrière-arrière-grand-père. « Mais alors, c’est un Gaulois ? » (Nino, p. 3). Nino apprend qu’en fait les Gaulois vivaient il y a 2000 ans et qu’ils étaient en fait des Celtes. Gaulois est le nom que leur ont donné les Romains (comme Galates, nom donné par les Grecs pour les Celtes de Turquie).

C’est parce que les Gaulois avancent vers le sud et s’emparent du Capitole à Rome que les Romains les repoussent et occupent peu à peu leur territoire ! C’est la guerre des Gaules, menée par Jules César.

« Mais un village résiste toujours ! » (Ariane, p. 8). Eh non, ce n’est pas celui d’Astérix ! C’est celui d’Ambiorix, en 54 avant J.-C., en Belgique !

Puis il y a Vercingétorix, le roi des Arvergnes (Auvergne) mais il doit se réfugier dans l’oppidum d’Alésia (ville fortifiée). Mais les Gaulois deviennent des Gallo-Romains et sont intégrés dans l’empire romain.

Jusqu’à ce qu’il s’effondre et qu’arrivent les Germains, dont une tribu appelée les Francs.

« Au Moyen-Âge, plus personne ne se dit Gaulois. » (Ariane, p. 13). « Mais alors, qu’est-ce qui reste des Gaulois en nous ? » (Nino, p. 13).

Bref, je ne vous raconte pas tout, lisez cette BD ! Bien sûr elle est dédiée à la jeunesse mais elle est bien dessinée et bien racontée. Idéale pour comprendre quel héritage ont laissé ces fameux Gaulois : agriculture, élevage, outils agricoles comme la création de la première moissonneuse-batteuse !, artisanat (laine, bois, fer, poteries…), etc. Les Gaulois avaient leurs qualités et… leurs défauts (sacrifices humains, par exemple, interdits par les Romains).

Vous savez quoi : j’ai appris des choses ! Les Gaulois ont inventé la cotte de mailles, le canif à lame rétractable, le savon, le tonneau cerclé (plus solide que l’amphore), etc.

Ce qui est intéressant, c’est de voir Ariane et Nino qui, après avoir remonté le fil de l’Histoire, sont à l’époque des Gaulois.

Et en fin de volume, il y a un instructif cahier illustré « Pour en savoir plus… ».

PS : dans le fil de l’Histoire, je vois un clin d’œil au fil d’Ariane !

Pour La BD de la semaine et les challenges BD et Jeunesse Young Adult #9.

Plus de BD de la semaine chez Moka.

Les larmes du seigneur afghan de Campi, Zabus et Bourgaux

Les larmes du seigneur afghan de Campi, Zabus et Bourgaux.

Dupuis – Aire Libre, mai 2014, 80 pages, 16,50 €, ISBN 978-2-8001-58-46-4.

Genre : bande dessinée documentaire.

Thomas Campi, né le 8 décembre 1975, est un dessinateur italien qui a commencé par la pub. Il a vécu pendant 6 ans en Chine et vit maintenant à Sydney en Australie. Plus d’infos sur http://thomascampi.com/.

Vincent Zabus, né le 8 mai 1971 à Namur, est un scénariste belge. Du même auteur : Agathe Saugrenu, Macaroni !, Le monde selon François.

Pascale Bourgaux est une journaliste française, elle a couvert le Kosovo, l’Irak, l’Afghanistan, le Moyen-Orient, elle travaille pour les médias français et belges, et donne aussi des cours à Sciences Po.

Depuis dix ans, Pascale va régulièrement en Afghanistan. Elle réalise des reportages sur Mamour Hasan, « un seigneur de guerre ouzbek du nord du pays » (p. 8) et les gens de sa maison. Mars 2010, son employeur préférerait qu’elle ne parte pas car le pays devient de plus en plus dangereux. Pascale est cette fois accompagnée de Gary, le caméraman, c’est sa première fois, et comme d’habitude d’un fixeur qui les guidera et leur servira d’interprète. C’est vrai que la situation s’est dégradée en dix ans : Pascale voit la corruption, les bavures et la pauvreté. « Si l’argent de la communauté internationale était dépensé correctement… Aujourd’hui en Afghanistan, il n’y aurait ni pauvreté, ni talibans. » (p. 26). Beaucoup d’Afghans ne croient plus en la démocratie et sont prêts à inviter les talibans contre lesquels ils ont combattu. « Dix ans de soutien militaire et d’aide humanitaire internationale pour en arriver là… T’imagines ? » (p. 32).

Comme le livre date un peu (2014), on n’apprend pas de choses récentes sur l’Afghanistan mais le constat n’a pas changé : les talibans sont toujours là, la corruption et la pauvreté aussi, une partie de la population se radicalise de nouveau et le pays peut basculer dans le fondamentalisme. C’est triste pour les Afghans… Mais la bande dessinée est tout de même intéressante à lire car, en plus des dessins très réussis, c’est une belle tranche de vie, le beau témoignage d’une journaliste européenne qui aime ce pays et qui risque sa vie à chaque voyage pour rencontrer les gens dans les villages, les filmer, leur donner la parole et qui espère que la vie s’arrangera pour eux. Je me demande si elle y est retournée depuis ? J’aurais aimé savoir plus de choses sur la vie quotidienne, en particulier pour les femmes et les enfants, peut-être qu’il faudrait que je vois le film documentaire réalisé en 2011.

Une lecture pour La BD de la semaine que je mets dans les challenges BD, Défi 52 semaines (A comme Afghanistan), Raconte-moi l’Asie et Un max de BD en 2018.