Pêche d’Emma Glass

Pêche d’Emma Glass.

Flammarion, Hors collection, Littérature étrangère, août 2018, 128 pages, 14 €, ISBN 978-2-08144-313-6. Peach (2018) est traduit de l’anglais par Claro.

Genres : littérature galloise, premier roman.

Emma Glass naît à Swansea (Pays de Galles). Elle étudie la littérature anglaise, participe à des ateliers d’écriture et devient infirmière en pédiatrie avant d’écrire ce premier roman, Pêche (peut-être inspiré par des patientes ?).

« Tu vois ? dit Papa. Il met juste du temps à s’habituer, c’est tout. On sait que tu as été un peu surprise par son arrivée, Pêche, dit Maman. » (p. 20). Pêche a été surprise à l’arrivée de son petit frère mais maintenant Pêche pense à autre chose, Pêche a été déchirée, Pêche a du sang qui coule, Pêche a dû se recoudre pour que le sang arrête de couler sur ses jambes. « Je dois oublier. Je vais oublier. Je me pince les joues, je soupire. Je vais essayer. » (p. 27). Le jeune homme va la harceler, lui dire qu’il l’aime… « Lincoln. Il a un nom. » (p. 29) mais Pêche ne dit rien à personne et refuse d’être une victime. « Je me dis, Faisons comme s’il ne s’était rien passé. Je ne veux pas être une victime. Une de ces victimes. » (p. 75).

Après Manuel de survie à l’usage des jeunes filles de Mick Kitson, je lis encore un roman qui parle de viol ; décidément cette rentrée littéraire est bien sombre… Mais Pêche est un roman totalement différent, très court, rythmé à toute vitesse (celle de l’adolescence ?), il est tout en fluides (bon là, c’est un peu beurk…), en couleurs et bizarrement il s’en dégage une sorte de poésie. L’adolescente, Pêche, est attachante et le lecteur a tellement envie qu’elle aille mieux, qu’elle puisse parler à ses parents (un peu décalés) et à son petit ami, Vert. Car Pêche affronte l’horreur seule… Seule ? Eh bien non, il y a les lecteurs ! Alors, lisez Pêche, vous verrez c’est un récit bouleversant, intense, et pas seulement féminin.

Je crains qu’en Grande-Bretagne, le viol soit un phénomène récurent, pour preuve cette campagne de pub de Blue Seat Studio :

Une dernière lecture faite pendant le Challenge de l’été que je mets dans 1 % Rentrée littéraire 2018, Défi littéraire de Madame lit (littérature britannique), Petit Bac 2018 (catégorie Mot positif, en total décalage avec le thème du roman !) et Voisins Voisines 2018 (Pays de Galles).

 

Publicités

Rupture de Maryline Desbiolles

Rupture de Maryline Desbiolles.

Flammarion, Hors collection, janvier 2018, 120 pages, 15 €, ISBN 978-2-0814-1420-4.

Genre : roman.

Marilyne Desbiolles naît le 21 mai 1959 à Ugine en Savoie. Elle est poète, romancière et vit dans l’arrière-pays niçois.

Une « nuit de désastre », l’eau a tout recouvert puis il y a eu une panne d’électricité et des centaines de morts. « Alors il fit vraiment noir et la nuit ressembla à la nuit. » (première phrase, p. 7).

François, une petite vingtaine d’années, avait quitté la vallée de la Maurienne, en Savoie, pour la vallée du Reyran, dans le sud, et il avait aimé les pêchers. Sa ville, Ugine, était noire et froide, et il n’aimait pas l’usine dans laquelle il travaillait, alors il avait trouvé une chaleur dans ces arbres déjà en fleurs. François et René étaient venus pour la construction du barrage de Malpasset près de Fréjus. « Pas loin de deux cent ouvriers en tout. Il est prévu que le chantier dure trente mois. » (p. 28). Avec ses premiers revenus, François s’achète un appareil photos, un Kodak Retina qu’il a vu dans la vitrine d’un magasin de Fréjus. « François se sent […] si confus, tout lui paraît indéchiffrable. C’est peut-être pour cela, le désir d’un appareil photo. Tenter d’extraire d’un monde flou des images bien nettes, les assembler comme un puzzle. » (p. 36). La première photo est un cliché de René, mais François veut photographier les paysages, les arbres, la mer. Un soir, en rentrant, le jeune homme rencontre Louise Cassagne, la fille du plus gros producteur de pêchers de la région. Ils ne sont pas du même milieu mais ils se revoient. « On nous a pas demandé notre avis. Construire un barrage à Malpasset, au Mau Passer, mauvais passage, mauvais pas, tu entends ? Faut vraiment être bouché. Pas seulement un lieu mal choisi, mais un méchant lieu. Le Mauvais, tu connais ? Je veux pas te faire peur, j’ai bien plus peur que toi. Le barrage, il est construit à l’endroit du diable. » (le père de Louise, p. 54).

Marilyne Desbiolles donne une réelle dimension historique à ce roman – à la fois intimiste et tragique – avec des « excursions » sur la guerre d’Indochine et sur la guerre d’Algérie. Et bien sûr avec la construction de ce barrage et le drame en décembre 1959. François et René auront deux destins différents mais le récit est bien ancré dans les années 50 et début 60 ; j’y ai trouvé de la tendresse pour les personnages, en particulier pour François, et une douce et délicieuse nostalgie. François ne connaissait pas grand-chose à la vie et Rupture est aussi un roman d’apprentissage et de toutes ces ruptures qui font une vie, de celles qui font souffrir, de celles qui laissent sur le carreau, mais dont on se relève finalement plus fort et prêt à vivre heureux.

Je découvre Marilyne Desbiolles avec ce roman qui m’a beaucoup plu (et qui a une belle couverture, juteuse, voluptueuse) et je veux lire des titres précédents : on m’a conseillé La seiche (Seuil, 1998) et Le bleu du ciel n’est pas toujours rose (Des Cendres, 2016).

Une très belle lecture que je mets dans le Challenge de l’été 2018, Défi 52 semaines 2018 (le thème de la semaine 32 est « portrait » et ce roman est un beau portrait de deux hommes, d’une femme, d’une région, d’une époque), Petit Bac 2018 (catégorie Titre mot unique) et Rentrée littéraire janvier 2018.

Le petit terroriste d’Omar Youssef Souleimane

Le petit terroriste d’Omar Youssef Souleimane.

Flammarion, janvier 2018, 224 pages, 17 €, ISBN 978-2-0814-1242-2.

Genres : littérature franco-syrienne, roman autobiographique, récit.

Omar Youssef SOULEIMANE naît en 1987 près de Damas en Syrie. Il passe une partie de son enfance à Riyad en Arabie Saoudite où son père travaille. De retour en Syrie, il étudie, devient journaliste et poète (six recueils en arabe d’abord puis, après son exil, en français ou en bilingue pour lesquels il reçoit plusieurs prix) mais, ayant manifesté contre le gouvernement, il fuit en Jordanie et en France où il reçoit l’asile politique. Le petit terroriste est le premier livre qu’il publie hors poésie.

Quatre heures du matin, Omar débarque à Paris, il pense à sa mère. « Voit-elle la même lune que moi ? » (p. 9). Je trouve cette phrase (cette pensée) très belle, émouvante, je sens que ce roman va me plaire. Une association d’aide aux Syriens lui a trouvé une chambre de bonne rue de Paradis. Joli nom de rue, n’est-ce pas ? Il songe aux « […] raisons qui m’ont fait venir à Paris. Comment j’ai imaginé cette ville. Comment je me retrouve là dans une réalité qui n’est pas la mienne. » (p. 10). Il est originaire d’Al-Qutayfah, une petite ville au nord de Damas, mais quand les services secrets sont venus pour l’arrêter (il est journaliste militant), il était à Homs et il a pu fuir en étant grimé en Occidental en pleine Révolution arabe à Damas. « Nous marchons des heures durant. Je n’éprouve aucun sentiment. Mon corps est derrière moi. Je suis un vide qui marche dans le néant. » (p. 19). Il devient un réfugié et transite par la Jordanie où il est considéré comme un terroriste : de réfugié il devient un étranger et demande l’asile à l’ambassade de France. « De la langue française, je ne connais que six mots. ‘Bonjour’, ‘bonsoir’, ‘au revoir’, ‘merci’, ‘pardon’ et ‘liberté’ » [ce dernier mot c’est parce qu’il connaît le poème de Paul Éluard]. Et par le pouvoir d’un mot / Je recommence ma vie. » (p. 35). C’est magnifique, le pouvoir d’un mot, le pouvoir de la poésie, et voilà comment il est arrivé à Paris ! « Paris n’est pas une ville, mais un monde. Je ne sais pas où elle commence et où elle finit. Moi qui ai vécu la grande partie de ma vie dans une ville de cinquante mille habitants, je suis perdu dans un voyage dans le temps. À Paris, chaque rue est une époque. Des bâtiments, espacés de dix mètres, le sont de dix siècles. » (p. 41). Quelle belle vision de Paris ! Le roman autobiographique – ou récit comme indiqué sur la couverture – alterne entre son arrivée, sa nouvelle vie à Paris et ses souvenirs d’enfance en Syrie et en Arabie Saoudite (dont une visite à la Mecque avec son père et son petit frère). Le jeune Omar rêve d’être poète mais les poètes sont considérés à la fois comme faibles et à la fois comme dangereux et ils sont parmi les gens surveillés par la « Commission de l’obligation du bien et de l’interdiction du mal ».

Ce livre a quelque chose de spécial, indépendamment de lui, c’est le premier que j’ai lu dans mon nouvel appartement la dernière semaine d’avril et il m’a énormément plu donc j’y vois un bon signe pour mes prochaines lectures. Je dois dire que dans l’ancien appartement, je n’avais pas réellement trouvé de place idéale (bien installée, bonne lumière) pour lire… (à part le balcon quand il faisait beau et jour) mais, dans le nouvel appartement, plusieurs bonnes places se profilent déjà alors qu’il y a encore un bordel monstre. Mais c’est du livre dont je veux vous parler ici !

Il a été écrit directement en français et il est agrémenté de jolis poèmes en bilingue (français et arabe). Pourquoi le petit terroriste ? Parce qu’Omar a été éduqué (pendant 4 ans) à Riyad en Arabie Saoudite dans la pure tradition salafiste du djihadisme. « Ma famille m’a toujours appelé le petit Omar […] j’ai décidé d’en changer : je m’appellerais désormais le petit terroriste, en signe de ma découverte de la vraie religion, dans ce monde du Mal. » (p. 124). Mais Omar a lu de la poésie (dont Liberté de Paul Éluard que vous retrouverez ci-dessous) et il a commencé à se poser des questions, à s’interroger, il a voulu lire sans préjugés, il a voulu comprendre, réfléchir par lui-même, je pense que ce n’est pas unique mais c’est quand même rare avec une éducation aussi rigoriste alors bravo Omar, tout mon respect !

L’auteur défend l’idée de pouvoir critiquer la religion, toutes les religions, mais la pensée idéologique n’est pas la même partout et c’est souvent impossible (dangereux) dans certains pays et censuré dans d’autres… « Le Prophète a dit : ‘Celui d’entre vous qui voit un mal qu’il le change par sa main. S’il ne peut pas alors par sa langue et s’il ne peut pas alors avec son cœur et ceci est le niveau le plus faible de la foi. » (p. 132-133). Bon, les mentalités ont changé au fil des siècles mais globalement, le fonctionnement est vraiment différent en Occident (non seulement avec le christianisme mais aussi avec toute la philosophie) et en Asie (avec le taoïsme, le bouddhisme, etc.) : le cœur d’abord (amour, bienveillance, tolérance, etc.), la langue ensuite (dialogue, communication, philosophie, etc.) et malheureusement la main, ça peut arriver aussi, mais combien de violences et de guerres auraient été évitées avec le cœur et la parole ? Quant au terme de terroriste, pourquoi polémiquer ? Puisque les musulmans sont appelés à lutter et à terroriser l’ennemi d’Allah donc la dénomination de terroristes ne les gêne pas, au contraire ! (p. 129) et leur mot d’ordre est de combattre (p. 187-188). Je tire mon chapeau à Omar Youssef Souleimane qui explique avec pudeur et sincérité ces choses déplaisantes qu’à part les spécialistes aguerris personne n’a envie d’entendre… Mais il est d’autres choses dont il parle, avec tout autant de sincérité, et un peu d’humour, ce sont ses premiers désirs, ses premiers plaisirs, ses premiers émois amoureux et sexuels et il se demande « Pourquoi les délices occupent-ils une place si importante ? » (p. 190) alors que c’est l’enfer qui l’attend ! Mais refusant d’être terrorisé par cet hypothétique enfer et libéré des contraintes qui lui ont été inculquées, il comprend qu’il est un hérétique, un infidèle, un apostat. Lire son parcours, sa pensée, c’est, à mon avis, se libérer de certaines craintes, c’est se libérer et s’ouvrir aux autres, ouvrir son cœur, son âme, et franchement quel enfer est pavé de liberté, d’ouverture d’esprit, de cœur aimant et de belles âmes ?

Un très beau roman/récit, bouleversant, profondément intime, parfois drôle, qui m’a beaucoup émue et que je voudrais que tout le monde lise ! Oui, oui, lisez-le, tous ! Bref, un coup de cœur (peut-être le premier depuis le début de l’année). À ceux qui auront la chance d’être à Saint Malo au Festival internationsl Étonnants Voyageurs du 19 au 21 mai, vous pourrez rencontrer Omar Youssef Souleimane et vous faire dédicacer son livre !

Une magnifique lecture que je mets dans les challenges Lire sous la contrainte #38 (son « è »), Petit Bac 2018 (pour la catégorie « gros mot » avec terroriste), Raconte-moi l’Asie #3 (Syrie et Arabie Saoudite) et Rentrée littéraire janvier 2018.

Illustration de Fernand Léger (1881-1955)

Liberté de Paul Éluard (1895-1952)
Sur mes cahiers d’écolier / Sur mon pupitre et les arbres / Sur le sable sur la neige / J’écris ton nom
Sur toutes les pages lues / Sur toutes les pages blanches / Pierre sang papier ou cendre / J’écris ton nom
Sur les images dorées / Sur les armes des guerriers / Sur la couronne des rois / J’écris ton nom
Sur la jungle et le désert / Sur les nids sur les genêts / Sur l’écho de mon enfance / J’écris ton nom
Sur les merveilles des nuits / Sur le pain blanc des journées / Sur les saisons fiancées / J’écris ton nom
Sur tous mes chiffons d’azur / Sur l’étang soleil moisi / Sur le lac lune vivante / J’écris ton nom
Sur les champs sur l’horizon / Sur les ailes des oiseaux / Et sur le moulin des ombres / J’écris ton nom
Sur chaque bouffée d’aurore / Sur la mer sur les bateaux / Sur la montagne démente / J’écris ton nom
Sur la mousse des nuages / Sur les sueurs de l’orage / Sur la pluie épaisse et fade / J’écris ton nom
Sur les formes scintillantes / Sur les cloches des couleurs / Sur la vérité physique / J’écris ton nom
Sur les sentiers éveillés / Sur les routes déployées / Sur les places qui débordent / J’écris ton nom
Sur la lampe qui s’allume / Sur la lampe qui s’éteint / Sur mes maisons réunies / J’écris ton nom
Sur le fruit coupé en deux / Du miroir et de ma chambre / Sur mon lit coquille vide / J’écris ton nom
Sur mon chien gourmand et tendre / Sur ses oreilles dressées / Sur sa patte maladroite / J’écris ton nom
Sur le tremplin de ma porte / Sur les objets familiers / Sur le flot du feu béni / J’écris ton nom
Sur toute chair accordée / Sur le front de mes amis / Sur chaque main qui se tend / J’écris ton nom
Sur la vitre des surprises / Sur les lèvres attentives / Bien au-dessus du silence / J’écris ton nom
Sur mes refuges détruits / Sur mes phares écroulés / Sur les murs de mon ennui / J’écris ton nom
Sur l’absence sans désir / Sur la solitude nue / Sur les marches de la mort / J’écris ton nom
Sur la santé revenue / Sur le risque disparu / Sur l’espoir sans souvenir / J’écris ton nom
Et par le pouvoir d’un mot / Je recommence ma vie / Je suis né pour te connaître / Pour te nommer
Liberté.
In Poésie et vérité (1942, recueil clandestin)
In Au rendez-vous allemand (1945, Éditions de Minuit)

Maus d’Art Spiegelman

Genres : bande dessinée, témoignage historique.

Art (Arthur) Spiegelman naît le 15 février 1948 à Stockholm, en Suède où ses parents ont trouvé refuge après la guerre. Ses parents, Władek Spiegelman, né en 1906, et Anja Zylberberg, née en 1912, sont des Juifs polonais, tous deux rescapés des camps nazis ; ils émigrent aux États-Unis avec leur fils unique puisque le premier né est mort vers l’âge de 3 ans durant la guerre. La famille vit à New York où Art Spiegelman étudie l’art et la philosophie. Il commence à dessiner très jeune et est publié alors qu’il n’a que 16 ans ; fanzines, bande dessinée underground, dessins de presse, il devient une figure emblématique et incontournable de la bande dessinée mondiale. Il est marié à Françoise Mouly, une éditrice française, et le couple a deux enfants : Nadja (1987), auteur et dessinatrice, et Dashiell (1991).

Maus, un survivant raconteTome 1 : Mon père saigne l’histoire d’Art Spiegelman.

Flammarion, Hors collection, 1987 (réédition novembre 1992 à la parution du tome 2), 164 pages, 15 €, ISBN 978-2-0806-6029-9. Maus (1973-1986) est traduit de l’américain par Judith Ertel.

Art (Artie) est dessinateur de bandes dessinées et voudrait dessiner l’histoire de ses parents, de la Pologne et de la guerre. Mais sa mère s’est suicidée lorsqu’il avait 20 ans et son père, remarié avec une survivante, n’est pas très causant. « Ma vie, il faudrait beaucoup de livres. Et qui veut entendre des histoires pareilles ? » (p. 14). Mais petit à petit, à force de questions et de confiance, il raconte, avec son langage à lui. « J’ai multiplié les visites chez mon père pour obtenir plus d’informations sur son passé. » (p. 45).

Vladek Spiegelman était un beau jeune homme convoité par de nombreuses filles mais c’est d’Anja Zylberberg dont il est tombé amoureux. « Elle est d’une intelligence ! Elle vient d’une famille riche… Gentille en plus ! » (p. 17), lui avait dit son cousin. C’est vrai que ça aide ! Les fiançailles (1936), le mariage (1937), le premier fils, Richieu (1938, important les années en 8 pour l’auteur, un signe de Dieu ?). Vladek a quitté Czestochowa, sa ville natale près de la frontière allemande, pour Sosnowiec, la ville de ses beaux-parents, plus au sud. Il travaille, gagne très bien sa vie, tout va parfaitement bien, c’est le grand bonheur. Mais, en août 1939, il est mobilisé en tant que soldat polonais.

Dans ce premier tome, la rencontre et la vie de famille, le front, la guerre, le camp de prisonniers, le camp de travail, la fuite, le retour dans la famille. « Bon, on devrait être heureux, on est tous ensemble et on a assez à manger. » (p. 78) mais il y a le rationnement, le marché noir (dangereux), la perte de leurs fabriques et de leurs entreprises, puis de leurs biens immobiliers, donc aucune rentrée d’argent pour vivre, les ghettos, et de plus en plus de Juifs (des familles entières) qui disparaissent et dont on n’entend plus jamais parler. La situation se dégrade rapidement et les conditions de vie empirent…

Les Juifs sont représentés par des souris, les Polonais par des cochons, les Allemands par des chats mais cela ne déshumanise pas du tout les humains et le drame qu’ils ont vécu, cela permet de reprendre son souffle car la lecture de Maus est réellement extraordinaire (c’est la 3e ou 4e fois que je lis ce titre) mais toujours aussi émouvante et éprouvante. Cependant Vladek, vieil homme malade et bourré de toc (troubles obsessionnels compulsifs), aime avoir le dernier mot : « Mourir, c’est facile. Mais il faut lutter pour rester en vie ! » (p. 124). Quelle philosophie, c’est épatant ! Et je pense que tout le monde le reconnaît (les survivants, les historiens…), les survivants ont survécu grâce à une part de chance non négligeable, c’est dingue !

Ce premier tome de Maus, c’est 8 ans de travail et le tome 2 est arrivé quelques années plus tard.

Maus, un survivant raconteTome 2 : Et c’est là que mes ennuis ont commendé d’Art Spiegelman.

Flammarion, Hors collection, novembre 1992, 140 pages, 15 €, ISBN 978-2-0806-6618-5. Maus (1986-1991) est traduit de l’américain par Judith Ertel.

« Je pense à mon livre… C’est tellement présomptueux de ma part. J’veux dire, je n’arrive même pas à comprendre mes relations avec mon père. Comment pourrais-je comprendre Auschwitz ? L’Holocauste ?… » (p. 14).

Entre la parution du premier tome et ce tome-ci, Art a vu mourir son père (1982) et naître sa fille, Nadja (1987).

Ce second tome est tout aussi prenant et angoissant, les camps de travail, c’était presque le paradis par rapport aux camps de la mort… Des dizaines de milliers, des centaines de milliers de Juifs ont perdu tous leurs biens et leur bien le plus précieux, la vie. Certains ont eu plus de chance que d’autres mais il y a en eux une très grande tristesse et la culpabilité d’avoir survécu. Vladek a eu la chance de survivre à Auschwitz et de retrouver son épouse bien-aimée qui elle aussi a survécu à Auschwitz-Birkenau (le camp des femmes) et ils ont pu avoir un autre fils, Art. Mais à quel prix ? « Mmm. Mais d’une certaine manière il n’a pas survécu. » (p. 90).

Tous ses souvenirs horribles, tout ce poids sur les épaules des survivants, tout cet épuisement, cette fatigue mentale (je pense que raconter fait du bien et enseigne les autres mais combien n’ont pas raconté, combien ont gardé tout ça enfoui en eux, ou sont mort avant de pouvoir raconter quoi que ce soit, combien avait tout perdu y compris leurs proches et se sont retrouvés seuls avec ce qui les hantait et leur désespoir d’être en vie ?). Comment raconter l’indicible dans une bande dessinée et comment survivre à l’indicible, se demande l’auteur, le fils de rescapé qui doit lui aussi survivre à ça.

Et encore le dernier mot pour Vladek : « Les Allemands, ils voulaient pas laisser une seule trace de tout ce qu’ils avaient fait. » (p. 69) mais nous sont parvenus des registres, des photos, des témoignages pour que tout le monde puisse voir les atrocités commises et espérer que « plus jamais » !

Je félicite Flammarion pour l’édition de ce chef-d’œuvre, Flammarion n’étant pas un éditeur de bandes dessinées au départ, mais Maus, c’est plus que de la bande dessinée, c’est de l’Art, c’est de la Littérature, c’est l’Histoire. D’ailleurs Maus a reçu le Prix Pulitzer en 1992. Une intégrale de 300 pages est parue en février 1998 (Flammarion) et a été rééditée en janvier 2012 pour les 25 ans (Flammarion), au prix tout à fait raisonnable de 30 € car c’est un chef-d’œuvre à avoir absolument sur ses étagères, à lire, à relire, à offrir.

Une lecture commune proposée par Noctenbule, pour La BD de la semaine et les challenges BD et Un max de BD en 2018.

Retrouvez les autres BD de la semaine chez Mo’ !

Le chapeau de Mitterrand d’Antoine Laurain

Le chapeau de Mitterand d’Antoine Laurain.

La Loupe, mai 2012, 273 pages, 20,80 €, ISBN 978-2-84868-420-8. Je l’ai emprunté à la médiathèque en gros caractères mais il est paru aux éditions Flammarion en janvier 2012, 211 pages, 18 €, ISBN 978-2-08127-412-9.

Genre : roman français.

Antoine Laurain naît en 1970 à Paris et il est écrivain. Pas d’infos supplémentaires… Du même auteur : Ailleurs si j’y suis (Le Passage, 2007, Prix Drouot 2007), Fume et tue (Le Passage, 2008), Carrefour des nostalgies (Le Passage, 2009), La femme au carnet rouge (Flammarion, 2014) et Rhapsodie française (Flammarion, 2016).

Daniel Mercier est directeur adjoint du service financier de la Sogetec. En novembre 1986, il mange dans une brasserie parisienne et François Mitterand s’installe avec deux autres convives à la table d’à côté ! « Ce dîner était vraiment irréel. » (p. 32). Au moment de partir, Daniel se rend compte que le président a oublié son chapeau derrière la barre de cuivre de la banquette qu’ils ont partagée. Daniel s’empare du chapeau et sa vie va être transformée : il garde son calme, prend de l’assurance, ne commet plus de maladresses, n’est plus angoissé et dit exactement ce qu’il faut pour convaincre. Il se sent même très bien ! « C’était comme si le vrai Daniel Mercier était enfin apparu au grand jour. » (p. 45). Lorsque Daniel oublie le chapeau dans le train, celui-ci est récupéré par Fanny Marquant, une petite fonctionnaire des impôts qui se rêve nouvelliste et qui n’arrive pas à quitter son amant déjà marié. Puis le chapeau est récupéré par Pierre Aslan, surnommé « Le nez », un grand parfumeur en panne d’inspiration devenu dépressif et par Bernard Lavallière, un génie de l’assurance marié à une riche héritière. Mais, depuis la perte du chapeau, Daniel Mercier est à nouveau angoissé, couvert d’eczéma, et il va tout faire pour retrouver « son » chapeau.

Bien sûr, le personnage principal de ce roman n’est pas un humain mais le chapeau : un chapeau… magique, investi d’une mission ! J’ai voulu lire le roman après avoir vu le film réalisé par Robin Davis avec Frédéric Diefenthal (Daniel Mercier), Frédérique Bel (Fanny Marquant), Roland Giraud (Pierre Aslan), Michel Leeb (Bernard Lavallière) et Laurent Claret (François Mitterrand). Je n’ai pas été déçue, non seulement parce qu’il y a des petites différences entre le roman et le film (par exemple, dans le roman, la brasserie se trouve à Paris alors que dans le film, le restaurant se situe à Lyon) mais aussi parce qu’il m’a permis de découvrir l’excellente plume d’Antoine Laurain.

L’auteur se veut tour à tour poète : « Une formule pure, limpide […]. Celle d’un parfum qui tient en deux lignes et part un jour à la conquête de l’époque, de la mode et des femmes. » (p. 130) ; irrévérencieux : « Vous avez raison, mon colonel, c’est dans les prés qu’on rencontre les ânes de votre espèce. » (p. 184) ; et philosophe : « Parfois la vie vous emmène sur certains chemins, c’est sans s’en apercevoir que l’on a pris la bifurcation, le grand GPS du destin n’a pas suivi le trajet prévu et aucun panneau ne vous a indiqué le point de non-retour. » (p. 207).

Ce roman est aussi celui des années 80, des années où tout semblait plus facile et qui ont vu les débuts de Canal+, le Minitel, l’importance croissante de la musique et des émissions télévisées, l’installation des colonnes de Buren, la construction de la Pyramide du Louvre, les débuts de Basquiat, etc. Bref mon adolescence…

Si vous n’avez pas encore lu ce chouette roman qui a reçu le Prix Relay des voyageurs 2012 et le Prix Landerneau découverte, foncez ! Et de mon côté, je vais lire d’autres titres d’Antoine Laurain, pas que je sois monomaniaque mais j’ai très envie de découvrir ses autres romans, d’ailleurs si vous en avez un à me conseiller.

Une lecture que je mets dans Le Petit Bac 2018 (Catégorie Objet pour le chapeau).

Throwback Thursday livresque 2018-8

Pour ce jeudi 22 février, le thème du Throwback Thursday livresque 2018 est « addiction » et je pensais ne rien avoir mais… Si ! Je vous propose l’excellent premier roman Le renversement des pôles de Nathalie Côte paru en août 2015 chez Flammarion. Accro au chocolat ou au Pepito, accro à l’aquabike ou aux plaisirs d’Internet (a bourse en ligne, entre autres), voici deux couples que tout sépare sauf leurs obsessions et leurs addictions ! À propos de l’addiction, je voudrais aussi vous partager cet extrait que j’avais apprécié dans Feed de Mira Grant paru en octobre 2012 chez Bragelonne : « Nous sommes une nation habituée à vivre dans la peur, la voilà la vérité. Si je veux être honnête avec vous, mais aussi avec moi-même, ça ne concerne pas uniquement notre nation, et il ne s’agit pas réellement d’une habitude. Ça concerne le monde entier, et c’est une addiction. Les gens sont accros à la peur. La peur justifie tout. La peur nous fournit une excuse toute trouvée pour renoncer à nos libertés, l’une après l’autre, au point de trouver normal qu’on nous suive à la trace et que le moindre de nos mouvements soit enregistré dans une dizaine de bases de données auxquelles monsieur tout-le-monde n’aura jamais accès. La peur crée, définit et façonne notre univers, et sans elle, la plupart d’entre nous se sentiraient perdus. Nos ancêtres rêvaient d’un monde sans frontières, alors que nous passons notre temps à en imaginer de nouvelles, autour de nos maisons, de nos enfants, et de nous-mêmes. Nous limitons notre potentiel, jour après jour, au nom d’un idéal de sécurité que nous n’atteignons jamais. Nous avons pris un monde riche de possibilités et l’avons appauvri. Et maintenant, vous vous sentez en sécurité ? Extrait d’Âmes sensibles s’abstenir, blog de Georgia Mason, le 6 avril 2040. » (p. 336).

Vivre près des tilleuls de l’AJAR

Vivre près des tilleuls de l’AJAR.

Flammarion, août 2016, 127 pages, 13 €, ISBN 978-2-0813-8919-9.

Genres : littérature suisse, premier roman.

L’AJAR est une Association de Jeunes Auteurs de Romandie (Suisse). C’est un collectif d’une vingtaine d’auteurs, créé en janvier 2012, dont les objectifs sont la création littéraire en groupe. Vivre près des tilleuls est le premier roman ; le nouveau projet est Rose. Plus d’infos sur le site officiel de l’AJAR.

« Lorsque Esther Montandon m’a laissé la responsabilité de ses archives, en 1997, je me suis trouvé face une masse de documents divers : cartes postales, pièces administratives, courriers, coupures de journaux… À quoi s’ajoutait le lot commun de tous les écrivains dont la recherche fait son miel : brouillons griffonnés épars, pages dactylographiées avec ou sans annotations autographes, et trois carnets de notes. Reconnaissant de cette marque de confiance, je me suis attelé à la tâche avec un enthousiasme qui n’a cessé de décroître devant l’ampleur du travail. Même si la mort de l’auteure, l’année suivante, a ravivé un temps l’intérêt du public pour ses écrits, l’œuvre est peu à peu tombée dans l’oubli. » (p. 7). « Comment donc décrire mon émotion lorsqu’un matin d’hiver 2013, en mettant de l’ordre dans les cartons qu’elle m’avait confiés, je découvre une pochette étiquetée « factures », pochette que j’ai dû manipuler vingt fois sans jamais l’ouvrir – renfermant une petite liasse manuscrite. Et tout est là, miraculeusement préservé. » (p. 13).

Esther et Jacques Montandon ont attendu plus de dix ans avant qu’un enfant arrive. Ce fut Louise, en 1956. « J’étais celle qui ne savait rien, elle était celle qui savait tout, mais nous ne parlions pas le même langage. » (p. 17). Malheureusement la petite meurt accidentellement en 1960, à 3 ans et demi… Et, personne ne le savait, Esther a tenu un journal de deuil ! Un journal dans lequel elle raconte des souvenirs, le Rwanda où elle est née, La Chaux de Fonds où elle a grandi, le désespoir, le renoncement puis la grossesse, le bonheur et enfin le chagrin et la destruction de son couple. « Le temps s’épaissit. […] L’espace, lui, se réduit. » (p. 78). « Je ne peux plus continuer à vivre près des tilleuls ensoleillés du cimetière. » (p. 80). « N’en déplaise à Jacques, ma tristesse a tous les droits. » (p. 104).

À noter que le couple a un jeune Berger de Podhale, Gratka, il n’a pas grande importance dans l’histoire (il n’est cité qu’une fois) mais comme je ne visualisais pas ce chien, j’ai cherché, très beau chien (qui a besoin de nature et d’espace, pas de vivre dans un appartement au 4e étage !).

Une remarque sur la couverture : elle est très jolie mais pourquoi avoir montré des feuilles de ginkgo et pas de tilleul ?…

Vivre près des tilleuls est un roman court, épuré, presque sec mais quel talent ! Je me suis laissée prendre au jeu et ce « journal » est émouvant car tout est vraiment bien pensé : la peur d’oublier m’a particulièrement touchée (p. 116-117). Ainsi, je me dis que oui, un auteur peut mélanger fait(s) réel(s) et fiction, oui un auteur peut (doit) raconter, créer, inventer, être libre !

J’ai reçu Vivre près des tilleuls dans le cadre des 68 premières fois 2016 (oui j’ai du retard dans la publication de ma note de lecture… mais je remercie Martine de me l’avoir envoyé) et je le mets dans les challenges 1 % rentrée littéraire 2016, Défi Premier roman 2017 et Voisins Voisines 2017.