L’ours d’Andrew Krivak

L’ours d’Andrew Krivak.

Globe, septembre 2021, 160 pages, 19,90 €, ISBN 978-2-38361-001-4. The Bear (2020) est traduit de l’américain par Heloïse Esquié.

Genres : littérature états-unienne, roman, nature writing, post-apocalyptique.

Andrew Krivak naît en 1963 à Wilkes-Barre (Pennsylvanie) dans une famille slovaque exilée aux États-Unis. Il étudie au St. John’s College d’Annapolis (Maryland), à l’université de Columbia (New York City) et à l’université Rutgers (New Jersey). Après un séjour chez les Jésuites, il rédige un mémoire, In Search of a Religious Life (2008) puis deux romans (encore non traduits en français) : The Sojourn (2011) et The Signal Flame (2017) avant The Bear (2020) qui a reçu le Banff Mountain Book Prize. Plus d’infos sur son site officiel.

Un homme et une femme jeunes se sont installés dans cette montagne. Ils ont construit une maison en bois et en pierre. Ils ont eu un enfant, une fille, mais la femme est morte très peu de temps après. L’homme élève donc seul sa fille. En ce jour le plus long de l’année, elle a maintenant cinq ans et il répond à ses questions parce que c’est difficile pour elle de ne pas avoir connu sa mère. Il y a des animaux mais ils sont les seuls humains au monde. « Tu es une fille intelligente. Mais il y a encore tant de choses que tu ne peux pas comprendre. Tant de choses que tu ne devrais pas être obligée de comprendre. Pas encore. » (p. 13).

Le lendemain, père et fille grimpent au sommet de la montagne, là où la mère est enterrée. Il lui raconte tout et, à partir de ce moment, lui enseigne tout ce qu’il sait. Le terrain, le lac, « où plonger pour ramasser les moules […] confectionner un collet à lapin […] toutes les étapes de la fabrication d’un harpon de pêche […] repérer les essaims d’abeilles sauvages […] et récolter le miel […] comment estimer l’heure […]. » (p. 21). Et même, lorsqu’elle fut plus grande, « il lui apprit à lire et à écrire » (p. 22).

C’est à l’automne de ses 7 ans que « la fille et son père virent surgir un ours surgir des bois et se diriger vers le lac, puis patauger dans l’eau jusqu’à ce qu’il ait un poisson dans la gueule, avant de repartir dans la forêt, en direction des hauteurs. » (p. 24). Et la vie continue, au fil des saisons, des histoires que lit la fille ou que raconte le père et des cadeaux qu’elle reçoit chaque année à son anniversaire (peigne, boussole, couteau, silex…).

Mais, alors qu’ils se rendent pour la première fois au nord et à l’est, vers l’océan, l’homme se fait mordre dans l’eau par un animal qu’il n’a pas le temps de voir, « la main de l’homme était enflée et bleue » (p. 52).

« Elle était seule dans le canoë, pagayant vers la rive […]. L’ours retourna la fille du bout de son museau et lécha la croûte de sommeil et de sel dans ses yeux […]. La fille se secoua, tenta de se lever d’un coup, et s’effondra. L’ours recula et ils se regardèrent à travers la distance qui les séparaient. Tu peux faire un autre feu ? demanda l’ours. La fille ne répondit pas. Elle envisagea de s’enfuir […]. » (p. 71, je note qu’ici il y a une faute, la distance les séparait au singulier pas au pluriel).

Cela peut paraître surprenant mais c’est avec l’ours que la fille fait le trajet de retour, et l’ours sait tout, les endroits qu’il faut éviter, les arbres à miel, les baies et les fruits… « Ils ne parlaient guère tandis qu’ils marchaient vers les hautes montagnes jour après jour. Leur langage était la régularité de leur pas et la cueillette de nourriture. » (p. 79). De même cela peut paraître surprenant que l’ours parle et que la fille le comprenne mais l’ours « expliqua qu’autrefois tous les animaux savaient produire les sons que la fille et son père utilisaient entre eux. Mais les autres comme elle avaient cessé d’écouter, et cette aptitude s’était perdue. […] mais tous les êtres vivants parlaient, et peut-être que la vraie question était comment il se faisait qu’elle puisse le comprendre. » (p. 84).

Malheureusement, durant le retour, l’ours et la fille sont obligés de rester de l’autre côté de la rivière parce que l’hiver arrive plus tôt et, le lecteur s’en doute, l’ours doit hiberner. « Si tu ne te réveilles pas, cette grotte sera ta tombe, et l’ours portera avec lui dans ses errances le souvenir d’un automne où il aura voyagé un temps avec un être porteur de chagrin. Mais si tu te réveilles et fais le voyage jusqu’à chez toi, l’ours et une lignée d’ours après lui porteront l’histoire du retour de la dernière à la montagne isolée. Ils la porteront pour que la forêt s’en souvienne aussi longtemps qu’il y aura de la forêt sous le soleil. » (le puma, p. 111-112).

La fille va-t-elle survivre à cet hiver ?

Comme je n’avais pas aimé Dans la forêt de Jean Hegland (le comportement des deux sœurs m’avait énervée…), j’espérais beaucoup de ce roman ‘similaire’, c’est-à-dire un roman de nature writing avec quelques survivants (ici, seulement deux) dans un monde post-apocalyptique (c’est la couverture qui m’a d’abord attirée). Eh bien, je n’ai pas été déçue, au contraire. Ce roman a tout ce que l’autre n’avait pas ! Je l’ai trouvé passionnant, plein de poésie et d’amour pour la Nature, pour les animaux (même si les passages de chasse restent difficile pour moi à lire). J’ai lu que l’auteur s’est inspiré du mont Monadnock (New Hampshire) près duquel il vit avec son épouse et leurs enfants, une montagne qui me semble très belle quoique peu accueillante en hiver (mais, comme toutes les montagnes, non ?).

Les lecteurs ne sauront rien de ce qui est arrivé aux humains. Les parents de la femme et de l’homme (pas de prénoms) ont cherché des survivants mais le jeune couple ne les a jamais revus. Les seuls ‘visiteurs’ sont les animaux qui vivent plus ou moins près de leur maison dans la montagne. Ils ont appris à survivre avec ce que la Nature leur donnait et quelques bricoles qu’ils ont gardé du monde humain (comme un peigne pour elle et une boussole pour lui). Rien de science-fiction dans ce roman pourtant post-apocalyptique, mais il est d’une beauté époustouflante, toute en contemplation et enseignements (je n’ai pas lu les auteurs que cite la 4e de couv, Emerson et Thoreau). L’homme veut que sa fille vive tout en aimant et respectant la faune et la flore qui l’entourent parce que, sans cette harmonie, elle ne pourra pas vivre. Mais dans ce livre, ce ne sont pas les humains qui sont importants, ce sont les animaux, le vent, les odeurs, l’eau, en un mot la Nature.

Une belle leçon de vie et d’humilité que je mets dans Bingo littéraire d’Hylyirio (n° 1, la couverture rappelle le printemps), Challenge lecture 2022 (catégorie 40, un livre choisi pour sa couverture), Littérature de l’imaginaire #10 et Petit Bac 2022 (catégorie Animal pour Ours).

Le Ladies Football Club de Stefano Massini

Le Ladies Football Club de Stefano Massini.

Globe, février 2021, 192 pages, 20 €, ISBN 978-2-211-30765-9. Ladies Football Club (2019) est traduit de l’italien par Nathalie Bauer.

Genres : littérature italienne, roman, Histoire.

Stefano Massini naît le 22 septembre 1975 à Florence (Toscane, Italie). Il étudie la littérature ancienne à l’Université de Florence et s’intéresse au théâtre. Il est romancier mais aussi dramaturge, metteur en scène et consultant artistique. J’ai très envie de lire Les frères Lehman (Globe, 2018).

Voici commence le roman : « Le 6 avril 1917 la radio du front annonçait de nouveaux morts. Le 6 avril 1917 les États-Unis entraient en guerre. Le 6 avril 1917 Lénine préparait la révolution russe. Mais, surtout, le 6 avril 1917 durant la pause-déjeuner onze ouvrières de Doyle & Walker Munitions se mirent à courir derrière un ballon. » (p. 11).

Je n’aime pas le football mais je veux absolument lire ce roman qui se déroule à Sheffield en Angleterre.

Les ouvrières ont trouvé un ballon dans la cour de l’usine, Rosalyn Taylor invita ses collègues à jouer, Violet Chapman tapa la première dans le ballon et les autres suivirent. Mais le ballon n’est pas vraiment un ballon…

Le roman est conçu de telle façon que les phrases ressemblent à de la poésie (avec un retour à la ligne systématique avant la fin de la ligne, un genre de poésie libre). C’est inventif, c’est drôle et surtout c’est basé sur une histoire vraie et il y a un petit côté réaliste et engagé fort plaisant.

Chaque joueuse est présentée avec chacune une particularité qui a – ou qui n’a pas – de lien avec le football. D’ailleurs, je vais citer les 11 joueuses par respect pour elles. « Maillot n° 1 – Rosalyn Taylor. Maillot n° 2 – Olivia Lloyd. Maillot n° 3 – Justine Wright. Maillot n° 4 – Penelope Anderson. Maillot n° 5 – Abigail Clarke. Maillot n° 6 – Haylie Owen. Maillot n° 7 – Melanie Murray. Maillot n° 8 – Violet Chapman. Maillot n° 9 – Brianna Griffith. Maillot n° 10 – Sherill Bryan. Maillot n° 11 – Berenice MacDougall. » (p. 9). Malheureusement pour Rosalyn Taylor, elle se retrouva gardienne de but et elle n’aima pas ça, elle voulait frapper dans le ballon et marquer des buts mais elle était la plus grande des onze, « Grande, robuste : une armoire à glace. » (p. 32).

« Franchement, le football, c’était génial. » (p. 60). Cependant, pour ces jeunes ouvrières, qui sont des filles, des épouses pour la majorité, des mères pour certaines, c’est plus qu’une histoire de sport, c’est une liberté, c’est un symbole de lutte sociale et politique ! Mais leur patron (Hubert Walker) veut les humilier (quoi, des femmes qui se mêlent de football !) et propose un match contre une équipe d’hommes (de toute façon il n’y a pas d’autres équipes de femmes). « On va les massacrer. » (p. 84) mais, avant, il faut un nom à leur équipe et sur le logo (jaune) du tissu (noir) il y a écrit LFC (pour Long Fort Cemetery…), ce sera donc Ladies Football Club.

Le match a lieu, sur un terrain miteux derrière l’église St. Martha, devant quelques curieux et trente-six infirmières de la Croix Rouge. Contre les Hercules (des blessés de guerre, pas très valides, mais bon des hommes tout de même). Le score ? 10-1 et encore, c’est parce qu’Olivia Lloyd, qui a écrasé ces lunettes en tombant, a marqué le premier but contre son camp… « Triomphe. Masculin singulier. Ou plutôt non : victoire, explosive, je vous en donnerai des bombes de Walker. » (p. 104). Mieux que Saint-Georges terrassant le dragon ! D’ailleurs « M. Walker se présenta tout content – les joues cramoisies – en disant : ‘À l’automne, nous disputerons un autre match, et maintenant tout le monde vous veut : cette fois vous défierez les Dragons.’ Après quoi il se frotta les mains et s’en alla en chantonnant. Il était heureux. » (p. 112). Non, mais, comme s’il avait fait quelque chose !

4 novembre 2017. « En pleine révolution russe. » (p. 122), le Ladies Football Club joue contre une équipe de 11 enfants de moins de quinze ans, avec les mères en furies dans les tribunes… « face à ces marmots sur le terrain qui avait le courage d’attaquer ? » (p. 122). Le score ? 1-1 mais le but de Sherill Bryan est injustement invalidé… Eh bien, elles ont la hargne ! « Ce n’était plus onze folles qui couraient après le ballon, c’était onze victimes du système. Et diable, en temps de guerre, les victimes ont droit à un traitement particulier. » (p. 134). Elles deviennent célèbres, elles sont réclamées, leur patron est fier, il se met à aimer le football féminin et…

9 novembre 1918. Le Ladies Football Club joue contre des « ouvriers » d’une usine de textile appartenant à un Allemand à Chesterfield. « Anglais contre Allemands. En pleine guerre mondiale. Aigles noires contre Baron rouge » (p. 141), « au Hillsborough Stadium, bourré à craquer jusqu’au dernier rang » (p. 145). Vous verrez, c’est épique !

Plus de cent ans après, le football féminin existe toujours, c’est que « la révolution […], une fois allumée, ne s’éteint pas […]. » (p 160) et j’aime bien cette phrase qui revient à chaque match : « Ils en ont fait une saleté commerciale. », c’est sûr qu’il n’y a pas plus commercial que le foot 😛 Mais ce roman est une belle réussite !

Lu durant le Mois anglais, je mets cette excellente lecture dans A year in England, Challenge de l’été #2 (l’auteur, Italien, nous emmène en Angleterre, 2e billet), Challenge lecture 2021 (catégorie 15, un livre féministe, 3e billet) et Voisins Voisines 2021 (Italie).