On ne meurt pas d’amour de Géraldine Dalban-Moreynas

On ne meurt pas d’amour de Géraldine Dalban-Moreynas.

Plon, août 2019, 208 pages, 17 €, ISBN 978-2-25927-910-9.

Genres : littérature française, premier roman.

Géraldine Dalban-Moreynas… Très peu d’infos… Parisienne. Son compte Instagram et son Concept Store.

Paris. Novembre. Premier couple : ils sont ensemble depuis 4 ans, ils font retaper un loft au premier étage, ils vont se marier en juin prochain mais il est militaire et elle, journaliste, est souvent seule. Deuxième couple : ils emménagent au deuxième, ils sont mariés depuis 2 ans, ils ont une fillette d’un an et demi ; il est avocat, elle semble mère au foyer.

Prenez la femme du premier couple et l’homme du deuxième couple pour une autre histoire. « Cette fois, ils savent. Cette fois, ils ont senti le frisson les traverser. Ils ne pourront plus jamais nier. Il a senti le danger, que sa vie pouvait basculer, là, en un instant […]. » (p. 22). Et « Ce soir-là, ils ont surtout senti que plus rien ne serait jamais comme avant. Que désormais, ils avanceraient sur un fil. Qu’il suffirait que l’un trébuche pour que les deux tombent. Que ce n’était plus qu’une question de temps. » (p. 23).

Et puis, ils passent à l’acte. « Ils commencent à mentir, lui à sa femme, elle à son homme. À s’enfoncer dans une double-vie. » (p. 49). Bon, ils mentaient déjà depuis un bout de temps !

Mais, s’il quitte sa femme, elle repartira à New York (elle est Américaine) et il perdra sa fille : « il ne la verra plus ou si peu. » (p. 89).

Les histoires de bobos parisiens trentenaires (c’est comme ça qu’ils se définissent), bof… Tout est tellement prévisible que je me suis demandée à quoi servait la publication et la lecture de ce roman ! Et je n’avais pas le bandeau sur l’exemplaire que j’ai lu sinon je ne l’aurais même pas emprunté (heureusement que je l’ai emprunté et pas acheté) ! Elle est faible, il est lâche, c’est une histoire d’amour furieuse mais vide de sens… J’avais deviné la fin depuis le début ! Et puis le fait qu’il n’y ait pas de prénoms rend toute cette histoire impersonnelle et creuse. Pas mon truc… De toute façon, les histoires d’amour finissent mal, en général.

Voilà, j’ai du retard dans mes chroniques de lecture mais j’ai lu ce roman cet après-midi et, comme la note de lecture est vite rédigée, je m’en débarrasse et je passe à autre chose !

Je le mets quand même dans les challenges 1 % Rentrée littéraire 2019 et Petit Bac 2020 (pour la catégorie « Amour et relations amoureuses » tout simplement avec le mot amour).

Les quatre coins du cœur de Françoise Sagan

Les quatre coins du cœur de Françoise Sagan.

Plon, septembre 2019, 224 pages, 19 €, ISBN 978-2-25927-879-9.

Genre : littérature française.

Françoise Sagan (son vrai nom est Quoirez) naît le 21 juin 1935 à Cajarc dans le Lot. Lorsque paraît son premier roman, Bonjour Tristesse, en 1954, elle n’a pas 19 ans : le succès est immédiat. Suivent des romans (Aimez-vous Brahms, Des bleus à l’âme, entre autres), des nouvelles, des pièces de théâtre (Château en Suède, Un piano dans l’herbe, entre autres). Elle est également connue pour ses frasques et les adaptations de ses titres au cinéma. Elle meurt le 24 septembre 2004 à Honfleur dans le Calvados. Les quatre coins du cœur est son vingtième roman et il paraît quinze ans après sa mort.

Lors d’un accident de voiture provoqué par Marie-Laure, son mari Ludovic Cresson était en très mauvais état, dans le coma. « Pendant deux ans, Ludovic, sans un mot et sans une protestation, alla de clinique en clinique, d’hôpital psychiatrique en hôpital psychiatrique, fut même envoyé en Amérique, littéralement ligoté dans un jet. » (p. 18). Mais il s’en est sorti et il s’avère même qu’il va très bien ! Ce qui n’arrange pas Marie-Laure – qui l’a épousé pour son argent, du moins pour l’argent de son père – car elle veut vivre sa vie, faire le tour du monde et surtout elle ne supporte plus de vivre avec lui. « Son retour fut une catastrophe pour celle-ci. Elle avait été admirable en tant que veuve mais se retrouver « femme d’un débile » comme elle le formulait volontiers devant ses intimes (ceux qui partageaient une vie sociale fort ouverte), était autre chose. » (p. 21). Or Ludovic est loin d’être débile ; le modeste médecin local a « proclamé que son patient était cassé, fatigué, brisé, mais qu’il n’avait rien d’un fou. » (p. 21). Lorsque le père de Ludovic comprend ce qu’il se passe sous son toit, il va prendre les choses en main… à sa façon !

Oui ce roman de Françoise Sagan était inachevé ; oui, son fils unique, Denis Westhoff, et l’éditeur ont effectué un travail pour réécrire certaines parties et parachever le travail ; ce n’est pas un secret, Denis Westhoff l’explique dans sa préface. Aurait-il fallu ne pas publier ce roman et qu’il reste dans l’oubli ? Je pense que non parce que j’ai retrouvé le ton, l’humour et l’audace que j’avais apprécié lors de mes premières lectures de Françoise Sagan durant mon adolescence ; c’est comme si un peu d’elle était encore là.

Alors, bien sûr, ce n’est pas son meilleur roman, mais il y a une belle galerie de personnages : Henri le père de Ludovic, teigneux mais attachant ; Sandra la belle-mère de Ludovic (sa mère étant morte en couches), quelque peu fragile ; Fanny Crowley, la mère de Marie-Laure, romantique et veuve éplorée du seul homme qu’elle ait aimé, Quentin Crowley, un Anglais ; Philippe Lebaille, le frère de Marie-Laure, un charmeur parasite. C’est l’automne, tout ce petit monde vit au domaine familial, La Cressonnade, en Touraine. Et bien sûr, il y a Marie-Laure, infecte tant elle montre du dégoût et du mépris pour Ludovic qui ne lui reproche même pas d’avoir encastré la voiture dans un arbre et d’avoir failli le tuer. « On avait pris l’habitude chez les Cresson, depuis l’accident, de ne pas appeler Ludovic par son prénom, le vrai Ludovic étant mort dans leur esprit. Aussi on l’appelait « il » et on disait à son sujet n’importe quoi devant lui, comme s’il n’eut pas été là. » (p. 44). Et, dans ce huis-clos bourgeois, il y a des passages plus théâtraux qui m’ont fait penser aux pièces de l’autrice.

Les quatre coins du cœur est finalement une histoire d’amour mais le couple n’est pas celui auquel on pense. J’ai bien aimé le chien, Ganache : il manquait un animal dans cette maison, eh bien il s’invite à la fête !

Ma phrase préférée : « Ici, il n’y avait rien. Justes des myopes qui avaient du mal à avouer les monstres qu’ils prétendaient ne pas être. » (p. 109).

N’hésitez pas à lire Les quatre coins du cœur (même si ce n’est pas un chef-d’œuvre), vous y retrouverez indéniablement Françoise Sagan et c’était sûrement l’objectif de son fils (je pense tout de même que les parties modifiées, rajoutées auraient dû être signalées). Et, s’il ne vous fait pas du tout envie, (re)lisez ses autres titres !

Pour le challenge 1 % Rentrée littéraire 2019.

La colère de Kurathi Amman de Meena Kandasamy

La colère de Kurathi Amman de Meena Kandasamy.

Plon, collection Feux croisés, 272 pages, août 2017, 20,90 €, ISBN 978-2-25925-966-8. The Gypsy Goddess (2014) est traduit de l’anglais (Inde) par Carine Chichereau.

Genres : littérature indienne, littérature tamoule.

Meena Kandasamy naît Ilavenil Kandasamy en 1984 à Chennai (État de Tamil Nadu dans le sud de l’Inde). Elle a un doctorat de philosophie et socio-linguistique. Elle est romancière, poétesse (Touch en 2006 et Ms. Militancy en 2010), traductrice et militante (droits des femmes, action contre la violence faite aux femmes, anti-castes, anti-corruption…). Elle a même été actrice dans un film, Oraalppokkam, réalisé en langue malayalam par Sanalkumar Sasidharan en 2014. Plus d’infos sur http://www.meenakandasamy.com/.

District de Tanjore le long du Golfe du Bengale. 1er mai 1968, mémorandum de Gopalakrishna Naidu, président de l’Association des producteurs de riz, au Ministre en chef de Madras. Depuis dix ans, « des chefs communistes autoproclamés » (naxalites) incitent les coolies à se mettre en grève, à exiger des augmentations, ils moissonnent illégalement et s’approprient les récoltes mettant à mal les exploitations et leurs propriétaires (mirasdars). Ces « meneurs douteux » s’enrichissent sur le dos des coolies et des propriétaires, utilisant même des supercheries criminelles et « vivent dans le confort ». Les producteurs de riz sont non-violents et réclament justice.

Je remercie NetGalley et les éditions Plon car j’ai reçu ce livre en epub. Sur la couverture, très belle, un bandeau dit : « Éblouissant et souvent très drôle… The Times » ; le thème et le pays (l’Inde) ont suffit à me convaincre de lire ce roman.

Humour et autodérision : « tamoul dans son essence, anglais par la langue, libre de toute poésie et de toute prosodie, servi par une prose raffinée » (p. 14), ce roman dramatique, comme pour braver les clichés, commence par « Il était une fois » et la romancière, résolument moderne, se met aussi en scène, jonglant avec les mots, les lieux, l’histoire et les lecteurs (à qui elle s’adresse carrément). C’est que depuis que Ptolémée a rédigé son Lonely Planet, personne n’avait entendu parler du village portuaire de Nagapattinam, n’est-ce pas ? Kali, Bouddha, les Soufis, Saint-Antoine, peu importe du moment que les dieux et les hommes passent « un bon moment » ! Mais Meena Kandasamy, si elle veut nous faire passer un bon moment avec son roman (nous malheureux lecteurs qui n’achetons pas de billet pour aller sur place voir ce qui se passe et manger « avec gourmandise » les spécialités locales), raconte des choses difficiles comme l’esclavage, l’agriculture, l’émigration et les idées importées en particulier le communisme (en plus des castes, il y a donc eu lutte des classes).

Tout ça semble très intéressant, voire pointu, mais je n’ai pas réussi à entrer dans ce roman… J’aurais voulu apprécié mais, après avoir eu un problème de fichier et avoir rechargé l’epub, j’ai eu du mal à continuer ma lecture : c’était trop compliqué, trop foisonnant, trop lourd… J’ai finalement laissé tomber, à la moitié, et je me suis rendue compte avec quelques billets publiés sur la blogosphère que je ne suis pas la seule dans ce cas… C’est une lecture sûrement exigeante, trop pour moi à ce moment-là. Dommage… Tant pis… !

Je mets quand même cette lecture dans les challenges 1 % rentrée littéraire 2017, Défi Premier roman 2017 et Raconte-moi l’Asie #3.

L’homme nu de Marc Dugain et Christophe Labbé

L’homme nu : la dictature invisible du numérique de Marc Dugain et Christophe Labbé.

Coédition Robert Laffont & Plon, avril 2016, 200 pages, 17,90 €, ISBN 978-2-259-22779-7.

Genre : essai.

Marc Dugain, né le 3 mai 1957 au Sénégal, est un célèbre romancier et metteur en scène (théâtre) français. Il a reçu quelques Prix littéraires et plusieurs de ses romans ont été adaptés au cinéma, le plus connu étant La chambre des officiers.

Christophe Labbé est journaliste d’investigation au magazine hebdomadaire Le Point.

« La collecte et le traitement de données de tout type vont conditionner le siècle qui vient. Jamais dans l’histoire de l’humanité nous n’aurons eu accès à une telle production d’informations. […] Cette révolution numérique ne se contente pas de modeler notre mode de vie vers plus d’information, plus de vitesse de connexion, elle nous dirige vers un état de docilité, de servitude volontaire, de transparence, dont le résultat final est la disparition de la vie privée et un renoncement irréversible à notre liberté. […] » (p. 7, introduction).

Pourquoi, comment ? C’est ce qu’expliquent les deux auteurs dans seize chapitres explicites, argumentés, tous plus intéressants les uns que les autres. Toile numérique, téléphonie mobile, données collectées, big data, influences sur la santé et sur la vie privée, super-mondialisation… Vous saurez et comprendrez tout facilement dans cet Homme nu(mérique) vraiment abordable (mais un peu effrayant) !

Les objectifs de ces big data – les quatre plus importants sont Google, Apple, Facebook et Amazon surnommés GAFA ou « sociétés du 7e continent » – (p. 23) ? Gagner de l’argent, beaucoup d’argent ! « tout savoir sur tout » (p. 8) même si ça ne leur est pas utile tout de suite mais enregistrer, analyser, prévoir… Qu’il n’y ait plus du tout de conflits qu’ils soient personnels, professionnels, politiques, religieux… (cf. p. 181). Et pourquoi pas allonger la durée de la vie et trouver l’éternité ? (pas pour tous, pour une poignée de gens immensément riches évidemment et qui vivront dans des îlots protégés) : « vaincre le fléau originel » (p. 10) et « euthanasier la mort » comme l’a déclaré Larry Page, cofondateur de Google en juillet 2014 (p. 136).

Quels sont les risques ? L’humain sera nu devant tous ces collecteurs d’infos (big data, services de renseignements, commerces, industries…), il perdra son identité, sa vie privée, son intimité, ses données personnelles, professionnelles, médicales…

Bien sûr, il y a (et il y aura) des effets positifs ! Les connaissances, la communication, la santé, la sécurité… C’est d’ailleurs bien sûr ce qui est mis en avant par-dessus tout !

Il y a déjà des symptômes : perte des « sécrétions purement humaines » (p. 37) c’est-à-dire les émotions (véritables), l’imprévisibilité et surtout l’authenticité (« une valeur essentielle chez les Grecs anciens », p. 37), perte de la solidarité, individualisme, isolement, « psychopathologies » (p. 43), perte de la liberté individuelle (de façon pernicieuse), « forme de gouvernement mondial non élu » (p. 58), etc. Mais en tenons-nous compte ?

Certains big data sont carrément dans l’illégalité et réalisent des marchés de dupes comme par exemple des contrats entre la presse américaine et européenne directement avec les gouvernements (un patron de presse richissime est-il similaire à un président élu et peut-il signer d’égal à égal avec le représentant d’un pays ? Bien sûr que non, il lui est… supérieur !), pratiquent la censure et veulent en fait virer les États – et la démocratie – car ils les considèrent comme obsolètes et empêchant le progrès…

Quelques extraits que je voulais conserver

« Jamais, dans l’histoire de l’humanité, un aussi petit nombre d’individus aura concentré autant de pouvoirs et de richesses. » (p. 24).

« Nos données numériques ne nous appartiennent pas, nous en sommes dépouillés, les maîtres de l’industrie de la Tech se les arrogent gratuitement. C’est une partie de nous-mêmes qui nous est volée, notre empreinte numérique. Les big data ont construit leur puissance au détriment des individus. » (p. 26-27).

« L’information est infinie, et c’est ainsi que la conçoivent les big data. » (p. 63).

« La dernière chose que souhaitent les entrepreneurs du Net est d’encourager la lecture lente, oisive, ou concentrée. […] Le lecteur numérique est le prolongement de l’individu hyperconnecté qui, comme une abeille devenue folle, se livre à un butinage compulsif, sautant constamment d’un sujet à un autre. La pensée s’émiette, la réflexion se fait par spasmes. » (p. 102-103). Ce passage où les auteurs expliquent que le cerveau fonctionne différemment – et moins bien – lorsqu’on lit numérique plutôt que papier m’a découragée d’acheter une liseuse…

J’ai bien aimé l’allégorie de la caverne : réf. Platon, in La République il y a… 2500 ans ! (3e chapitre intitulé La prophétie de Platon, p. 33-44) et le parallèle avec l’hybris, le crime suprême chez les Grecs anciens (11e chapitre, intitulé Les maîtres du temps, p. 133-146).

Alors, des solutions pour lutter contre ces big data qui espionnent tout et tous ? Les auteurs en donnent dans l’avant-dernier chapitre intitulé Le retour d’Ulysse (p. 183-192) en particulier avec les hackers – attention, les hackers citoyens, les lanceurs d’alerte (pas les crackers, « sortes de hooligans du numérique » ou les phreakers ou carders, « animés par le goût du lucre », p. 185), les Anonymous, les logiciels libres, les outils d’anonymat (peu finalement…).

Intellectuellement, je comprends très bien tout ce qu’expliquent les auteurs mais… que faire ? Ne plus passer de coups de fil, ne plus envoyer de sms et de mails, ne plus consulter Internet, fuir les réseaux sociaux et les blogs ? Bien sûr, toutes ces explications font peur… mais tout cela est tellement fascinant aussi ! Transhumanisme, robotique, biogénétique, nanotechnologie, neurosciences… Alors, oui, avec ce blog, et FB, entre autres, j’externalise ma mémoire (une partie de ma mémoire seulement !) mais c’est autant pour la garder (avant, c’était sur des feuilles de papier rangées dans des classeurs !) que pour la partager et, même si cette mémoire partagée (donc utilisée par d’autres) n’est plus vraiment la mienne puisqu’elle est partagée (cf p. 178), je peux vous dire que, pour l’instant (!), mon cerveau fonctionne encore très bien, je fais des efforts de concentration, de mémoire, je ne me sens pas concernée par les symptômes de perte cités plus haut, et que tant pis si mes données sont conservées par de puissants ordinateurs super-calculateurs (cf. p. 180).

Je vais m’attacher à l’Histoire, la géographie, la cartographie, les sciences pour toujours mieux connaître ce qui m’entoure ! Je vais programmer de relire les livres fondateurs de la civilisation occidentale (avec des valeurs universelles) comme ceux d’Hérodote et d’Homère ! Je vais retenir que, malgré sa force limitée (calcul, mémoire…), le cerveau humain a développé ce que les ordinateurs n’ont pas : l’intuition, l’émotion « qui lui confère à la fois son génie et son imprévisibilité » (p. 116) car « oublier est une nécessité vitale qui nourrit l’intelligence humaine » (p. 116) et « ce n’est pas de données dont nous manquons, mais bien de ces choses que les ordinateurs ne savent pas produire : des idées, des concepts, des imaginations. » (p. 117).

Et conclure avec ces deux phrases qui me touchent particulièrement : « Ce qui constitue notre humanité, c’est indubitablement la conscience, les idées, la créativité, les rêves. L’information certes, mais en extraire la connaissance et, mieux, la sagesse, ce qu’aucun algorithme ne peut extraire. » (p. 118).

Et vous, qu’en pensez-vous ? Avez-vous lu ce livre ? Ou des articles traitant de cette dictature du numérique ? Vous privez-vous de matériel (ordinateur, téléphone, tablette, liseuse, objets connectés) pour vous défaire de cette dictature ? Ou vous vous en fichez ? Vous pensez être impuissant ? Ou vous êtes à fond là-dedans ?

J’ai trouvé cette vidéo ; même si, comme moi, c’est une émission que vous ne regardez pas, entendre les auteurs peut être tout de même intéressant :