Principe de suspension de Vanessa Bamberger

Principe de suspension de Vanessa Bamberger.

Liana Levi, janvier 2017, 200 pages, 17,50 €, ISBN 978-2-86746-875-9.

Genre : premier roman.

Vanessa Bamberger, née en 1972, est journaliste. Vous pouvez découvrir l’auteur et son appartement sur Turbulences déco (j’aime beaucoup, surtout le côté industriel et les verrières). Principe de suspension est son premier roman.

Thomas, 40 ans, est dans une chambre de réanimation sur un lit médicalisé et une machine le fait respirer. Olivia, son épouse, est à son chevet, elle attend qu’il se réveille, s’il se réveille. « Et voilà qu’il se distend, qu’il se délite sous ses yeux… Il est en train de mourir. » (p. 12). Thomas, petit patron dans l’industrie, est fasciné par les machines, par « le vocabulaire de la machine, rouage, cisaillage, découpage, ferrage, formage, poinçonnage, quoi de plus poétique ? Et son bruit, une pompe, un souffle, un bruit de respiration, elle était vivante. » (p. 23). Cette description de la machine par Thomas est en fait la description de Thomas qu’Olivia peut faire à ce moment à l’hôpital !

L’entreprise que Thomas a rachetée – et sauvée de la faillite il y a dix ans – est Packinter : elle fabrique des inhalateurs doseurs pressurisés en plastique. C’est même un monopole et les inhalateurs sont vendus dans le monde entier mais… « Lui, qui se flattait d’avoir eu des idées révolutionnaires pour son entreprise, n’avait pas pris conscience à temps des mutations de l’industrie pharmaceutique, pression sur les prix, déremboursement de produits, expiration des brevets. Il n’avait pas compris que la progression des génériques entraînerait aussi vite une baisse de la part de marché de l’aérosol doseur du laboratoire et l’amènerait à délocaliser une partie de son activité pour s’implanter loin du Hayeux, très loin vers l’est, dans ces pays où les hommes travaillaient plus et gagnaient moins, où il y avait peu d’impôts, de syndicats et de protection sociale […]. » (p. 31). Que faire ? Innover ? Dépenser encore de l’argent ? Mettre la clé sous la porte et tout le monde au chômage ? « Il n’y avait plus la moindre fierté à travailler dans l’industrie en France, patron ou pas. Les Français n’aimaient pas leur industrie, sous-estimaient les métiers techniques, de l’ouvrier à l’ingénieur, contrairement aux Allemands et aux Italiens […]. » (p. 44).

Principe de suspension est plusieurs histoires à la fois, celle d’un couple et d’une famille, celle d’une autre famille (en tout cas pour Thomas), l’entreprise, avec son lot d’emmerdes et une grosse trahison, celle de l’industrie pharmaceutique et de cette région de l’Ouest de la France qu’on pense verdoyante et heureuse au bord de l’océan, et enfin celle d’un homme dans le coma qui a trop donné et qui n’arrive plus à respirer seul, alors qu’il fabrique depuis dix ans ce qui sauve des milliers de vie. L’auteur ne parle pas ici d’un grand patron dont l’entreprise est cotée en bourse, elle parle d’un homme normal, honnête, qui a souffert dans son enfance (je vous laisse découvrir l’histoire de sa petite sœur, Flora), fidèle à son épouse (elle est artiste peintre) et à ses employés, ancré dans sa région (alors que tous ses amis sont partis à l’étranger après leurs études), qui a changé de métier pour sauver une entreprise, qui a investi son argent personnel et son temps, qui a mis en péril sa vie de famille (le couple a deux fils, Julien, 10 ans, et Raphaël, 7 ans) et sa santé… Eh oui, des patrons sincères et exemplaires, il y en a ! Et qui, parfois, ne gagnent pas plus que leurs employés, et qui ne prennent pas de vacances ou très peu.

Les chapitres s’égrainent avec, en entête, les différentes définitions de principe et de suspension. Au lecteur de voir celle qui lui convient, en équilibre ou pas. « Elle [Olivia] admire son travail, son engagement. Sauver des emplois, des vies, sans que jamais personne le remercie… Jusqu’à y laisser sa peau… » (p. 79). Née dans une famille ouvrière, j’ai été touchée par cette histoire, plus que par celle du couple de La téméraire de Marine Westphal qui m’avait ennuyée… C’est parce qu’elle a du corps, de la matière ! « Tu veux sauver des gens, des emplois ? Tu veux être un bon patron ? T’es pas dans l’humanitaire, t’es pas assistante sociale ! Qu’est-ce que ça peut faire que tu sois un chic type si tu plantes ta boîte ? De toute façon, il n’y en a pas un seul qui est reconnaissant des efforts que tu fais. […] » (César, le contremaître, p. 170). Le style est plutôt journalistique, normal Vanessa Bamberger est journaliste ; elle a d’ailleurs fait des recherches sur l’Ouest, sur l’industrie pharmaceutique ; le roman est bien argumenté et se lit très bien, peut-être même avec passion !

Je remercie Frédérique qui m’a envoyé ce roman dans le cadre des 68 premières fois 2017. Je le mets dans les challenges Défi Premier roman et Rentrée littéraire janvier 2017.

Les pêcheurs de Chigozie Obioma

Les pêcheurs de Chigozie Obioma.

L’Olivier, collection Littérature étrangère, avril 2016, 298 pages, 21,50 €, ISBN 978-2-8236-0536-5. The Fishermen (2015) est traduit de l’anglais (Nigéria) par Serge Chauvin.

Genres : littérature nigériane, premier roman.

Chigozie Obioma, né en 1986, est un jeune auteur nigérian. Il étudie à Chypre puis aux États-Unis où il vit. Il est professeur de littérature africaine à l’université et signe ici son premier roman.

1996, Akure, petite ville du Nigéria. Le père, employé de banque, est muté à Yola à 1 000 km de la maison. Il laisse son épouse et leurs enfants, donne des nouvelles par téléphone et envoie de l’argent. Le narrateur, Benjamin a alors 9 ans et ses frères Ikenna, 15 ans, Boja, 14 ans, et Obembe, 11 ans. David, 3 ans, et Nkem, 1 an, restent à la maison avec leur mère et ne participent pas aux jeux des plus grands. « Qu’est-ce que ce travail qui exile un homme et l’empêche d’élever ses jeunes fils ? Même si j’avais sept mains, comment je pourrais m’occuper de ces enfants toute seule ? » (p. 12), se lamente la mère. Le père ne peut pas les emmener à Yola car ils sont de l’ethnie Igbo, chrétienne, et Yola est peuplée de Yorubas qui commettent des massacres. Délaissés, les enfants décident de devenir pêcheurs et vont au bord du Omi-Ala, le fleuve interdit. Un jour, ils rencontrent Abulu le fou qui leur lance une malédiction.

Une véritable tragédie : les superstitions prennent le dessus sur la foi religieuse, la folie s’empare d’abord de l’aîné. « Les efforts de notre mère pour guérir son fils Ikenna se heurtèrent à un mur. Car la prophétie, telle une bête furieuse, était incontrôlable et détruisait son âme avec toute la férocité de la folie, décrochant les tableaux, cassant les murs, vidant les placards, renversant les tables jusqu’à ce que tout ce qu’il connaissait, tout ce qui était lui, tout ce qu’il était devenu ne soit plus qu’un chaos. » (p. 109). La malédiction est une machine implacable, inéluctable… « L’espoir était un tétard. Cette créature qu’on capturait et qu’on rapportait dans une boîte de conserve, mais qui, même dans l’eau appropriée, ne tardait pas à mourir. » (p. 241).

Le narrateur raconte l’histoire de sa famille, près de vingt ans après les faits et le lecteur se dit que ce n’est pas possible, que ça va s’arrêter, comment tout cela est-il possible ? D’une grande richesse, avec plusieurs langages, le langage imagé de la mère dans la langue des Igbos, l’anglais qui est la langue officielle, et le parler propre aux enfants, il y a plusieurs niveaux de lecture, une densité et une profondeur incroyables. Les pêcheurs est un roman difficile (à lire en prenant son temps) mais quel tour de force et quelle réussite pour un premier roman !

Je mets cette lecture dans les challenges À la découverte de l’Afrique et Défi Premier roman 2017.

Vivre près des tilleuls de l’AJAR

Vivre près des tilleuls de l’AJAR.

Flammarion, août 2016, 127 pages, 13 €, ISBN 978-2-0813-8919-9.

Genres : littérature suisse, premier roman.

L’AJAR est une Association de Jeunes Auteurs de Romandie (Suisse). C’est un collectif d’une vingtaine d’auteurs, créé en janvier 2012, dont les objectifs sont la création littéraire en groupe. Vivre près des tilleuls est le premier roman ; le nouveau projet est Rose. Plus d’infos sur le site officiel de l’AJAR.

« Lorsque Esther Montandon m’a laissé la responsabilité de ses archives, en 1997, je me suis trouvé face une masse de documents divers : cartes postales, pièces administratives, courriers, coupures de journaux… À quoi s’ajoutait le lot commun de tous les écrivains dont la recherche fait son miel : brouillons griffonnés épars, pages dactylographiées avec ou sans annotations autographes, et trois carnets de notes. Reconnaissant de cette marque de confiance, je me suis attelé à la tâche avec un enthousiasme qui n’a cessé de décroître devant l’ampleur du travail. Même si la mort de l’auteure, l’année suivante, a ravivé un temps l’intérêt du public pour ses écrits, l’œuvre est peu à peu tombée dans l’oubli. » (p. 7). « Comment donc décrire mon émotion lorsqu’un matin d’hiver 2013, en mettant de l’ordre dans les cartons qu’elle m’avait confiés, je découvre une pochette étiquetée « factures », pochette que j’ai dû manipuler vingt fois sans jamais l’ouvrir – renfermant une petite liasse manuscrite. Et tout est là, miraculeusement préservé. » (p. 13).

Esther et Jacques Montandon ont attendu plus de dix ans avant qu’un enfant arrive. Ce fut Louise, en 1956. « J’étais celle qui ne savait rien, elle était celle qui savait tout, mais nous ne parlions pas le même langage. » (p. 17). Malheureusement la petite meurt accidentellement en 1960, à 3 ans et demi… Et, personne ne le savait, Esther a tenu un journal de deuil ! Un journal dans lequel elle raconte des souvenirs, le Rwanda où elle est née, La Chaux de Fonds où elle a grandi, le désespoir, le renoncement puis la grossesse, le bonheur et enfin le chagrin et la destruction de son couple. « Le temps s’épaissit. […] L’espace, lui, se réduit. » (p. 78). « Je ne peux plus continuer à vivre près des tilleuls ensoleillés du cimetière. » (p. 80). « N’en déplaise à Jacques, ma tristesse a tous les droits. » (p. 104).

À noter que le couple a un jeune Berger de Podhale, Gratka, il n’a pas grande importance dans l’histoire (il n’est cité qu’une fois) mais comme je ne visualisais pas ce chien, j’ai cherché, très beau chien (qui a besoin de nature et d’espace, pas de vivre dans un appartement au 4e étage !).

Une remarque sur la couverture : elle est très jolie mais pourquoi avoir montré des feuilles de ginkgo et pas de tilleul ?…

Vivre près des tilleuls est un roman court, épuré, presque sec mais quel talent ! Je me suis laissée prendre au jeu et ce « journal » est émouvant car tout est vraiment bien pensé : la peur d’oublier m’a particulièrement touchée (p. 116-117). Ainsi, je me dis que oui, un auteur peut mélanger fait(s) réel(s) et fiction, oui un auteur peut (doit) raconter, créer, inventer, être libre !

J’ai reçu Vivre près des tilleuls dans le cadre des 68 premières fois 2016 (oui j’ai du retard dans la publication de ma note de lecture… mais je remercie Martine de me l’avoir envoyé) et je le mets dans les challenges 1 % rentrée littéraire 2016, Défi Premier roman 2017 et Voisins Voisines 2017.

Elle voulait juste marcher tout droit de Sarah Barukh

Elle voulait juste marcher tout droit de Sarah Barukh.

Albin Michel, février 2017, 427 pages, 21,50 €, ISBN 978-2-226-32976-9.

Genre : premier roman.

Sarah Barukh… Rien trouvé pour sa biographie… Donc voici ce qu’en dit l’éditeur : « Depuis l’enfance, Sarah Barukh a toujours aimé les histoires, celles qu’on lui contait ou celles qu’elle s’inventait. Elle a longtemps travaillé dans la communication, la production audiovisuelle et éditoriale. Elle voulait juste marcher tout droit est son premier roman. ».

« J’espère qu’ils nous oublieront. – Pourquoi ? – Parce que c’est la guerre. » (p. 18). Alice a 5 ans, bientôt 6, et elle vit à la campagne. Un jour, Alice voit une chatte mettre bas et adopte le chaton abandonné, un roux qu’elle appelle Crème. À la rentrée, elle entre à l’école. Une vie de fillette normale ? Non, car on est en 1943 et Alice a été placée chez une nourrice, Jeanne, qui se fait passer pour sa grand-mère et qui est inquiète car Alice a parlé à deux soldats allemands… Juillet 1946. La guerre est finie mais Alice est triste : pourquoi sa maman ne revient pas ? Le jour où elle revient, Alice ne comprend pas, elle paraît vieille, elle est maigre et Alice doit tout abandonner (Crème, ses amis, Jeanne…) pour suivre Diane à Paris. « Plus ses amies se réjouissaient pour elle, plus elle était triste. » (p. 91). À Paris, sa joie est de devenir amie avec Joseph, le seul enfant de l’immeuble, qui veut devenir médecin et qui lui fait tout découvrir. Mais sa mère est gravement malade et Alice est envoyée par les services sociaux à New York chez son père, Paul d’Arny, marié à une riche héritière américaine, Ellen Hartfield. Elle doit de nouveau tout abandonner…

Comment se construire quand on a aucun repère, quand on ne nous explique rien, c’est dangereux, « c’est la guerre », quand on perd ceux que l’on aime, quand on doit tout abandonner (trois fois !). « Tout ce qu’elle voulait, c’était marcher tout droit, que les choses cessent d’être si compliquées… » (p. 48-49).

« La métamorphose de son oncle ne cessait de la surprendre. Depuis qu’elle l’avait défié dans la chambre, il était devenu civilisé, même sympathique. » (p. 267) : son oncle Vadim, demi-frère de Paul, était un célèbre photographe de guerre mais il a perdu la vue lors du Débarquement…

« Ne dis jamais que tu as compris si ce n’est pas le cas. Les idiots comprennent tout, les génies questionnent ! » (p. 335).

Déjà le deuxième roman sur la Deuxième guerre mondiale dans cette sélection des 68 premières fois 2017… Je me disais que ça faisait un peu beaucoup, d’autant plus que celui-ci est assez épais. Mais, de la même façon que j’ai aimé Nous, les passeurs de Marie Barraud, j’ai aimé ce roman : pour sa sincérité, sa tendresse, et l’émotion qui s’en dégage. Et puis, malgré le fait que j’ai déjà lu pas mal de livres sur cette guerre, les camps, la Shoah, etc., il y a toujours dans une nouvelle lecture, un petit quelque chose de différent, qui m’interpelle, qui m’émeut, qui m’apprend quelque chose. C’est encore le cas dans ce beau roman triste qui se lit vraiment bien !

Je remercie Sylvie de me l’avoir envoyé et je le mets dans le Défi Premier roman 2017 et Rentrée littéraire janvier 2017.

Mon ciel et ma terre d’Aure Atika

Mon ciel et ma terre d’Aure Atika.

Fayard, février 2017, 208 pages, 18 €, ISBN 978-2-21368-710-0.

Genres : premier roman, roman autobiographique.

Aure Atika naît le 12 juillet 1970 au Portugal lors d’un voyage de sa mère. Après des études de Droit, elle devient actrice et réalisatrice. Mon ciel et ma terre est son premier roman.

Odette, ou Ode, c’est la maman de la narratrice. Ode c’est une enfance au Maroc, dans une famille juive avec six frères et sœurs ; Ode c’est une fillette et une adolescente garçon manqué, effrontée, impulsive, venue étudier en France à 17 ans et devenue une mère célibataire indépendante, fantasque et bohème. La jeune narratrice est donc enfant unique, elle vit à Paris avec sa mère mais elle est souvent seule et elle vit dans l’angoisse de la perdre surtout lorsqu’elle ne rentre pas de la nuit ou lorsqu’elle part en voyage en Inde. « Je discute avec moi-même. » (p. 32). Elle est fascinée par le monde dans lequel vit sa mère (bien qu’infirmière et esthéticienne) : musique, photographie, cinéma, célébrités, drogue, des weekends à Dauville, l’été à Saint-Tropez. « je savoure l’univers des grands. […] Tout le monde rit, alors je ris aussi. » (p. 56). Elle passe pas mal de temps chez sa grand-mère à la campagne, là c’est gâteaux, télévision, Dalida et matchs de catch. Et puis la lecture, toujours : « On s’entend bien, les livres et moi. » (p. 103). Plus tard, elle prendra soin de sa mère malade jusqu’au bout. « Je ne suis plus sa mère, je ne suis plus l’ado emmurée, je suis une jeune femme qui trace son chemin. » (p. 188). « Je me suis construite avec ce qu’elle m’a montré : être indépendante, ne pas avoir peur, tendre vers l’art. Par son attachement à sa liberté, son goût du voyage et de l’ailleurs, elle m’a transmis la confiance, la curiosité du monde. Un appétit pour l’aventure. » (p. 203).

Mon ciel et ma terre est une histoire touchante qui m’a émue, une ode à sa mère, à ce qu’elle lui a appris, transmis, à la liberté qu’elle lui a donnée, à l’amour qu’une mère et sa fille unique se portent. C’est raconté différemment, c’est atypique, à la fois simple et profond, et puis c’était une autre époque (années 70-80) plus libre, plus « folle » : certains pourront être choqués mais Aure Atika fait revivre tout ça avec une sensibilité et une nostalgie qui m’ont enthousiasmée.

Je remercie Catherine A. qui m’a envoyé ce beau premier roman dans le cadre des 68 premières fois 2017 et je le mets dans les challenges Défi premier roman 2017 et Rentrée littéraire janvier 2017 de MicMélo.

La téméraire de Marine Westphal

La téméraire de Marine Westphal.

Stock, collection La Bleue, janvier 2017, 141 pages, 16,50 €, ISBN 978-2-234-08190-1.

Genre : premier roman.

Marine Westphal… Peu d’infos… Elle a 27 ans au moment où sort son premier roman, La téméraire, et elle est infirmière.

Sali veille sur son mari, Bartolomeo : il a fait un AVC en montagne durant son travail. « Sali brisée tel un fétu de paille, face au lit où Lo Meo faisait le mort […] » (p. 16). « Elle guettait un signe, une réponse, quelque chose qui donne raison à son espoir. Elle butait contre ses yeux clos. Sortir se laver les cheveux revenait à jeter à la fosse toutes ces heures bâtardes passées à guetter la paupière qui tressaute, le doigt qui frémit dans sa main à elle, le cil qui s’envole et échoue, minable, sur la pommette ramollie de son mari. »  (p. 17).

36 ans d’amour et deux enfants, Maïa et Gabin, maintenant grands. « […] préparation, redressement, pivot, maintien, jusqu’à l’épuisement. Car elle avait un but, un incroyable objectif qui mobilisait toutes ses pensées et ses forces : ne pas le laisser crever là, lui qui aimait tant l’impolitesse du vent et les grands espaces. […] elle ne le récupérerait jamais […] elle avait encore le droit d’essayer de faire ça pour lui : sauver sa mort, puisqu’elle ne pouvait sauver sa vie. » (p. 73).

Je ne dirai rien de plus sur ce roman car il m’a ennuyée et ne m’a pas convaincue du tout… Son style, trop direct et distant, n’a pas suscité d’empathie chez moi…

Je remercie quand même Alice de me l’avoir envoyé dans le cadre des 68 premières fois 2017 et je le mets dans les challenges Défi premier roman 2017 et Rentrée littéraire janvier 2017 de MicMélo.

Mais, faites-vous votre propre idée !

Nous, les passeurs de Marie Barraud

Nous, les passeurs de Marie Barraud.

Robert Laffont, janvier 2017, 190 pages, 17 €, ISBN 978-2-221-19790-5.

Genres : premier roman, roman autobiographique.

Marie Barraud, comédienne, signe un premier roman magistral !

Le Docteur Albert Barraud travaillait à l’hôpital Saint-André à Bordeaux et était un responsable de la Résistance (l’OCM, l’organisation civile et militaire) ; il a été arrêté en avril 1944 à l’âge de 37 ans par les hommes du commissaire Poinsot et déporté le mois suivant dans le camp de Neuengamme en Allemagne. Son épouse et leurs deux enfants ne l’ont jamais revu et n’ont même jamais su ce qu’il lui était vraiment arrivé.

La maison familiale, c’est un « élégant domaine du XVIIIe siècle » (p. 13), le château des Arts à Talence. Une maison célèbre : François Mauriac s’y est marié dans les années 10 et elle est la résidence du Docteur Albert Barraud et de sa famille. Mais cette famille a traversé un drame. « […] une donnée est indispensable : la confiance en soi. Et c’est précisément ce qui me manque. Et ce depuis… depuis… eh bien depuis toujours. » (p. 22). L’auteur veut découvrir ce qu’a traversé sa famille paternelle : qu’est-il arrivé à son grand-père, comment son père et son oncle Max (l’aîné) ont-ils pu grandir sans leur père, pourquoi tous ces silences et cette colère en eux ? Moi qui ai lu, depuis l’adolescence, de nombreux livres sur la Seconde guerre mondiale, les camps, le procès de Nuremberg, des essais, des témoignages, des romans, des bandes dessinées aussi, j’ai encore appris des choses grâce à ce roman (la « brigade des matraqueurs » du commissaire Poinsot ou les bateaux bombardés par les Britanniques par exemple), mais est-ce vraiment un roman ? C’est un récit intime, un récit de la mémoire, une recherche de la vérité. Grâce aux témoignages de rares survivants, en particulier celui de Roger Joly qui avait 22 ans au moment de la déportation, Marie va apprendre le destin d’Albert Barraud, ce grand-père absent mais en fait tellement présent. Ah, l’importance des témoignages… Écrits le plus souvent, comme pour se libérer. C’est vrai que les personnes de ma famille qui avaient vécu la guerre (elles sont maintenant décédées) n’en parlaient pas et éludaient le peu de questions qui étaient posées ou répondaient avec une phrase anodine qui écourtait la conversation. « Mon grand-père vivait depuis toujours dans la mémoire de ceux qui étaient revenus de ces enfers et je ne le découvrais qu’aujourd’hui. » (p. 74). À propos de Roger Joly : « Il semblait s’être promis de ne jamais oublier. Rien. Pas le moindre détail. Au nom de tous ceux restés là-bas. » (p. 87). Là-bas, c’est le camp de Neuengamme près de Hambourg et la baie de Lübeck au bord de la mer Baltique. « Je découvrais l’origine du mal qui rongeait le cœur de notre famille. » (p. 149). L’auteur décide d’aller là-bas et son frère, Benjamin, l’accompagne. « Je pense que sans nous le dire, nous savions, mon frère et moi, que nous étions sur le point de vivre une expérience unique et absolument inattendue. » (p. 151). Nous, les passeurs, les passeurs de mots, les passeurs d’Histoire, est un roman émouvant (et le mot est faible), vibrant, un hommage non seulement au Docteur Barraud qui fut un héros pour tous ceux qu’il a soignés et sauvés mais aussi à tous les déportés, toutes les victimes de cette guerre, de ce carnage dont les plaies, plus de 70 ans après, ne sont pas refermées. Beaucoup de tendresse dans l’écriture de Marie Barraud, pour son grand-père, pour son père, pour son oncle, pour Roger Joly, pour ceux qui ont souffert, ceux qui ont dû grandir de façon bancale et qui ont dû taire leurs souffrances car d’autres avaient vécu pire. Dans les années 90, j’ai été plusieurs fois à Bordeaux, une belle ville, et je suis peut-être passée dans la rue du Docteur Albert Barraud, en tout cas je ne connaissais pas son histoire et je l’ai trouvée éprouvante mais passionnante. Âmes sensibles, ne vous abstenez pas, mais préparez la boîte de mouchoirs à portée de main.

Un magnifique roman lu dans le cadre des 68 premières fois 2017 – je remercie Catherine A. de me l’avoir envoyé – que je mets dans les challenges Défi du Premier roman 2017 et Rentrée littéraire janvier 2017 de MicMélo.