Le meilleur des mondes d’Aldous Huxley

Le meilleur des mondes d’Aldous Huxley.

Pocket, août 2017, 320 pages, 4,95 €, ISBN 978-2-26628-303-8. Brave New World (1932) est traduit de l’anglais par Jules Castier.

Genres : littérature anglaise, science-fiction, utopie, dystopie.

Aldous Huxley naît le 26 juillet 1894 à Godalming (Surrey, Angleterre). Son père est l’écrivain Leonard Huxley. Il étudie la littérature anglaise à Oxford. Il est romancier, nouvelliste, poète, essayiste et scénariste. Il meurt à Los Angeles (Californie, États-Unis) le 22 novembre 1963 (le même jour que le président John Kennedy et l’écrivain C.S. Lewis).

Année 632 de N.F. (Notre Ford). Des étudiants visitent le Centre d’Incubation et de Conditionnement de Londres-Central. Tandis que les Alphas et les Bêtas n’ont qu’un seul œuf (et naissent donc uniques), les Gammas, les Deltas et les Epsilons subissent le procédé Bokanovsky : un genre de clonage (même si ce mot n’est jamais cité) qui engendre entre 8 et 96 embryons (bourgeons) bien utiles pour les travaux agricoles ou en usines. La devise planétaire de cet État Mondial est « Communauté, Identité, Stabilité. Des mots grandioses. » (p. 30).

En fait, conditionnement et prédestination pour tous sont la règle et tout le monde prend la soma (la drogue du bonheur). « Et c’est là, dit sentencieusement le Directeur, en guise de contribution à cet exposé, qu’est le secret du bonheur et de la vertu, aimer ce qu’on est obligé de faire. Tel est le but de tout conditionnement : faire aimer aux gens la destination sociale à laquelle ils ne peuvent échapper. » (p. 40). Dans le monde d’avant (c’est-à-dire le nôtre), les gens étaient « fous, méchants et misérables » (p. 68), ils n’étaient pas « sains d’esprit, vertueux, heureux » (p. 68), c’est qu’ils n’étaient pas conditionnés pour lutter contre « leurs tentations et leurs remords solitaires, […] leurs maladies et leur douleur qui les isolait sans fin, avec leurs incertitudes et leur pauvreté […], en solitude, dans l’isolement désespérément individuel […]. » (p. 68). Or, c’est la stabilité qui compte. « Pas de civilisation sans stabilité sociale. Pas de stabilité sociale sans stabilité individuelle. » (p. 69). Dans Candide, Voltaire disait déjà « Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes. » (p. 5).

L’enseignement de Sa Forderie (il y en a dix dans le monde et l’actuel Forderie pour l’Europe occidentale est Mustapha Menier), en alternance avec les discussions de Henry Foster et le Prédestinateur Adjoint d’un côté, et de Lenina et Fanny de l’autre, c’est du pur surréalisme ! Et je ne vous dis pas de quelle façon sont traitées les femmes… Surtout celles qui sont « pneumatiques » dans un monde où la sexualité est totalement libérée : « Je l’ai eu par-ci, je l’ai eu par-là. » (p. 73). Et ce n’est pas mieux avec les « représentants des classes inférieures » (p. 97).

Cependant, il y a parfois des accidents dans le procédé des embryons. Par exemple, Bernard Marx n’a pas la bonne taille et il ressemble plus à un Epsilon qu’à un Alpha ; Elmholtz Watson est trop capable. Déficience physique pour l’un, excès mental pour l’autre… C’est que la motivation principale est « Tout le monde est heureux, à présent ! » (enseignée aux enfants dès l’âge de 5 ans). Mais eux ne sont pas heureux, car ils ont pris conscience d’être à part, d’être des individus différents. Grains de sable dans le rouage ?

J’aime bien le cynisme de Bernard Marx : à chaque fois qu’il entend quelqu’un prononcer par habitude (réciter) une leçon hypnopédique (enseignée à tous à leur insu pendant leur sommeil, dès l’enfance), il annonce la période et la durée de cette leçon.

Il y a en fait deux mondes : le monde de Notre Ford (clin d’œil à Our Lord), un État Mondial créé après la Guerre de Neuf Ans (apparemment nucléaire et bactériologique), et le monde des Sauvages, qui vivent dans des Réserves éloignées et que l’auteur aborde en deuxième partie du roman. Justement, pendant les vacances, Bernard Marx et Lenina Crowne se rendent en Amérique (au Nouveau-Mexique) pour visiter une Réserve de Sauvages : « pas de parfums, pas de télévision, pas même d’eau chaude. » (p. 136). Lenina est horrifiée par ce qu’elle voit (et sent !) chez ces Sauvages. « Mais c’est terrible, chuchota Lenina, c’est épouvantable ! Nous n’aurions pas dû venir ici. » (p. 147). Les Sauvages se reproduisent à l’ancienne (viviparité), ils sont moches, sales, vieux… Mais Bernard et Lenina vont avoir une sacrée surprise qui va changer leur vie ! « Eh bien, j’aimerais mieux être malheureux que de connaître cette espèce de bonheur faux et menteur dont vous jouissez ici ! » (John, p. 224). « Mais vous plaît-il d’être des esclaves ? […] Vous plaît-il d’être des bébés ? Oui, des bébés, vagissants, bavants […]. Oui, bavants […]. Vous ne voulez donc pas être libres, être des hommes ? Ne comprenez-vous même pas ce que c’est que l’état d’homme, que la liberté. […] Vous ne comprenez pas ? » (John, p. 264).

L’auteur s’est bien éclaté avec les noms de ses personnages : par exemple Lenina Crowne, Benito Hoover, Bernard Marx, Darwin Bonaparte… Il mixe prénom et nom de personnalités en vue au début du XXe siècle, politiques mais pas que (Lénine, Marx, Bakounine, Watson, Freud, etc.).

Aldous Huxley écrit Brave New World en 1931 (en 4 mois, dans le sud de la France) et le roman est publié en 1932 à Londres. Classé en dystopie, le roman est pourtant considéré par son auteur comme une utopie ! Préface de l’auteur de 1946. « À tout bien considérer, il semble que l’Utopie soit beaucoup plus proche de nous que quiconque ne l’eût pu imaginer, il y a seulement quinze ans. À cette époque, je l’avais lancée à six cents ans dans l’avenir. Aujourd’hui, il semble pratiquement possible que cette horreur puisse s’être abattue sur nous dans le délai d’un siècle. » (p. 20-21). Aldous Huxley n’a pas tort car par certains côtés, nous y sommes (le culte du bonheur, l’aseptisation, le monde séparé en deux…).

Dans Brave New World, l’auteur s’inspire énormément des œuvres de Shakespeare (puisque c’est le livre qu’a pu lire John durant son enfance et son adolescence). Le titre même, Brave New World, vient de The Tempest (La tempête) de Shakespeare (acte 5).

Il y a de nombreux extraits du Meilleur des mondes sur Wikiquote.

Une excellente relecture (je l’avais lu à l’adolescence) pour le Mois anglais que je mets aussi dans Cette année, je (re)lis des classiques, le Challenge de l’été (pour l’Angleterre), Littérature de l’imaginaire #8 et Summer Short Stories of SFFF – S4F3 #6.

Le guide SF à l’usage des lecteurs, 2 : l’anticipation

En novembre l’année dernière, j’avais lu avec intérêt Le guide SF à l’usage des lecteurs, 1 : le space opera. Eh bien, voici Le guide SF à l’usage des lecteurs, 2 : l’anticipation.

Soleil, février 2020.

L’anticipation est un sous-genre de la science-fiction, et même précurseur de la science-fiction (avec Jules Verne par exemple). Les romans ou nouvelles d’anticipation se déroulent dans le futur (proche ou plus lointain) et ce peut être des dystopies (ex. 1984 de George Orwell) ou des utopies (ex. L’île d’Aldous Huxley) avec soit un pouvoir totalitaire soit un monde qui paraît irréalisable.

Le livret (de 8 pages) donne quelques références littéraires et cinématographiques puis présente des bandes dessinées d’anticipation parues chez Soleil et chez Delcourt. Il est consultable librement sur Calaméo.

Pour La BD de la semaine. Plus de BD de la semaine chez Stéphie.

Summer Short Stories of SFFF – S4F3 #6

Sixième saison pour le Summer Short Stories of SFFF ou S4F3 en abrégé. J’ai participé en 2018 (13 lectures) et en 2019 (seulement 2 lectures) et j’espère faire mieux cette année que l’été dernier. Le challenge dure du 21 juin au 23 septembre. L’objectif est de lire de la littérature de l’imaginaire (science-fiction, fantastique, fantasy = SFFF) avec des livres, anthologies, essais et recueils de nouvelles entre 80 pages et moins de 350 pages. Nouveau : il y a 10 épreuves – appelées Déca-Star –, une par semaine, mais je ne sais pas si je vais y participer.

Infos, logo (euh… pour l’instant il y n’a pas de logo pour 2020, je le rajouterai plus tard) et inscription chez Lutin82 (Albédo) + ici pour les épreuves.

Mes lectures pour ce challenge

1. L’académie diplomatique d’Isuldain – Les ombres assassines d’Arthur Ténor (Scrineo, 2018, France)

2. Le meilleur des mondes d’Aldous Huxley (Pocket, 2017, Angleterre)

Le livre de M de Peng Shepherd

Le livre de M de Peng Shepherd.

Albin Michel Imaginaire, juin 2020, 592 pages, 24,90 €, ISBN 978-2-22644-293-2. The Book of M (2018) est traduit de l’américain par Anne-Sylvie Homassel.

Genres : littérature états-unienne, science-fiction, premier roman.

Peng Shepherd naît à Phoenix en Arizona où elle vit mais elle a aussi vécu à Beijing, Kuala Lumpur, Londres, Los Angeles, Washington DC et New York (source : son site). Elle est diplômée du NYU MFA (écriture créative et arts). Le livre de M est son premier roman et a reçu le Prix Neukom en 2019 (bien mérité !). Son deuxième roman, The Cartographers, va paraître. Plus d’infos sur son site officiel, http://pengshepherd.com/.

Depuis deux ans, les humains perdent leur ombre puis, plus ou moins vite, perdent aussi leurs souvenirs, leur être intérieur. Beaucoup se suicident ou deviennent dangereux. Ce phénomène est appelé l’Oubli. Mais tout le monde n’est pas touché ; il y a donc des survivants avec leur ombre et des survivants sans ombre. « Pourquoi avait-il fallu que les ombres soient ce lieu du corps où gisent les souvenirs ? Pourquoi l’Oubli épargnait-il certaines personnes ? Et lorsqu’on en était affecté, pourquoi la disparition des souvenirs se produisait-elle à des délais aussi variables ? Et quand cet effacement s’accomplissait, pourquoi la terre elle-même semblait oublier, de même que les hommes ? » (Ory, p. 12).

Dans ce roman de science-fiction, pas d’explosions nucléaire ou bactériologique rendant la Terre inhabitable, pas de zombies ou d’extraterrestres envahisseurs ou de robots détruisant l’humanité. C’est un des points forts du Livre de M : un monde post-apocalyptique totalement différent des autres déjà vus (lus) auparavant. Quoique j’ai pensé, durant ma lecture, à L’aveuglement de José Saramago (écrivain portugais) qui raconte la fin du monde à cause d’une cécité fulgurante (roman paru en 1995 et adapté en un excellent film, Blindness, réalisé par Fernando Meirelles en 2008).

Un autre point fort du Livre de M, ce sont les personnages qui sont vraiment très bien créés et suivis par Peng Shepherd (j’ai vraiment eu l’impression qu’elle aimait chacun d’entre eux) : je ne suis pas restée sur ma fin au sujet des personnages, de leur passé et leur histoire alors que la majorité d’entre eux perdaient la mémoire !

D’ailleurs, revenons au résumé et aux personnages. Le lecteur suit donc quelques personnages principaux, très bien choisis et représentatifs de l’humanité : un Indien – d’Inde, pas d’Amérique – (Hemu Joshi) avec lequel tout commence et sa doctoresse indienne (Avanthikar), un Américain d’origine chinoise (Ory), une Américaine noire (Max), un couple d’homosexuels (Paul et Imanuel), un groupe d’Américains classiques (Ursula et sa bande dans leur van), une Iranienne (Naz) principalement, les chapitres alternant avec l’un ou l’autre.

Il y a d’abord Orlando Li Zhang (Ory) et son épouse Maxine Webber (Max) de Washington : ils sont dans un hôtel en forêt dans le Great Falls National Park, au-dessus d’Arlington (Virginie), pour célébrer le mariage de leurs amis (Paul et Imanuel). Ils apprennent ce qui se déroule à Boston puis dans plusieurs États et, peu à peu, les convives partent. Deux ans après, il ne reste plus qu’Ory et Max mais celle-ci a perdu son ombre depuis 7 jours et il n’y a plus rien à manger… C’est en allant à Arlington qu’Ory rencontre un groupe de 12 personnes dont 4 ont encore leur ombre, conduit par Ursula : ils veulent aller à la Nouvelle-Orléans rejoindre Celui qui Rassemble (il a d’autres surnoms). Mais, lorsqu’il rentre à l’Elk Cliffs Resort, Max a disparu avec son petit magnétophone à cassettes sur lequel elle va s’enregistrer pour garder sa mémoire.

Premier flashback. Mahnaz (Naz) Ahmadi est une Iranienne championne de tir à l’arc. Elle a quitté Téhéran pour Boston où elle s’entraîne pour les Jeux Olympiques. Elle est avec son entraîneur et ses coéquipières lorsque les infos montrent le premier homme sans ombre : Hemu Joshi a perdu son ombre au marché aux épices de Pune en Inde. Or, Boston sera la première ville touchée aux États-Unis.

« Ce qu’on a oublié, ça ne manque pas, non ? » (Max, p. 136). Eh bien, essayez de vivre sans votre mémoire, sans le souvenir qu’il faut manger, dormir ou respirer tout simplement !

Je vais mettre ce roman dans le challenge Les étapes indiennes. Bien sûr Peng Shepherd n’est pas une autrice indienne mais une partie du roman se déroule en Inde où tout commence – ce qui apporte et peu d’exotisme – et se rapporte régulièrement à des légendes indiennes (voir ci-dessous avec Hemu et ARI). C’est que, en Inde, le « Jour sans Ombre » existe vraiment à cause de l’angle de la Terre ; c’est un jour célébré mi-mai, lorsque le soleil est au zénith mais, normalement, l’ombre revient ! « Tous les ans, juste avant midi, d’immenses foules se rendaient sur les parvis des marchés pour attendre le moment où le soleil passait si exactement au-dessus d’eux que leur ombre disparaissait pendant quelques stupéfiantes secondes. » (p. 50). Pas de magie dans cet événement : « Une explication parfaitement scientifique. » (p. 50) sauf si les ombres ne reviennent pas ! J’ai remarqué une petite erreur : un des deux frères de Hemu s’appelle Vinay et quelques lignes plus bas, Vijay… (p. 52).

Deuxième flashback. Peu avant l’Oubli, un Américain de la Nouvelle-Orléans a également perdu la mémoire mais dans un grave accident de voiture. Il est surnommé ARI pour « Amnésie Rétroactive Intégrale ». ARI et le docteur Zadeh se rendent en Inde pour rencontrer Hemu Joshi et la doctoresse Avanthikar. Peut-être pourront-il comprendre ce qu’est l’Oubli et y remédier ? Mais « Il n’y a dans aucun champ de la connaissance humaine quelque chose qui puisse l’expliquer. Psychiatrie, neurologie, physique, biologie… » (docteur Zadeh, p. 214). Hemu, bien qu’amoindri par son état, raconte pourtant à ARI des légendes indiennes (d’où le challenge Contes et légendes #2). D’abord le Rigveda, en particulier la légende de Sanjna qui est tellement aveuglée par son époux bien-aimé, Surya, le Soleil, qu’elle crée une ombre identique à elle, Chaaya, pour la remplacer !

Ensuite (c’est ma préférée), celle de Gajarajan, un éléphanteau sauvé du massacre, et de sa jeune sœur (qu’il n’a pas connue), Manikan qui peint et qui est en liaison avec Gajarajan (d’où le challenge Animaux du monde) : cela prouverait-il que la mémoire peut se transmettre d’un être à un autre même à distance mais… comment ?

En tout cas, de bête curieuse qui attire les journalistes du monde entier, Hemu devient bien malgré lui, cobaye scientifique avant de totalement perdre pieds… Typique de notre société.

Vous êtes bien plongé dans cet incroyable roman ? Alors, en route pour la Nouvelle-Orléans ! Malgré les dangers et même si vous avez oublié pourquoi vous y alliez ! « On le saura bien assez tôt. On y arrivera. » (p. 240).

Ce résumé et cette présentation peuvent vous paraître un peu long mais je voulais vraiment vous parler des personnages principaux et aussi de la complexité et de la richesse de ce roman de science-fiction atypique. Ory aime Max, Imanuel aime Paul, Naz aime sa sœur Rojan, ARI aime l’humanité, mais pourront-il sauver ceux qu’ils aiment ? Amour et violence se côtoient tout au long du roman avant un final ahurissant mais plausible. Et j’avais réellement l’impression d’y être ! Un premier roman innovant, rythmé, exceptionnel !

Je tiens à remercier les éditions Albin Michel Imaginaire car j’ai reçu ce livre avant sa parution [mon billet ici] et, je voudrais dire que faire paraître ce roman après le confinement et une pandémie mondiale, c’est assurément gonflé mais n’hésitez pas à investir dans Le livre de M car c’est une excellente lecture ! Science-fiction mais pas que : vous découvrirez pourquoi lors de la lecture.

En plus des challenges cités dans le billet, je mets bien sûr cette lecture dans Littérature de l’imaginaire #8.

Une étude en soie d’Emma Jane Holloway

Une étude en soie : Baskerville d’Emma Jane Holloway.

Bragelonne, février 2015, 528 pages, 28 €, ISBN 978-2-35294-827-8. A Study in Silks (2013) est traduit de l’anglais (Canada) par Guillaume Le Pennec.

Mais je l’ai lu en édition poche. Bragelonne poche, collection Steampunk, février 2019, 356 pages, 9,90 €, ISBN 979-10-281-0620-1 pour le tome 1. Bragelonne poche, collection Steampunk, février 2019, 358 pages, 9,90 €, ISBN 978-2-35294-874-2 pour le tome 2.

Genres : littérature canadienne, steampunk, Angleterre victorienne.

Emma Jane Holloway… Peu d’infos sur elle ! Diplômée de littérature anglaise, elle est romancière (romance, fantastique, steampunk). Elle vit avec son chat.

Avril 1888. Londres. Evelina Cooper, 19 ans, nièce de Sherlock Holmes, étudiante à l’Académie pour jeunes filles de Wollaston dans le Devonshire, est invitée par sa meilleure amie, Imogen Roth, à Hilliard House chez Lord Bancroft (Emerson Roth et son épouse Adele, les parents de Tobias, Imogen et Poppy) pour leur première saison londonienne. Orpheline, Evelina a « une grand-mère à la tête d’un domaine rural et l’autre disant la bonne aventure au sein du Cirque suprême de Ploughman » (p. 10). C’est que sa mère, de bonne famille, a épousé un saltimbanque ! « Elle se retrouvait prise entre les deux, mi-bourgeoise mi-vagabonde, deux moitiés qui semblaient ne jamais pouvoir s’accoler vraiment. » (p. 37). Une nuit, Nick, son meilleur ami d’enfance, au cirque, qu’elle n’a plus revu depuis des années, lui rend visite, et cette même nuit, Grace Child, une des domestiques, est assassinée. Devinez qui enquête ! L’inspecteur Lestrade. L’enquête sera pourtant longue et difficile car les barons de la vapeur tirent les ficelles. « Jusqu’à quel point comprends-tu le fonctionnement du Conseil de la vapeur ? […] les barons de la vapeur, ces magnats industriels qui possédaient les entreprises énergétiques. […] Charbon, machines à vapeur, chemins de fer, compagnies de gaz, usines, égrena son père sur un ton mordant. Bientôt ils voudront contrôler le pain que nous mangeons et la bière que nous buvons. » (p. 120). Mais un autre danger survient en la personne du Docteur Symeon Magnus… Qui est-il réellement et que manigance-t-il ?

Dans le tome 2, Imogen et Evelina vont être présentées à la Reine. « Sa mère lui avait parlé de la Cour. Cela faisait office d’histoire du soir pour Evelina : jolies robes et bonnes manières, aristocrates et palais somptueux, l’assurance d’avoir de la chaleur, de la lumière et de quoi manger à sa faim. » (p. 167). Mais l’enquête que mène en parallèle de celle de l’inspecteur Lestrade, Evelina, parfois avec Imogen, devient de plus en plus dangereuse et Lord Bancroft se doute que la jeune fille est impliquée ou du moins sait quelque chose de néfaste pour lui et sa famille.

Ma phrase préférée. « Ceux qui affirmaient que les animaux ne pouvaient pas parler n’écoutaient simplement pas. » (tome 1, p. 220). C’est qu’Evelina découvre la présence de devas, des créatures magiques, invisibles aux yeux de ceux qui ne pratiquent pas la magie.

Une étude en soie est une riche série steampunk, un genre de science-fiction uchronique se déroulant au XIXe siècle avec vapeur, automates, voire magie mais « Avec l’essor de l’industrie, la magie – impossible à mesurer, à réguler ou à gouverner – avait été bannie par l’Église comme par l’État, et en particulier par les barons de la vapeur qui contrôlaient tant de choses grâce à leur immense fortune. » (p. 31). Mais avez-vous remarqué une chose ? La série est sous-titrée Baskerville>, qui n’est que la première partie ! Alors la suite ! Il faut absolument la suite !

Alors l’autrice est Canadienne mais le roman se déroule à Londres, fin XIXe, en pleine époque victorienne, avec la nièce de Sherlock Holmes donc vous pensez bien que je mets ce billet dans le Mois anglais ! Et dans Littérature de l’imaginaire #8.

Demain les chats de Bernard Werber

Demain les chats de Bernard Werber.

Albin Michel, octobre 2016, 320 pages, 20,90 €, ISBN 978-2-22639-205-3. Je l’ai lu en poche : Le livre de poche, janvier 2018, 352 pages, 7,30 €, ISBN 978-2-25307-370-3.

Genres : littérature française, science-fiction, anticipation.

Bernard Werber naît le 18 septembre 1961 à Toulouse. Il mêle conte, philosophie, science-fiction ou genre policier dans ses romans et ses nouvelles. Plus d’infos sur son site officiel et sa page FB.

Paris. La narratrice est Bastet, une jeune chatte de 3 ans qui désespère de communiquer avec son humaine, Nathalie… Exit la petite souris à la queue rose, exit Poséidon le poisson rouge… Peut-être que son humaine (sa servante) sera un peu plus réceptive, c’est que Bastet est persuadée que les chats sont supérieurs aux humains ! Mais il va se passer deux choses dans la vie de Bastet.

Des nouveaux voisins s’installent dans la maison d’à côté et elle fait la connaissance de Pythagore, un Siamois… connecté ! Il a un Troisième Œil sur le front et peut y brancher une clé USB. Il est très instruit.

Et son humaine ramène à la maison Félix, un Angora blanc… « Toi, tu ne me plais pas. Fiche le camp. » (p. 42).

Puisque son humaine n’y comprend rien à rien, Bastet préfère passer ses nuits avec Pythagore qui peu à peu lui apprend ce qu’il sait. « Être instruite me semble le plus grand des privilèges et je plains ceux qui vivent dans l’ignorance. » (p. 68).

Ainsi Bastet et Pythagore observent le monde des humains et Bastet, ayant été témoin d’un attentat, comprend ce qu’est le terrorisme, les agressions et la guerre…

Sûrement mon passage préféré : « […] j’ai découvert l’histoire des humains. J’ai choisi mon nom en référence à l’un d’entre eux, qui me semblait le plus intéressant et le plus sage. Pythagore. […] Pythagore était un humain d’une grande clairvoyance qui a vécu il y a deux mille cinq cents ans. Alors que la société était en crise, plongée dans la violence, la bêtise et la peur, il a changé la mentalité de ses congénères. Il les a informés de leur propre ignorance. Il leur a fait découvrir un monde au-delà de la simple perfection directe de leur sens. […] Pythagore a guidé l’humanité vers la paix et la sagesse, alors j’ai choisi son nom pour guider de la même manière mes congénères les chats. » (p. 221-222).

Après, c’est le chaos… Les humains et les chats survivants, Hannibal le lion, et peut-être d’autres espèces, pourront-ils se comprendre et s’allier pour se battre contre les rats ? « L’épidémie de peste finira forcément par s’arrêter. C’est sur la culture que va se jouer notre avenir commun. Il est venu le temps où les derniers humains sages doivent offrir leurs connaissances les plus avancées aux autres espèces animales. » (p. 336).

J’ai un mot (ou deux) à dire à Thomas… « Thomas, tu un gros connard ! » (vous comprendrez en lisant le roman), voilà, ça soulage !

Le titre, Demain les chats, un clin d’œil à Demain les chiens, un recueil de nouvelles de Clifford D. Simak (1904-1988) paru en 1952 ?

Par le passé, j’avais lu le premier tome de la trilogie Les Fourmis (son premier roman, mars 1991) et ça ne m’avait pas emballée alors je n’avais pas relu cet auteur. Mais, ici, avec les chats, l’histoire m’a attirée et il y a de beaux moments comme la rencontre avec Pythagore, la naissance des chatons de Bastet et Félix (eh oui !), l’arrivée du lion échappé du cirque… Mais ce n’est pas de la « grande littérature » et la réflexion sur le monde des humains est basique. Cependant, j’ai passé un bon moment de lecture et je veux lire la suite : le tome 2, Sa majesté des chats, est paru en septembre 2019 et je l’emprunterai à la médiathèque. Et si vous avez un excellent titre de cet auteur à me proposer, Le père de nos pères, L’arbre des possibles ?

Bon, Bernard Werber est un écrivain très connu et il n’a pas besoin de pub mais comme j’ai lu ce roman durant le Printemps de l’imaginaire francophone 2020, autant publier ma note de lecture avant le 1er juin. Cette lecture entre aussi dans les challenges Animaux du monde, Littérature de l’imaginaire #8 et Petit Bac 2020 (catégorie Animal avec chats).

Agence Mysterium – Le fantôme de Saint-Malo de Loïc Le Borgne

Agence Mysterium – Le fantôme de Saint-Malo de Loïc Le Borgne.

Scrineo, octobre 2017, 240 pages, 14,90 €, ISBN 978-2-36740-479-0.

Genres : littérature française, jeunesse, aventure, science-fiction.

Loïc Le Borgne naît le 7 mai 1969 à Rennes (Bretagne). Il étudie les sciences, l’Histoire et la communication. Il travaille comme journaliste avant de se lancer dans l’écriture de romans en littérature de l’imaginaire en 2006. Il écrit pour les enfants (sous le pseudonyme de Loïc Léo), les adolescents et les jeunes adultes. Plus d’infos sur son blog.

Les personnages principaux de la série Agence Mysterium vivent à Paris. Kim Kraken est la fondatrice de l’Agence Mysterium ; elle a 13 ans et aime la science. Tristan, surnommé Magic Man, a 13 ans et demi ; c’est un geek et un bricoleur qui aime la nature. Salma, surnommée Miss Samouraï, a 12 ans, c’est une grande sportive, ; elle aime aussi les enquêtes et l’Histoire. La Plasmachine, pilotée par Moov, une intelligence artificielle, a été trouvée par Kim ; construit en l’an 7777 en Chine, ce prototype de machine à téléportation a reculé dans le temps.

Ronan Tremen est antiquaire à Saint-Malo. Sa fille, Églantine, 10 ans, a remarqué qu’une « silhouette vaporeuse » vole des objets dans le magasin, la nuit. « Toujours d’anciens instruments de navigation. » (p. 13). Effrayée, Églantine contacte l’Agence Mysterium. « Première affaire ! Première affaire ! » (p. 42).

Grâce à la Plasmachine, le trio (Kim, Tristan et Salma) est téléporté à Saint-Malo, rencontre Églantine et se retrouve rapidement nez à nez avec le voleur qui passe à travers les murs et les portes ! Qui est-il ? Un fantôme ? Un magicien ? « […] il a forcément un truc. Comme nous quand on se téléporte ! » (p. 90).

Les agents Mysterium vont découvrir une histoire de pirates, de corsaires, de flibustiers, quelque chose d’énorme !

Aventure à Saint-Malo et sa région, mystères et amitié sont au rendez-vous de ce charmant roman un poil science-fiction avec un petit voyage à la fin du XVIIe siècle à l’époque des flibustiers. « Rien n’est parfait, mais rien ne vaut la liberté, réplique Barborange en souriant à travers sa moustache rousse. » (p. 227).

Un tome 2 de l’Agence Mysterium est paru en octobre 2018 chez Scrineo : Le diable des Pyrénées que je lirai si j’en ai l’occasion.

Pour les challenges Jeunesse Young Adult #9, Lire en thème 2020 (en mai, un livre dont le titre fait plus de trois mots), Littérature de l’imaginaire #8, Petit Bac 2020 (pour la catégorie lieu avec Saint-Malo) et Printemps de l’imaginaire francophone 2020.

La Voie Verne de Jacques Martel

La Voie Verne de Jacques Martel.

Mnémos, janvier 2019, 320 pages, 20 €, ISBN 978-2-35408-704-3.

Genres : littérature française, science-fiction.

Jacques Martel naît en 1965 à Antony (région parisienne) ; il est Breton par sa mère et Normand par son père. Après avoir exercé plusieurs métiers (coordinateur de travaux, énergie, BTP, traitement de l’eau…), il devient auteur et a une passion pour l’imaginaire, en particulier la science-fiction et le post-apocalyptique. (Ne pas confondre avec Jacques Martel, Canadien, spécialiste médical !). Du même auteur : Sacrifice du guerrier (2 tomes, Mnémos, 2008), Bloody Marie (Black Book, 2011), La guerre de l’Hydre (Mnémos, 2013), Loups sombres (Leha, 2020), en avez-vous un à me conseiller en priorité ?

Dans le futur, tout est numérisé. Mais les « ravages que le virus informatique BigWorm avait infligé au réseau global quelques années auparavant, rongeant et détruisant impitoyablement une quantité astronomique de données. » (p. 5) ont eu raison de milliards de fichiers… John Erns, le narrateur, 49 ans, boit un café au Pyrate’s Bay (j’aime bien Kurts, son propriétaire cyberpunk) ; il vient pour remplacer le majordome décédé de madame Agathe Dumont-Lieber au domaine du Haut-Cervent. La châtelaine vit avec son petit-fils autiste, Gabriel, 12 ans, et deux employées : Sunya qui s’occupe de la cuisine et Danhëse de l’entretien. Dans la maison, tout rappelle les œuvres de Jules Verne car feus Jean-Philippe Dumont-Lieber (le mari d’Agathe) et Alexandrine Dumont-Lieber (leur fille), les célèbres architectes Dumont-Lieber Père & Fille étaient passionnés par Jules Verne.

Gabriel, lui aussi, est passionné par l’univers et l’œuvre de ce grand auteur français, pratiquement oublié, et passe son temps dans le Halo, le nouveau nom du Web, avec des jeux vidéo.

Mais pourquoi, John Erns, célèbre auteur, est-il là incognito ? A-t-il une mission ? Et qui est-il réellement ?

« Rien de bon ne sera plus créé par l’homme puisque désormais tout sert la guerre ! » (capitaine Némo à Jules Verne, p. 80).

À propos de Paris au XXe siècle refusé par l’éditeur de Jules Verne à cause de « son ambiance sombre et pessimiste » (p. 151) : « j’aimais ce texte dans lequel j’exposais les risques pour l’homme d’user de la science, de l’industrie et de la finance en perdant de vue que le progrès doit rester au service du bonheur des populations. Cette idée avait toujours été tapie dans un recoin de mon esprit pendant que j’écrivais mes autres romans. » (p. 152).

Vous l’aurez compris, le lecteur est intégralement plongé dans l’œuvre de Jules Verne et même dans sa vie ! Un immense hommage, vraiment réussi, avec des connaissances incroyables ! « L’univers de Jules Verne. La Voie Verne. » (p. 201). C’est que, dans ce futur, les livres en papier sont interdits et tout le papier (y compris les livres, tous les livres, beaux livres inclus) ont été recyclés ; il faut donc trouver un autre monde pour les histoires (le virtuel) mais BigWorm a détruit tellement d’histoires au niveau mondial, en particulier les Voyages extraordinaires de Jules Verne… Sera-t-il possible de les recréer (ou d’en créer de nouvelles) sur Halo et dans ses e-nivers ?

« L’être humain a besoin de rêve, d’exploration, de lieux inaccessibles à atteindre. Les progrès techniques et le Halo lui permettent de vivre une vie différente. Cette vie est détachée de celle du monde réel, mais en fait partie puisqu’elle y est inscrite. » (p. 281).

« […] Jacques Martel a imaginé La Voie Verne comme un jeu de piste pour le lecteur, qui de surprises en révélations, découvrira le fin mot de l’histoire qu’il n’est pas prêt d’oublier » dit l’éditeur en 4e de couverture et je ne vous en dirai pas plus pour ne pas vous enlever justement ces surprises et ces révélations. Mais, comme dans Rivages de Gauthier Guillemin, l’auteur s’interroge sur la survivance des mythes et des grands hommes (ici Jules Verne).

Une excellente lecture pour les challenges Littérature de l’imaginaire #8, Petit Bac 2020 (catégorie personne célèbre pour Jules Verne) et Printemps de l’imaginaire francophone 2020.

https://youtu.be/HMH-Jx5qLUs

Abimagique de Lucius Shepard

Abimagique de Lucius Shepard.

Le Bélial, collection Une heure lumière, août 2019, 112 pages, 8,90 €, ISBN 978-2-84344-955-0. Abimagique (2007) est traduit de l’anglais par Jean-Daniel Brèque.

Genres : littérature états-unienne, science-fiction, érotisme.

Lucius Sherpard naît le 21 août 1943 à Lynchburg en Virginie (États-Unis). Dès l’âge de 15 ans, il bourlingue (Europe, Afrique, Asie) faisant de petits boulots pour vivre et continuer son voyage pendant des années. De retour aux États-Unis, il étudie à l’université, devient architecte et repart voyager (Asie du Sud-Est, Amérique centrale). Mais dès 1984, il est connu pour ses nouvelles et ses romans de science-fiction et reçoit plusieurs prix littéraires (Astounding, Hugo, Locus, Nebula…). Il meurt le 18 mars 2014 à Portland dans l’Oregon.

« […] tu auras appris qu’elle travaille comme massothérapeute avec des handicapés, qu’elle vit seule dans une maison en bois, dans une rue bordée de sapins du quartier de Fremont, que ses yeux ont la couleur du vert bouteille illuminé de soleil et qu’elle s’appelle Abi, le diminutif d’Abimagique. » (p. 13).

Ce qui est original dans ce court roman (mais en fait pas facile à gérer), c’est que l’auteur utilise « tu » et que le lecteur se demande qui est le narrateur.

Le « tu » donc, a 23 ans, il est étudiant à Seattle et travaille dans un laboratoire de microbiologie.

« Une fois que tu es avec elle, c’est comme une addiction. » (p. 32).

J’avoue que je n’ai pas tout compris entre ses rêves et ce qu’il apprend sur Abi mais qu’il refuse de croire… Elle dit qu’elle a des pouvoirs et que la fin du monde approche… Des anges déchus, des princes grigori, lilith…

Mais il y a surtout beaucoup de sexe et de magie orgique !

Ce court roman est peut-être intéressant au niveau mystique, et j’ai bien aimé le style de l’auteur et l’ambiance, mais, vraiment, je n’ai pas tout compris… Si vous avez un autre titre de Lucius Shepard à me conseiller 😉

Il est rare que j’honore le rendez-vous de Stéphie, Le premier mardi, c’est permis ! Mais dans ce roman, il y a du sexe et de l’érotisme alors rendez-vous honoré.

Je le mets aussi dans les challenges Littérature de l’imaginaire #8, Maki Project (roman court, style novella) et Petit Bac 2020 (dans la catégorie Prénom pour Abimagique).

Trois fois la fin du monde de Sophie Divry

Trois fois la fin du monde de Sophie Divry.

Noir sur blanc, collection Notabilia, août 2018, 240 pages, 16 €, ISBN 978-2-88250-528-6.

Genres : littérature française, science-fiction.

Sophie Divry naît en 1979 à Montpellier. Diplômée de l’École supérieure de Journalisme de Lille et de l’IEP de Lyon, elle vit à Lyon. Trois fois la fin du monde reçoit le Prix de la page 111 en 2018. J’ai déjà lu son premier roman, La cote 400, dans un genre totalement différent.

Lors du braquage d’une bijouterie, Tonio Kamal est tué par la police. Son jeune frère, Joseph, 22 ans, est alors seul au monde. « Notre mère est morte quand on avait vingt ans, on n’a jamais eu de père. Tonio assassiné, je suis désormais seul sur la terre, je n’ai plus d’amis, tous se sont détournés de moi, ni d’amantes, j’étais à ce moment-là célibataire, je n’ai plus qu’un immense chagrin qui me déchire, me révolte. J’en veux à mort aux flics, je m’en veux à moi aussi. » (p. 13). Joseph est condamné en tant que complice et mis en prison pour des années. « La peur et le chagrin, une sensation terrible d’abandon et d’impuissance me plonge dans des abîmes de noirceur. » (p. 23).

Ce premier tiers du roman sur le monde carcéral est terrible ! « Jamais de silence, jamais de paix. » (p. 50).

Lorsque la Catastrophe survient, Joseph peut s’enfuir. Il est un des rares survivants, apparemment immunisés. « La moitié de l’Europe irradiée, la moitié de la France évacuée. » (p. 69). Il n’a pas été évacué, il s’est réfugié dans une épicerie, ce qui lui a permis de se nourrir, puis il a découvert une petite ferme du causse dans le Lot et s’y est installé. « Joseph cherche la nourriture […] de quoi s’habiller, de quoi se chausser, de quoi se soigner, de quoi lire, tout ce dont un homme a besoin. » (p. 91). Il va réparer, piocher, planter pour vivre ! Mais « C’est pas drôle d’être tout seul quand même. » (p. 97).

Heureusement vont venir se réfugier près de lui un mouton qu’il appelle Chocolat et une jeune chatte tigrée qu’il appelle Fine. « Mes bêtes, mes braves bêtes, qu’est-ce que je serais sans elles… » (p. 152). Finalement la solitude, c’est la tranquillité et la liberté. « Parce que si un être étranger venait, ce serait la fin. Il faudrait fuir ou s’expliquer. Il faudrait quitter la ferme. » (p. 155).

Parfois Joseph pense aux survivants. « Que font-ils, les Autres ? Comment vivent-ils là-bas ? » Il ne sait pas du tout s’il y a encore des survivants, s’ils sont nombreux ou pas, où et comment ils vivent… Joseph est un homme qui lutte pour sa vie et qui a réappris seul à vivre en harmonie avec la nature, les saisons. Les moments avec Chocolat sont très beaux, ceux avec Fine le sont encore plus. Mais trois fois, le monde de Joseph va s’effondrer, trois fois, ce sera la fin de son monde…

Trois fois la fin du monde est un roman attachant et passionnant, à la fois réaliste et poétique. J’aime beaucoup le style de Sophie Divry et elle a fait fort, d’abord dans l’univers carcéral, puis dans un monde post-apocalyptique.

Avez-vous déjà ressenti une angoisse avant la fin d’une lecture ? J’ai déjà été triste de finir un roman, de quitter des personnages auxquels je m’étais attachée. Mais avec ce roman, j’ai vécu une angoisse terrible, à partir de la page 208, je me disais que tout était trop beau, que ça allait mal se finir… Je n’avais jamais été angoissée comme ça à la lecture de la fin d’un roman, ça a été une expérience enrichissante mais usante.

Je mets cette lecture dans les challenges Animaux du monde (pour le mouton Chocolat et la chatte Fine, très importants), Littérature de l’imaginaire #8 et Printemps de l’imaginaire francophone 2020.