L’alchimie de la pierre d’Ekaterina Sedia

L’alchimie de la pierre d’Ekaterina Sedia.

Le Belial, février 2017, 272 pages, 20 €, ISBN 978-2-84344-913-0. The Alchemy of Stone (2008) est traduit de l’américain par Pierre-Paul Durastanti.

Genres : littérature russo-américaine, science-fiction.

Ekaterina Sedia naît Ekaterina Holland le 9 juillet 1970 à Moscou en Russie. Elle est non seulement écrivain (romans, nouvelles) mais aussi professeur de botanique et d’écologie dans le New Jersey car elle vit aux États-Unis depuis le début des années 90. Plus d’infos sur http://www.ekaterinasedia.com/ (site et blog).

Mattie est une Automate émancipée, devenue une Alchimiste, créée par Loharri, un Mécanicien. Elle vit à Ayona, « une ville immense, sombre et secrète ». Les Gargouilles, un peuple minéral très secret, lui demandent de l’aide. « Elles trouvent leur espérance de vie trop brève et leur destin trop cruel. » (p. 16). Mattie est également embauchée par Iolanda pour des potions mais hésite à trahir son créateur. Elle va rencontrer le Fûmeur d’âmes que tout le monde craint et Sébastien, un révolutionnaire activement recherché.

Sous couvert de science-fiction, mi steampunk mi urban fantasy, ce roman aborde de nombreux thèmes importants : mécanisation, technologie et progrès, immigration, condition des femmes, rôle de chacun dans la société, mémoire du passé, mouvement révolutionnaire, terrorisme… ! Voici quelques extraits qui en témoignent :

« Tu es devenu mécanicien parce qu’élevé par une mère alchimiste. Je suis devenue alchimiste parce que créée par un mécanicien. » (p. 89).

« Ça me déplaît autant qu’à toi, Mattie, mais c’est une affaire de politique. Les gens ont peur. Ils ont besoin de victimes expiatoires. » (p. 153).

« Les femmes ressemblaient aux gargouilles : respectées en théorie, mais dissimulées à ceux qui dirigeaient la ville, elles vivaient dans l’obscurité, dans les interstices de l’existence. » (p. 158).

« Nous avons tous notre rôle à jouer. Sinon, la société ne pourrait pas fonctionner. » (p. 184).

« […] parfois, mieux valait ne rien voir, ne rien savoir. » (p. 222).

L’alchimie de la pierre est le premier roman d’Ekaterina Sedia traduit en français (merci aux éditions Le Bélial !) mais en fait le troisième roman de l’auteur. À noter, qu’en plus de la très belle illustration couleur de couverture, il y a quelques illustrations noir et blanc de Nicolas Fructus. J’ai pris beaucoup de plaisir à lire L’alchimie de la pierre (qui a reçu le Prix James Tiptree Jr. en 2009). Ce roman – à la fois poétique et apocalyptique avec de très belles descriptions – montre bien tous les rouages d’une société et se révèle être d’une grande intelligence et maîtrise. Car, dans cette ville de pierre et de métal, il faut se battre pour vivre. Je veux lire d’autres titres d’Ekaterina Sedia (en plus, elle aime les chats !).

Une excellente lecture que je mets dans les challenges Littérature de l’imaginaire et Rentrée littéraire janvier 2017.

Reconnaissance de dette de F.S. Fitzgerald et America

Reconnaissance de dette est une nouvelle inédite de Francis Scott Fitzgerald qu’il est possible de lire dans le n° 1 d’America (pages 120 à 133) avec une traduction de Marc Amfreville.

Francis Scott Fitzgerald (1896-1940) est l’écrivain chef de file de la « Génération perdue » (courant littéraire américain de l’entre-deux guerre).

Le narrateur est éditeur et tant pis s’il ne découvre pas de grands auteurs, ce qu’il veut c’est gagner de l’argent : « Vous penseriez comme moi si vous étiez éditeur. » (p. 122). Six mois auparavant, il a publié L’Aristocratie du monde des esprits du Dr Harden, un témoignage dans lequel le célèbre scientifique explique comment il est entré en contact avec Cosgrove Harden, son neveu mort à la guerre. Trois cent mille exemplaires à deux dollars cinquante pièce, faites le calcul ! Mais il s’avère que ce livre est une supercherie, le jeune homme étant en fait bien vivant… « C’est de la fiction ! Il remplit tous les critères d’une œuvre de fiction : ce n’est qu’un long mensonge à l’eau de rose. (p. 125) dénonce Cosgrove Harden. « Qu’avez-vous fait ? Vous avez fait de lui la risée de tous ! Vous l’avez ramené à la vie sous les traits d’une créature surnaturelle qui envoie des messages idiots sur les fleurs, les oiseaux et le nombre de plombages de George Washington. » (p. 128) reproche Miss Thalia, la fiancée éplorée et en colère. Avec un humour jubilatoire et une sacrée ingéniosité dans le style et la narration, Francis Scott Fitzgerald raconte dans Reconnaissance de dette comment tout faire foirer pour 3 dollars et quatre-vingt cents… C’est aussi une réflexion sur le métier de l’éditeur et sur la notion de fiction : « Qu’est-ce qu’un témoignage ? Qu’est-ce qu’une fiction ? Francis Scott Fitzgerald n’a que 24 ans lorsqu’il écrit cette nouvelle, et son talent éclate déjà. » nous dit America (p. 121).

Une belle surprise pour La bonne nouvelle du lundi organisée par Martine et deux autres bonnes nouvelles en bonus (décidément il y avait déjà plusieurs bonnes nouvelles lundi dernier !) :

Reconnaissance de dette est dans Je me tuerais pour vous et autres nouvelles inédites de Francis Scott Fitzgerald, un recueil à paraître le 29 mars 2017 en coédition entre Fayard et Grasset (480 pages, 23 €) : une très bonne nouvelle effectivement et je ne manquerai pas de lire les autres nouvelles de l’auteur de L’étrange histoire de Benjamin Button (1921) et Gatsby le magnifique (1925).

America est une nouvelle revue littéraire sous forme de mook (contraction de magazine et de book) sous-titrée « L’Amérique comme vous ne l’avez jamais lue » dont le premier numéro vient de paraître. Créée par François Busnel (La Grande Librairie) et Éric Fottorino (Le 1), cette revue parlera de la littérature américaine pendant 4 ans (les 4 ans du mandat de Donald Trump) et, à raison de 4 numéros trimestriels par an, il y aura en tout 16 numéros (lorsque les 16 numéros seront alignés, leurs tranches formeront la carte des États-Unis). Elle est un peu chère : 19 € pour 196 pages mais elle vaut vraiment le coup. C’est bien simple, la Maison de la presse dans laquelle je me fournis en avait reçu 25 exemplaires mercredi matin et lorsque j’ai acheté mon exemplaire samedi soir en sortant du travail, c’était le dernier ! Preuve que la littérature américaine et qu’une nouvelle revue littéraire intéressent au plus haut point les lecteurs. Bon, je n’ai pas encore tout lu car America est vraiment dense mais ce que j’ai lu et vu (portfolio Un regard sur l’Amérique de Vincent Mercier par exemple) est… top ! Avec Francis Scott Fitzgerald donc, mais aussi Toni Morrison (marraine de la revue), Colum McCann, Louise Erdrich, Jay McInerney, Douglas Kennedy, Philip Roth, Russell Banks, John Irving, Alain Mabanckou, etc., et même Barack Obama (qui se reconvertirait dans l’écriture ?) : America est faite par des écrivains pour les lecteurs soucieux de littérature et de connaissance des classiques (ici Moby Dick) et du monde contemporain. À découvrir de toute urgence! Plus d’infos sur http://www.america-mag.com/.

Je mets aussi Reconnaissance de dette dans le challenge Classiques du Pr Platypus.

Annihilation de Jeff VanderMeer

annihilation1Annihilation de Jeff VanderMeer.

Au Diable Vauvert, mars 2016, 223 pages, 18 €, ISBN 979-10-307-0021-3. Annihilation (2014) est traduit de l’américain par Gilles Goullet.

Genres : littérature américaine, science-fiction, horreur.

Jeff VanderMeer naît le 7 juillet 1968 en Pennsylvanie. Il est écrivain, éditeur et membre du mouvement littéraire New Weird (littérature de l’imaginaire plutôt horreur) inspiré par Lovecraft entre autres. Du même auteur : La cité des saints et des fous (Calmann-Lévy, 2006, recueil de nouvelles). Plus d’infos sur le site officiel de l’auteur, http://www.jeffvandermeer.com/.

« Toute cette région était désertée depuis des décennies, pour des raisons qui ne sont pas faciles à raconter. Notre expédition était la première à entrer dans la Zone X depuis plus de deux ans et la majeure partie de l’équipement de nos prédécesseurs avait rouillé, leurs tentes et abris ne protégeant plus grand-chose. En regardant ce paysage paisible, je ne pense pas qu’aucune d’entre nous n’en voyait encore la menace. » (p. 7). Cette douzième expédition, c’est quatre femmes : une biologiste (la narratrice), une anthropologue, une géomètre et une psychologue. « Notre mission était simple : poursuivre l’enquête gouvernementale sur les mystères de la Zone X en progressant lentement à partir du camp de base. » (p. 8). Mais rapidement, elles découvrent une « tour » qui s’enfonce sous terre et qui n’est sur aucune carte des missions précédentes, et elles se rendent compte qu’il se passe des choses étranges… La biologiste, contaminée par des spores, comprend que la tour est organique. « La tour était silencieuse, elle retenait son souffle, son cœur battait soudain plus lentement et de beaucoup plus loin, ou peut-être n’entendais-je que le sang en train de circuler à toute vitesse dans mon crâne. » (p. 71).

UnGenreParMoisWeird vous avez dit weird ! Annihilation, premier tome de La trilogie du Rempart Sud (les tomes suivants s’intituleront Authority et Acceptance) qui a reçu le Prix Nebula du meilleur roman en 2014, est angoissant au possible ! Quel est cet Événement qui a créé la Zone X ? Une catastrophe environnementale ? Des expériences militaires ? Autre chose qui donnerait une explication à des phénomènes incompréhensibles ? Malgré les disparitions, meurtres, suicides, troubles mentaux graves et cancers foudroyants des membres des anciennes expéditions, « Pourquoi continuaient-ils de nous envoyer là ? Pourquoi continuions-nous d’y aller ? » (p. 137) et « […] certaines questions vous détruiront si la réponse vous est trop longtemps refusée. » (p. 192). Au fur et à mesure des souvenirs et de l’avancement du récit, le lecteur en apprend plus sur la biologiste, son enfance, sa passion pour le vivant et les écosystèmes, sa relation avec son époux qui rentra complètement changé d’une mission précédente, sa motivation pour être de cette mission. Mais il faut se méfier des mots, se méfier de ses sens, et surtout ne pas lire ce roman le soir si vous ne voulez pas faire de cauchemars ! J’ai hâte que la suite paraisse. De plus, un film réalisé par Alex Garland (auteur de romans et de nouvelles, scénariste pour le cinéma et le monde du jeu vidéo, et réalisateur anglais né en 1970) devrait arriver sur les écrans en 2017.

LitteratureImaginaire2016Un roman de science-fiction horreur que je présente pour Un genre par mois dans le genre fantastique ou horreur (Bon sang, mais je me suis trompée, j’ai cru que ce genre était celui de novembre !!! Décidément je suis en décalage avec ce challenge…) et que je mets bien sûr aussi dans Littérature de l’imaginaire qui se termine fin décembre.

La quête de Mary Bennet de Pamela Mingle

QueteMaryBennetLa quête de Mary Bennet de Pamela Mingle.

J’ai lu pour elle, collection Darcy & Co, mars 2015, 384 pages, 8 €, ISBN 978-2-29010-072-1. The pursuit of Mary Bennet : a pride and prejudice novel (2013) est traduit de l’américain par Marie Villant.

Genre : littérature anglaise, romance victorienne.

Pamela Mingle, née le 1er janvier 1945, est auteur de romances historiques. Elle vit à Lakewood dans le Colorado. Son premier roman est Kissing Shakespeare (2012). Plus d’infos sur son site officiel (en anglais).

Mrs. et Mr. Bennet ayant eu cinq filles, c’est le cousin, Mr. Collins, pasteur, qui héritera de la propriété de Longbourn. Trois filles sont déjà mariées : Jane avec Charles Bingley, Elizabeth avec Fitzwilliam Darcy et Lydia avec Georges Wickham. Kittie va se marier sous peu. Avec Henry Walsh ? Il ne restera donc que Mary (la narratrice). « J’étais quelqu’un de peu d’importance. Jamais je n’avais eu de prétendant, ni n’en désirais. » (p. 13). Ce que Mary aime, c’est la lecture : « Un tout autre monde s’était ouvert à moi, qui allait bien au-delà de celui des Sermons de Fordyce et des Lettres sur l’amélioration de l’esprit d’Hester Chapone. » (p. 17). Mais Lydia – qui a déjà déshonoré la famille en fuyant avec un homme peu convenable – est de retour à la maison et elle « ignore qui est le père de son enfant » ! (p. 36). À la naissance de Felicity, Mary est chargée de s’occuper d’elle. Mary qui ne supporte pas le badinage et les minauderies. « […] j’ignorais combien de ces flagorneries je pourrais tolérer sans exploser. » (p. 70). Mary qui a refusé la demande en mariage de Henry Walsh ! Mary qui ne sait même pas comment prendre soin d’un nouveau né !

Quelques extraits

« Je vous ai observée ces derniers mois. Vous avez changé, et pour le mieux. […] Ce changement s’était produit en douceur, après que j’avais été témoin des existences heureuses, comblées de Jane et Elizabeth. Depuis que j’avais entrepris mes lectures, également, et appris davantage du monde. » (p. 54).

« Si nous nous retirions dans le salon, mesdames ? J’eusse de loin préféré me retirer dans un couvent. » (p. 60).

« Henry Walsh, ici ! Il me faudrait le voir ; impossible de l’éviter. Comme ce serait embarrassant ! […] Une petite lueur d’excitation vacillait en moi, réclamant toute mon attention. Petite sotte ! Rien n’a changé ! » (p. 205-206).

AYearEngland2016-2017Tout simplement un roman « austenien » agréable à lire ; plutôt réussi malgré quelques petites longueurs (pas trop exaspérantes). Je le mets dans A year in England (Pamela Mingle est Américaine mais le roman se déroule dans l’Angleterre victorienne).

Feed de Mira Grant

FeedFeed de Mira Grant.

Bragelonne, octobre 2012, 450 pages, 24 €, ISBN 978-2-35294-605-2. Feed (2010) est traduit de l’américain par Benoît Domis.

Genres : littérature américaine, science-fiction, horreur.

Mira Grant – de son vrai nom Seanan McGuire – est née le 5 janvier 1978 à Martinez en Californie (États-Unis). Elle est auteur de romans, de nouvelles et de plusieurs séries (soit fantasy soit horreur) : October Daye, InCryptid, Velveteen, Parasitology et Newflesh dont Feed est le premier tome. Plus d’infos sur ses sites officiels, Seanan McGuire et Mira Grant.

« Quand les premiers infectés sont apparus (précédés par des cris annonçant le retour des morts et l’avènement du Jugement dernier), ils se sont comportés exactement comme les films d’horreur nous l’avaient montré pendant des décennies. Sauf que, cette fois, ça arrivait pour de bon. » (p. 13). Le Jour des Morts a eu lieu à l’été 2014. Le vaccin, sensé guérir le rhume et le cancer, est devenu un virus et a été appelé la maladie de Kellis-Amberlee. Il touche les humains et les animaux de plus de vingt kilos. L’histoire se déroule vingt-six ans après. « Oui, les morts se relèvent, ont dit les blogueurs ; oui, ils attaquent la population ; oui, il s’agit bien d’un virus ; et oui, le risque de perdre la bataille est bien réel, parce que le temps qu’on comprenne ce qui nous arrive, le monde entier était infecté. » (p. 47). Georgia et Shaun Mason ont été adoptés. Ils sont journalistes et tiennent chacun un blog : « Âmes sensibles s’abstenir » pour Georgia et « Vive le roi » pour Shaun ». Ils travaillent avec Georgette Messonier, dite Buffy, technicienne surdouée. Lorsque l’équipe est sélectionnée pour suivre la campagne présidentielle du sénateur Peter Ryman, un outsider devenu un des favoris, c’est l’euphorie – malgré le danger – et le site « Après la fin des temps » est créé. Mais le camp, pourtant bien protégé, est attaqué par des zombies, puis le ranch du sénateur aussi et sa fille aînée, Rebecca, est tuée ainsi que les parents d’Emily, l’épouse du sénateur, et des membres du personnel. « Comme par hasard, le premier cas identifié de réplication spontanée chevaline se produit dans l’écurie du sénateur Ryman, le jour où le Parti républicain confirme sa nomination de candidat à la présidence des États-Unis ? » (p. 221). Georgia et Shaun veulent absolument découvrir la vérité, c’est le cœur de leur métier !

Feed-illustrationCe roman pourrait être unique en soi : il se termine mal mais il se termine bel et bien alors j’ai été agréablement surprise de voir qu’il y avait un tome 2, Deadline, et un tome 3, Red flag, que j’ai finalement hâte de lire car Feed est bien plus qu’un roman de zombies ! Mira Grant a étudié la virologie et s’est entourée des meilleurs spécialistes pour que tout soit correct au niveau médical, géographique, technologique ou politique. De plus, en mettant en scène ses personnages principaux en tant que journalistes, elle pose des questions aux lecteurs non seulement sur ce métier et sur la vérité (voir mon passage préféré ci-dessous) mais aussi sur le comportement humain (amitié, travail, trahison…) et sur le monde politique (pas seulement américain).

Mon passage préféré

LettreAuteur« Nous sommes une nation habituée à vivre dans la peur, la voilà la vérité. Si je veux être honnête avec vous, mais aussi avec moi-même, ça ne concerne pas uniquement notre nation, et il ne s’agit pas réellement d’une habitude. Ça concerne le monde entier, et c’est une addiction. Les gens sont accros à la peur. La peur justifie tout. La peur nous fournit une excuse toute trouvée pour renoncer à nos libertés, l’une après l’autre, au point de trouver normal qu’on nous suive à la trace et que le moindre de nos mouvements soit enregistré dans une dizaine de bases de données auxquelles monsieur tout-le-monde n’aura jamais accès. La peur crée, définit et façonne notre univers, et sans elle, la plupart d’entre nous se sentiraient perdus. Nos ancêtres rêvaient d’un monde sans frontières, alors que nous passons notre temps à en imaginer de nouvelles, autour de nos maisons, de nos enfants, et de nous-mêmes. Nous limitons notre potentiel, jour après jour, au nom d’un idéal de sécurité que nous n’atteignons jamais. Nous avons pris un monde riche de possibilités et l’avons appauvri. Et maintenant, vous vous sentez en sécurité ? Extrait d’Âmes sensibles s’abstenir, blog de Georgia Mason, le 6 avril 2040. » (p. 336).

LitteratureImaginaire2016Une excellente lecture horrifique pour le challenge Littérature de l’imaginaire et pour Une lettre pour un auteur (lettre G).

Petites recettes de bonheur pour les temps difficiles de Suzanne Hayes et Loretta Nyhan

PetitesRecettesBonheurPetites recettes de bonheur pour les temps difficiles de Suzanne Hayes et Loretta Nyhan.

Belfond, collection Littérature étrangère, juin 2014, 396 pages, 21 €, ISBN 978-2-71445-415-7. I’ll be seing you (2013) est traduit de l’américain par Nathalie Peronny.

Genres : littérature américaine, épistolaire, historique.

Suzanne Hayes est déjà l’auteur d’une série, The witch of Little Italy, The witch of Belladonna Bay et The witch of Bourbon Street sous le nom de Suzanne Palmieri. Elle vit à New Haven, dans le Connecticut, avec sa famille.

Loretta Nyhan est journaliste et professeur (Lettres et écriture). Petites recettes de bonheur est son premier roman. Elle vit près de Chicago avec sa famille.

Il est possible de les suivre sur Twitter : Suzy & Loretta, Suzanne Palmieri et Loretta Nyhan, sur Pinterest, sur Facebook : Suzanne Palmieri Hayes et Loretta Nyhan, sur le site officiel de Suzanne Palmieri et le site officiel de Loretta Nyhan. On y apprend qu’il y a une suite à I’ll be seing you : Empire girls.

DefiPremierRoman2016Janvier 1943, de nombreux hommes américains sont partis au combat, laissant les femmes seules. À travers le pays, le Club des femmes propose aux femmes « dans la même situation » de s’écrire pour se soutenir, s’encourager. Ainsi Gloria (Glory) Whitehall, 23 ans, maman d’un garçon de 2 ans et enceinte de 7 mois, habitante de Rockport dans le Massachusetts, envoie sa première lettre à une inconnue surnommée « Sorcière aux mains vertes ». Son mari, Robert Whitehall, est premier sergent dans la 2e division d’infanterie. Deux semaines plus tard, Marguerite (Rita) Vincenzo, 41 ans, habitante d’Iowa City dans l’Iowa lui répond. Son mari, Salvatore (Sal) Vincenzo, professeur de biologie, s’est engagé malgré son âge, et Toby, leur fils unique de 18 ans est dans un centre d’entraînement de la marine dans le Maryland, laissant une petite amie, Roylene Dawson. « Parfois, quand je repense à cette guerre, je me demande ce que sont devenus tous les beaux endroits, les gens que j’ai connus… et ça me fait peur. À quoi ressemblera le monde, une fois cette violence terminée ? » (p. 14).

FeelGood1Quelques extraits

« C’est drôle. Il pleut des bombes tous les jours, la violence et le chaos ravagent le monde, mais nous avons surtout peur des mines cachées au fond de nos cœurs… Celles que nous espérons ne jamais voir exploser. » (p. 111).

« Il y a trois ans, j’étais une jeune mariée dans un monde en paix. Aujourd’hui, me voilà mère de deux enfants et épouse de soldat. Quant au reste du monde, il s’apprête à basculer dans le chaos et la tyrannie. » (p. 139).

« Le monde entier a été transformé par la guerre. Nous ne serons jamais plus tout à fait les mêmes. » (p. 273).

Les lettres que les deux femmes vont échanger – puisque c’est un roman épistolaire – entre janvier 1943 et juillet 1946 seront une force, un réconfort et une source de courage et d’enrichissement pour l’une comme pour l’autre, dans le respect de leur vie et de leurs erreurs. Il y aura même quelques échanges avec Toby et avec Roylene. « C’est incroyable, l’effet que peuvent vous faire quelques lignes manuscrites ! Cela n’a pas entièrement suffi à m’apaiser mais, pour reprendre une expression du jargon militaire, mes angoisses sont en net repli face à l’ennemi… » (p. 39). Pourtant, pour ces deux femmes, épouses et mères, « L’absence est un vide lancinant qui refuse de vous lâcher. » (p. 60-61). Leurs lettres sont pleines de vie, elles échangent non seulement sur leur quotidien et leurs enfants mais aussi sur ce qu’elles savent de la guerre, leurs espoirs, leurs craintes, leurs souvenirs, leur solitude et elles se donnent des conseils, des encouragements et même des recettes de cuisine ! « Certains pensent que tout arrive par hasard, et d’autres que tout est tracé d’avance depuis le commencement. À mon avis, c’est un mélange des deux. » (p. 101). Bref, leurs lettres sont des petits bonheurs en ces temps difficiles.

UnGenreParMoisCe roman épistolaire en temps de guerre – comparé par l’éditeur à l’excellent Cercle des amateurs d’épluchures de patates – est un beau témoignage d’amitié, de solidarité et d’amour aussi. Il permet de découvrir un autre côté de la guerre, un autre côté des États-Unis, plus intime.

Je le mets dans le Défi premier roman (pour Loretta Nyhan) et les challenges Feel good et Un genre par mois (historique).

La liste des 7 de Mark Frost

Listedes7La liste des 7 de Mark Frost.

Cherche Midi, collection Néo, juin 2014, 485 pages, 22 €, ISBN 978-2-7491-1816-1. Déjà paru chez Plon en 1995. The List of Seven (1993) est traduit de l’américain par Jean-Michel Dulac.

Genres : aventure, suspense, fantastique.

Mark Frost naît le 25 novembre 1953 à New York. Avant d’être romancier, il est scénariste et producteur pour la télévision (Twin Peaks réalisée par David Lynch) puis le cinéma (Les quatre Fantastiques et Les quatre Fantastiques et le Surfer d’argent). La liste des 7 est son premier roman (suivront Les sept messies en 1995, Le second objectif en 2008 et une série jeunesse : La prophétie du Paladin dès 2012).

Londres, Noël 1884. Arthur Conan Doyle, 26 ans, est docteur en chirurgie depuis trois ans. Lorsqu’il reçoit une demande d’aide de Lady Caroline Nicholson concernant une pratique frauduleuse des arts spirites, il se rend dans une maison inconnue mais il échappe à un traquenard grâce à l’aide d’un inconnu se faisant passer pour un professeur de Cambridge. « […] à partir de maintenant, Doyle, il n’existe plus beaucoup d’endroits où vous puissiez vous considérer réellement en sûreté. » (p. 48). Écrivain à ses heures perdues, inspiré par la Russe Helena Petrovna Blavatsky (fondatrice de la théosophie), le jeune Arthur a envoyé à plusieurs éditeurs un manuscrit intitulé La fraternité de l’ombre mais… « En croyant faire œuvre d’imagination, vous avez décrit avec une étonnante fidélité les menées perverses d’une secte de sorciers poursuivant un objectif proche de celui de vos personnages […]. » (p. 51). Son appartement est dévasté, sa voisine est tuée et l’inspecteur Charles Leboux – qu’il a connu dans la Royal Navy et qui est entré à Scotland Yard – ne peut pas l’aider… Le mystérieux John Sparks, surnommé Jack, le pourra-t-il ?

ThrillerPolar-PatiVore1Un excellent premier roman ! J’ai senti la future présence de Sherlock Holmes – et des garçons des rues – car les ingrédients sont là : l’observation, l’analyse, la logique, l’intérêt pour les abeilles, le violon, les déguisements, la dépendance à la drogue et même les Chutes de Reichenbach en Suisse ! Et puis, en plus de la fiction, la société de l’Angleterre victorienne est bien représentée : des bas-quartiers aux châteaux des aristocrates, sans oublier le spiritisme et l’occultisme très présents en cette fin de XIXe siècle. Les prémices de la police scientifique aussi : « La lutte contre le crime est à la fois un art et une science […]. » (p. 258). Il y a des clins d’œil à Trois hommes dans un bateau, roman paru en 1889, c’est-à-dire contemporain de Sherlock Holmes, à Jack l’Éventreur (meurtre d’une prostituée) et une rencontre avec Bram Stoker. En résumé, La liste des 7 est un grand roman d’aventure et d’action avec beaucoup de mystères et de suspense, une pointe de fantastique horreur (roman gothique) et pas mal d’humour !

L’auteur est Américain mais il s’approprie un auteur anglais, Arthur Conan Doyle, et il déroule son histoire dans l’Angleterre victorienne (fin du XIXe siècle) alors je place cette lecture dans A year in England et British mysteries ainsi que dans Défi premier roman, Littérature de l’imaginaire et Thriller et polar.

Challenges3