Un autre Brooklyn de Jacqueline Woodson

Un autre Brooklyn de Jacqueline Woodson.

Stock, collection La Cosmopolite, janvier 2018, 176 pages, 18 €, ISBN 9782-23408-327-1. Another Brooklyn (2016) est traduit de l’américain par Sylvie Schneiter.

Genre : littérature américaine.

Jacqueline Woodson naît le 12 février 1963 à Columbus dans l’Ohio (États-Unis) mais elle grandit à Greenville en Caroline du Sud puis à Brooklyn (NY). Elle écrit des livres pour la jeunesse mais Un autre Brooklyn est paru comme son premier livre adulte et a été nommé pour le National Book Award for Fiction en 2016.

« Je sais désormais que la tragédie ne se vit pas sur le moment. Mais dans le souvenir. » (p. 11). August, anthropologue, revient à Brooklyn pour enterrer son père. Elle revoit son frère, 31 ans, marié, et son épouse va avoir leur premier enfant. Elle se souvient de ses amies lorsqu’elles avaient 15 ans. « Sylvia, Angela, Gigi, August. Quatre filles toujours ensemble, d’une beauté stupéfiante, dans une solitude terrifiante. Un souvenir. » (p. 24).

Été 1973. August (8 ans) et Clyde (4 ans) quittent leur Tennessee natal après la mort de leur mère et partent avec leur père à Brooklyn. « Je regardai mon frère observer le monde […]. Où que nous posions les yeux, nous voyions des gens s’efforcer de rêver leur départ. Comme s’il existait un ailleurs. Un autre Brooklyn. » (p. 78). Un Brooklyn sans soldats déglingués, sans drogués, sans dangers ? Mais le quartier devient de plus en plus dangereux et les Blancs le quittent. Et un jour, le père change de vie, il a rencontré une femme et commence à lire le Coran alors qu’avant, la famille fréquentait une église chrétienne.

Mais en fait tout n’est que souvenir…

Un autre Brooklyn est un roman d’apprentissage, c’est l’histoire des Noirs américains dans l’Amérique des années 60-70-80 et en particulier de ces quatre adolescentes qui aiment la musique et s’amuser.

Jacqueline Woodson parle du Black Power et de la Nation of Islam :

Black Power : terme créé en 1966, « divers mouvements politiques, culturels et sociaux noirs aux États-Unis, actifs principalement dans les années 1960 et les années 1970, qui luttaient contre la ségrégation raciale » (Wikipédia).

Nation of Islam : organisation politique et religieuse (nationalisme noir) créée en 1930 à Détroit.

Mais comment, dans un roman comme celui-ci, peut-on oublier de parler de Martin Luther King ? Comment peut-on oublier d’expliquer aux lecteurs néophytes que nombre de Noirs américains ont été islamisés sous prétexte que leurs ancêtres étaient musulmans (ce qui était faux dans la plupart des cas) ?

Un autre Brooklyn est un roman qui ne m’a apporté que ces questions… Je l’ai trouvé lourd, pas explicite sur certains thèmes (que s’est-il réellement passé entre les filles ?), il ne m’a pas touchée, déception donc et je ne pense pas lire un autre titre de Jacqueline Woodson. Mais il y a plein d’avis positifs sur ce roman 😉

Pour le Challenge de l’été, Mois américain et Petit Bac 2018 (catégorie Lieu).

Publicités

Dreadnought de Cherie Priest

Dreadnought (Le siècle mécanique, 3) de Cherie Priest.

Eclipse, collection Steampunk, octobre 2013, 480 pages, 18,30 €, ISBN 978-2-809-43358-6. Le roman est sorti en poche au Livre de poche en septembre 2016. Dreadnought (2010) est traduit de l’américain par Claude Esmein.

Genres : littérature américaine, science-fiction, uchronie, steampunk.

Cherie Priest naît le 30 juillet 1975 à Tampa (Floride) mais, comme son père est militaire, elle vit dans plusieurs États. Elle habite maintenant à Seattle (État de Washington). Son premier roman (série Eden Moore) paraît en 2003 puis plusieurs séries (Le siècle mécanique, Les dossiers Cheshire Red, etc.) et romans indépendants suivent (science-fiction ou horreur). Plus d’infos sur son site officiel, The Haunt.

Premier tome : Boneshaker. Deuxième tome : Clementine.

1880. Vinita Lynch, surnommée Mercy (miséricorde), travaille à l’hôpital militaire Robertson en Virginie. Elle apprend que son époux – qu’elle n’a pas vu depuis plus de deux ans – est mort. « Phillip avait combattu pour le Kentucky, pas pour l’Union. […] En réalité, tout le monde se battait pour son foyer. » (p. 32). Le lendemain, elle reçoit un télégramme en provenance de Tacoma (État de Washington) : Jeremiah Granville Swakhammer – son père qui avait disparu quand elle avait 7 ans pour aller chercher de l’or dans l’Ouest – a eu un accident et sa présence est requise à Seattle. « Dire que pendant tout ce temps, j’ai cru qu’il était mort. » (p. 54). Malgré sa colère et la crainte que son père ne soit déjà mort à son arrivée, Mercy donne sa démission et part. « Allons, ce sera une belle aventure […]. » (p. 62).

Mercy va d’abord voyager sur un dirigeable, le Zephyr, de Richmond à Winston-Salem puis de Charlotte à Fort Chattanooga. Mais tout le monde parle d’une locomotive énorme et effrayante. « […] ils ont construit la plus grosse locomotive qu’ils aient pu imaginer et y ont installer assez de blindage et d’armement pour en faire une vraie machine de guerre. Un engin capable de se déplacer aussi facilement que n’importe quel train. » (p. 146-147).

Puis en train de Fort Chattanooga à Memphis puis en bateau sur le Mississippi. « Entre les bateaux, les quais, les entreprises et les petits commerces, Mercy parvenait de temps à autre à distinguer le fleuve. Comme tout le monde, elle avait entendu pas mal d’histoires à propos du Mississippi. Mais le voir de ses yeux, dans toute son immensité, restait un spectacle incroyable. En comparaison, tous les autres cours d’eau qu’elle avait traversés ressemblaient à de simples ruisseaux. Celui-ci – qu’elle vit encore mieux après avoir traversé la rue encombrée de chariots – paraissait infini. En se tenant aussi près du bord que lui permettait l’aménagement portuaire, elle ne pouvait distinguer l’autre rive à travers la brume matinale. » (p. 178-179).

Et enfin, à bord du train de la fameuse locomotive, Dreadnought. « Cette locomotive était là-bas, et tout le monde semblait la craindre comme le diable. (p. 191). « […] cette locomotive est redoutable parce que c’est une machine de guerre. Ensuite, elle a été conçue pour effrayer les gens. » (p. 192). Le Dreadnought transporte soi-disant des corps de militaires rapatriés dans leurs familles, entre Saint-Louis (Missouri) et Tacoma (État de Washington).

Mais le voyage n’est pas de tout repos : il est très long – près de cinq mille kilomètres – et dangereux ! Durant ce périple, Mercy va rencontrer beaucoup de personnes différentes comme un vieux couple aisé, deux prostituées, un capitaine de bateau, un journaliste, un ranger texan (Horatio Korman), Miss Theodora Clay (très curieuse), des militaires, etc. Il y a donc une belle galerie de personnages. En ce qui concerne Mercy, je dirais que son caractère se situe entre celui de Briar de Bonashaker : elle est moins réservée et plus expérimentée que Briar, et celui de Maria de Clementine : elle est moins aventureuse et risque-tout que Maria mais elle a du caractère et surtout elle peut soigner les blessés ce qui la rend plutôt sympathique au regard des autres voyageurs ce qui n’était pas évident au départ puisque Mercy est noire.

Alors qu’on était dans un huis-clos angoissant avec Boneshaker et dans un road movie aérien divertissant avec Clementine, Dreadnought est un grand voyage d’est en ouest – en passant un peu par le sud – à travers les États pas encore unis et en pleine guerre. On a plusieurs frayeurs tout au long de ce trajet et on roule à fond la caisse à bord du Dreadnought qui subit des attaques organisées. Lorsqu’on lit ce troisième tome, tout se remet en place, on comprend des choses des deux précédents tomes et on se dit qu’on va se retrouver à Seattle comme dans le premier tome, ce qui est vraiment bien mené de la part de l’auteur. Le style est très fluide, genre page turner, (le traducteur est encore différent) et j’ai passé un très bon moment de lecture. Comme dans Boneshaker, les créatures ne sont pas appelées zombies (le mot n’existait pas au XIXe siècle) mais « cadavres ambulants », « cadavres enragés » ou « attaquants aux yeux morts » cependant on saura qui elles sont, d’où elles viennent et comment elles sont devenues ces monstres.

Mon passage préféré (à propos des Sudistes) : « Ce sont des chiens qui vous ont fait ça ? Un homme qui se bat contre des chiens vaut encore moins qu’eux. Je me bats contre des hommes, Comstock. Je les combats pour la même raison qu’ils nous combattent : parce que quelqu’un leur en a donné l’ordre et que le hasard les a placés d’un côté du front et moi, de l’autre. » (capitaine MacGruder, p. 427). Union, Confédération, États indépendants (ou neutres) comme le Texas, Mexique… le principal est d’être humains, vivants et de gagner contre « ces choses » pour ne pas devenir comme elles.

Et puis cette phrase : « […] les importuns hésitent souvent à ennuyer une femme en train de lire. » (p. 444). 😉 Euh, c’était au XIXe siècle, est-ce encore vrai maintenant ?

Une chouette lecture pour les challenges Chaud Cacao, de l’épouvante, de l’été, Littérature de l’imaginaire, Vapeur et feuilles de thé et Lire sous la contrainte (trilogies et séries de l’été).

Clementine de Cherie Priest

Clementine (Le siècle mécanique, 2) de Cherie Priest.

Eclipse, collection Steampunk, juin 2013, 260 pages (+ 20 pages avec un extrait du tome 3), 18,30 €, ISBN 978-2-809-43166-7. Le roman est sorti en poche au Livre de poche en septembre 2016. Clementine (2010) est traduit de l’américain par Sandy Julien.

Genres : littérature américaine, science-fiction, steampunk.

Cherie Priest naît le 30 juillet 1975 à Tampa (Floride) mais, comme son père est militaire, elle vit dans plusieurs États. Elle habite maintenant à Seattle (État de Washington). Son premier roman (série Eden Moore) paraît en 2003 puis plusieurs séries (Le siècle mécanique, Les dossiers Cheshire Red, etc.) et romans indépendants suivent (science-fiction ou horreur). Plus d’infos sur son site officiel, The Haunt.

Le premier tome, Boneshaker, n’entrait pas dans le Challenge Chaud Cacao mais ce tome 2 oui.

1880. Felton Brink, un pirate de l’air, a volé le dirigeable la Corneille libre qui appartient au capitaine Croggon (Crog) Hainey depuis huit ans et l’a rebaptisé Clementine. « Croggon Hainey s’était donc lancé à sa poursuite, depuis la ville portuaire de Seattle en bordure du Pacifique jusque dans tout l’Idaho, avant de dépasser Twin Falls pour pénétrer dans le Wyoming où il avait bien failli le coincer à Rock Springs. Le fuyard avait alors obliqué au sud-sud-ouest, gagné Salt Lake City, puis mis le cap à l’est, traversé le Colorado, et ils survolaient actuellement tous les deux le Kansas. Toujours vers l’est. Hormis ce bref crochet, ils filaient droit vers l’est. » (p. 10). C’est que la guerre civile américaine fait rage depuis un peu plus de vingt ans. Pendant ce temps-là, à Chicago, Maria Isabella (Belle) Boyd, ancienne espionne confédérée, est embauchée par l’agence de détectives privés Pinkerton pour retrouver le Clementine et protéger sa cargaison soi-disant humanitaire jusqu’à Louisville dans le Kentucky. Elle a autorisation de se débarrasser de l’ancien esclave Croggon Beauregard Hainey si nécessaire. « Maria n’était encore jamais montée dans un dirigeable, mais elle n’était pas du genre à l’avouer, et régler les détails à mesure qu’ils se présentaient ne la gênait pas. » (p. 68).

L’action se déroule de la même façon que dans le premier tome, un chapitre pour un protagoniste – Crog – et un chapitre pour l’autre protagoniste – Maria – jusqu’à ce qu’ils soient réunis par le destin : j’ai beaucoup aimé ces deux personnages principaux aux caractères bien trempés. Mais, si on retrouve Crog et deux de ses hommes à bord d’un dirigeable qu’ils ont volé pour poursuivre la Corneille libre – Clementine, les autres personnages ne sont pas du tout les mêmes : exit Briar et son fils Zeke, ils sont sûrement restés dans les Faubourgs. Alors que Boneshaker était un huis-clos angoissant, Clementine est un road movie aérien divertissant avec de belles scènes de poursuites et d’action. De plus le roman fait 200 pages de moins et les caractères sont plus gros donc il se lit beaucoup plus vite ; et le style est un peu différent, plus fluide, plus dynamique, peut-être est-ce dû à une traductrice différente ? « Et je pourrais prendre goût à cette histoire de vol en dirigeable. C’est plutôt excitant au fond. » (p. 187).

Je vais y prendre goût moi aussi et embrayer avec le tome 3, Dreadnought, qui à mon avis sera encore différent.

Une chouette lecture pour le Challenge de l’été, Littérature de l’imaginaire, Vapeur et feuilles de thé et Lire sous la contrainte (trilogies et séries de l’été).

Boneshaker de Cherie Priest

Boneshaker (Le siècle mécanique, 1) de Cherie Priest.

Eclipse, collection Steampunk, février 2013, 460 pages (+ 20 pages avec un extrait du tome 2), 18,30 €, ISBN 978-2-809-42928-2. Le roman est sorti en poche au Livre de poche en août 2016. Boneshaker (2009) est traduit de l’américain par Agnès Bousteau.

Genres : littérature américaine, science-fiction, uchronie, steampunk.

Cherie Priest naît le 30 juillet 1975 à Tampa (Floride) mais, comme son père est militaire, elle vit dans plusieurs États. Elle habite maintenant à Seattle (État de Washington). Son premier roman (série Eden Moore) paraît en 2003 puis plusieurs séries (Le siècle mécanique, Les dossiers Cheshire Red, etc.) et romans indépendants suivent (science-fiction ou horreur). Plus d’infos sur son site officiel, The Haunt.

1864. Après la Ruée vers l’or en Californie, ce fut le tour du Klondike dans le Grand Nord mais la glace, très épaisse, empêchait de creuser. Les Russes, à qui appartenait ce territoire, voulaient le vendre aux Américains pour une bouchée de pain mais un inventeur, le Docteur Blue, a fabriqué une machine. « Ce serait le plus formidable engin d’extraction jamais construit : quinze mètres de long, entièrement mécanisé, actionné par de la vapeur sous pression. […] » (p. 17). Malheureusement, lors du test, le Boneshaker détruit le sous-sol et toute une partie de la ville de Seattle s’effondre en libérant un gaz nauséabond qui contamine les survivants dans les décombres : ils deviennent des morts-vivants. Le centre-ville détruit est alors condamné et entouré « d’un mur immense fait de brique, de mortier et de pierre […] environ soixante mètres de haut […] et quatre à six mètres d’épaisseur en moyenne […] une zone de cinq kilomètres carrés. » (p. 20). Les habitants sains ont soit quitté la région soit se sont repliés dans « les Faubourgs ».

1880. Près de seize ans après le Fléau, Briar Wilkes, 35 ans, travaille à l’usine de traitement des eaux et vit chichement avec son fils, Ezechiel, surnommé Zeke, bientôt 16 ans. Hale Quarter, un journaliste interroge Briar sur Maynard Wilkes, son père : il veut « écrire une véritable biographie » (p. 24) pour rétablir la vérité sur l’acte héroïque qui l’a conduit à la mort. Zeke est d’accord, il pense que son grand-père, qu’il n’a pas connu, est un héros après avoir sauvé les vingt-deux personnes enfermées dans le commissariat alors que le gaz nocif arrivait. Mais, il y a un autre homme que Zeke n’a pas connu, c’est son père, Leviticus Blue… Ce qui inquiète sa mère. « Essaie de sauver Maynard si cela peut te rendre heureux. Fais-en ton but personnel, si ça donne un sens à ta vie et si ça te rend moins… hargneux. Mais s’il te plaît, Zeke, crois-moi, il n’y a rien à sauver chez Leviticus Blue. Rien du tout. Si tu creuses trop profond ou si tu vas trop loin, si tu en apprends trop, tout ce que tu gagneras, c’est d’avoir le cœur brisé. » (p. 45). Le lendemain, Zeke part dans la ville emmurée retrouver les Oubliés car il paraît que des gens vivraient entre ces murs ! Mais un subit tremblement de terre obstrue le passage souterrain par lequel il avait prévu de ressortir… « Zeke se trouvait dans cette ville toxique et emmurée où des morts-vivants, victimes du Fléau, rôdaient en quête de chair humaine et où des sociétés criminelles avaient établi leurs repaires au fond de maisons de fortune et de sous-sols nettoyés. » (p. 86). Briar décide de retrouver son fils et s’adresse aux capitaines de dirigeables, Croggon Hailey de la Corneille libre et Andan Cly de la Naamah Cherie. Parachutée dans la ville, elle rencontre Jeremiah Swakhammer qui lui sauve la vie mais toujours aucune trace de Zeke…

Mes personnages préférés sont Andan Cly et Jeremiah Swakhammer 🙂 Et j’ai passé un excellent moment de lecture avec ce roman, j’étais un weekend, je participais à un marathon de lecture et j’avais envie d’un roman divertissant, c’est ce que j’ai eu ! Boneshaker est le premier tome de la trilogie Le siècle mécanique, premier roman de Cherie Priest traduit en français, et il a reçu le prix Locus du meilleur roman de science-fiction 2010. En général, les zombies apparaissent dans un futur post-apocalyptique ; ici ils apparaissent au XIXe siècle dans une uchronie (1) inventive, mâtinée de steampunk (2) et j’ai trouvé ça très original d’associer du steampunk avec de l’horreur. Les créatures ne sont pas appelées zombies mais simplement les morts-vivants ou les Pourris, ils n’ont plus de conscience, ils ne sont plus humains mais ils veulent se nourrir et ils sont violents et contagieux (ne vous faites pas griffer ou mordre, c’est classique). En 1880, les États – pas encore Unis – sont en pleine guerre civile depuis plus de 20 ans mais elle se déroule plus à l’Est et on en entend simplement parler : il faut comprendre, qui aurait envie de venir ce battre dans une ville détruite et contaminée (mais ce thème de la guerre sera plus développé dans le tome 2, Clementine).

Pour ceux qui ne sont pas fondus de science-fiction : (1) une uchronie est un genre littéraire qui réécrit l’Histoire en se basant sur un point historique mais en lui donnant, suite à un élément déclencheur, une suite différente fictive, qui devient donc une Histoire alternative hors de notre temps. (2) le steampunk est un genre littéraire qui déroule ses histoires principalement au XIXe siècle pour la première révolution industrielle avec du charbon et de la vapeur : le nom est créé dans les années 1980 avec steam, anglais pour vapeur et en parallèle avec cyberpunk qui lui est futuriste (mais les prémices du steampunk existent chez Jules Verne ou H.G. Wells entre autres). Évidemment ces deux genres littéraires ont évolué dans d’autres média comme le cinéma, l’Art, etc.

Dans le déroulement de Boneshaker, un chapitre est consacré à Briar, un autre à Zeke, puisqu’ils sont séparés et ainsi de suite donc le récit est un peu linéaire mais ça ne m’a pas dérangée. Le lecteur se retrouve enfermé dans les sous-sols plus ou moins bien aménagés de la ville et y rencontre les personnages qui y survivent tant bien que mal : certains sont sympathiques voire altruistes (ils veulent absolument protéger la fille unique et le petit-fils de Maynard qui pour eux est un héros), certains sont insignifiants mais ils ont leur utilité dans le fonctionnement de la survie, et il y a ce méchant, Minnericht, serait-il Leviticus Blue ? Plusieurs le pensent. En tout cas, pourquoi des habitants non contaminés sont-ils restés là au lieu d’évacuer en même temps que les autres seize ans auparavant ? L’auteur n’apporte pas de réponse mais on sait qu’il y a toujours des gens qui ne veulent pas partir, qui préfèrent rester chez eux, dans un lieu connu même devenu dangereux, quelles que soient leurs raisons.

Mais, à travers certains personnages, Cherie Priest dénonce la condition des femmes (Briar, ouvrière qui fait un travail indispensable mais qui est mal payée et qui élève seule son fils depuis toujours, Angeline qui se prend pour une princesse et que tout le monde considère comme folle, Lucy amoindrie dans sa chair mais finalement plus forte avec son bras mécanique, ce sont les seules femmes du roman !), l’esclavage (avec les émigrés Chinois qui pompent l’air pour le rendre respirable au moins dans certaines parties cloisonnées des sous-sols sinon il faut toujours porter un masque et se protéger la peau) et la drogue (des petits malins ont découvert que le gaz traité fait une drogue parfaite et en font le commerce depuis l’intérieur !).

Bref, un roman peut-être linéaire – et Briar et Zeke ne sont pas, à mon avis, les personnages les plus importants – mais un roman plus profond qu’il n’y paraît.

Comme j’ai lu ce roman le 12 août durant le Weekend à 1000, je peux vous dire que, depuis, j’ai déjà lu le tome 2, Clementine, qui est en fait totalement différent et je vous en parle tout bientôt mais j’ai hâte de lire aussi le dernier tome, Dreadnought !

Une lecture pour le Challenge de l’épouvante, le Challenge de l’été, Littérature de l’imaginaire, Vapeur et feuilles de thé et Lire sous la contrainte (trilogies et séries de l’été). Je ne sais pas trop si je peux le mettre en Jeunesse & Young Adult car il n’est pas édité comme tel.

Dans la forêt de Jean Hegland

Dans la forêt de Jean Hegland.

Gallmeister, collection Americana, janvier 2017, 304 pages, 23,50 €, ISBN 978-2-35178-142-5. Into the Forest (1997) est traduit de l’américain par Josette Chicheportiche.

Genres : littérature américaine, nature writing, post-apocalyptique.

Jean Hegland naît en 1956 à Pullman (État de Washington). Elle est romancière. Du même auteur : Windfalls (2004) et Still Time (2015) non traduits en français. Plus d’infos sur http://jean-hegland.com/.

Nell, 18 ans, veut étudier à Harvard. Eva, 17 ans, veut être danseuse étoile. Nell et Eva sont sœurs et, lorsqu’elles se retrouvent orphelines après une catastrophe planétaire, elles vivent seules dans la maison familiale, dans la forêt, près de Redwood (Oakland), éloignées de tout. Elles ont trois poules et quelques vivres mais il n’y a plus d’électricité, plus d’essence, plus de connexion. Afin de garder l’esprit éveillé, Nell lit l’encyclopédie et écrit dans un cahier, des souvenirs, des flashbacks. Eva, elle, ne pense qu’à danser. Un jour, Eli, un gars de la ville, survivant lui aussi, leur rend visite et leur dit qu’il n’y a plus personne sur plusieurs kilomètres ; les gens sont tous morts de la grippe ; Eli propose aux filles de partir avec lui à l’Est où, soi-disant, il y a de nouveau l’électricité, le téléphone et du travail mais elles ne sont pas d’accord. « C’est de la folie. – Pas plus que de rester ici et d’attendre que les lumières se rallument, a répliqué Eli. Pas plus que de se cacher dans les collines, de compter les clous et les élastiques, et de regarder le garde-manger se vider. Qu’est-ce que vous allez devenir si vous restez ici toutes les deux ? » (p. 250).

Je ne dirai pas grand-chose sur ce roman post-apocalyptique où on n’apprend finalement pratiquement rien sur les événements car je me suis ennuyée… Grave ! Et surtout, j’ai vite été lassée par les chamailleries des deux sœurs… Pourtant, avec une adaptation au cinéma récente (de Patricia Rozema, 2017), ce roman a eu du succès et a reçu le Prix de l’Union Interalliée 2018 (roman étranger) et le Prix des lecteurs du pays de Mortagne… Les avis sont même dithyrambiques (si vous voulez vous faire une idée, beaucoup sont répertoriés sur Bibliosurf) : de la puissance (ou de l’intensité, ça dépend) par-ci, de la poésie par-là, du magnifique, de l’envoûtant, du sensuel (ah bon ? On n’a pas compris la scène de la même façon alors !), du chef-d’œuvre… Stop ! N’en jetez plus ! J’ai l’impression d’être la seule à ne pas avoir apprécié… Mais ce n’est pas grave… J’ai essayé et pour moi, c’est… non !

Je mets cette lecture dans le Challenge de l’été, le Défi 52 semaines 2018 (thème « sauvage »), les challenges Littérature de l’imaginaire, Petit Bac 2018 (catégorie Lieu) et S4F3 #4 (pas la place pour mettre tous les logos…).

La quête onirique de Vellit Boe de Kij Johnson

La quête onirique de Vellit Boe de Kij Johnson.

Le Bélial, février 2018, 200 pages, 17,90 €, ISBN 978-2-84344-929-1. The Dream-Quest of Vellitt Boe (2016) est traduit de l’américain par Florence Dolisi.

Genres : littérature américaine, fantasy.

Kij Johnson naît le 20 janvier 1960 à Harlan dans l’Iowa (États-Unis). Elle est nouvelliste et romancière de fantasy et de science-fiction et a reçu plusieurs prix prestigieux (Hugo, Nebula, Theodore Sturgeon, World Fantasy). La quête onirique de Vellitt Boe a d’ailleurs reçu le World Fantasy Award 2017. Plus d’infos sur son site, http://www.kijjohnson.com/.

Vellitt Boe, 55 ans, est professeure depuis vingt ans au Collège (Université) de femmes d’Ulthar. Mais ce matin-là, branle-bas de combat : Clarie Jurat, la meilleure étudiante, s’est enfuie avec un homme à trois mois des examens ! « Une fille superbe, brillante, volontaire, charismatique, avec de grands yeux rieurs […]. » (p. 12). L’homme s’appellerait Stephan Heller et viendrait du monde de l’éveil. Mais le père de Clarie est l’un des administrateurs du Collège et il peut non seulement fermer le Collège mais aussi « bannir les femmes de l’Université. » (p. 19). Or, Vellitt était une grande voyageuse par le passé et elle a connu un habitant du monde de l’éveil, elle va donc poursuivre les amants pour ramener Clarie. « Elle déterra d’abord tout au fond de son armoire un petit sac de cuir fripé dont émanait un vague parfum de pluies d’antan et de terres lointaines. Ensuite, elle retrouva ses vieilles bottes et son bâton de marche noueux taillé dans du bois noir. » (p. 27). Bizarrement, un chaton noir la suit dans son dangereux périple, un chaton avec des « yeux verts, attentifs et brillants » (p. 45).

Le monde (irréel ? réel ?) de Vellit Boe est bien planté : il est possible de suivre son voyage sur la jolie carte en couleurs (qui se situe sur les 2e et 3e de couverture) et d’avoir une petite idée supplémentaire grâce aux belles illustrations de Nicolas Fructus (un dessinateur lyonnais né en 1970 et qui a déjà illustré des œuvres de Lovecraft). Attention aux créatures peu amicales (c’est peu de le dire !), gugs, zoogs, goules, ghasts, oiseaux shantaks, sans parler des « monstres innommés » (p. 127). Malgré ces êtres cauchemardesques, la lecture est très agréable, l’aventure est épique et le lecteur palpite avec Vellitt Boe qui retrouve d’anciennes connaissances. Si vous avez envie de quitter le monde des rêves pour découvrir le monde de l’éveil, il faudra vous rendre dans la peu connue et très éloignée cité d’Ilek-Vad et trouver un passage au péril de votre vie vers le monde de l’éveil, bref celui des humains (réel ? irréel ?).

Les lecteurs de H.P. Lovecraft reconnaîtront des noms de lieux (Ilek Vad…) et de personnages (Randolph Carter…) puisque La quête onirique de Vellitt Boe est un pendant féminin à La quête onirique de Kadath l’inconnue ou À la recherche de Kadath (The Dream-Quest of Unknown Kadath, longue nouvelle écrite en 1926-1927 mais publiée en 1943) : Kij Johnson explique ses inspirations et ses motivations dans un très instructif entretien dans lequel elle déchiffre parfaitement bien l’œuvre de Lovecraft (p. 179-191). Dans ce roman miroir, Kij Johnson s’attache à la condition des femmes, elle leur permet de réfléchir, de prendre des décisions, d’étudier, d’enseigner, de voyager (ce qui n’était pas le cas chez Lovecraft, une autre époque…) mais sans tomber dans le féminisme à tout prix. J’ai très envie de lire Un pont sur la brume, son premier titre paru en France, chez Le Bélial en 2016 : attendez-vous à le voir passer sur mon blog cet été car je sais qu’il est à la bibliothèque !

Quelques petites fautes comme « Julat » au lieu de « Jurat » p. 97 ou « surout » au lieu de « surtout » (p. 137), des fautes d’étourderie mais c’est dommage dans une jolie édition illustrée comme celle-ci. Et puis les littératures de genre reçoivent pas mal de critiques négatives alors ce serait bien que leur contenu soit irréprochable.

Ce qui m’a le plus marquée : la transformation du gug en Buick !

Et ma phrase préférée : « Personne ici ne dit aux gens ce que signifie leur existence, et ce que signifie leur monde. » (p. 168).

Une lecture pour le Challenge de l’été, le Challenge Chaud Cacao, Jeunesse Young Adult #7 (pas classé en YA mais il correspond), Littérature de l’imaginaire, Rentrée littéraire janvier 2018 et S4F3 #4.

Incubation de Laura DiSilverio

Incubation de Laura DiSilverio.

DreamLand (DMLD), novembre 2017, 352 pages, 16,90 €, ISBN 978-2-3774-00256. Incubation (2016) est traduit de l’américain par Frédéric Pierreti.

Genres : littérature américaine, littérature jeunesse, science-fiction.

Laura DiSilverio fut pendant vingt ans officier dans l’Armée de l’air américaine avant de se consacrer à l’écriture de romans classés en mysteries, suspense, thriller ou science-fiction. Elle vit dans le Colorado. Plus d’infos sur son site officiel et sur sa page FB.

Dans le futur, après 2040, la Terre et les humains ont été ravagés par plusieurs épidémies, en particulier la grippe aviaire ; les villes sont en ruines mais des pillards y survivent, il n’y a plus que des animaux nuisibles comme les sauterelles qui détruisent tout sur leur passage et les humains survivants vivent dans des cités dômes où, grâce à la technologie, ils font pousser génétiquement leur nourriture. Chacun, dès le plus jeune âge, est destiné à un métier, et de nombreuses jeunes femmes, sont volontaires ou « choisies » pour être porteuses et repeupler la planète.

Everly Jax, 16 ans, vit en Amerada (*) dans une cité dôme près de Jacksonville, dans la zone sécurisée d’Atlanta. Elle est élève-citoyenne et travaille au laboratoire du Kube 9 en physique chimie, ses matières de prédilection. Dès qu’elle le peut, elle se promène sur la plage mais c’est interdit car dangereux à cause des mines et d’une possible contamination de l’eau. Un jour, elle trouve une plume : « C’est la preuve, oui, la preuve que les oiseaux existent encore… quelque part. » (p. 8). Elle attend avec impatience le jour de la Grande Réunion car elle pourra enfin rencontrer ses parents biologiques mais… ils ne viennent pas. Sa meilleure amie, Halla Westin, étant enceinte (de Loudon, parti à l’armée) sans autorisation de l’État (géré par les Pragmatistes) a décidé de fuir. Et Wyck Sharpe, le meilleur ami d’Everly dont elle est amoureuse, refusant d’entrer dans l’armée des gardes-frontières, va fuir avec Halla pour la protéger. Everly part alors avec eux. Tant pis pour le serment d’allégeance : « Amerada avant la famille, avant l’amitié, avant soi-même. Amerada avant tout ! » (p. 32). C’est le début d’une incroyable aventure semée de découvertes et de rencontres. « Le paysage a beau paraître désert, il y a bien des gens et des animaux tout autour, la plupart probablement aussi méfiants que nous. » (p. 171). Mais la route est longue, jusqu’à Atlanta, et pleine de dangers. « Or la vie dans un Kube ne vous prépare pas à affronter le monde réel. Ni de près, ni de loin. » (p. 205-206).

(*) Je pense qu’Amerada est la contraction de America et de Canada, qui dans ce futur ne forment plus qu’un seul pays, immense mais… dévasté.

J’aime les romans post-apocalyptiques (pourtant l’éditeur le classe en fantasy !) et celui-ci m’a vraiment plu. Tout d’abord, j’ai été attirée par la couverture puis par le résumé en 4e de couverture. « Dans un monde où tout est surveillé, la liberté a forcément un prix… ». Cela ne me dérange pas que les trois personnages principaux (Everly, Halla et Wyck) soient des adolescents ; il y a beaucoup d’adultes autour d’eux, aussi bien dans le dôme qu’à l’extérieur (dont plusieurs que personne n’aurait envie de rencontrer !). Les thèmes abordés dans ce roman d’anticipation et la façon dont ils sont abordés sont une totale réussite et j’ai hâte de lire la suite puisque Incubation est le premier tome d’une trilogie : Incinération est déjà paru en français et j’espère que Régénération ne saurait tarder !

Une lecture pour le Challenge de l’été, Jeunesse Young Adult #7, Lire sous la contrainte (contrainte # 39 tout au féminin), Littérature de l’imaginaire et Petit Bac 2018 (catégorie Titre mot unique).