Le voyageur de Koren Shadmi

Le voyageur de Koren Shadmi.

Ici même, août 2017, 176 pages, 25 €, ISBN 978-2-36912-037-7. Highwayman (2017) est traduit de l’américain par Bérengère Orieux.

Genres : bande dessinée états-unienne, science-fiction.

Koren Shadmi est illustrateur de bandes dessinées et de romans graphiques. Cet Américano-Israélien commence sa carrière à l’âge de 17 ans avec Profile 107 en collaboration avec Uri Fink. En 2002, il part étudier à New York. Il est aussi illustrateur pour des journaux comme le New York Times, le New Yorker et le Wall Street Journal entre autres. Plus d’infos sur son site officiel, http://www.korenshadmi.com/.

Dans le futur, il n’y a pratiquement plus d’humains et la planète est désertique, presque invivable mais, aux États-Unis, du moins ce qu’il en reste, un homme marche (ou alors il est pris en auto-stop) : il est immortel et peut voir ce qui va arriver mais il cherche en vain la Source. Un jour, dans un train, il rencontre Madeline qui est comme lui. « Comment vous faites ? – Faire quoi ? – Pour tenir le coup. J’en ai rencontré d’autres comme nous. Tous brisés, dévastés. – Je continue d’avancer et j’essaie de ne pas trop réfléchir. » (p. 69). Plus tard, il recueille un bébé : il l’appelle Zébulon et l’élève comme son fils. Le voyageur, c’est Lucas : il est mort il y a près de 300 ans mais il est revenu à la vie et, depuis, il ne peut plus mourir.

Dans ce road trip intrigant, Koren Shadmi parvient à montrer la fin de la planète et donc de l’humanité de façon poétique malgré l’horreur des situations. Le voyageur est le témoin impuissant de la fin du monde, de la fin de tout mais il continue d’avancer et de chercher une réponse à sa vie. Je découvre cet artiste avec cette bande dessinée et je veux absolument lire ses autres titres, en particulier Bionique qui vient de paraître aux éditions Ici-même.

Une très belle bande dessinée pour La BD de la semaine et les challenges BD, Littérature de l’imaginaire #7 et Rat-a-week de l’épouvante.

Plus de BD de la semaine chez Noukette (lien à venir).

La famille Yassine et Lucy dans les cieux de Daniella Carmi

La famille Yassine et Lucy dans les cieux de Daniella Carmi.

L’antilope, avril 2017, 192 pages, 17 €, ISBN 979-10-95360-21-6. Mishpahat Yasin Ve-Lusi Ba Shamayim (2009) est traduit de l’hébreu par Jean-Luc Allouche.

Genre : littérature israélienne.

Daniella Carmi naît le 12 octobre 1956 à Tel Aviv (Israël) ; ses parents sont des Juifs polonais francophones. Elle étudie la philosophie et la communication à l’Université de Jérusalem. Elle commence à écrire des livres pour la jeunesse dans les années ‘80 pour lesquels elle reçoit plusieurs prix littéraires.

Nadia et Salim Yassine (un couple arabe israélien) ne peuvent pas avoir d’enfant. Ils décident d’adopter un bébé. Ils répondent à toutes les questions, remplissent des tas de formulaires mais il ne se passe rien pendant 3 ans… Et un beau matin : « Cet enfant, là, prenez-le, ramenez-le chez vous, mais vous lui servez uniquement de famille d’accueil. Sinon, on annule la procédure. » (p. 10). Petit (gros ?) problème : Nadia est chrétienne, Salim est musulman et l’enfant, Nathanaël, n’est pas du tout un bébé mais enfant autiste de 8 ans né dans une famille juive ultra-orthodoxe, vous imaginez le tableau ! Nathanaël n’écoute rien, ne mange pas, court partout sans dire un mot, et Salim, avocat qui a dû fermé son cabinet faute de clients, s’est refermé sur lui-même. « Voilà que chez moi, maintenant, j’ai un garçon sourd et, en plus, un mari muet. » (p. 13).

Comme vous le voyez, la narratrice est Nadia ; c’est une femme à la fois naïve et à la fois sensée ; elle travaille dans un service social et arrive mieux à résoudre les problèmes des autres (Marina et Roman, un couple russe exilé en Israël) que les siens. Quant à Nathanaël, il ne réagira qu’avec certaines chansons : un sous-marin jaune, Lucy dans les cieux (avec des diamants), des champs de fraises, vous aurez reconnu quelques titres des Beatles !

C’est drôle, très drôle, vraiment (loufoque nous dit l’éditeur) ; ce roman est une petite pépite et je dis bravo aux éditions L’antilope pour la qualité de leur catalogue ! Évidemment, le récit ne peut pas être amusant tout le temps, il va y avoir un drame. « Dans la boîte aux lettres, nous avons trouvé une nouvelle lettre, avec cette mise en garde imprimée : ‘L’autre partie continuera à envoyer des observateurs pour vérifier que l’enfant n’est pas élevé dans l’esprit de la religion. Seule une éducation libre convient à Nathanaël.’ » (p. 117).

La famille Yassine et Lucy dans les cieux est un super roman contemporain sur la difficulté de vivre ensemble, quand on n’est pas du même village, quand on n’a pas la même religion, quand on est différent. Non seulement il fait réfléchir mais il apporte des solutions ; et tout en racontant un drame, c’est drôle, c’est tendre, c’est osé !

Lu pour la Semaine à lire de juillet, je mets ce roman dans le Challenge de l’été, Petit Bac 2018 (catégorie Prénom pour Lucy) et Raconte-moi l’Asie #3 (Israël).