Gentlemind 2 de Díaz Canales, Valero et Lapone

Gentlemind 2 de Díaz Canales, Valero et Lapone.

Dargaud, février 2022, 72 pages, 18 €, ISBN 978-2-20508-724-6.

Genre : bande dessinée espagnole.

Juan Díaz Canales est le scénariste. Il naît en 1972 à Madrid (Espagne). Après avoir étudié l’animation, il devient scénariste et dessinateur de bandes dessinées. Du même auteur : Blacksad et Corto Maltese entre autres.

Teresa Valero est la co-scénariste. Elle naît le 23 juillet 1969 à Madrid (Espagne). Elle travaille pour le dessin d’animation (Corto Maltese, Nanook parmi les séries animées et Astérix et les Vikings, Bécassine parmi les films d’animation) puis se tourne vers le scénario de bandes dessinées. Du même auteur : Sorcelleries (3 tomes).

Antonio Lapone est le dessinateur et le coloriste. Il naît le 24 octobre 1970 à Turin (Italie). Après avoir été dessinateur pour une agence de publicité, il se lance dans la bande dessinée. Il vit en Belgique. Plus d’infos sur son blog, Lapone Art.

Lorsque j’ai lu Gentlemind 1, je ne pensais pas mettre si longtemps pour lire le tome 2… mais, voilà, c’est chose faite ! Le premier tome se déroulait entre 1939 et 1944 et le lecteur faisait la connaissance principalement d’Arch Parker (dessinateur), Navit (son amie), H.W. Powell (riche industriel, propriétaire du magazine Gentlemind), Waldo Trigo (avocat portoricain) et sa sœur Gabriela (activiste).

Brooklyn, New York, 1945, Navit devenue Gina Powell (dans le 1er tome) a hérité de Gentlemind à la mort de son époux mais ça ne plaît pas à l’équipe de rédaction (que des hommes) et Arch est quelque part en Europe (en train de se battre… ou mort…).

Gina veut absolument moderniser le vieillissant Gentlemind pour en faire un magazine moderne avec de la fiction. Mais elle ne veut pas faire comme la concurrence, Esquire qui mise sur l’érotisme et Amazing Stories qui mise sur l’imaginaire (en particulier la science-fiction et le fantastique).

Juin 1945, John Doe doit écrire une histoire de fiction pour chaque numéro mais Robert Hearn du New York Times dévoile que John Doe est en fait l’avocat Waldo Trigo, or il est Portoricain et des échauffourées ont lieu entre les Portoricains qui manifestent et la police…

Décembre 1945, Gina a réussi son coup avec « Homme de papier, la nouvelle fiction américaine, Capote, Faulkner, Steinbeck, Hemingway, Fitzgerald, Chandler, Salinger, Camus, Bradbury » (p. 12), excusez du peu ! À noter que Camus, Français né en Algérie, est assimilé à cette « nouvelle fiction américaine ».

Juin 1947, le magazine est en plein essor et publie Gus Greene, Joe Clayton, Ira B. Philips, C.C. Fuse, Carson Ravitch, Arthur McVoy, Bruce Enoch, Alexander Foxton, des noms que, je l’avoue, je connais moins que ceux cités plus haut.

Août 1949, Gina est blessée lorsqu’elle voit un numéro spécial d’Esquire proposant « une anthologie des plus belles pin-up d’Arch Parker ». (p. 14). Pendant ce temps-là, les Portoricains continuent de manifester pour leurs droits.

Juin 1950, Gentlemind titre « Vous les hommes êtes tous égaux. » (p. 15). Mais les manifestants portoricains ont été arrêtés par la police et Gabriela, blessée par balle, est à l’hôpital. Robert Hearn rend visite à Waldo Trigo en prison et veut lui faire dire une opinion politique. « Il n’y a pas de patrie, Hearn. Il y a des hommes qui écrasent d’autres hommes et des hommes qui se défendent, c’est tout. J’embrasserai cette cause, mais je ne ferai mienne aucune langue, aucune terre. Et la seule arme que je compte utiliser pour cela, c’est l’écriture. » (p. 19).

D’autres histoires se rajoutent à celle de Gentlemind comme celle de Jo, la nouvelle secrétaire, ou celle de Maggie Kenwood, la photographe, amie du docteur Karl Penrod Wolf, le chirurgien des stars. Et, en mars 1951, Robert Hearn qui a quitté The New York Times et Maggie Kenwood sont en Une, quant à Jo, elle est devenue rédacteur en chef.

Les ventes de Gentlemind ont augmenté de 30 %, les annonceurs publicitaires sont revenus à 60 % mais rien n’est gagné, un nouveau concurrent arrive en 1953. « Votre Esquire, votre Gentlemind… – Non, non, donnez-moi ce Playboy dont tout le monde parle. » (p. 37). Gentlemind survit grâce aux Unes avec Charlie Chaplin ou Elvis et au retour d’Arch Parker mais fin des années 60, début des années 70, d’autres magazines paraissent comme Mad, People, Rolling Stone et plus personne ne veut de Gentlemind, « une revue vieillotte » (p. 53).

Un récit riche en émotion et rebondissements qui, à travers les 30 ans de parution de Gentlemind (jusqu’en 1975), raconte la vie aux États-Unis, la vie des Américains, des ‘presque’ Américains (des réfugiés allemands, parfois d’anciens nazis sur qui retombe leur passé), des ‘pas encore’ Américains (les Portoricains qui ont continué la lutte). Le tout dirigé par une femme qui malheureusement s’endurcira et se perdra… Une très belle suite (et fin) enrichissante et bien menée.

Pour La BD de la semaine (plus de BD de la semaine chez Noukette) et les challenges BD 2022, Mois espagnol et sud-américain et Les textes courts.

Un chat dans la gorge d’Émilie Chazerand et Amandine Piu

Un chat dans la gorge d’Émilie Chazerand, Amandine Piu et Carole Bellanger.

Benjamins Media, collection livre avec CD, avril 2020, 48 pages, 19,90 €, ISBN 978-2-37515-072-6.

Genres : littérature jeunesse, album illustré franco-italien.

Émilie Chazerand naît en 1983 à Strasbourg où elle vit. Elle aime la lecture depuis l’enfance. Elle devient infirmière mais écrit des histoires. Plus d’infos sur son site officiel sur lequel elle se présente comme « Alsacienne. Malentendante. Synesthète. Maman. Outsider. Autrice. ».

Amandine Piu, dont le surnom est Piu Piu, naît en 1982 en Sardaigne (Italie). Elle étudie la communication visuelle à Lyon puis l’illustration à l’École des Arts décoratifs à Strasbourg. Plus d’infos sur son site officiel.

Carole Bellanger est comédienne. Un chat dans la gorge est sa première expérience d’interprétation d’une histoire. J’ai beaucoup aimé sa voix.

Au village, tout le monde apprécie Cécile Schneck, toujours bonjour, merci, un mot gentil pour les bébés ou les pépés. Mais, en fait c’est « une femme méchante, au cœur sec […] très hypocrite. » (p. 7). Son mari et ses deux enfants doivent supporter ses récriminations contre tout le monde mais ils n’y font plus attention. Par contre « Raymond, le chat maigrichon de la maison » (p. 15) aimerait être tranquille d’autant plus que parfois elle s’en prend à lui. Il a une idée lumineuse.

Vous allez comprendre ce que signifie ‘avoir un chat dans la gorge’ et ‘donner sa langue au chat’ !

Un CD d’une quinzaine de minutes accompagne le livre, il est intéressant à écouter car, en plus de la lecture agréable de Carole Bellanger, il y a des bruitages et de la musique (plutôt yiddish) de Malcolm Laws et Nainita Desai.

Voici donc un très joli album illustré avec une histoire amusante qui fait réfléchir.

Je le mets dans Jeunesse young adult #11, Petit Bac 2022 (catégorie Animal pour Chat), Les textes courts 2022, Un genre par mois (en mai, c’est jeunesse, albums illustrés) et Une semaine en Italie pour Amandine Piu.

Les cahiers japonais tome 1 – Un voyage dans l’empire des sens d’Igort

Les cahiers japonais tome 1 – Un voyage dans l’empire des sens d’Igort.

Futuropolis, octobre 2015, 184 pages, 24 €, ISBN 978-2-75481-199-6. Quaderni Giapponesi vol.1 – Un viaggio nell’impero dei segni est traduit de l’italien par Laurent Lombard.

Genres : bande dessinée italienne, récit de voyage.

Igort, de son vrai nom Igor Tuveri, naît le 26 septembre 1958 à Cagliari en Sardaigne. Il est auteur de bandes dessinées, éditeur (Coconino Press de 2000 à 2017) et réalisateur. Il commence sa carrière en 1980 et publie dans des revues italiennes (Il Pinguino, Frigidaire, Linus, Alter) puis françaises (Métal Hurlant, L’Écho des Savanes). De nombreuses bandes dessinées paraissent chez Futuropolis, Albin Michel, Les Humanoïdes Associés, Casterman, Vertige Graphic… Plus d’infos sur son site officiel. Il y a plus de 10 ans, j’avais lu Les cahiers ukrainiens mais je n’avais pas relu cet auteur depuis (mais pourquoi donc ?).

Inspiré par les maîtres des estampes (Hiroshige, Hokusai, Sharaku, Utamaro), par l’ère Showa, « Showa-jidai, qui signifie littéralement ‘période de paix éclairée’. » (p. 16) et passionné de dessin, le jeune Igor rêve du Japon depuis l’adolescence et dessine des histoires inspirées par L’empire des signes de Roland Barthès, par les cartes de stratégies obliques créées par le chanteur Brian Eno, « Sur chaque carte, il y avait des suggestions abstraites » (p. 21) et par les préceptes d’Ekiken, un « médecin samouraï du XVIIe siècle » (p. 23) aussi un grand botaniste. Avec « Daniele Brolli, un ami écrivain et dessinateur de BD » (p. 22), il réalise sa première bande dessinée, Goodbye Baobab (qui se déroule au Japon).

Donc, lorsqu’Igort se rend au Japon pour la première fois au printemps 1991, ça fait plus de 10 ans qu’il en rêve. En 1994, il habite dans un joli quartier ancien de Tôkyô, Bunkyo-ku, « fait de petites constructions et peuplé de temples et de sanctuaires. » (p. 10) et il a un contrat avec Kôdansha (son manga Yuri aura un immense succès non seulement auprès des enfants mais aussi des adultes).

J’ai beaucoup aimé la façon respectueuse avec laquelle Igort raconte sa vie à Tôkyô, sa découverte des codes, son amour des jardins et des temples, sa découverte du monde du manga et du gekiga, sa rencontre avec Jirô Taniguchi (m’a émue), leurs échanges sur le monde du travail différent au Japon et en Europe et leur amitié, sa rencontre avec Masashi Tanaka (Gon, excellent manga sans texte), ses relations avec son éditeur, Tsutsumi Yasumitsu, « Avec lui, j’ai appris énormément de choses sur mon monde à moi, sur ce que je cherchais, sur ce qu’étaient les thèmes de mon travail de conteur. » (p. 44), sa passion pour le cinéma de série B (les « films de yakusas, de samouraïs ou des films érotiques appelés ‘pinku eiga’ », p. 52) en particulier ceux de Seijun Suzuki (révéré par Kitano et Tarantino), sa passion pour le monde du sumô (que j’ai vécue moi aussi), sa découverte des auteurs japonais (Natsume Sôseki, Junichiro Tanizaki, Kafu Nagai…) et de la musique underground japonaise dans les quartiers modernes (Akasaka, Roppongi…).

Toute une nostalgie qui s’installe à la lecture de cette très belle bande dessinée richement illustrée (quelques photos anciennes) et sérieusement documentée… « Je vis le présent au Japon comme un voile léger qui laisse transparaître le passé. » (p. 113). Peut-être à découvrir, si c’est possible, Momotarô-Umi no Shinpei de Mitsuyo Seo, film d’animation, une « perle qui a saisi aux larmes Osamu Tezuka alors âgé de 16 ans » (p. 129) et Norakuro de Suihô Tagawa, manga en 10 volumes, « Même Osamu Tezuka, futur père d’Astro le petit robot, aimait cette BD joyeuse et la considérait parmi ses plus fortes influences. » (p. 131). Une photo impressionnante (p. 136-137), des enfants (9-12 ans environ) armés qui partent à la guerre… « Il y a quelque chose d’éperdument tragique et d’essentiellement japonais dans tout ça : le sourire amer caressé par un chrysanthème. » (p. 135). Je n’en ai pas parlé mais Igort a beaucoup parlé du chrysanthème, de son origine, de sa signification précédemment (p. 68-71).

D’autres expériences d’Igort m’ont émue comme la statue du chien Hachikô à la gare de Shibuya (illustration p. 139), le film d’animation Le tombeau des lucioles d’Isao Takahata, « magie invisible des grandes œuvres » (p. 140), je dois dire que je suis en larmes chaque fois que je vois ce film, sa visite du musée Ghibli où il n’a pas rencontré Isao Takahata mais Hayao Miyazaki, « Miyazaki était gentil. Il parlait du ton calme de celui qui sait faire la part des choses. » (p. 142), des années plus tard, ce n’est pas Hayao Miyazaki que j’ai rencontré mais son fils Gorô Miyazaki (l’échange a été rapide mais j’en garde un extraordinaire souvenir). Igort dit « Ça a été un des après-midi les plus légers et les plus profonds de ma vie. » (p. 144), eh bien suite à ma visite du Musée Ghibli à Mitaka en juin 2003 et à ma rencontre non seulement avec Gorô Miyazaki mais aussi les personnages que j’aime, je peux dire la même chose (et j’ai pleuré en voyant le robot géant du Château dans le ciel avec le petit oiseau sur son épaule).

Oh, une petite erreur page 144, durant son échange avec Miyazaki, « Il m’a parlé de l’époque où il a travaillait au manga ‘Nausicaa’ […] », alors « où il a travaillé » ou « où il travaillait » ? Je pencherais pour la 2e réponse vu que les verbes suivants sont « qu’il y avait consacrés […] lui paraissait […]. ».

Mon passage préféré. « Kurihara-san, le grand chef de la septième division éditoriale de Kodansha, m’a dit un jour que le Japon c’était comme un écrin, et que ceux qui voulaient s’en approcher devaient avoir les clés de cet écrin pour pouvoir profiter des trésors conservés en son sein. Moi, ça fait plus de 20 ans que je l’ai approché, ce lieu de l’âme, et que je le fréquente assidûment. Ce qui n’empêche pas que son mystère se renouvelle continuellement. » (p. 149).

Ce premier tome est une très belle lecture, riche, émouvante, qui me rappelle des souvenirs non seulement de mes voyages au Japon mais aussi de mes découvertes de la culture japonaise (littérature, cinéma, animation, manga, arts, musique, thé…), le Japon me manque tellement que parfois je l’occulte pour ne pas trop souffrir de ce manque (pendant quelque temps, je ne lis pas de romans ou de mangas japonais, je ne regarde pas de films ou de séries japonais…) mais instinctivement, je ne peux m’empêcher d’y revenir, c’est vital ! C’est pourquoi, dès que possible, je lirai les deux autres tomes des Cahiers japonais d’Igort, le tome 2 : Le vagabond du manga paru en juin 2018 et le tome 3 : Moga, mobo, monstres paru en septembre 2021.

Pour La BD de la semaine (plus de BD de la semaine chez Stéphie) et les challenges BD 2022, Bingo littéraire d’Hylyirio (n° 11, une bande dessinée ou un roman graphique, 4e billet), Hanami Book Challenge (menu 2, passé, présent et futur du Japon, sous-menu 1, au temps des samouraïs, mais Tokyo capitale et L’individu dans la société sont également abordés), Petit Bac 2022 (catégorie Objet pour Cahiers, enfin cette catégorie est honorée !), Un mois au Japon (qui continue en mai) et Une semaine en Italie (l’auteur est Italien).

Celestia de Manuele Fior

Celestia de Manuele Fior.

Atrabile, Hors collection, août 2020, 272 pages, 30 €, ISBN 978-2-88923-091-4. Celestia (2019) est traduit de l’italien par Christophe Gouveia Roberto.

Genres : bande dessinée italienne, science-fiction.

Manuele Fior naît le 25 avril 1975 à Cesena en Italie. Il étudie l’architecture à Venise puis travaille à Berlin (architecture et illustrateur). Il vit aussi à Oslo puis à Paris. Il publie plusieurs histoires courtes dans des revues et se lance dans la bande dessinée au début des années 2000. Il reçoit en 2011 le Prix du meilleur album Fauve d’or à Angoulême pour Cinq mille kilomètres par seconde. Il reçoit aussi trois fois le Prix Micheluzzi délivré à Naples (prix en hommage à l’auteur italien de bandes dessinées Attilio Micheluzzi). Plus d’infos sur son site officiel.

Voici comment débute cette bande dessinée. « La grande invasion est arrivée par la mer. Elle s’est dirigée vers le nord, le long du continent. Beaucoup se sont enfuis, certains ont trouvé refuge sur une petite île dans la lagune. Une île de pierre, construite sur l’eau il y a plus de mille ans. Son nom est Celestia. » (les pages ne sont pas numérotées). Intrigant, n’est-ce pas ?

Pierrot, télépathe et poète, retrouve son père, le Dr Vivaldi, Rossella, Toni, Gianluca, Rebecca et le merle Igor dans un lieu secret de Celestia. Celestia « vue du ciel a la forme de deux mains serrées l’une dans l’autre » est une alter ego de Venise. Ils sont inquiets car Dora a disparu mais Pierrot ne souhaite pas rester avec eux et repart en donnant un présage. « Quand vient la tombée de la nuit, les vampires se serrent dans leur cape. Ils t’étranglent sur la branche du pin. Alors que l’air se fige… accroché à un mur de marbre… un poids suspendu au fil du temps. Des profondeurs une voix me supplie. Mais moi je n’entends pas la fin… qui remonte de l’eau jusque dans mes veines pour t’emmener, unique jolie chose, tendre hirondelle. Pas un souffle sur le mort ! Je reste. Je reste. Avant que le silence ne l’aide. »

La nuit, Pierrot et Dora s’enfuient de Celestia à bord d’une barque. « Le continent. – Je m’attendais à pire que ça, d’après tout ce qu’on raconte. » Ils arrivent dans un château rose, labyrinthique, où vit un homme étrange (il se dit le gardien), avec une femme et un enfant. Sur le continent, il y a des survivants malgré la grande invasion, des gens qui développent des dons spéciaux, des enfants en particulier.

Ouah, quelle bande dessinée ! Au niveau visuel, une grande claque, à l’extérieur tout est bleu, la couverture, les bordures, bleu comme la couleur de l’eau ; à l’intérieur les cases, tout est déstructuré, les couleurs sont plutôt pastels mais parfois psychédéliques (elles sont différentes selon le lieu où sont Pierrot et Dora), les dessins (des aquarelles qui font ressentir l’humidité de Celestia) sont tout simplement magnifiques (il y a peu de textes). Les personnages sont attachants, sauf les délinquants du vieux ghetto, des gens violents, prêts à tous les mauvais coups pour… ils ne savent même pas pour quoi, le plaisir immédiat peut-être, la bêtise, la méchanceté. Bien que post-apocalyptique (tout le monde se souvient d’un pont et d’une explosion), le récit est poétique, onirique et possède un côté mystérieux. Je félicite Manuele Fior pour son talent incroyable, son imagination et sa grande sensibilité.

Pour Bingo littéraire d’Hylyirio (n° 36, un livre coup de cœur), Challenge lecture 2022 (catégorie 60, un livre d’un auteur italien), Des histoires et des bulles (catégorie 38, une BD avec un prénom dans le titre, 2e billet), Jeunesse young adult #11, Littérature de l’imaginaire #10, Petit Bac 2022 (catégorie Prénom pour Celestia), Tour du monde en 80 livres (Italie) et Un genre par mois (en février, le genre est science-fiction).

Napoli mon amour d’Alessio Forgione

Napoli mon amour d’Alessio Forgione.

Denoël, collection D’ailleurs, janvier 2021, 272 pages, 20 €, ISBN 978-2-20715-962-0. Napoli mon amour (2018) est traduit de l’italien par Lise Caillat.

Genres : littérature italienne, premier roman.

Alessio Forgione naît le 23 février 1986 à Naples (Italie). Du même auteur : Giovanissimi (2020) et Il nostro meglio (2021).

Voici ce que dit l’éditeur : « Ce roman d’une intensité et d’une poésie renversantes entremêle avec grâce pauvreté et tendresse, désespoir et enchantement. » Euh… je n’ai pas lu « ce » roman ! Je n’ai pas aimé et je vous dis pourquoi en quelques mots : c’est répétitif, c’est long, c’est chiant ou plutôt totalement déprimant, et chaque fois qu’il paye quelque chose (à boire, cigarettes…), Amoresano donne le solde de son compte (!). Je ne me suis pas attachée aux personnages, ni à Amoresano, ni à sa copine Nina, ni à son meilleur copain Russo, ni à la ville de Naples… Mais peut-être que vous aimerez parce que je suis peut-être passée à côté d’un chef-d’œuvre puisque l’auteur est considéré comme l’étoile montante de la nouvelle littérature italienne. Vous pouvez lire l’interview de la traductrice sur Actualitté.

Voici un extrait. « J’écrivis en toutes lettres que cette vie que nous menions, lente et fumeuse, elle plaisait à Russo, mais moi je la détestais. J’écrivis que je devais agir. J’écrivis que quand on est insatisfait et qu’on ne fait rien pour changer les choses, on se construit un alibi avec ses propres insatisfactions. J’écrivis qu’on passe tout son temps à espérer devenir quelque chose ou quelqu’un, que moi je n’avais jamais rien espéré et qu’à la fin j’avais réussi à devenir une nullité. J’écrivis que je maudissais l’université, argent gaspillé et années perdues ; que je maudissais la mer, parce qu’elle m’avait expliqué des choses qu’il valait mieux ne pas comprendre. J’écrivis que Nina me faisait me sentir vivant et en danger dans ma vie, et que cette saveur de danger avec la peur qui en dérivait étaient là à me dire qu’à la vie, j’y tenais encore. J’écrivis que je voulais vivre mais que je n’y arrivais pas, parce que vivre signifie aussi accepter d’être ridicule et moi, j’avais honte d’être ridicule. J’écrivis qu’il n’y avait plus le temps parce que le temps, peut-être, n’existait pas. J’écrivis sans jamais relire, parce que prévalut la pudeur. » (p. 221-222).

Pour le Petit Bac 2021 (catégorie Lieu pour Napoli) et Voisins Voisines 2021 (Italie).

Melvina de Rachele Aragno

Melvina de Rachele Aragno.

Dargaud, Hors collection, août 2020, 192 pages, 19,99 €, ISBN 978-2-50508-372-6. Melvina (2019) est traduit de l’italien par Claudia Migliaccio.

Genres : bande dessinée italienne, fantastique.

Rachele Aragno naît en 1982 à Pise en Toscane (Italie). Elle dessine depuis l’enfance et étudie à l’École internationale de bande dessinée de Rome. Elle travaille pour des éditeurs indépendants américains et européens. Melvina est sa première bande dessinée en tant qu’autrice et illustratrice.

Melvina en a marre d’être une enfant et que ses parents ne l’écoutent jamais et décident pour elle. D’ailleurs ses parents se disputent en prévision d’un déménagement dont ils ne lui ont même pas parlé et son chat Ottavio se sauve par la fenêtre. Melvina le poursuit sur les toits et entre par la fenêtre dans un appartement inconnu où l’attendent un vieil homme, Otto, un renard, une chouette et une belette (il me semble) vêtus comme des humains. « Je suis si heureux que tu sois là ! Ensemble, nous pourrons affronter Malcapé ! » (p. 12). Otto explique à Melvina que, lorsqu’il était enfant, il ne supportait pas que son grand-père et son père tuent des animaux à la chasse. Un jour, sous un arbre, un étrange enfant lui a remis un livre pour faire revenir à la vie les animaux mais Otto ne savait pas qu’il y avait une contrepartie à payer. « Otto ! C’est un plaisir de te revoir ! Tu me reconnais ? Je suis le Grand Malcapé, souverain d’Aldiqua. Je vois que mon livre t’a été utile. Je suis ici pour te rappeler notre pacte. C’est l’heure d’honorer ton engagement. » (p. 25). Le pacte ne peut être rompu que par l’élue… Melvina ?

Otto et Melvina sont projetés dans un autre monde peuplé de tous les êtres trompés par Malcapé. Benjamino, un corbeau, les accompagne au château de la reine mais il n’a pas la langue dans la poche. « […] tu es encore une enfant superficielle qui s’attache aux apparences. » (Benjamino, p. 50). Parce que « c’est normal de vouloir grandir, mais il faut du temps et de l’expérience… » (Otto, p. 67).

Melvina, Otto et Benjamino parcourent un monde dangereux mais opèrent des exploits jusqu’aux marais métaphysiques où Melvina devra affronter Malcapé dont la proposition est… simple et alléchante. « Tout le monde pourra obtenir tout ce qu’il veut, sans aucun effort, sans avoir besoin de se battre. » (p. 159). Trop facile ! Melvina se laissera-t-elle tenter, elle qui veut grandir pour qu’enfin on l’écoute ?

Aventure, amitié, fantastique (et clins d’œil à la littérature fantastique comme Alice au pays des merveilles ou Harry Potter) sont au rendez-vous dans cette très belle bande dessinée dont les dessins (si j’ai bien compris) sont réalisés à la peinture à l’eau (après le crayonné et l’encrage). Vous pouvez lire une instructive interview de Rachel Aragno sur à voir à lire. Elle considère que tout le monde peut lire Melvina, petits et grands, et je suis d’accord avec elle parce que c’est une histoire universelle, celle de l’enfance et de la volonté de grandir (mais il ne suffit pas uniquement de grandir physiquement pour véritablement grandir, n’est-ce pas ?). Les personnages sont attachants, les décors sont beaux et l’histoire questionne non seulement sur le fait de grandir mais aussi sur notre relation avec les êtres qui nous entourent (famille, amis, inconnus) et les animaux. En lisant Melvina, j’ai un peu pensé à Raven & l’ours de Bianca Pinheiro. Dommage que la fin arrive trop vite ! Mais une petite question : est-ce que, quand on est grand (adulte), on est vraiment écouté, entendu ?

Pour La BD de la semaine et les challenges BD, Des histoires et des bulles (catégorie 38, une BD avec un prénom dans le titre), Jeunesse young adult #10, Littérature de l’imaginaire #9 et Petit Bac 2021 (catégorie Prénom pour Melvina).

Plus de BD de la semaine chez Moka. Caro avait lu cette BD en juin.

La fleur perdue du chaman de K de Davide Morosinotto

La fleur perdue du chaman de K de Davide Morosinotto.

L’école des loisirs, collection Médium, janvier 2021, 544 pages, 18 €, ISBN 978-2-21131-130-4. Il fiore perduto dello Sciamano di K (2019) est traduit de l’italien par Marc Lesage. Illustrations de Paolo Domeniconi.

Genres : littérature italienne, roman jeunesse, aventure, fantastique.

Davide Morosinotto naît en 1980 à Camposampiero (Padoue, Italie). Il étudie les Sciences de la communication et rédige une thèse sur Philip K. Dick à l’Université Alma Mater Studiorum de Bologne (fondée au XIe siècle, cette université est considérée comme la plus ancienne université au monde encore en activité). Il est journaliste, traducteur et écrivain. Du même auteur, dans la même collection : Le célèbre catalogue Walker & Dawn (2018) et L’éblouissante lumière des deux étoiles rouges (2019) que j’avais repérés et que j’ai encore plus envie de lire maintenant, et de nombreux autres titres (science-fiction, aventure, jeunesse) encore non traduits en français.

Mai 1986. Laila Raskinen a 12 ans, elle est Finlandaise mais vit à Lima au Pérou. Son père Aarni est diplomate à l’ambassade et sa mère Outi est femme au foyer. Il y a aussi monsieur Tanaka, un Japonais qui est le secrétaire de son père mais aussi le chauffeur (et un peu le garde du corps de Laila). Mais Laila ne va pas bien, elle a des problèmes aux yeux (son champ de vision est limité) alors elle est conduite à l’hôpital Santo Toribio de Lima où « ils ont le meilleur service de neurologie du Pérou » (p. 17). Mais sa maladie est grave et incurable… Le docteur De La Torre diagnostique une céroïde-lipofuscinose neuronale juvénile (CLNJ) ou maladie de Batten (je n’avais jamais entendu parler de cette maladie). « Pourquoi moi ? Pourquoi maintenant ? Ma mère n’avait pas la réponse. » (p. 101).

Les chapitres alternent entre Laila et El Rato qui vit à l’hôpital depuis sa naissance. De son vrai nom, Juan Pablo Brown Mamani, il serait le fils d’un médecin. Il connaît l’hôpital comme sa poche et emmène Laila à la bibliothèque, réservée aux médecins et aux étudiants. Et c’est par hasard que les deux adolescents découvrent le journal du docteur Robert R. Clark de Bloomington (Minnesota, États-Unis) dans lequel il est « question de la Fleur perdue du chaman de K. […] d’une rareté extraordinaire […] sur un arbuste, sans doute de la famille des bixaceae, et semblait être de couleur rouge, avec de gros pétales recouverts d’un duvet piquant […]. Les chamans de le tribu de K. utilisaient une décoction de cette plante pour guérir la folie. » (p. 116-117).

Juin 1986. Laila et El Rato s’enfuient en pleine nuit de l’hôpital pour se rendre en Amazonie sur les traces du docteur Clark. « Je me suis exclamé : – C’est parti ! Laila a souri. – Eh oui. L’avion s’est avancé sur la piste en prenant de la vitesse. Les moteurs ont rugi. Et là… le nez de l’appareil a pointé vers le haut et nous avons décollé du sol, tout droit vers le ciel, une aventure, une légende, un défi immense et une fleur qui existe peut-être, je l’espère, quelque part, là dehors, pour nous sauver la vie. » (p. 151-153). Des Andes péruviennes, direction, la Selva, l’Amazonie, « l’Enfer Vert » !

Arrivés à Cuzco, Laila et El Rato embauchent une guide, Chaska, mais leur train explose et ils sont enlevés (sûrement par des rebelles du Sentier lumineux). L’histoire du Pérou rejoint l’aventure de Laila et El Rato qui se dévoile peu à peu (il a un Grand Rêve). « Le village de K. est niché au bord du fleuve Amazone, dans les région d’Iquitos. Et le marché de Belén est le moyen d’entrer en contact avec son chaman. » (p. 268).

Amitié, action et rebondissements, rencontres, dangers, découverte de l’Amazonie (faune, flore, populations), un peu de fantastique, Laila et El Rato iront au bout de l’aventure pour le plus grand plaisir des lecteurs ! « On avait fait un sacré chemin, ensemble. Et il nous restait encore un peu de route. » (p. 381).

Il y a plusieurs niveaux de lecture dans ce gros roman, texte classique, texte en italique, texte un peu flou (Laila voit mal sur les côtés), texte sur page noire pour la légende, et des éléments graphiques avec du texte en illustration (qui monte, qui descend, qui forme une spirale ou un dessin) comme pages 64, 69 et d’autres. Alors que Laila voit de plus en plus mal, l’auteur veut que le lecteur voit, et même ce qui ne se voit pas (l’invisible, la légende, les esprits, le chamanisme). Ce livre est donc un bel objet artistique mais aussi une belle quête et une belle amitié.

En fait, j’apprends que Le célèbre catalogue Walker & Dawn et L’éblouissante lumières des deux étoiles rouges forment avec La fleur perdue du chaman de K un triptyque même s’ils sont indépendants l’un de l’autre et se déroulent dans trois pays différents. Je veux lire les deux précédents titres !

Une chouette lecture que je mets dans Challenge Cottagecore (catégorie 4, Rêveries au bord de l’eau – Des histoires qui se déroulent au bord de la mer, d’un étang, d’un marais tout en conservant une ambiance champêtre et romantique, bon on est au bord de l’Amazonie, c’est plutôt dangereux mais El Rato étant amoureux de Laila, il y a un certain romantisme), Challenge de l’été #2 (l’auteur est Italien mais emmène ses lecteurs au Pérou et en Amazonie) et dans…

Challenge lecture 2021 (catégorie 4, un livre dont le narrateur est un adolescent, eh bien il y a ici une adolescente et un adolescent, 2e billet), Contes et légendes #3 (légendes d’Amazonie, chamanisme), Jeunesse young adult #10, Littérature de l’imaginaire #9 et Voisins Voisines 2021 (Italie).

La cité du Soleil de Tommaso Campanella

La cité du Soleil de Tommaso Campanella.

Lu en numérique, 80 pages. La città del Sole ou Civitas Solis en latin. Il existe des éditions récentes en français : chez Mille et une nuit (2000, 96 pages) ci-contre et chez Aden (2016, 200 pages) ci-dessous.

Genres : littérature italienne, roman utopique.

Tommaso Campanella naît le 5 septembre 1568 à Stilo en Calabre (sud de l’Italie). Alors que sa famille est analphabète, il étudie chez les Dominicains. En 1590, il publie Philosophia Sensibus Demonstrata (théories naturalistes), il est alors accusé d’hérésie et emprisonné. À sa libération, il parcourt l’Italie, rencontre Galilée (qu’il défend), essaie de renverser le pouvoir espagnol en place en Italie et il est à nouveau condamné pour hérésie et emprisonné. Il rédige plusieurs livres dont La cité du Soleil en 1602 (version publiée en 1604) qu’il réécrit en 1613 (version publiée en 1623). Après sa libération, en 1629, il se réfugie en France et meurt le 21 mai 1639 à Paris.

Sous-titré Idée d’une république philosophique, ce roman est un dialogue entre Le Grand Maître des Hospitaliers et un hôte, un capitaine de vaisseau génois.

« L’Hospitalier – Raconte-moi, de grâce, toutes les particularités de ce voyage. » (p. 2).

« Le Génois – Tu sais déjà comment j’ai fait le tour du monde, et comment, étant parvenu à Taprobane, je fus contraint de descendre à terre, où, par crainte des habitants, je me cachai dans une forêt ; après l’avoir traversée je me trouvai dans une grande plaine, sous l’Équateur. […] Je me vis tout-à-coup au milieu d’une troupe nombreuse d’hommes et de femmes armés. La plupart d’entre eux parlaient notre langue. Ils me conduisirent aussitôt à la cité du Soleil. » (p. 2-3).

La Cité est immense, divisée en sept cercles avec des enceintes intérieures (imprenables) et comportant quatre portes (une à chaque point cardinal). Des corniches, des colonnes, des terrasses, des portiques, des escaliers… Il est regrettable que des illustrations n’accompagnent pas le texte. Mais le lecteur peut aussi imaginer !

L’Hospitalier est très curieux de la cité et de son gouvernement. Le souverain de cette cité est Soleil, pour les Européens c’est un Métaphysicien. Il est assisté par trois chefs, Pon, Sin et Mor, leurs noms signifiant Puissance (affaires de la guerre et de la paix), Sagesse (arts et sciences) et Amour (unions, éducation des enfants, médecine, agriculture et tout le nécessaire pour le bien-être de la population et des générations futures).

Ce peuple possède un langage (et il a même de nombreux interprètes qui connaissent les autres langues), une écriture et de grandes connaissances (en particulier de la faune, de la flore, de la géographie, de l’astronomie mais aussi du reste du monde, de ses grand noms et aussi… de ses défauts et problèmes !).

Le Génois décrit une société idéale où hommes et femmes sont égaux et apprennent les mêmes choses, où les enfants étudient tous le même programme, où tout le monde est traité de façon égale et reçoit ce dont il a besoin, une société sans jalousie, sans égoïsme, sans criminalité, sans oisiveté. Mais cette société des Solariens est-elle parfaite ?

Par contre, ça, ça me plaît bien : « Dans la cité du Soleil, […] les magistratures, les arts, les travaux et les charges étant également distribués, chacun ne travaille pas plus de quatre heures par jour. Le reste du temps est employé à étudier agréablement, à discuter, à lire, à faire et à entendre des récits, à écrire, à se promener, à exercer enfin le corps et l’esprit, tout cela avec plaisir. » (p. 33).

Au niveau de la religion, les Solariens connaissent les religions et les philosophies du monde mais ils ont leurs propres croyances. « Les Solariens attendent donc la rénovation du monde, et peut-être aussi sa destruction. Ils disent qu’il est fort difficile de décider si le monde a été créé de rien, ou des débris d’autres mondes, ou tiré du chaos ; mais ils ajoutent qu’il est vraisemblable, ou plutôt certain qu’il n’exista pas de toute éternité. » (p. 64) et « Sans les adorer, ils honorent le soleil et les étoiles, comme des êtres vivants et comme les statues, les temples, les autels animés de Dieu. » (p. 65).

Ce roman métaphysique analyse la vie, la foi, le péché, la « loi naturelle », le libre-arbitre, la vie collective et L’Hospitalier en est émerveillé ! « Dieu ! que de subtilité ! » (p. 68). À noter que deux passages parlant d’astrologie de façon inintelligible ou très obscure ont été retirés. D’ailleurs Campanella est méprisé par certains de ses contemporains (en particulier par Descartes qui refuse de le rencontrer) parce qu’il utilise trop l’astrologie. Il est pourtant un précurseur du socialisme utopique (il est influencé par les idées de Platon) et La cité du Soleil est une des premières utopies littéraires (Thomas More et Rabelais ayant précédé Campanella). Il a inspiré Ernst Jünger pour son Heliopolis en 1949. Vous pouvez lire une très bonne analyse de La cité du Soleil par Constance Mercadante dans Cahiers d’études romanes.

Pour le challenge Les classiques c’est fantastique #2, le thème de juillet est « on dirait le Sud » (littérature italienne, portugaise, espagnole, du bassin méditerranéen…) et je n’avais à ma disposition ni L’ingénieux Hidalgo Don Quichotte de la Manche de Miguel de Cervantes (paru en 1605-1615 en Espagne) que je n’ai jamais lu ni Les aventures de Pinocchio de Carlo Collodi (je voulais relire ce roman de 1881) alors je me suis tournée vers un autre classique italien que je ne connaissais pas, La cité du Soleil de Tommaso Campanella (1602).

Je mets également cette lecture dans 2021 cette année sera classique, Challenge de l’été #2 (l’auteur est Italien mais emmène son lecteur sur l’île de Ceylan), Littérature de l’imaginaire #9, Petit Bac 2021 (catégorie Météo pour Soleil), S4F3 #7 et Les textes courts.

Le Ladies Football Club de Stefano Massini

Le Ladies Football Club de Stefano Massini.

Globe, février 2021, 192 pages, 20 €, ISBN 978-2-211-30765-9. Ladies Football Club (2019) est traduit de l’italien par Nathalie Bauer.

Genres : littérature italienne, roman, Histoire.

Stefano Massini naît le 22 septembre 1975 à Florence (Toscane, Italie). Il étudie la littérature ancienne à l’Université de Florence et s’intéresse au théâtre. Il est romancier mais aussi dramaturge, metteur en scène et consultant artistique. J’ai très envie de lire Les frères Lehman (Globe, 2018).

Voici commence le roman : « Le 6 avril 1917 la radio du front annonçait de nouveaux morts. Le 6 avril 1917 les États-Unis entraient en guerre. Le 6 avril 1917 Lénine préparait la révolution russe. Mais, surtout, le 6 avril 1917 durant la pause-déjeuner onze ouvrières de Doyle & Walker Munitions se mirent à courir derrière un ballon. » (p. 11).

Je n’aime pas le football mais je veux absolument lire ce roman qui se déroule à Sheffield en Angleterre.

Les ouvrières ont trouvé un ballon dans la cour de l’usine, Rosalyn Taylor invita ses collègues à jouer, Violet Chapman tapa la première dans le ballon et les autres suivirent. Mais le ballon n’est pas vraiment un ballon…

Le roman est conçu de telle façon que les phrases ressemblent à de la poésie (avec un retour à la ligne systématique avant la fin de la ligne, un genre de poésie libre). C’est inventif, c’est drôle et surtout c’est basé sur une histoire vraie et il y a un petit côté réaliste et engagé fort plaisant.

Chaque joueuse est présentée avec chacune une particularité qui a – ou qui n’a pas – de lien avec le football. D’ailleurs, je vais citer les 11 joueuses par respect pour elles. « Maillot n° 1 – Rosalyn Taylor. Maillot n° 2 – Olivia Lloyd. Maillot n° 3 – Justine Wright. Maillot n° 4 – Penelope Anderson. Maillot n° 5 – Abigail Clarke. Maillot n° 6 – Haylie Owen. Maillot n° 7 – Melanie Murray. Maillot n° 8 – Violet Chapman. Maillot n° 9 – Brianna Griffith. Maillot n° 10 – Sherill Bryan. Maillot n° 11 – Berenice MacDougall. » (p. 9). Malheureusement pour Rosalyn Taylor, elle se retrouva gardienne de but et elle n’aima pas ça, elle voulait frapper dans le ballon et marquer des buts mais elle était la plus grande des onze, « Grande, robuste : une armoire à glace. » (p. 32).

« Franchement, le football, c’était génial. » (p. 60). Cependant, pour ces jeunes ouvrières, qui sont des filles, des épouses pour la majorité, des mères pour certaines, c’est plus qu’une histoire de sport, c’est une liberté, c’est un symbole de lutte sociale et politique ! Mais leur patron (Hubert Walker) veut les humilier (quoi, des femmes qui se mêlent de football !) et propose un match contre une équipe d’hommes (de toute façon il n’y a pas d’autres équipes de femmes). « On va les massacrer. » (p. 84) mais, avant, il faut un nom à leur équipe et sur le logo (jaune) du tissu (noir) il y a écrit LFC (pour Long Fort Cemetery…), ce sera donc Ladies Football Club.

Le match a lieu, sur un terrain miteux derrière l’église St. Martha, devant quelques curieux et trente-six infirmières de la Croix Rouge. Contre les Hercules (des blessés de guerre, pas très valides, mais bon des hommes tout de même). Le score ? 10-1 et encore, c’est parce qu’Olivia Lloyd, qui a écrasé ces lunettes en tombant, a marqué le premier but contre son camp… « Triomphe. Masculin singulier. Ou plutôt non : victoire, explosive, je vous en donnerai des bombes de Walker. » (p. 104). Mieux que Saint-Georges terrassant le dragon ! D’ailleurs « M. Walker se présenta tout content – les joues cramoisies – en disant : ‘À l’automne, nous disputerons un autre match, et maintenant tout le monde vous veut : cette fois vous défierez les Dragons.’ Après quoi il se frotta les mains et s’en alla en chantonnant. Il était heureux. » (p. 112). Non, mais, comme s’il avait fait quelque chose !

4 novembre 2017. « En pleine révolution russe. » (p. 122), le Ladies Football Club joue contre une équipe de 11 enfants de moins de quinze ans, avec les mères en furies dans les tribunes… « face à ces marmots sur le terrain qui avait le courage d’attaquer ? » (p. 122). Le score ? 1-1 mais le but de Sherill Bryan est injustement invalidé… Eh bien, elles ont la hargne ! « Ce n’était plus onze folles qui couraient après le ballon, c’était onze victimes du système. Et diable, en temps de guerre, les victimes ont droit à un traitement particulier. » (p. 134). Elles deviennent célèbres, elles sont réclamées, leur patron est fier, il se met à aimer le football féminin et…

9 novembre 1918. Le Ladies Football Club joue contre des « ouvriers » d’une usine de textile appartenant à un Allemand à Chesterfield. « Anglais contre Allemands. En pleine guerre mondiale. Aigles noires contre Baron rouge » (p. 141), « au Hillsborough Stadium, bourré à craquer jusqu’au dernier rang » (p. 145). Vous verrez, c’est épique !

Plus de cent ans après, le football féminin existe toujours, c’est que « la révolution […], une fois allumée, ne s’éteint pas […]. » (p 160) et j’aime bien cette phrase qui revient à chaque match : « Ils en ont fait une saleté commerciale. », c’est sûr qu’il n’y a pas plus commercial que le foot 😛 Mais ce roman est une belle réussite !

Lu durant le Mois anglais, je mets cette excellente lecture dans A year in England, Challenge de l’été #2 (l’auteur, Italien, nous emmène en Angleterre, 2e billet), Challenge lecture 2021 (catégorie 15, un livre féministe, 3e billet) et Voisins Voisines 2021 (Italie).

Rouges estampes de Jean-Louis Robert, Carole Trébor et Nicola Gobbi

Rouges estampes : une enquête pendant la Commune de Paris de Jean-Louis Robert, Carole Trébor et Nicola Gobbi.

Steinkis, mars 2021, 128 pages, 19 €, 978-2-36846-353-6.

Genres : bande dessinée franco-italienne, Histoire, policier.

Jean-Louis Robert, né en 1945, est historien, professeur universitaire et auteur. Il est spécialiste de l’histoire sociale de la Première guerre mondiale et de l’histoire de la Commune de Paris. L’éditeur dit qu’il « travaille à une grande histoire de la Commune entièrement inédite à paraître en 2021 ».

Carole Trébor, née en 1973, est historienne (spécialiste de l’URSS et de la Russie), professeure universitaire en histoire de l’art, autrice de littérature jeunesse (romans, albums illustrés) et documentariste. J’avais beaucoup aimé La lignée (Nina Volkovitch 1) en 2012 et ça me fait penser que je n’ai pas lu la suite.

Nicola Gobbi, né en 1986 à Ancône en Italie (dans les Marches), est auteur et dessinateur mais il vit maintenant à Paris. Il est possible de le suivre sur sa page FB (en italien).

« Paris, mars 1871. Ils sont des centaines d’artistes qui s’engagent dans la révolution de Paris. Depuis le Second Empire, ils sont en lutte contre l’académisme qui trône dans les salons officiels et ils réclament la totale liberté d’ l’Art. […] Pour vivre, ils se font modèles, peintres en décors, dessinateurs… Connaissant le sort du peuple, ils sont sensibles à l’idée de la République sociale. » (p. 3). Un an après, la guerre contre les Prussiens est terminée et l’Alsace et la Lorraine ont été abandonnées à l’Empire allemand. Raoul Avoir, le narrateur, est sur l’Austerlitz à Brest, un bateau prison et il écrit à sa mère ses souvenirs.

Après la guerre, les Parisiens n’ont pas de travail et mangent des rats… Les enfants ne vont plus à l’école, ils sont obligés de travailler pour aider leurs parents… Raoul Avoir a abandonné ses études de Droit, au grand dam de son père, et vivote avec ses amis artistes (Félix Bracquemond, Jules Vallès, Philippe Cattelain, André Gil…). « Tu aurais dû finir tes études de Droit, Raoul, tu serais moins dans la mouise ! – C’est sûr, si j’avais fini mon Droit, vous seriez tous en prison à l’heure qu’il est ! J’aurais été encore plus impitoyable que mon père ! – En attendant de nous condamner, fais-nous voir ton dessin ! » (p. 13).

Raoul – surnommé Mie de pain car il gommait tout le temps ses dessins – est nommé nouveau commissaire du commissariat de Plaisance, réquisitionné par les citoyens dans le 14e arrondissement de Paris. Leur objectif est de « fonder […] une police honnête, estimée de tous, ne s’occupant que d’assurer la sécurité des Parisiens, même des plus pauvres, et de poursuivre les délits et les crimes. » (p. 29). Mais un assassin rôde dans Paris… « Il ne faudrait pas qu’il profite de l’anarchie de votre révolution pour tuer en toute impunité. » (p. 26).

Finalement, c’est une guerre civile entre les militaires attachés au gouvernement replié à Versailles (surnommés les Versaillais, avec un drapeau tricolore) et les citoyens du peuple de Paris (les Communards, avec un drapeau rouge). « La guerre commence… Il va falloir organiser une offensive. On ne va pas les laisser fusiller les nôtres sans régir. » (p. 43). Raoul et ses amis citoyens espèrent une République sociale, du travail, de la nourriture, un toit et la justice pour tous ; ils ont de belles idées mais certains sont parfois excessifs et surtout ils sont considérés comme des terroristes par le gouvernement versaillais mené par Thiers.

Pourquoi Rouges estampes ? La bande dessinée est en noir et blanc mais il y a des esquisses de rouge (par exemple, des nez, des oreilles, ou un chariot que l’on suit de case en case p. 16) et certains dessins sont entièrement dans différents tons de rouge (par exemple, l’artiste tueur en train de peindre sur un corps féminin p. 12). Et pour estampes, un des amis de Raoul, Félix Bracquemond, est peintre, graveur, amateur d’art japonais (il est d’ailleurs l’initiateur du japonisme en France) et il y a des clins d’œil à l’art japonais comme les fleurs de cerisiers. Parmi mes dessins préférés, celui en pleine page du réverbère allumé (p. 33) ou deux estampes en pleine page aussi (p. 98-99).

En mars, j’ai vu le film d’animation Les damnés de la Commune (d’après la bande dessinée de Raphaël Meyssan parue en 2019) et dans Rouges estampes, j’ai retrouvé Victorine, Louise Michel, le peuple parisien qui défend les canons qu’il a lui-même achetés par souscription populaire et les soldats versaillais… « Vous ne tirerez pas sur le peuple ! […] Ne tirez pas les gars ! » (p. 22). Et j’ai encore appris pas mal de petits détails mais ce sont en partie les petites histoires qui font la grande Histoire, n’est-ce pas ?

Mais Rouges estampes n’est pas qu’une bande dessinée historique, des jeunes femmes sont torturées et assassinées et Raoul enquête. Les victimes sont modèle, prostituée, ouvrière… « Les trois crimes pourraient être liés. Toute cette mise en scène abjecte… S’il y a un meurtrier dans la ville, il ne va pas s’arrêter. Il faut prévenir les citoyens. – Si on publie l’information, on risque de créer une panique dans Paris… » (p. 76). En fin de volume, il y a une galerie des personnages et « La mémoire de la Commune ».

C’est grâce à Noctenbule que j’ai découvert cette bande dessinée à la fois historique et policière et je suis ravie d’avoir pu la lire. Les événements se sont déroulés il y a seulement 150 ans et ils furent sanglants… Mais il est bon de les rappeler et, donc, je vous invite à lire cette excellente bande dessinée bien documentée et bien dessinée.

Pour La BD de la semaine et les challenges BD, Des histoires et des bulles (catégorie 18, une BD avec une couleur dans le titre mais elle peut aller aussi dans les catégories 28, 33, 35, 50), Petit Bac 2021 (catégorie Couleur), Polar et thriller 2020-2021.