Le jeudi, c’est musée/expo #22

Le jeudi, c’est musée/expo, ça faisait longtemps ! Je ne suis pas assez régulière pour cette rubrique… Mais, aujourd’hui, jeudi donc, une bonne nouvelle :

La British Library propose une exposition en ligne (gratuite), Harry Potter : une histoire de la magie et c’est ici.

Avant d’être mise en ligne cette exposition était visible du 20 octobre 2017 au 28 février 2018 pour le 20e anniversaire de Harry Potter. Le conservateur de la British Library, Julian Harrison, explique pourquoi cette exposition était importante et comment elle a été mise en place. Vous pourrez découvrir des livres, des illustrations (de Jim Kay, entre autres), de la magie, des vidéos, les croquis et notes de J.K. Rowling, des créatures magiques (chat mais aussi hibou, phénix….), des œuvres d’art, etc.

Je n’ai pas encore tout exploré mais j’y retournerai et j’ai choisi une illustration pour accompagner ce billet (vous pouvez cliquer dessus). Allez visiter cette expo, vous aussi !

Image

Le jeudi, c’est musée/expo #20

Dimanche, je suis allée avec une amie au musée de Valence pour visiter l’exposition temporaire Philolaos : dans l’atelier du sculpteur qui est visible du 1er décembre 2019 au 8 mars 2020.

Ce sculpteur grec est connu, ici, à Valence car il a créé en 1963 les deux châteaux d’eau du parc Jean Perdrix (photo ci-dessous à gauche), sculpture pour laquelle il a reçu le Prix du Quartier de l’Horloge récompensant la meilleure œuvre d’art urbain des années 1970 et considérée comme Patrimoine du XXe siècle.

Alors, Philolaos Tloupas, plus connu sous son (pré)nom d’artiste Philolaos, naît le 4 mars 1923 à Larissa (Grèce) et décède le 18 septembre 2010 à Orsay (région parisienne). Il étudie les Beaux-Arts à Athènes dans la deuxième moitié des années 40 puis fait son service militaire dans la deuxième moitié des années 40 et arrive à Paris au début des années 50 où il intègre l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts avec comme professeur le sculpteur Marcel Gimond, un Ardéchois (1894-1961).

Ses sculptures sont en différentes matières : métal (j’aime moins celles en inox), terre cuite, bois… mais il y a aussi dans cette expo des esquisses, des dessins, des maquettes, des tableaux-reliefs, etc.

Quelques-unes de mes photos illustrent ce billet ; j’espère que vous aimez !

Image

Le jeudi, c’est musée/expo #19

Exposition Lucien et Margerin à la médiathèque La Passerelle de Bourg lès Valence du 7 au 15 janvier 2020 (dernier jour aujourd’hui donc).

Cliquez sur l’image !

Il y a 30 ans, Margerin était invité à Valence et donc 30 ans plus tard…

Cliquez sur l’image !

Une exposition, un concert rockabilly et une rencontre dédicace.

Les vitrines – Cliquez sur l’image !

En bonus, l’arrivée remarquée de Frank Margerin !

La rencontre avec… À gauche, Christophe Ponce, un collectionneur passionné (c’est une partie de sa collection qui est exposée). Au centre, Frank Margerin, il est drôle, il a commencé à Métal Hurlant mais il ne lisait pas spécialement de science-fiction et était ravi de créer un personnage dans un univers rock. À droite, Jacques Chupin, graveur de monnaie à la retraite, passionné de bandes dessinées.

J’avoue que je n’ai jamais lu de BD de Lucien, et vous ?

Image

Le jeudi, c’est musée/expo #18

Un petit billet expo avant la fin de l’année ! C’est que j’ai pris pas mal de retard à vous parler expos alors que mon dernier billet expliquait que la rubrique se modifiait pour traiter musée et expo, c’était ici.

J’ai visité cette expo, Devenir végétal, avec une amie (peintre) et nous avons été impressionnées. Ce sont des peintures de Christine Vadrot qui étaient exposées en juillet à la Maison du Gardien au Parc Jouvet.

Plus d’infos sur l’artiste sur son site officiel avec des galeries.

Les brins d’herbes numériques m’ont vraiment intriguée. Et ce qui symbolise le cloud (les nuages), quelle idée pertinente ! Mais à la fin de l’expo, le soulagement en voyant que tout n’est pas numérique : les brins d’herbes redeviennent végétaux !

Et vous, cette expo vous aurait-elle plu ? Malheureusement vous ne voyez ici qu’un extrait.

Le jeudi, c’est musée #17

Vous vous rendez compte, j’aime beaucoup cette rubrique et j’ai des centaines de photos à y mettre mais je n’arrive pas à l’honorer : aucun billet depuis le 27 septembre 2018 ! Il faut dire que les billets sont assez longs à rédiger et les photos sont extrêmement longues à traiter (recadrer, réduire…). D’ailleurs, je vous rappelle cette phrase que j’avais relevée dans Qaanaaq de Mo Malø : « Derrière son immédiateté trompeuse, la photo était un monstre dévoreur de temps. » (p. 349). De plus, je visite souvent des expos qui ne sont pas au musée : pour l’instant, j’avais mis ce genre de billets dans cette rubrique et je vais continuer. Donc la rubrique change simplement de nom pour devenir Le jeudi, c’est musée/expo et j’espère publier des articles et des photos plus régulièrement ! Je me rends compte que je n’ai même pas de logo pour illustrer ce billet… (est-ce utile d’en créer un ?). Et que pensez-vous de cette rubrique ? (elle a en général moins de succès que les billets personnels ou littéraires). En tout cas, que cette rubrique vous intéresse ou non, je vous souhaite de passer une bonne fin de semaine.

Le jeudi, c’est musée #16

Lors des Journées du Patrimoine, le Centre du Patrimoine Arménien (CPA) – qui avait fermé pour travaux – a rouvert ses portes. Extension de 450 m² à 1100 m² (c’est énorme !), nouvel accueil, habillage de la façade façon arménienne (khatchkars, « stèles en pierre sculptées emblématiques de l’art arménien », comme de la « dentelle de pierre »), auditorium, nouvelle boutique, terrasse et nouveau site bien plus beau que celui d’avant [lien vers le site].

Je vous ai déjà parlé du CPA ici, ici, ici et dans une certaine mesure ici.

Je n’y suis pas allée le samedi 15 septembre puisque j’étais à Mangalaxy (un autre univers !) mais le dimanche 16 avec une copine et nous avons passé un très bel après-midi, fatigant mais enrichissant.

Pour mieux lire, cliquez sur l’image.

Au Centre du Patrimoine Arménien, il y a toujours le parcours permanent concernant la « petite et grande histoire autour du génocide et de l’exil des Arméniens » car de nombreux Arméniens sont arrivés à Valence dans les années 1920. Je reverrai ça une prochaine fois !

Et il y a, comme avant, une exposition temporaire sur les thèmes de l’exil, les migrations, les diasporas et par extension les conflits ou les conditions climatiques qui poussent les populations à partir. Pour la réouverture, l’exposition est Nous et les Autres, des préjugés au racisme (en provenance du Musée de l’Homme) du 15 septembre 2018 au 24 mars 2019 [lien vers le programme en pdf].

Statuettes en bois, Nigéria, fin XIXe-début XXe siècles : militaires et fonctionnaires coloniaux « avec des traits de populations indigènes »

À 16 heures, un beau concert, avec l’Ensemble Geghard Vocal, une chorale venue d’Arménie [lien vers le site de cette chorale] avec un répertoire sacré et profane (vidéo à venir si j’arrive à accéder à ma chaîne YT que je n’ai pas alimentée depuis deux ans…).

Ensemble Geghard Vocal (Arménie)

Et enfin, après l’effort, le réconfort avec une poire Belle-Hélène 🙂

Image

Le jeudi, c’est musée #15

Bon sang, je me rends compte que je n’ai pas publié de billet pour Le jeudi, c’est musée depuis février 2017… Pourtant c’est une rubrique qui me tient à cœur et j’ai visité des musées depuis… Mais en fait, c’est très long de traiter les photographies… Bon, tant pis… Les musées, c’est parfois aussi « hors les murs » et ici, c’est une expo à la Maison du gardien dans le Parc Jouvet à Valence : Schmimblock’s & Block’s Boards – Hervé Tharel – Août 2018 Valence.

Hervé Tharel est un artiste autodidacte étonnant : pas de Beaux-Arts, pas de diplôme technique – quoiqu’il soit horticulteur de formation – mais ses œuvres sont stupéfiantes et superbes ! Voyez par vous-mêmes avec les photos ci-dessous (photos bien sûr prises avec l’autorisation de l’artiste). Une œuvre vous intéresse ? Vous pouvez contacter l’artiste sur son blog et sur sa page FB. Admirez ! (cliquez sur les images).

Le jeudi, c’est musée #14

Premier billet pour Le jeudi, c’est musée depuis le début de l’année… Je vais réfléchir pour publier de façon bimensuelle ou seulement mensuelle.

livreheuresromeCe matin, j’ai participé à une visite professionnelle du fonds patrimonial à la médiathèque de Valence (Drôme). Ce fonds a été enrichi au fil des siècles par les collections de l’Université de Valence créée par le Roi Louis XI en 1452 (elle était très prisée pour le droit, la médecine, les sciences, la théologie et la philosophie mais elle a périclité au moment où l’Université de Grenoble prenait son essor), les collections de l’abbaye de Saint-Ruf, les collections de la Bibliothèque de Valence, ainsi que par des dons et des legs. Des dizaines de milliers de documents dont de la documentation régionale, des manuscrits, des incunables, des cartes de Cassini, des gravures, des plans, des herbiers, des journaux, etc., et bien sûr quelques documents précieux à manipuler avec précaution. Je n’ai pas pu prendre de photos donc je vous renvoie vers les collections en exposition virtuelle en particulier le Livre d’heures à l’usage de Rome (environs de 1440 ou 1480), un livre de prières richement enluminé avec des prières en latin, en français, des miniatures pleine page et un calendrier de Clermont [lien].

En fait, je n’aime pas les vieux livres, leur odeur, leur papier soit tout sec soit humide, mais cette visite était vraiment très intéressante. Si vous avez l’occasion de visiter le fonds patrimonial de votre commune, faites-le, c’est enrichissant !

Image

Le jeudi, c’est musée #13

CoreeLogo7Après les deux chroniques de lectures (Hiver à Sokcho d’Elisa Shua Dusapin et La baignoire de Lee Seung-u), voici le dernier article pour le Challenge coréen (je ferai tout de même un bilan) et aussi le dernier billet 2016 pour la rubrique Le jeudi, c’est musée.

Fin novembre, j’ai visité une exposition de peintures coréennes à l’École Supérieure d’Art et Design (ÉSAD) de Valence. Dix œuvres de Soo Kyoung Lee, artiste de Séoul née en 1969, étaient présentées sur le thème « Les errances de la couleur ». Les couleurs y étaient effectivement déployées dans des formes abstraites surprenantes. En voici trois, voyez par vous-mêmes !

sookyounglee1

sookyounglee2

sookyounglee3

Le jeudi, c’est musée #12

Il y a trois semaines, j’ai visité l’exposition « Tombée dans le paysage » de Mengpei Liu à la galerie des Beaux-Arts à Grenoble. L’expo dure jusqu’au 3 décembre. Mengpei Liu est une charmante jeune Chinoise de 25 ans (elle est née en 1991) originaire de la province Anhui qui a étudié aux Beaux-Arts de Grenoble pendant deux ans, qui a travaillé sur le thème du paysage « shanshui » (montagne-eau) et qui parle très bien le français. Elle étudie maintenant à Paris et s’apprête à peindre des paysages urbains. Vu la qualité de ses tableaux de paysages de montagne, j’ai hâte de voir ça ! Pour la suivre, sa page FB. Et le billet de Lee Rony avec qui j’ai visité l’expo. De mon côté, je vous montre pour l’instant mes deux tableaux préférés : L’arbre et La pluie.

mengpeiliuarbre

mengpeiliupluie