Le jeudi, c’est musée #16

Lors des Journées du Patrimoine, le Centre du Patrimoine Arménien (CPA) – qui avait fermé pour travaux – a rouvert ses portes. Extension de 450 m² à 1100 m² (c’est énorme !), nouvel accueil, habillage de la façade façon arménienne (khatchkars, « stèles en pierre sculptées emblématiques de l’art arménien », comme de la « dentelle de pierre »), auditorium, nouvelle boutique, terrasse et nouveau site bien plus beau que celui d’avant [lien vers le site].

Je vous ai déjà parlé du CPA ici, ici, ici et dans une certaine mesure ici.

Je n’y suis pas allée le samedi 15 septembre puisque j’étais à Mangalaxy (un autre univers !) mais le dimanche 16 avec une copine et nous avons passé un très bel après-midi, fatigant mais enrichissant.

Pour mieux lire, cliquez sur l’image.

Au Centre du Patrimoine Arménien, il y a toujours le parcours permanent concernant la « petite et grande histoire autour du génocide et de l’exil des Arméniens » car de nombreux Arméniens sont arrivés à Valence dans les années 1920. Je reverrai ça une prochaine fois !

Et il y a, comme avant, une exposition temporaire sur les thèmes de l’exil, les migrations, les diasporas et par extension les conflits ou les conditions climatiques qui poussent les populations à partir. Pour la réouverture, l’exposition est Nous et les Autres, des préjugés au racisme (en provenance du Musée de l’Homme) du 15 septembre 2018 au 24 mars 2019 [lien vers le programme en pdf].

Statuettes en bois, Nigéria, fin XIXe-début XXe siècles : militaires et fonctionnaires coloniaux « avec des traits de populations indigènes »

À 16 heures, un beau concert, avec l’Ensemble Geghard Vocal, une chorale venue d’Arménie [lien vers le site de cette chorale] avec un répertoire sacré et profane (vidéo à venir si j’arrive à accéder à ma chaîne YT que je n’ai pas alimentée depuis deux ans…).

Ensemble Geghard Vocal (Arménie)

Et enfin, après l’effort, le réconfort avec une poire Belle-Hélène 🙂

Publicités
Image

Le jeudi, c’est musée #15

Bon sang, je me rends compte que je n’ai pas publié de billet pour Le jeudi, c’est musée depuis février 2017… Pourtant c’est une rubrique qui me tient à cœur et j’ai visité des musées depuis… Mais en fait, c’est très long de traiter les photographies… Bon, tant pis… Les musées, c’est parfois aussi « hors les murs » et ici, c’est une expo à la Maison du gardien dans le Parc Jouvet à Valence : Schmimblock’s & Block’s Boards – Hervé Tharel – Août 2018 Valence.

Hervé Tharel est un artiste autodidacte étonnant : pas de Beaux-Arts, pas de diplôme technique – quoiqu’il soit horticulteur de formation – mais ses œuvres sont stupéfiantes et superbes ! Voyez par vous-mêmes avec les photos ci-dessous (photos bien sûr prises avec l’autorisation de l’artiste). Une œuvre vous intéresse ? Vous pouvez contacter l’artiste sur son blog et sur sa page FB. Admirez ! (cliquez sur les images).

Le jeudi, c’est musée #14

Premier billet pour Le jeudi, c’est musée depuis le début de l’année… Je vais réfléchir pour publier de façon bimensuelle ou seulement mensuelle.

livreheuresromeCe matin, j’ai participé à une visite professionnelle du fonds patrimonial à la médiathèque de Valence (Drôme). Ce fonds a été enrichi au fil des siècles par les collections de l’Université de Valence créée par le Roi Louis XI en 1452 (elle était très prisée pour le droit, la médecine, les sciences, la théologie et la philosophie mais elle a périclité au moment où l’Université de Grenoble prenait son essor), les collections de l’abbaye de Saint-Ruf, les collections de la Bibliothèque de Valence, ainsi que par des dons et des legs. Des dizaines de milliers de documents dont de la documentation régionale, des manuscrits, des incunables, des cartes de Cassini, des gravures, des plans, des herbiers, des journaux, etc., et bien sûr quelques documents précieux à manipuler avec précaution. Je n’ai pas pu prendre de photos donc je vous renvoie vers les collections en exposition virtuelle en particulier le Livre d’heures à l’usage de Rome (environs de 1440 ou 1480), un livre de prières richement enluminé avec des prières en latin, en français, des miniatures pleine page et un calendrier de Clermont [lien].

En fait, je n’aime pas les vieux livres, leur odeur, leur papier soit tout sec soit humide, mais cette visite était vraiment très intéressante. Si vous avez l’occasion de visiter le fonds patrimonial de votre commune, faites-le, c’est enrichissant !

Image

Le jeudi, c’est musée #13

CoreeLogo7Après les deux chroniques de lectures (Hiver à Sokcho d’Elisa Shua Dusapin et La baignoire de Lee Seung-u), voici le dernier article pour le Challenge coréen (je ferai tout de même un bilan) et aussi le dernier billet 2016 pour la rubrique Le jeudi, c’est musée.

Fin novembre, j’ai visité une exposition de peintures coréennes à l’École Supérieure d’Art et Design (ÉSAD) de Valence. Dix œuvres de Soo Kyoung Lee, artiste de Séoul née en 1969, étaient présentées sur le thème « Les errances de la couleur ». Les couleurs y étaient effectivement déployées dans des formes abstraites surprenantes. En voici trois, voyez par vous-mêmes !

sookyounglee1

sookyounglee2

sookyounglee3

Le jeudi, c’est musée #12

Il y a trois semaines, j’ai visité l’exposition « Tombée dans le paysage » de Mengpei Liu à la galerie des Beaux-Arts à Grenoble. L’expo dure jusqu’au 3 décembre. Mengpei Liu est une charmante jeune Chinoise de 25 ans (elle est née en 1991) originaire de la province Anhui qui a étudié aux Beaux-Arts de Grenoble pendant deux ans, qui a travaillé sur le thème du paysage « shanshui » (montagne-eau) et qui parle très bien le français. Elle étudie maintenant à Paris et s’apprête à peindre des paysages urbains. Vu la qualité de ses tableaux de paysages de montagne, j’ai hâte de voir ça ! Pour la suivre, sa page FB. Et le billet de Lee Rony avec qui j’ai visité l’expo. De mon côté, je vous montre pour l’instant mes deux tableaux préférés : L’arbre et La pluie.

mengpeiliuarbre

mengpeiliupluie

Image

Le jeudi, c’est musée #11 (Kandinsky – 1)

kandinsky1935Comme je vous le disais il y a deux semaines, j’ai visité l’expo Kandinsky, les années parisiennes (1933-1944) au Musée de Grenoble (mon billet). L’expo dure du 29 octobre 2016 au 29 janvier 2017. Avec Lee Rony, nous avons décidé de publier tous les deux un billet aujourd’hui sur cette expo… extraordinaire : je ne sais par contre ni de quoi va parler exactement Lee Rony ni quelles œuvres il va montrer (allez voir son billet !). Et de mon côté, je ne sais trop quoi vous dire car je ne suis pas du tout une spécialiste mais je me suis extasiée sur chaque œuvre tellement tout m’a ravie !

Vassily Kandinsky (Василий Васильевич Кандинский soit Vassili Vassilievitch Kandinski) naît le 4 décembre 1866 (100 ans avant moi) à Moscou dans une famille aisée. Dès l’enfance, il est fasciné par les couleurs mais il étudie le Droit et ce n’est qu’en 1896, à l’âge de 30 ans, qu’il commence à étudier la peinture. Il ne reste que très peu de peintures datant de ses débuts en Russie. Ses œuvres connues sont celles de sa période allemande puis de sa période française. Et ce sont les œuvres réalisées à Paris, entre 1933 et 1944, que présente cette expo.

Abstrait, baroque, géométrique (voir Trente ici), biomorphique… Ce qui caractérise la majorité des œuvres exposées (hors les dessins à l’encre noire), ce sont les couleurs, j’adore ! Voici déjà 7 photos (prise avec mon Smartphone donc la qualité n’est pas idéale…) et la suite dans un prochain numéro 😉

kandinsky-survert

Sur vert (avril 1934) : aquarelle et encre de Chine sur papier (Centre Pompidou, Musée national d’art moderne, Paris, France)

kandinsky-brunsupplemente

Brun supplémenté (1935) : huile sur toile (Museum Boijmans Van Beuningen, Rotterdam, Pays-Bas)

kandinsky-compositionix

Composition IX (1936) : huile sur toile (Centre Pompidou, Musée national d’art moderne, Paris, France)

kandinsky-groupement

Groupement (1937) : huile sur toile (Moderna Museet, Stockholm, Suède)

kandinsky-complexitesimple

Complexité simple – Ambiguïté (1939) : huile sur toile (Musée de Grenoble)

kandinsky6-actionsvariees

Actions variées (1941) : technique mixte sur toile (Solomon R. Guggenheim Museum, New York, États-Unis)

kandinsky7-conglomerat

Un conglomérat (1943) : huile et gouache sur carton (Centre Pompidou, Musée national d’art moderne, Paris, France)

Un « détail » sur cette toile de 1943 : « En manque de toiles, je fais de petites choses sur du carton ancien » (Kandinsky, lettre à Pierre Bruguière, 16 octobre 1942). Eh oui, c’est la guerre et Kandinsky peint sur des cartons, du contreplaqué ou du bois, ce qu’il trouve durant cette période de pénurie.

Si vous passez par Grenoble cet automne ou cet hiver, allez-y absolument, c’est grandiose !

Image

De retour de Grenoble (Le jeudi, c’est musée #10)

Une grosse virée à Grenoble aujourd’hui 🙂 Pluie mais excellente journée avec Lee Rony du blog Lire au nid. Un agréable resto vietnamien, deux expos de peintures : Kandinsky (billets ici et ici) et Mengpei Liu (billet ici), et une virée en centre ville 🙂 Je vous souhaite un bon long weekend (durant lequel je vais avancer dans mes cours).

retourgrenoble