Journal de bord 9-2021

Bonjour chers visiteurs,

Après le Journal de bord 01-2021, le Journal de bord 02-2021, le Journal de bord 03-2021, le Journal de bord 04-2021, le Journal de bord 05-2021, le Journal de bord 6-2021, le Journal de bord 7-2021 et le Journal de bord 8-2021, voici le Journal de bord de septembre 2021.

Mois compliqué avec des examens médicaux, des visites d’appartements et bien sûr le travail. Et pas d’événement(s) culturel(s)…

Le nouveau challenge auquel je participe (en plus de ceux auxquels je me suis déjà inscrite et qui continuent) : Mois américain.

Les livres que j’ai lus : Un colosse de Pascal Dessaint (Rivages, 2021, 128 pages). Bel abîme de Yamen Manai (Elyzad, 2021, 120 pages). Napoli mon amour d’Alessio Forgione (Denoël, 2021, 272 pages). Les confluents d’Anne-Lise Avril (Julliard, 2021, 208 pages). Au loin le ciel du Sud de Joseph Andras (Actes Sud, 2021, 112 pages). La jongleuse de Jessica Knossow (Denoël, 2021, 128 pages). Gros de Sylvain Levey (Théâtrales, 2020, 80 pages). Chausson de lune d’Annabelle Fati et Violette Viette (Voce Verso, 2020, 32 pages). L’Octopus et moi d’Erin Hortle (Dalva, 2021, 400 pages). Le roman de Jim de Pierric Bailly (POL, 2021, 255 pages). Ubasute d’Isabel Guterriez (La fosse aux ours, 2021, 128 pages). Un jour viendra de Giulia Caminito (Gallmeister, 2021, 288 pages). Soit 12 livres et 2151 pages.

Les BD et mangas : Le peintre hors-la-loi de Frantz Duchazeau (Casterman, 2021, 96 pages). Airpussy d’Ulli Lust (L’employé du moi, 2020, 40 pages). Les nouvelles aventures de Lapinot 2 – Les herbes folles de Lewis Trondheim (L’Association, 2019, 368 pages). Blanc autour de Wilfrid Lupano et Stéphane Fert (Dargaud, 2021, 144 pages). Le Club des amis 1 de Sophie Guerrive (2024, 2020, 56 pages). Terrarium 1 de Yuna Hirasawa (Glénat, 2021, 176 pages). Soit 6 livres et 880 pages.

Soit 18 lectures dont 6 BD et 3031 pages.

Les livres que j’ai achetés : Epsil∞n n° 4 d’octobre 2021. Avec le déménagement qui se profile, ce n’est pas le moment d’acheter des livres !

Les films que j’ai vus : j’ai pas mal lu et il y avait plusieurs nouvelles séries donc je n’ai vu qu’un film, Monsters réalisé par Gareth Edwards en 2010, un bon film de science-fiction avec des créatures extraterrestres.

Télévision : comme d’habitude, en soirée avec Arte, documentaire (souvent animalier ou touristique) puis journal télévisé puis 28’ (mais, le dimanche soir, je regarde souvent le journal de France2). Quelques émissions musicales ou concerts sur France2 ou Arte.

Les séries que j’ai vues : Les nouvelles séries sont Legacies saison 3 sur Syfy (série fantastique états-unienne), Les invisibles sur France2 (série policière française), One Lane Bridge sur Arte (série policière néo-zélandaise), Dr Harrow saison 3 sur M6 (série policière australienne), Les enquêtes de Murdoch saison 14 sur France3 (série policière canadienne), L’absente sur France2 (série dramatique et policière française), The Watch sur Syfy (série fantasy états-unienne inspirée de Terry Pratchett) et L’homme de la chambre 301 sur Arte (série dramatique finlandaise).

Je n’ai pas regardé Mensonges (série française sur TF1), Petits meurtres entre frères (série britannique sur Arte), El Embarcadero (série espagnole sur TF1 Séries Films), Une mère parfaite (série française sur TF1), Crimes parfaits (série française sur France3) et Fugueuse (série française sur TF1), peut-être que ces séries étaient bien ?

J’espère que ce neuvième Journal de bord de l’année vous a intéressés et je vous souhaite un beau mois d’octobre.

< – Journaux de bord 2020. < – Journal de bord 01-2021. < – Journal de bord 02-2021. < – Journal de bord 03-2021. < – Journal de bord 04-2021. < – Journal de bord 05-2021. < – Journal de bord 6-2021. < – Journal de bord 7-2021. < – Journal de bord 8-2021.

Journal de bord 8-2021

Bonjour chers visiteurs,

Après le Journal de bord 01-2021, le Journal de bord 02-2021, le Journal de bord 03-2021, le Journal de bord 04-2021, le Journal de bord 05-2021, le Journal de bord 6-2021 et le Journal de bord 7-2021, voici le Journal de bord d’août 2021.

Deux premières semaines d’août, travail, chaleur caniculaire, épuisée… Deux semaines suivantes, vacances bien méritées, repos, lectures… Des photos, un atelier d’écriture, des tags et des marathons. Mais quelques petits problèmes (je vais dire logistiques) la deuxième semaine des vacances… 31 août, reprise (laborieuse parce que j’ai l’impression d’être plus fatiguée qu’avant les congés et, en fait, ce n’est pas qu’une impression…).

23 août. Invitée par Atasi – du blog Inde en livres – à rejoindre le groupe Littératures indiennes et littérature sur l’Inde créé le 19 août sur FB, j’ai accepté, ce sera une (des) occasion(s) de découvertes et d’échanges.

Les nouveaux challenges auxquels je participe (en plus de ceux auxquels je me suis déjà inscrite et qui continuent) : pas de nouveau(x) challenge(s) en août.

Les livres que j’ai lus : Un hiver de coyote de Marie-Lazarine Poulle (Transboréal, 2021, 200 pages). Une loge en mer de Magali Desclozeaux (Éditions du Faubourg, 2021, 176 pages). La sorcière des marais de Karine Guiton (Didier jeunesse, 2021, 128 pages). Le cri de l’oiseau de Nadeem Aslam (Seuil, 2015, 288 pages). Livret de famille de Magyd Cherfi (Actes Sud, 2004, 72 pages). Trinity, Trinity, Trinity d’Erika Kobayashi (Damva, 2021, 220 pages). Quand nous nous réveillerons d’entre les morts de Henrik Ibsen (Actes Sud-Papiers, 2005, 80 pages). Maudit soit l’Éternel ! de Thierry Marignac (ActuSF, 2008, 80 pages). Une histoire pour l’Europe de Will Self (Mille et une nuits, 1998, 48 pages). Le fantôme de Franck Thilliez (numérique, 2007, 7 pages). Epsil∞n n° 1 (Unique Héritage Média, 2021, 100 pages). Mars violet d’Oana Lohan (Les éditions du Chemin de fer, 2021, 176 pages). Les oiseaux du temps d’Amal El-Mohtar et Max Gladstone (Mu, 2021, 192 pages). Ma sœur Mongsil de Kwon Jung-saeng (Decrescenzo, 2021, 200 pages). Éclaircir les ténèbres de Nicolas Bouchard (Snag, 2018, 408 pages). Le corbeau d’Oxford de Faith Martin (Harper Collins, 2019, 306 pages). La valise de Sergueï Dovlatov (La Baconnière, 2021, 176 pages). Le jardin de Hye-young Pyun (Rivages, 2019, 160 pages). Son espionne royale et la fiancée de Transylvanie de Rhys Bowen (Robert Laffont, 2020, 360 pages). Inspection de Josh Malerman (Calmann Lévy, 2020, 464 pages). Soit 3841 pages.

Les BD et mangas : La tour fantôme (tomes 1 à 3) de Tarô Nogizaka (Glénat, 2014, 224 pages chacun soit 672 pages). Dessiner encore de Coco (Les Arènes BD, 2021, 352 pages). L’azalée de Ga-Yan et Shin Ji-sang (Kidari Studio, 2017, 58 pages). Titeuf 17 – La grande aventure de Zep (Glénat, 2021, 64 pages). L’étranger de Jacques Ferrandez d’après l’œuvre d’Albert Camus (Gallimard, 2013, 136 pages). Melvina de Rachele Aragno (Dargaud, 2020, 192 pages). Les oubliés de Prémontré de Jean-Denis Pendanx et Stéphane Piatzszek (Futuropolis, 2018, 104 pages). Le Petit Prince de Joann Sfar d’après l’œuvre d’Antoine de Saint-Exupéry (Gallimard, 2008, 112 pages). Atar Gull ou le destin d’un esclave modèle de Nury et Brüno d’après l’œuvre d’Eugène Sue (Dargaud, 2011, 88 pages). Soit 1778 pages.

Soit 31 lectures dont 11 BD et 5619 pages. Plusieurs notes de lectures seront publiées en septembre.

Les livres que j’ai achetés: Epsil∞n n° 3 de septembre 2021 (j’ai parlé du n° 1 ici mais je n’ai pas eu le temps de lire le n° 2). En fin de mois, j’ai reçu la bande dessinée Le peintre hors-la-loi de Frantz Duchazeau (merci à Lecteurs.com) ainsi que Oh my cats ! de Kotsubu Sakaki et Le neveu d’Amérique de Luis Sepúlveda (merci à Noctenbule).

Les films que j’ai vus : Venise n’est pas en Italie réalisé par Ivan Calbérac en 2019 est une comédie franco-belge avec Benoît Poelvoorde qui m’a fait (pas rire mais) sourire (Ivan Calbérac a adapté son roman éponyme paru en 2017). La maison au bout de la rue réalisé par Mark Tonderai en 2012 est un thriller canadien et états-unien assez angoissant (il est classé dans le genre horreur) dans lequel j’ai eu la surprise de voir Max Thieriot qui joue dans la série Seal Team (que je regarde sur M6). Osez Bashung ! réalisé par Gautier et Leduc en 2021 est un film documentaire sur Bashung, l’homme et ses chansons, un bel hommage, émouvant.

 Télévision : comme d’habitude, en soirée avec Arte, documentaire (souvent animalier ou touristique) puis journal télévisé puis 28’ (mais, le dimanche soir, je regarde souvent le journal de France2). Quelques émissions musicales ou concerts (pas toujours regardés entièrement) comme Les Estivales de CultureBox (France2).

Les séries que j’ai vues : j’ai terminé Most Wanted Criminals (TF1), Prodigal Son saison 2 (TF1), Blacklist saison 7 (TF1), L’amie prodigieuse saison 2 (France2) et Seal Team saison 2 (M6). Les nouvelles séries sont Ils étaient dix, série thriller française en 6 épisodes sur France 3 d’après Agatha Christie sur M6, une série presque gore. Un espion très recherché, excellente série d’espionnage tchèque en 6 épisodes sur Arte. Commissaire Montalbano saison 14, série policière italienne en 2 épisodes (2 films d’1 h 45 chacun) sur France3, Montalbano toujours égal à lui-même et les décors de la Sicile. La grande histoire des peuples d’Amérique, une série documentaire en 4 épisodes sur (tous) les Amérindiens diffusée sur Arte (non seulement les images étaient superbes mais j’ai appris énormément de choses).

Vous remarquerez que moins de films et moins de séries = plus de lectures.

J’espère que ce huitième Journal de bord de l’année vous a intéressés et je vous souhaite un beau mois de septembre et une bonne rentrée/reprise.

<- Journaux de bord 2020. <- Journal de bord 01-2021. < – Journal de bord 02-2021. < – Journal de bord 03-2021. < – Journal de bord 04-2021. < – Journal de bord 05-2021. < – Journal de bord 6-2021. < – Journal de bord 7-2021.

Tag abécédaire vu chez Marlabis

Nota : je me suis connectée jeudi, j’ai répondu à un mail et… plantage, plus de wifi, donc je n’ai pas pu programmer les billets que j’avais prévus pour vendredi (celui-ci donc qui est publié avec un jour de retard) et celui de samedi (qui est publié dans la journée au lieu du matin). Vous m’en voyez désolée, et surtout j’espère que je n’aurai plus de problème avec l’ordi (qui se fait vieux…).

Un tag amusant et facile vue chez Marlabis en début de semaine, je me suis laissée tenter et ce tag peut être corsé avec des consignes genre que des noms communs ou que des noms propres. En fait, j’ai décidé d’y répondre avec seulement des fruits (ou des baies) que j’aime, je vais voir si c’est possible (oui, j’ai réussi mais j’ai dû parfois utiliser le nom scientifique, dans ces cas-là il est en italique, en fait il y en a 5 sur 26 lettres).

A comme abricot : j’aime beaucoup ce fruit et j’en fais souvent de la confiture mais cette année il n’y en a pas eu beaucoup.

B comme banane : j’en mange une pratiquement tous les matins au petit-déjeuner.

C comme citron : le matin, à jeun, je presse un demi-citron dans une tasse et je verse de l’eau chaude dessus, je le bois et ensuite je mange la banane.

D comme datte : je les aime plutôt fraîches que séchées.

E comme épine-vinette : c’est apparemment le seul fruit en e, qui se consomme en infusion ou en épice mais je n’en ai jamais vu.

F comme framboise : un de mes fruits préférés (mais j’aime aussi la figue).

G comme groseille : ah, j’allais cueillir des groseilles lorsque j’étais enfant, tartes et confiture (gelée plutôt), miam.

H comme hylocereus undatus ou pitaya ou fruit du dragon : je n’en ai consommé que dans des jus de fruits mélangé avec du citron (spécialité d’Amérique centrale).

I comme icaque : c’est un fruit exotique, petit et rose, mais je ne suis jamais allée aux Antilles et je n’en ai jamais goûté.

J comme jujube : je n’en ai jamais consommé tel quel mais dans des gâteaux asiatiques (chinois) ou orientaux.

K comme kiwi : je l’aime vert ou jaune et avec ses petits pépins.

L comme litchi : j’aime bien mais parfois ils ont un goût… pharmaceutique (je pense que c’est lorsqu’ils sont trop mûrs).

M comme mandarine : un de mes fruits préférés, je m’en régale tout l’hiver.

N comme noix : j’aime toutes les noix et les fruits secs.

O comme orange : très bonne à consommer en fruit, en jus, en tarte, en confiture.

P comme poire : j’aime lorsqu’elles ne sont pas trop dures, en compote ou en tarte (hum… poire amandine).

Q comme quenette : mais je n’ai jamais goûté ce fruit qui ressemble à un petit citron vert.

R comme raisin : blanc, rouge, français ou italien, c’est bon et dans une bonne bouteille de vin aussi (avec modération bien sûr).

S comme sureau : j’en ai déjà consommé en infusion, c’est bon au goût et bon pour la santé.

T comme tomate : idéale froide (apéritif, salades) ou chaude (tartes salées, tian, sauces…).

U comme ugni molinae ou goyage du Chili : un petit fruit rouge dont le goût ressemble à celui de la fraise, je serais curieuse d’y goûter.

V comme vaccinium corymbosum ou myrtille : j’aime beaucoup, en fruit, en tarte, en confiture.

W comme wampi : je suis sûre que j’aimerais cette petite agrume mais on ne la trouve qu’en Asie du Sud-Est.

X comme ximenia americana ou citron de mer : je n’ai jamais goûté ce fruit (qui porte mal son nom puisqu’on ne le trouve pas en Amérique mais en Afrique) mais j’aimerais bien (j’ai lu qu’en infusion, c’est très bon pour l’estomac).

Y comme yuzu : ah, que j’aime ce fruit japonais (et coréen) mais on n’en trouve pas ici (j’en ai parlé ici).

Z comme ziziphus mauritiana ou pomme-surette est un fruit tropical que j’aimerais bien goûter.

J’espère que vous aimez ce tag avec les fruits, je pourrai le refaire avec une autre thématique (et vous aussi d’ailleurs !) si vous avez des idées.

Tag je blogue

Tag vu chez Soène hier, je me suis dit que les questions étaient sympas pour y répondre en cette période estivale.

1/ As-tu une ligne éditoriale pour ton blog ? Si oui, quelle est-elle ?

PatiVore n’est pas un journal ou un magazine alors pas de ligne éditoriale mais mes mots d’ordre sont le plaisir, la culture et le partage, ça vous va ?

2/ Pourquoi avoir choisi ce titre pour ton blog ?

PatiVore me convient très bien : Pati c’est pour Patricia (mon prénom) et Vore c’est pour dévore !

3/ Pourquoi avoir choisi cette en-tête pour ton blog ?

Ben, en fait, il n’y a pas d’en-tête, simplement le titre, PatiVore, et le sous-titre « Pati dévore la vie, les livres… et le chocolat ! ».

4/ En moyenne, combien de temps mets-tu pour rédiger un billet ?

Je ne calcule pas (quand on aime, on ne compte pas, n’est-ce pas ?), ça peut être rapide si c’est simplement un court texte et une photo et ça peut être plus long si c’est une longue chronique de lecture avec des recherches (en particulier sur l’auteur mais parfois aussi sur un thème), des extraits à noter, etc.

5/ Combien de temps consacres-tu à ton blog par jour ?

Si je suis disponible, je me connecte tous les jours, mais avec le travail toute la journée devant un ordinateur, parfois je n’allume pas le mien le soir (ou même le week-end). Mais, en moyenne, je dirais entre une et deux heures par jour.

6/ Ton moment préféré pour écrire ?

Le soir ou le week-end.

7/ Considérant le nombre de visiteurs et de commentaires pour cette catégorie, tu pourrais la laisser tomber sans que le blog en souffre ?

Non, je réponds à des tags régulièrement, c’est amusant et les retours sont bons.

8/ Qui m’aime me suive. Préfères-tu avoir une grande affluence diversifiée ou le même gang de fidèles ?

Bah, je ne suis pas parmi les blogs les plus fréquentés, mes fidèles lecteurs sont supers et il y a aussi des lecteurs occasionnels, c’est bien et je pense que c’est pareil pour beaucoup de blogs qui en valent le coup. Et aussi, plus d’affluence signifie plus de blogs à visiter et parfois le temps manque…

9/ Tu as déjà pensé à devenir booktuber ?

Non, je n’aime pas me montrer, me mettre en avant physiquement, je préfère mettre en avant la culture, les livres, les expos, la musique, etc. (je rajoute les films et les séries).

10/ Tu as déjà pensé mettre la clé sous la porte pour ton blog ? Si oui, pourquoi ? Et pourquoi continuer ?

Ouh la, ça fait trois questions en une ! Alors pour ce blog (qui a fêté ses 5 ans en mai), non, je n’y ai pas pensé mais pour le blog précédent, oui, parce qu’il ne me correspondait plus, je ne m’y reconnaissais plus et la plate-forme ne me convenait plus… Alors j’ai arrêté trois ou quatre mois et puis bloguer m’a manqué donc j’ai changé de plate-forme. Je suis bien sur PatiVore et j’essaie de ne pas tomber dans la routine, pour moi et pour mes lecteurs fidèles ou occasionnels. J’espère que c’est réussi !

Voilà, je sais que pas mal de blogueurs aiment ces tags qui permettent d’en savoir un peu plus alors n’hésitez pas à commenter et à participer vous aussi ! Je vous souhaite en tout cas un bon week-end !

Journal de bord 7-2021

Bonjour chers visiteurs,

Après le Journal de bord 01-2021, le Journal de bord 02-2021, le Journal de bord 03-2021, le Journal de bord 04-2021, le Journal de bord 05-2021 et le Journal de bord 6-2021, voici le Journal de bord de juillet 2021.

Un mois de juillet qui a commencé bizarrement avec une météo d’automne… puis des journées de chaleur dans la deuxième moitié (30°, 31°, 32°, 35° mais nous avons eu pire les années précédentes), comme d’habitude atelier d’écriture, rendez-vous photographiques, lectures bien sûr (voir ci-dessous) mais aussi deux concerts, le Duo Mathis et le Duo Fazaz, et une belle expo.

Le nouveau challenge auquel je participe (en plus de ceux auxquels je me suis déjà inscrite et qui continuent) : Polar et thriller 2021-2022.

Les livres que j’ai lus : Comme des bêtes de Violaine Bérot (Buchet-Chastel, 2021, 160 pages). La fleur perdue du chaman de K de Davide Morosinotto (L’école des loisirs, 2021, 544 pages). L’anomalie de Hervé Le Tellier (Gallimard, 2020, 336 pages). La cité du Soleil de Tommaso Campanella (1602, 80 pages). Curiosity et L’Agrandirox de Sophie Divry (Noir sur Blanc, 2021, 112 pages). Le mystère des pingouins de Tomihiko Morimi (Ynnis, 2020, 464 pages). Journal d’un jeune naturaliste de Dara McAnulty (Gaïa, 2021, 240 pages). Le Murder Club du jeudi de Richard Osman (JC Lattès, 2021, 432 pages). Le chameau de la bibliothèque de Karine Guiton (Didier Jeunesse, 2021, 96 pages). Soit 2464 pages.

Les BD et mangas : Little Nemo 1905-2005 – Un siècle de rêves (Les impressions nouvelles, 2005, 104 pages). Grand silence de Sandrine Revel et Théa Rojzman (Glénat, 2021, 128 pages). Alerte 5 de Max de Radiguès (Casterman, 2021, 192 pages). SuperGroom 1 – Justicier malgré lui de Vehlmann et Yoann (Dupuis, 2020, 88 pages). La fugue de Pascal Blanchet (La Pastèque, 2005, 136 pages). Soit 648 pages.

Soit 14 lectures dont 5 BD et 3112 pages. Les notes de lectures en retard seront publiées en août.

Le livre que j’ai acheté : le nouveau magazine scientifique Epsil∞n n° 2 d’août 2021 (même si je n’ai pas encore lu le n° 1 paru le mois dernier, simplement feuilleté).

Les films que j’ai vus : Parasite réalisé par Bong Joon-ho en 2019 est un film sud-coréen inclassable mais extraordinaire (j’ai aimé tous ses films que j’ai vus depuis Memories of Murder au début des années 2000). J’ai vu deux films catastrophe norvégiens : Bølgen ou The Wave (La vague) réalisé par Roar Uthaug en 2015 est un film inspiré d’un fait réel (un glissement de terrain et une énorme vague dans le fjord du Tafjord et du Norddalsfjord en 1934, 40 morts) et qui le transpose en 2015 (cette région est sous surveillance car cela peut se reproduire à tout moment) et la suite, Skjelvet ou Quake (Le tremblement de terre) réalisé par John Andreas Andersen en 2018 est du même genre (un tremblement de terre a détruit une partie d’Oslo en 1904) et transposé en 2018 avec les mêmes acteurs principaux (la famille du géologue) et la possibilité d’un tremblement de terre encore plus puissant et dangereux. Ces deux films sont très beaux visuellement : magnifiques paysages du fjord de Geiranger pour Bølgen et visite (dangereuse) d’Oslo pour Skjelvet, et valent bien les films catastrophe états-uniens.

Télévision : comme d’habitude, en soirée avec Arte, documentaire (souvent animalier ou touristique) puis journal télévisé puis 28’ (mais, le dimanche soir, je regarde souvent le journal de France2). Quelques morceaux d’émissions musicales comme Basique ou Taratata (France2) ou des concerts (France2 ou Arte).

Les séries que j’ai vues : j’ai terminé Agatha Raisin saison 3 (France3), Hawaii 5.0 saison 10 (M6, 10 ans avec cette série qui a toujours su se renouveler avec de l’action, de l’humour et de nouveaux acteurs supplémentaires, je suis un peu triste qu’elle soit terminée), La meute, la série policière chilienne (Arte), The Outpost saison 3 (Syfy). Les nouvelles séries sont Most Wanted Criminals, série policière états-unienne en 14 épisodes sur TF1 (je n’avais pas regardé les autres séries avec cet acteur, Julian McMahon, mais ici les enquêtes du FBI sont intéressantes et diversifiées). Prodigal Son saison 2, série policière états-unienne atypique en 13 épisodes. Blacklist saison 7 sur TF1, série policière états-unienne que je retrouve toujours avec plaisir (en replay car elle passe tard…). L’amie prodigieuse saison 2, série dramatique italienne ‘en 8 épisodes (d’après les romans d’Elena Ferrante que je n’ai pas lus) sur France2. Seal Team saison 2, série action (militaire) états-unienne en 22 épisodes, j’avais bien aimé la première saison, les acteurs son attachants, mais il va y avoir des pertes…

J’espère que ce septième Journal de bord de l’année vous a intéressés et je vous souhaite un beau mois d’août.

<- Journaux de bord 2020. <- Journal de bord 01-2021. < – Journal de bord 02-2021. < – Journal de bord 03-2021. < – Journal de bord 04-2021. < – Journal de bord 05-2021. < – Journal de bord 6-2021.

Journal de bord 6-2021

Bonsoir à vous, c’est avec 3 jours de retard que je publie ce journal de bord car je n’avais pas terminé les rubriques films et séries. Après le Journal de bord 01-2021, le Journal de bord 02-2021, le Journal de bord 03-2021, le Journal de bord 04-2021 et le Journal de bord 05-2021, voici le Journal de bord de juin 2021.

Un « petit » mois avec deux ateliers d’écriture (les Plumes et le Défi du 20), deux rendez-vous photographiques hebdomadaires (le lundi et le samedi), deux marathons de lecture, quelques coups de… (vent, blues, cœur, gueule) et un premier Papotage de lecture. La reprise du travail en présentiel le 8 juin, une animation littéraire avec les résultats du Prix La Passerelle 2021 et une expo.

Les nouveaux challenges auxquels je participe (en plus de ceux auxquels je me suis déjà inscrite et qui continuent) : le Mois anglais (10e édition !), le Challenge de l’été (Tour du monde) #2 et le S4F3 #7.

Les livres que j’ai lus : Sa Majesté mène l’enquête 1 – Bal tragique à Windsor de S.J. Bennett (Presses de la Cité, 2021, 352 pages). Toto ninja chat 1 – L’évasion du cobra royal de Dermot O’Leary (Gallimard, 2019, 208 pages). Le silence de Don DeLillo (Actes Sud, 2021, 112 pages). L’été de la sorcière de Nashiki Kaho (Philippe Picquier, 2021, 168 pages). La librairie de tous les possibles de Shinsuke Yoshitake (Milan, 2018, 104 pages). Le Chancellor : journal du passager J.-R. Kazallon de Jules Verne (Omnibus, 2001, 154 pages). Maître Zacharius ou l’horloger qui avait perdu son âme de Jules Verne (Ouest France, 2000, 70 pages). Quand viendra la vague d’Alice Zeniter (L’Arche, 2019, 80 pages). Le Ladies Football Club de Stefano Massini (Globe, 2021, 192 pages). Soit 1440 pages.

Les BD et mangas : Raven & l’ours 2 de Bianca Pinheiro (La boîte à bulles, 2018, 80 pages). Solo 1 – Les survivants du chaos d’Oscar Martin (Delcourt, 2014, 128 pages). Avant de partir de Mi-Jin Jung et Ja-Seon Gu (Sarbacane, 2019, 64 pages). Wandering Souls de Zelihan (H2T, tome 1, 2020, 228 pages, tome 2, 2021, 212 pages soit 440 pages en tout). Le souffle du géant de Tom Aureille (Sarbacane, 2021, 160 pages). Le baron perché de Claire Martin (Jungle, 2021, 128 pages). Soit 1000 pages.

Soit 16 lectures dont 7 BD et 2440 pages (quelques notes de lectures seront publiées en juillet).

Les livres que j’ai acheté: Sa Majesté mène l’enquête 1 – Bal tragique à Windsor de S.J. Bennett et Toto ninja chat 1 – L’évasion du cobra royal de Dermot O’Leary pour le Mois anglais #10 + Miaou n° 15 (juillet-août 2021) et Epsiloon n° 1 (nouveau magazine d’actualité scientifiques, juillet 2021).

Les films que j’ai vus : Kin le commencement réalisé par Josh et Jonathan Baker en 2018 est un film de science-fiction américain et canadien dont j’avais vu la bande annonce au cinéma et qui se laisse regarder, j’imagine qu’il y aura une suite (ou pas). Imposture réalisé par Julien Despaux en 2017 est un drame français avec Alice/Laura Smet qui se bat pour récupérer son identité volée par une autre femme. Les films documentaires sont Le roman de Renan réalisé par Anne Gintzburger en 2020 sur Renan, un enfant brésilien de 10 ans, adopté par Philippe et François après six ans de combat, Sapiens et la musique fut et Échos de l’Antiquité, deux films sur Arte sur l’histoire de la musique dans la Préhistoire et l’Antiquité (j’ai appris des choses surprenantes).

Télévision : comme d’habitude, en soirée avec Arte, documentaire (souvent animalier) puis journal télévisé puis 28’ (mais, le dimanche soir, je regarde souvent le journal de France2). Quelques morceaux d’émissions musicales comme Basique ou Taratata (France2) ou concerts d’Arte, et j’ai regardé La fête de la musique à Roland Garros sur France2 pour la 40e édition (même s’il y avait des artistes que je n’aime pas, j’ai trouvé que c’était pas mal). D’ailleurs, en parlant de Roland Garros, j’ai aussi vu quelques images du tennis mais aucun match complet.

Les séries que j’ai vues : j’ai terminé Almost Paradise (13e rue), Astrid et Raphaëlle saison 2 (France2), Bull saison 5 (M6), Luther (TF1) et Wynonna Earp saison 4 (Syfy), il ne me reste que 3 épisodes de Hawaii 5.0 saison 10 (dernière saison). J’ai commencé Blacklist Redemption, une série américaine thriller en 8 épisodes mais j’ai réalisé que je l’avais déjà vue donc je n’ai pas continué. Les nouvelles séries sont Agatha Raisin saison 3, série policière anglaise en 4 épisodes (chaque épisode dure 1 heure et demie) sur France3, série adaptée des romans de MC Beaton, The Outpost saison 3, série américaine de fantasy en 13 épisodes sur Syfy, La meute, série policière chilienne (c’est la première fois que je vois une série chilienne) en 8 épisodes sur Arte (très violent et il faut que je vois la suite en replay). J’ai commencé à regarder en replay The hunt for a killer, série policière suédoise en 6 épisodes diffusée sur 13e rue mais je n’ai pas eu le temps de regarder la suite (peut-être que le replay est encore disponible).

J’espère que ce sixième Journal de bord de l’année vous a intéressés et je vous souhaite un beau mois de juillet.

<- Journaux de bord 2020. <- Journal de bord 01-2021. < – Journal de bord 02-2021. < – Journal de bord 03-2021. < – Journal de bord 04-2021. < – Journal de bord 05-2021.

Papotage de lecteur #1

Attention, ce n’est pas moi qui ai créé cette rubrique, Papotage de lecteur ! C’est Cécile du blog La bougie de Vinâyaka (+ lien vers son billet papotage).

Pour ce premier papotage, Cécile nous demande donc de papoter « sur l’histoire de notre rencontre à la lecture parce que ça peut paraître évident pour beaucoup mais la vie est bien plus complexe qu’il n’y paraît, qu’on ne veut le croire ou s’en rappeler et je trouve intéressant de comprendre que tous les chemins ne sont pas linéaires. Ça ne peut que permettre plus d’ouverture d’esprit et d’empathie. »

Contrairement à toi, Cécile, mes parents (et grands-parents) ne me lisaient pas d’histoires (ou alors j’étais nourrisson et je ne m’en rappelle plus) mais m’ont appris très tôt à les lire moi-même (albums illustrés animaliers et contes). Donc, à l’âge de 3 ans, je connaissais les lettres, les syllabes et j’arrivais déjà à lire les mots simples des albums illustrés pour enfants. Bien sûr j’étais aidée pour les mots que je ne connaissais pas encore et pour les mots plus compliqués. La consigne était de demander et de chercher le mot inconnu dans le dictionnaire pour connaître son sens (j’en ai gardé un intérêt pour la linguistique et l’étymologie). Alors, pour moi, la lecture représente l’apprentissage, l’autonomie, la découverte, le plaisir, le fait de me sentir grande aussi (de pouvoir lire comme les grands). Lorsque je suis entrée à l’école, je savais déjà lire mais je ne me suis jamais ennuyée et j’ai toujours continué de lire (même si parfois, j’ai des périodes durant lesquelles je lis moins pour une raison ou une autre). Et la lecture est toujours restée pour moi, un plaisir, une découverte (nouveaux auteurs, nouveaux titres, nouveaux éditeurs, nouveaux pays surtout, nouveaux horizons…).

Et pour vous ?

Journal de bord 5-2021

Bonsoir à vous,

Après le Journal de bord 01-2021, le Journal de bord 02-2021, le Journal de bord 03-2021 et le Journal de bord 04-2021, voici le Journal de bord de mai 2021.

L’anniversaire du blog (le 1er mai) avec un petit concours (5 gagnants), une interview de moi chez Noctenbule (à propos de bandes dessinées et de mangas), un tag La place des livres dans ma vie, des lectures (voir ci-dessous), des ateliers d’écriture, quelques coups de blues, des marathons de lecture et des photos. Un mois de mai tout simple (avec une opération sous anesthésie générale quand même) et j’espère que juin verra le retour des sorties, musées, expos, tout ça, et des beaux jours (parce qu’il n’y a pas eu très beau temps en avril et en mai…).

Les nouveaux challenges auxquels je participe (en plus de ceux auxquels je me suis déjà inscrite et qui continuent) : à noter que Un mois au Japon (avril) a continué en mai (comme l’année dernière), Lire en thème 2021 (billet publié fin avril mais le challenge commençait le 1er mai), Challenge Cottagecore (un tout nouveau challenge créé par MissyCornish) et bien sûr les habituels Mois espagnol et Mois italien (même billet pour les deux).

Les livres que j’ai lus : Fantômes et samouraïs – Hanshichi mène l’enquête à Edo d’OKAMOTO Kidô (Picquier poche, 2007, 464 pages). Histoire d’une mouette et du chat qui lui apprit à voler de Luis Sepúlveda (Métailié, 2012, 126 pages). Le dernier loup de László Krasznahorkai (Cambouraki, 2019, 80 pages). Robogenesis de Daniel H Wilson (OutreFleuve, 2017, 496 pages). Le petit loup de papier de Céline Person et Francesca Dafne Vignaga (Circonflexe, 2018, 32 pages). Le chat blanc et le moine de Jo Ellen Bogart et Sydney Smith (Kaléidoscope, 2017, 32 pages). Extincta de Victor Dixen (Robert Laffont, 2019, 608 pages). Ah ! La belle journée ! d’Elena Pavlovna Gertik (Flammarion, 1934, 30 pages). Patte de velours, œil de lynx de Maria Ernestam (Gaïa, 2015, 120 pages). Une famille comme il faut de Rosa Ventrella (Pocket, 2020, 336 pages). Soit 2324 pages.

Les BD et mangas : Big Girls de Jason Howard (404 éditions, 2021, 295 pages). Magus of the Library (tomes 1 à 4) de Mitsu Izumi (Ki-oon, 2019, 802 pages). Willis from Tunis – 10 ans et toujours vivant ! de Nadia Khiari (Elyzad, 2020, 296 pages). La légende de Songoku d’Osamu Tezuka (Delcourt, 2007, tomes 2 à 4, 896 pages). Rouges estampes : une enquête pendant la Commune de Paris de Jean-Louis Robert, Carole Trébor et Nicola Gobbi (Steinkis, 2021, 128 pages). Soit 2417 pages.

Soit 20 lectures dont 10 BD et 4741 pages.

Les livres que j’ai achetés : Une famille comme il faut de Rosa Ventrella (Pocket, 2020) et La liberté au pied des oliviers de Rosa Ventrella (Pocket, 2021) pour le Mois italien (mais je n’ai pas eu le temps de lire le 2e titre). Histoire d’une mouette et du chat qui lui apprit à voler de Luis Sepúlveda (Métailié, 2012) pour le Mois espagnol et sud américain. Sang chaud de Kim Un-su (Points, 2021) pour le Challenge coréen #2. J’ai reçu Ida n’existe pas d’Adeline Fleury aujourd’hui de la part de Lecteurs.com (je n’attendais pas ce livre, ce fut la surprise du jour dans ma boîte aux lettres, merci à la Fondation Orange).

Les films que j’ai vus : Novela Negra, le polar latino, très bon film documentaire réalisé par Andreas Apostolides (Grèce). La malédiction d’Ishtar réalisé par Sam Yates en 2019, très bon film anglais qui imagine la rencontre entre Agatha Christie et l’archéologue Max Mallowan à Bassorah en Irak en 1928 et les meurtres qu’ils vont résoudre ensemble. Par contre j’ai moins aimé Les meurtres de minuit réalisé par Joe Stephensen en 2019 qui se déroule plus tard, en 1940 à Londres durant le Blitz (pourtant c’est un huis-clos qui aurait dû me plaire). Moi Daniel Blake réalisé par Ken Loach en 2016 est un film dramatique franco-britannique qui m’a émue (les chômeurs britanniques sont considérés de façon cruelle et abandonnés à leur triste sort surtout s’ils ne rentrent pas dans les cases…) et le documentaire qui suivait le film, Il était une fois Moi Daniel Blake (Arte). La forme de l’eau réalisé par Guillermo del Toro en 2017 (j’aime beaucoup les films de ce réalisateur mexicain mais je n’avais jamais vu celui-ci) est un très beau film fantastique (les images et la musique sont parfaites et quelle belle histoire d’amour ! ). D’une guerre l’autre réalisé par Raúl de la Fiente et Damian Nenow en 2018 est un film d’animation superbe mais éprouvant avec des images d’archives et des témoignages sur la guerre en Angola (1975-2002), ce film documentaire est inspiré du livre du journaliste polonais Ryszard Kapuściński.

Télévision : comme d’habitude, en soirée je suis sur Arte, documentaire (souvent animalier) puis journal télévisé puis 28’ (mais, le dimanche soir, je regarde le journal de France2). Quelques morceaux d’émissions musicales ou de concerts comme Basique ou Taratata (France2) ou concerts d’Arte.

Les séries que j’ai vues : j’ai terminé L’école de la vie (France2), Belgravia (Chérie25), HPI (TF1), Wynonna Earp saison 3 (Syfy) et j’ai continué Hawaii 5.0 saison 10 (M6, toujours un seul épisode par semaine). Quant à Salamandre (Arte), il faudrait que je vois les derniers épisodes en replay si c’est encore possible… Les nouvelles séries sont Lincoln, à la poursuite du Bone Collector, série policière américaine en 10 épisodes, et For Life, série carcérale et juridique américaine en 13 épisodes (d’après une histoire vraie), deux très bonnes séries sur TF1. L’art du crime saison 4, série policière sur l’Art en 2 épisodes (pas plus ?) sur France2. Bull saison 5, série policière et juridique américaine en 15 épisodes sur M6. Wynonna Earp saison 4, série fantastique canadienne et américaine sur Syfy (j’espère que ce n’est pas la saison de trop parce que suivre les 4 saisons à la suite, ça me fait beaucoup…). Almost Paradise, série policière américaine et philippine (qui se déroule à Cebu) en 10 épisodes sur 13e rue, dépaysement et action au rendez-vous, de quoi se divertir sans trop se poser de questions. Astrid et Raphaëlle saison 2, série policière française en 8 épisodes sur France2, j’aime bien ces deux enquêtrices atypiques mais attachantes.

J’espère que ce cinquième Journal de bord de l’année vous a intéressés et je vous souhaite un beau mois de juin.

<- Journaux de bord 2020. <- Journal de bord 01-2021. < – Journal de bord 02-2021. < – Journal de bord 03-2021. < – Journal de bord 04-2021.

Tag La place des livres dans ma vie

Eh bien, ça fait longtemps que je n’ai pas répondu à un tag ! Mais celui-ci, vu chez Ma lecturothèque, m’a bien plu. Même si j’ai mis du temps pour y répondre…

1. Quel est le livre qui t’a donné l’envie d’aimer la lecture ? Je n’ai pas de titre(s) précis mais ce sont les premiers albums illustrés que j’ai lus (certains étaient avec des animaux et d’autres étaient des contes).

2. Combien de livres as-tu lus jusqu’à ce jour ? Je n’ai jamais compté auparavant mais je peux dire sans me tromper quelques milliers.

3. Quel est ton livre coup de cœur ? J’ai régulièrement des coups de cœur (que je signale sur le blog) donc ça évolue selon mes lectures mais si vous insistez, je dirais les livres que je relis tels les recueils de Jirô Taniguchi comme L’homme qui marche, deux magnifiques titres de Luis Sepúlveda, Histoire d’une baleine blanche et Histoire d’une mouette et du chat qui lui apprit à voler, et aussi le recueil de poésie Haïkus des quatre saisons avec des estampes de Hokusai.

4. Quel est ton auteur préféré ? Il faudrait que je détaille par genres littéraires… Un seul auteur, alors je dirais Osamu Tezuka car ses mangas touchent à tous les genres.

5. Combien de livres lis-tu environ par mois ? En consultant la rubrique Journal de bord (puisque je compte mes lectures mensuelles depuis janvier 2020), je vois que c’est entre 12 et 25 livres par mois. En avril 2020, en plein confinement, j’ai lu 20 romans et recueils de nouvelles et 21 bandes dessinées (dont 14 faisaient 100 pages ou plus) mais je pense que ce score restera exceptionnel.

6. Souvent, quand tu achètes un livre, qu’est-ce qui fait que c’est celui-ci que tu achètes et pas un autre ? Je vais être honnête : 1. mon budget n’est pas extensible, 2. je n’ai plus de place dans mes bibliothèques, donc j’emprunte beaucoup et je n’achète que ce que la médiathèque ne possède pas (ou ce que je veux vraiment avoir) ou alors c’est pour offrir.

7. Quel est le prochain livre que tu souhaites lire ou acheter ? Eh bien, je viens d’acheter deux livres de poche pour le Mois italien, Une famille comme il faut de Rosa Ventrelia (Pocket, 2020) et La liberté au pied des oliviers de Rosa Ventrelia (Pocket, 2021), et j’espère pouvoir lire au moins le premier avant la fin du mois…

8. As-tu d’autres passions ? Si oui, lesquelles ? Oui, les principales sont mes chats, la photographie, la musique, la gastronomie, la culture (je suis curieuse de presque tout), les voyages et la randonnée (mais, avec mes problèmes de dos, je ne peux plus…).

9. Dans un des livres que tu as lus, quels personnages t’ont le plus attachée ? De quel livre s’agit-il ? Je m’attache particulièrement aux détectives comme Sherlock Holmes (romans et nouvelles d’Arthur Conan Doyle) ou Hercule Poirot (nouvelles d’Agatha Christie) ou plus récemment à Georgie dans la série Son espionne royale de Rhys Bowen : Son espionne royale mène l’enquête, Son espionne royale et le mystère bavarois et Son espionne royale et la partie de chasse.

10. As-tu déjà rencontré un (ou des) auteurs ? Si oui, lesquels ? Il est impossible de tous les citer mais je suis allée au Salon du livre de Paris en 2012 lorsque le Japon était invité, à la Fête du livre de Bron (3 éditions, dont celle de 2017), aux Quais du polar à Lyon (3 éditions aussi il me semble, dont celle de 2017), à des « petits » salons locaux, à des rencontres bandes dessinées, et à de nombreuses rencontres organisées par des bibliothèques, des librairies ou d’autres lieux culturels. Vous en trouverez quelques-uns dans la rubrique Je rencontre, je questionne.

11. Pour finir, quel livre me conseillerais-tu ? Question difficile sans connaître les goûts et les précédentes lectures… Pioche sur le blog dans les genres littéraires que tu aimes ! Ou choisis au hasard pour la découverte et peut-être une bonne surprise !

Bonne semaine 🙂

Journal de bord 4-2021

Bonsoir à vous,

Après le Journal de bord 01-2021, le Journal de bord 02-2021 et le Journal de bord 03-2021, voici le Journal de bord d’avril 2021.

Avril a été un mois creux au niveau culturel, pas de sorties, pas d’expos… Toutefois j’ai participé à plusieurs marathons de lecture.

Les nouveaux challenges auxquels je participe (en plus de ceux auxquels je me suis déjà inscrite et qui continuent) : Des histoires et des bulles avec Noctenbule (un nouveau challenge BD du 1er avril 2021 au 1er avril 2022), Un mois au Japon (qui continue en mai comme l’année dernière), la première édition du Hanami Book Challenge (du 1er avril au 30 juin 2021), Challenge coréen #2 et Lire en thème 2021 (retour de ce challenge qui commence le 1er mai).

Les livres que j’ai lus: La Mort et le Météore de Joca Reiners Terron (Zulma, 2020, 192 pages). La gouvernante suédoise de Marie Sizun (Arléa, 2016, 320 pages). Le cœur battant du monde de Sébastien Spitzer (Albin Michel, 2019, 448 pages). Haïkus des quatre saisons avec des estampes de Hokusai (Seuil, 2010, 128 pages). L’énigme de la porte Rashomon de I.J. Parker (Belfond, 2007, 546 pages). Au nord par une montagne, au sud par un lac, à l’ouest par des chemins, à l’est par un cours d’eau de László Krasznahorkai (Cambourakis, 2010, 192 pages). L’impossible dimanche (le huitième jour de la semaine) de Marek Hłasko (Cynara, 1988, 128 pages). Erectus 2 – L’armée de Darwin de Xavier Müller (XO, 2021, 496 pages). Soit 2450 pages.

Les BD et mangas : Les âges perdus 1 – Le fort des Landes de Jérôme Le Gris et Didier Poli (Dargaud, 2021, 56 pages). Les gens de rien 1 – Jusqu’au printemps de Charles Masson (Delcourt, 2021, 88 pages). Magus of the Library de Mitsu Izumi (Ki-oon, tome 1 = 242 pages, tome 2 = 256 pages, tome 3 = 304 pages, tome 4 = 232 pages soit 1034 pages). L’homme qui marche de Jirô Taniguchi (Casterman, 1995, 144 pages). Big Girls de Jason Howard (404 éditions, 2021, 295 pages). Mémoires du masque de Kim Jung-Han (Asuka, 2004-2005, tome 1 = 192 pages, tome 2 = 192 pages, tome 3 = 176 pages soit au total 560 pages). La légende de Songoku 1 d’Osamu Tezuka ( Delcourt, 2007, 320 pages). Soit 2497 pages.

Soit 20 lectures dont 12 BD et 4947 pages.

Les livres que j’ai achetés : Miaou n° 13 de mars-avril 2021.

Les films que j’ai vus: L’incroyable histoire du facteur Cheval réalisé par Nils Tavernier en 2018 est un film franco-belge qui se déroule dans la Drôme avec le Palais Idéal du facteur Cheval (une histoire vraie, émouvante, d’autant plus que j’ai visité ce site incroyable). Le labyrinthe réalisé par Wes Ball en 2014 (je l’avais déjà vu en DVD et j’ai lu le roman, Le labyrinthe 1 – L’épreuve de James Dashner, mais c’était en prévision de voir la suite). Le chant du loup réalisé par Antonin Baudry en 2019 (ce film à bord d’un sous-marin est intense, angoissant, terrible) et le documentaire Traque en eaux profondes à bord d’un sous-marin nucléaire français réalisé par Sabine Pacini et Stefano Terzulli en 2020 (à bord de l’Émeraude, l’ambiance est conviviale mais les marins restent concentrés sur leur travail). Le Labyrinthe 2 – La terre brûlée réalisé par Wes Ball en 2015 et Le labyrinthe 3 – Le virus mortel réalisé par Wes Ball en 2018, films américains de science-fiction (de bons moments). Valérian et la cité des milles planètes réalisé par Luc Besson en 2017 est un film français de science-fiction et j’avais des a priori négatifs car premièrement je ne suis pas spécialement fan de la série de bandes dessinées de Jean-Claude Mézières et Pierre Christin et deuxièmement je ne suis pas fan des films de Luc Besson (j’aime bien Léon, c’est tout) mais, contre toute attente, j’ai passé un bon moment car c’est spectaculaire et le message concernant les habitants de la planète Mül (du moins les survivants) est beau. J’ai vu la dernière heure de Jumanji bienvenue dans la jungle (James Kasdan 2017) et de Ant-Man (Peyton Reed, 2015), c’est suffisant, ah ah ah.

Les films d’animation : Mune le gardien de la lune réalisé par Benoît Philippon et Alexandre Heboyan en 2014 est un film français et américain (Mune, un faune, devient malgré lui Gardien de la lune mais Necross veut détruire la lune et le soleil, c’est beau et poétique). Le grand méchant renard et autres contes réalisé par Benjamin Renner et Patrick Imbert en 2017 est un film franco-belge en 3 histoires, Un bébé à livrer, Le grand méchant renard, Il faut sauver Noël (c’est très beau, tout en douceur et j’ai beaucoup ri). Terra Willy, planète inconnue réalisé par Éric Tosti en 2019 est un film français de science-fiction (Durant une pluie d’astéroïdes, la capsule de Willy est séparée du vaisseau spatial de ses parents et il se retrouve avec Buck, un robot de survie, sur une planète inconnue. Les créatures et la végétation sont magnifiques, ce film est superbe et même les plus jeunes peuvent le voir).

Télévision : comme d’habitude, le soir sur Arte, documentaire (souvent animalier) puis journal télévisé puis 28’ (mais, le dimanche soir, je regarde le journal de France2). Quelques morceaux d’émissions musicales ou de concerts comme Basique ou Taratata (France2) ou concerts d’Arte.

Les séries que j’ai vues : j’ai continué A Discovery of Witches saison 2 (Syfy), Hawaii 5.0 (M6, toujours un seul épisode par semaine), Wynonna Earp saison 3 (Syfy) et j’ai terminé Bäckström (France3), Resident Alien (Syfy). Les nouvelles séries sont Coyote (6 épisodes sur 13e rue), une série policière américaine sur la Migra (je ne connaissais pas) et sur les cartels mexicains, assez violent mais efficace. Le remplaçant (2 épisodes sur TF1), je n’ai pas accroché, profs et élèves sont trop caricaturaux, La faute à Rousseau n’était pas parfait mais au moins j’avais (sou)ri. L’école de la vie (6 épisodes sur France2), encore une série dans un lycée (ça commence à faire beaucoup), c’est correct mais sans plus, les profs et les lycéens sont moins charismatiques que dans La faute à Rousseau mais ce jeune prof, tout juste papa et veuf, qui veut aider ses élèves est émouvant. Belgravia (6 épisodes sur Chérie25), série anglaise historique et sentimentale, moins bien que Downton Abbey parce que les personnages ont moins de présence scénique en particulier les domestiques. Salamandre (12 épisodes sur Arte), une série belge policière et politique, pas mal du tout (je n’ai pour l’instant vu que les 4 premiers épisodes). HPI (8 épisodes sur TF1), une série policière française atypique avec Audrey Fleurot en Haut Potentiel Intellectuel, une série Hautement Probablement Improbable mais divertissante.

J’espère que ce quatrième Journal de bord de l’année vous a intéressés et je vous souhaite un beau mois de mai : faites ce qu’il vous plaît ! Mouais, avec le froid qui est revenu et la pluie, ce n’est pas gagné…

<- Journaux de bord 2020. <- Journal de bord 01-2021. < – Journal de bord 02-2021. < – Journal de bord 03-2021.