Pati fait son cinéma #4

Billets précédents de Pati fait son cinéma : #1, #2 et #3.

Après la parution de Pati fait son cinéma #3 – spécial Queen, je n’ai pas pris le temps de faire un autre billet pour les autres films vus en novembre donc voici un billet qui regroupe les films vus en novembre et décembre 2018.

Au cinéma

En novembre

Bohemian Rhapsody ❤ sur Pati fait son cinéma #3 – spécial Queen.

Les crimes de Grindelwald (Fantastic Beasts: The Crimes of Grindelwald) est le deuxième volet des Animaux fantastiques (2016), tous deux réalisés par David Yates d’après J.K. Rowling. C’est un film fantastique anglo-américain qui dure 134 minutes. On retrouve Norbert Dragonneau et ses créatures, les personnages du premier opus et on découvre de nouveaux personnages. C’est très beau, les images, les créatures, l’ambiance de la fin des années 20, mais lors des combats, c’est un peu rapide et donc confus. Le troisième opus dans deux ans ?

En décembre

Casse-Noisette et les quatre royaumes (The Nutcracker and the Four Realms) est un film américain réalisé par Lasse Hallström et Joe Johnston. C’est un film fantastique qui dure 99 minutes et qui est adapté du conte germanique Casse-Noisette et le roi des souris (Nußknacker und Mausekönig, Ernst Theodor Amadeus Hoffmann, 1816) et du ballet féérique russe Щелкунчик (Chtchelkountchik) sur une composition du compositeur russe Piotr Ilitch Tchaïkovski. Londres, difficile de fêter Noël alors que Clara Stahlbaum (l’héroïne), sa sœur et son frère viennent de perdre leur mère. Mais la fête organisée chez son parrain, Drosselmeyer, est… magique ! Les images sont superbes, la musique de Tchaïkovski aussi et Misty Copeland (première danseuse à l’American Ballet Theatre) et Sergei Polunin (danseur ukrainien, ancien danseur au Royal Ballet de Londres) sont magnifiques.

L’exorcisme de Hannah Grace (The Possession of Hannah Grace) est un film américain réalisé par Diederik van Rooijen (réalisateur et scénariste néerlandais). C’est un film fantastique horreur qui dure 85 minutes. Megan Reed a perdu son poste de policière à Boston et démarre un travail de nuit à la morgue de l’hôpital mais, dès la première nuit, elle réceptionne le corps de Hannah Grace, jeune fille possédée par un démon et décédée… trois mois plus tôt ! Stana Katic (célèbre pour le rôle du lieutenant Kate Beckett dans la série Castle, 2009-2016) dans le rôle de Lisa, amie de Megan Reed et infirmière à l’hôpital de Boston. Un huis-clos effrayant dans une morgue grise, sombre et froide, moderne dans sa réalisation, quoique un peu long au début (pas besoin d’ouvrir cinq ou six fois le tiroir de la morgue, le spectateur a compris ! Mais l’actrice visiblement pas…).

Oscar et le monde des chats (Cats and Peachtopia) est un film chinois réalisé par Gary Wang. C’est un film d’animation qui dure 97 minutes. Leon, joli chaton, est devenu un bon gros chat d’appartement. Il ne sait pas quoi dire à son fils, le chaton Oscar, qui ne comprend pas pourquoi sa maman a disparu. Il lui raconte qu’elle est à Catstopia, un endroit magnifique où vivent les chats. Ni une ni deux, Oscar s’enfuit pour aller sur la montagne de l’autre côté du fleuve mais le danger rôde… Une aventure incroyable, drôle, triste, effrayante parfois pour tous les amoureux des chats. C’est le dernier film que j’ai vu au cinéma en 2018 😉

Overlord est un film américain réalisé par Julius Avery (qui dure 110 minutes). C’est un film de guerre différent car il a un côté fantastique horreur : un bon mélange, original de ce qu’on voit habituellement. L’action se déroule pendant le débarquement de Normandie mais les soldats américains parachutés près d’un village vont, après de lourdes pertes, découvrir une base dans laquelle les nazis font des expériences secrètes. Le film a en fait été tourné à Londres et les acteurs, en particulier Bokeem Woodbine, sont vraiment bons. La bande annonce en VO m’a scotchée et j’ai absolument voulu voir ce film !

Disponibles en DVD

En novembre

Cendres () est un film français de Mélanie Pavy et Idrissa Guiro sorti en 2013 ; il dure 75 minutes. Akiko, une franco-japonaise ayant grandi en France, a choisi de vivre au Japon même si elle n’a pas encore assimilé toutes les subtilités de la langue et des traditions. Mais sa mère, Kyoko, venant de mourir, Akiko doit retourner à Paris pour vider l’appartement. Elle découvre deux carnets datant des années 60 et apprend des choses sur son père (cinéaste français) et sa mère (japonaise devenue une égérie de la Nouvelle vague). Deux destins de femmes, le thème du deuil et de la double culture, un drame intimiste pour ce beau film documentaire. Le site officiel.

Jusqu’à ce que la mort nous unisse est un film français réalisé par Delphine Lemoine ; il dure 90 minutes et il est adapté du roman éponyme de Karine Giébel (2009). Il a été diffusé directement sur France3. L’adjudante Servane Breintenbach, Alsacienne, a demandé sa mutation à Colmar mais elle se retrouve en poste à Colmars-les-Alpes ! Disparition de l’épouse de Vincent Lapaz, guide de montagne, assassinat de son meilleur ami… La jolie Ophelia Kolb, déjà vue dans la récente série On va s’aimer un peu, beaucoup…, est convaincante. Il en est de même pour Bruno Debrandt, déjà vu dans la série Caïn (2012-2018).

En décembre

C’est bon d’être un peu fou est un film français réalisé par Antoine Page. C’est un film documentaire sous forme de road movie qui dure 105 minutes. Bilal Berreni (1990-2013) alias Zoo Project, peintre urbain, et Antoine Page, réalisateur, quittent les Vosges à bord d’un camion aménagé direction Vladivostok en passant par la Suisse, l’Autriche, la Slovaquie, la Pologne, l’Ukraine, le Kazakhstan et la Russie (près de 16 000 kilomètres en 4 mois !). Dessins, papiers découpés, vidéos illustrent le voyage et les rencontres. J’ai bien aimé le côté artisanal, les peintures d’animaux sur des maisons isolées ou dans des lieux pratiquement inaccessibles et les rencontres dans les trains (le camion ayant rendu l’âme) ; la chanson dans le taxi au Kazakhstan est super ! C’est le genre de voyage que j’aurais aimé faire en étant plus jeune. Le site officiel.

Publicités

Les séries de novembre-décembre 2018

Vais-je pouvoir en 2019 tenir cette rubrique plus régulièrement ?… En attendant, voici les séries vues en novembre-décembre 2018.

Ad vitam – une série française de science-fiction en 6 épisodes d’une heure chacun, sur Arte, avec avec Yvan Attal et Garance Marillier. La mort n’existe plus et les humains peuvent se régénérer. Enfin, pas tous… Et des jeunes se suicident en masse. Darius, flic de 120 ans enquête et Christa, qui a tenté de se suicider par le passé, peut l’aider. Les deux premiers épisodes partaient bien mais j’ai été déçue par les épisodes suivants…

Art du crime, L’ – saison 2 en 6 épisodes pour cette série policière française dans le monde de l’art, diffusée sur France2. Un plaisir de retrouver Antoine Verlay (Nicolas Gob), policier malgré lui à l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (OCBC) et Florence Chassagne (Éléonore Gosset), historienne de l’art. Et puis, j’apprends beaucoup de choses sur les œuvres et les peintres.

Au nom du père – une série dramatique danoise en 10 épisodes d’une heure chacun, sur Arte. Réalisée par Adam Price (Borgen), une belle série à la fois lumineuse et sombre, sur l’église, la foi, la famille et je retiens que l’église est une église d’État gérée comme la politique ou une entreprise, surprenant !

Aux animaux la guerre – une série dramatique française en 6 épisodes de 52 minutes chacun, diffusée sur France3. Une série sur le monde ouvrier dans les Vosges, violente, adaptée du roman éponyme de Nicolas Mathieu paru en 2014. Très bon Roschdy Zem dans le rôle du syndicaliste Martel.

Condor – une série d’espionnage américaine en 10 épisodes de 50 minutes chacun, diffusé sur 13e rue. Inspirée par le roman Les six jours du Condor de James Grady (1974) et par le film Les trois jours du Condor réalisé par Sydney Pollack (1975), cette série est terriblement efficace et énergique. Une saison 2 est prévue, chouette !

Enquêtes de Vera, Les – saison 8 déjà pour la série policière britannique diffusée sur France3. Une série adaptée des romans policiers d’Ann Cleeves (jamais lus). Un plaisir de retrouver Vera Stanhope (Brenda Blethyn qui a 72 ans !) et son équipe mais quatre épisodes seulement, ça passe trop vite…

Faute, La – une mini-série policière française en 4 épisodes de 52 minutes chacun, réalisée par Nils Tavernier et diffusée sur M6. Adaptée du roman Just What Kind of Mother Are You? (2013) de l’Anglaise Paula Daly (pas lu), cette série est tout en suspense et dévoile de beaux paysages savoyards. Pas mal du tout, merci au replay !

Mammon – saison 2 pour cette série politique norvégienne en 8 épisodes d’une heure chacun, diffusée sur Arte. Journalistes et politiques ne font pas bon ménage… Mais cette saison 2 m’a moins emballée que la première…

Nicolas Le Floch : Le noyé du grand canal – un épisode double pour la toute dernière adaptation des romans de Jean-François Parot (1946-2018). Un plaisir de retrouver Jérôme Robart dans le rôle de Nicolas Le Floch et les autres personnages récurents mais toujours pas envie de lire les romans…

Seal Team – une série policière militaire américaine, en 22 épisodes de 42 minutes chacun, diffusée sur M6. Une curiosité puisque David Boreanaz (déjà vu dans Bones) a le rôle principal du Premier maître Jason Hayes et produit la série. Les premiers épisodes se déroulent à chaque fois dans un lieu différent avec une mission différente, ensuite c’est le « déploiement » et l’action se déroule en Afghanistan. J’ai bien aimé l’équipe et l’esprit d’équipe.

Vérité sur l’affaire Harry Quebert, La – C’est le réalisateur français Jean-Jacques Annaud qui adapte le roman du Suisse Joël Dicker (2012, déjà !). Une belle série en 10 épisodes de 55 minutes chacun, diffusée sur TF1. L’action se déroule en 1975 (Harry Quebert s’isole à Sommerdale pour écrire son roman et fait la connaissance de la jeune Nola Kellergan) et en 2008 (Marcus Goldman se rend chez Harry Quebert, un ancien professeur avec qui il est ami, pour écrire lui aussi un roman). Dommage que je n’aie pas lu le roman… Une amie qui a lu le roman a trouvé la série longue et ennuyeuse, mais je n’ai rien vu de tel puisque je ne connais pas le roman. Je le lirai peut-être, mais plus tard.

Victor Hugo, ennemi d’État – une mini-série historique française en 4 épisodes de 52 minutes chacun, diffusée sur France2. On y découvre la vie familiale, littéraire et politique de Victor Hugo (excellents Yannick Choirat et Isabelle Carré dans le rôle de Juliette Drouet, entre autres) entre la révolution de 1848 et le coup d’État de décembre 1851. Une très belle série qui donne envie de (re)lire Victor Hugo (ça tombe bien, je me suis réinscrite au challenge Cette année, je (re)lis des classiques, dont c’est la 2e édition).

Wisdom, tous contre le crime – une série policière américaine en 13 épisodes de 42 minutes, diffusée sur W9. À San Francisco, Jeffrey Tanner, expert en informatique, ne supporte pas que le meurtrier de sa fille unique, Mia, court toujours alors il crée un réseau, Sophe, que tout un chacun peut utiliser pour aider à résoudre des crimes. Une série policière différente de ce qui se fait habituellement. Je dirais que Wisdom est l’anti Person of Interest (2011-2016) ! Person of Interest, c’était attention, nous sommes tous surveillés, ça peut être dangereux ; Wisdom, c’est plutôt super, nous sommes tous connectés et nous avons tous vu ou entendu quelque chose alors nous sommes utiles et nous pouvons aider la police et la justice.

Je n’ai pas regardé Balthazar sur TF1 (pas le temps de voir le replay) et j’ai malheureusement raté Mr. Robot saison 3 sur France2 (le replay n’était pas au point…).

Les séries de septembre-octobre 2018

Un peu de retard pour les séries vues en septembre et octobre…

100, The saison 5 – série de science-fiction américaine en 13 épisodes sur Syfy. Plus de six ans après le Praimfaya, les survivants menés par Octavia sont toujours enfermés dans le bunker ; Raven, Murphy, Emori, Monty, Harper, Bellamy et Echo sont en orbite sur l’Arche ; Clarke survit sur Terre dans un éden épargné par le feu et elle a pris sous son aile une fillette au sang noir, Madi. C’est toujours avec plaisir que je retrouve une nouvelle saison de cette série qui se renouvelle avec des rebondissements et de nouveaux personnages.

Blacklist saison 5 – série thriller américaine en 22 épisodes sur TF1. L’étau se resserre pour Raymond (Red) Reddington qui fournit criminels et terroristes aux agents du FBI – dont Elizabeth Keen – grâce à sa « liste noire ». Encore de très bons épisodes diversifiés et intenses.

Britannia – série historique et Fantasy anglo-américaine en 9 épisodes sur RMC Story. En 43, les Romains menés par Aulius Plautius veulent conquérir la Grande-Bretagne occupés par les Celtes et… ils sont très bizarres les druides ! Le problème avec cette série, c’est le manque de replay et je n’ai vu que deux épisodes… Donc à (re)voir en DVD !

Bull saison 2 – série dramatique judiciaire américaine en 22 épisodes sur M6 qui a embrayé tout de suite avec la saison 2 après la diffusion de la première saison. Jason Bull et sa fine équipe continue de défendre des innocents ou des personnes coupables mais qui ont des circonstances atténuantes. Parfois un peu répétitif mais divertissant.

Enquêtes de Murdoch, Les saison 11 – série policière canadienne en 18 épisodes sur France3 (plus l’épisode spécial Noël diffusé en décembre 2017). Comme d’habitude chaque épisode traite d’un thème différent avec, en fil conducteur, les relations entre les différents personnages, William Murdoch et son épouse Julia Ogden en tête. C’est toujours un grand plaisir de retrouver une nouvelle saison de Murdoch mais je n’ai toujours lu aucun roman !

Enquêtes de Vera, Les saison 8 – série policière anglaise en 4 épisodes sur France3. Ravie de retrouver l’inspectrice en chef Vera Stanhope et son équipe pour des enquêtes en milieu rural : souvent sordide mais paysages superbes. L’actrice qui joue le rôle de Vera, Brenda Blethyn, est une Anglaise de 72 ans ! La série est adaptée des romans d’Ann Cleeves mais je n’en ai jamais lu.

Good Doctor – série médicale américaine en 18 épisodes sur TF1… Le Dr Shaun Murphy – joué par Freddie Highmore déjà vu dans Charlie et la Chocolaterie (2005) et Bates Motel (2013-2017) – est autiste et voit lecorps et les organes différemment. Eh bien, j’ai vu le premier épisode, je me suis accrochée, l’acteur est vraiment bien, puis j’ai vu le deuxième épisode et j’ai été malade… (au moment de l’opération du foie), je savais que les séries médicales ne sont pas pour moi ! Mais il y a plein de spectateurs qui sont intéressés par ce genre de séries. Le site officiel sur TF1.

Handmaid’s Tale, The (La servante écarlate) – série d’anticipation américaine en 10 épisodes sur TF1 Séries, adaptée du roman éponyme de Margaret Atwood (1985) que malheureusement je n’ai pas encore lu. Dans cette dystopie, il n’y a pratiquement plus de naissances et les femmes n’ont plus aucun droit à part celui de mettre au monde des bébés pour celles qui le peuvent encore. Mais, dans des États-Unis totalitaires renommés la République de Gilead, les femmes sont des esclaves comme June devenue Defred. Une excellente série, qui fait froid dans le dos, mais j’ai hâte de voir la suite, et finalement de lire le roman !

Insoupçonnable – série policière française en 10 épisodes sur TF1. Chloé Fischer (Emmanuelle Seigner), criminologue parisienne, arrive à Lyon pour arrêter un tueur en série… insoupçonnable, Paul Brodsky (Melvil Poupaud). Bah, j’ai regardé les deux premiers épisodes et j’ai trouvé que c’était une pâle copie de la série britannique The Fall alors j’ai laissé tomber…

Killjoys saison 4 – série de science-fiction canadienne en 10 épisodes sur Syfy. J’aime bien cette série mais, à chaque fois qu’une nouvelle saison est diffusée, j’ai toujours du mal à me remettre dedans… Une cinquième et dernière saison est annoncée pour l’été 2019.

Noces rouges – série policière française en 6 épisodes sur France3. Bizarrement cette série française a d’abord été diffusée en Belgique puis en Suisse avant la France ! Sandra est retrouvée morte le jour de son mariage, meurtre ou suicide ? C’est un ami de la famille qui est chargé de l’enquête et l amère de Sandra cache un lourd secret. J’avais zappé cette série mais j’ai pu la voir en replay, pas mal, c’est quand même mieux de tourner des histoires originales que de faire des remakes comme Insoupçonnable

Outpost, The – série de Fantasy américaine en 10 épisodes sur Syfy. Talon est la seule survivante des Blackbloods, un ancien peuple en contact avec la Nature et des êtres surnaturels. La jeune femme recherche les mercenaires qui ont détruit son village et tué sa famille. Elle arrive dans une forteresse au bout du monde et rencontre le Capitaine Garret Spears, Lady Gwynn Calkussar (qui est en fait la Princesse Rosmund, seule survivante de la famille royale) et Janzo un orphelin guérisseur.

Petits meurtres d’Agatha Christie, Les – série policière française sur France2. Je retrouve avec plaisir le commissaire Swan Laurence, sa secrétaire Marlène Leroy et la journaliste Alice Avril mais deux épisodes (les vingt-troisième et vingt-quatrième de la série, 90 minutes chacun) : Mélodie mortelle et Ding Dingue Dong, c’est trop peu… D’autres épisodes sont annoncés pour 2019 puis une nouvelle série, Crime parfait, qui réunira Swan Laurence et Jean Larosière (de la première série de Petits meurtres, de 2009 à 2012, avec le commissaire Jean Larosière et l’inspecteur Émile Lampion, qui se déroulait dans les années 30).

 

Shooter saison 3 – série d’action américaine en 13 épisodes sur 13e rue. Une série adaptée du roman Point of Impact de Stephen Hunter (1993) et du film Shooter tireur d’élite réalisé par Antoine Fuqua (2007). Je retrouve avec plaisir Bob Lee Swagger, Isaac Johnson (agent des Services secrets) et Nadine Memphis (agent du FBI). Par contre, je ne supporte toujours pas Julie Swagger, la femme de Bob Lee…

Take Two : enquêtes en duo – série policière à la fois américaine et allemande et française en 13 épisodes sur France2. Actrice principale de Hot Suspect, une série policière à succès, Sam s’est retrouvée en cure de désintoxication et les studios ne veulent plus d’elle. Pour prouver son sérieux et se préparer à un nouveau rôle, elle décide d’observer le détective privé Eddie Valetik qui n’est pas enchanté. Mais Sam se révèle une intéressante collaboratrice et les nouveaux clients affluent. Les deux assistants, Roberto et Monica, sont efficaces aussi. Une série divertissante en une seule saison.

Avez-vous vu une ou plusieurs de ces séries ? Qu’en avez-vous pensé ?

Rendez-vous à la fin de l’année pour les séries vues en novembre-décembre.

Pati fait son cinéma #3 – spécial Queen

Billets précédents de Pati fait son cinéma : #1 et #2.

Un spécial Queen avec Bohemian Rhapsody que j’ai vu au cinéma dimanche. La copine avec qui je devais y aller samedi n’était pas bien et ne voulait pas passer plus de deux heures dans une salle de cinéma alors nous avons été simplement boire un coup et un tour en librairie. J’ai donc vu ce film hier après-midi (et si la copine veut le voir, j’y retournerai avec elle !).

Bohemian Rhapsody est un film biographique anglo-américain réalisé par Bryan Singer (réalisateur de cinéma et producteur de séries télévisées né le 17 septembre 1965 à New York). Le film dure 134 minutes et il est sorti en salles le 31 octobre 2018 soit 43 ans après le single éponyme.

Au commencement. Farrokh Bulsara naît le 5 septembre 1946 à Stone Town dans le protectorat de Zanzibar. Farrokh est envoyé chez sa grand-mère maternelle en Inde à l’âge de 7 ans et fait sa scolarité dans un pensionnat (il a d’excellents résultats dans toutes les matières y compris en musique et en sport). Ses parents, Jer et Bomi Bulsara, des Parsis zoroastriens, et sa petite sœur, Kashmira, sont chassés de Zanzibar et se réfugient en Angleterre. Farrokh les rejoint. Il commence la musique très jeune : à 12 ans, il joue du piano au lycée (St. Peter’s Boys School à Panchgani, près de Bombay) dans le groupe The Hectics avec Derrick Branche, Bruce Murray, Farang Irani et Victory Rana. Vous pouvez en savoir plus sur Farrokh Bulsara / Freddie Mercury dans les nombreuses biographies, sur le site officiel de Queen et voir les vidéos sur leur chaîne YouTube.

Le film. 1970. Londres. Farrokh vit chez ses parents, il est étudiant en graphisme, passionné par le rock’n’roll et il est bagagiste à l’aéroport de Heathrow. Un soir, dans une petite boîte de nuit, il rencontre non seulement une très belle jeune femme, Mary Austin (l’amour de sa vie qui deviendra sa compagne pendant des années), mais aussi les membres du groupe de hard-rock Smile. En fait il rencontre le guitariste Brian May (étudiant en astrophysique) et le batteur Roger Taylor (étudiant en médecine dentaire) car le chanteur bassiste, Tim Staffell, vient d’annoncer son départ. Grâce à son charisme et à son talent, Farrokh devient le chanteur du groupe et John Deacon, bassiste, les rejoint. Farrokh Bulsara devient Freddie Mercury et le groupe devient Queen. Le film suit Freddie Mercury et Queen jusqu’en juillet 1985 avec le come-back du groupe au concert Live Aid. Freddie Mercury aimait les chats et en avait plusieurs 🙂 ❤ mais comme je ne suis pas people et potins, je ne le savais pas.

Tout ceux qui ont suivi Queen pendant 20 ans (en gros entre 1971 et 1991) connaissent l’histoire du groupe et de Freddie Mercury et leurs titres, énormes, fabuleux, tellement originaux et élaborés ! Le film est grandiose (fi des avis négatifs de certains journalistes !), les acteurs sont extraordinaires, non seulement Rami Malek en tête (déjà extraordinaire dans la série Mr. Robot) mais aussi Gwilym Lee en Brian May, Ben Hardy en Roger Taylor et Joseph Mazzello en John Deacon (image ci-dessous) ainsi que les acteurs « secondaires » comme Lucy Boynton en Mary Austin ou Allen Leech en Paul Prenter (le manager) entre autres.

Freddie Mercury et Queen, c’est mon adolescence et le début de l’âge adulte. J’aimais parce que c’était rock, inventif, entraînant, original, il y avait de l’humour, de l’excentricité et beaucoup de talent. Avec ce film, j’ai ri, j’ai pleuré, j’ai chanté (enfin… fredonné), j’ai tapé du pied et dans mes mains (We Will Rock You), j’ai applaudi avec les autres spectateurs (je crois que tous étaient enthousiastes, certains étaient très émus – comme moi – et avaient du mal de se lever). Un film s’il me fait à la fois rire et pleurer est pour moi un film extraordinaire, exceptionnel, un chef-d’œuvre et je suis sûre que Bohemian Rhapsody va devenir un film culte. Je vous le conseille fortement surtout si vous aimez Queen, la musique rock ou si vous êtes curieux de la prestation de Rami Malek. D’ailleurs une interview de l’acteur sur 20minutes et une autre sur Cinémas Pathé Gaumont.

Depuis le 8 novembre, il est possible de voter pour sa chanson préférée de Queen sur LouderSound. J’ai voté pour Bohemian Rhapsody ❤ de l’album A Night at the Opera (1975, je n’ai que 9 ans et je ne connais pas encore Queen !). Allez voter vous aussi pour votre chanson préférée !

Mais j’ai hésité avec Who Wants to Live Forever de l’album A Kind of Magic (1986, j’ai 20 ans) : Freddie, you live forever 🙂

Et, même si tu n’es plus là physiquement, Freddie, The Show Must Go on de l’album Innuendo (février 1991, dernier album studio du groupe, considéré comme le plus abouti).

Pati fait son cinéma #2

Cette nouvelle rubrique, Pati fait son cinéma #1, vous a plu et ça m’a fait bien plaisir. C’est que c’est plus difficile pour moi de parler de films que de livres, question d’habitude je pense. Dans ce deuxième billet de Pati fait son cinéma, voici les films d’octobre, deux au cinéma et deux en DVD.

Au cinéma

La prophétie de l’horloge (The House with a Clock in Its Walls) est un film fantastique américain réalisé par Eli Roth ; il dure 1 h 46. Ce superbe film est adapté du roman La pendule d’Halloween de John Bellairs (1938-1991). John Bellairs est un écrivain américain pour la jeunesse mais son grand roman (adulte), The Face in the Frost, considéré comme un chef-d’œuvre de la fantasy, n’est pas traduit en français. Le topo : Lewis, orphelin, est recueilli par son oncle, Jonathan Barnavelt, un magicien qui vit avec une sorcière, Florence Zimmerman, dans une étrange maison (je dirais un manoir !) que tout le monde pense hantée. Voulant apprendre la magie, le jeune Lewis réveille par hasard les morts… Jack Black (Jonathan), Cate Blanchett (Florence), Owen Vaccaro (Lewis) et Kyle MacLachlan (Isaac Izard) sont très bons et j’ai passé un excellent moment au cinéma avec ce film un peu horreur mais tout public.

Halloween est un film d’horreur américain réalisé par David Gordon Green ; il dure 1 h 49. Évidemment je n’ai pas été le voir seule mais je n’ai sursauté que deux fois : la première fois parce que la musique était très forte et la deuxième fois parce que la copine a crié à côté de moi, ah ah ah ! Bon, c’est un film d’horreur slasher (sous-genre du film d’horreur dans lequel un tueur psychopathe, généralement masqué, élimine méthodiquement tout ce qui se trouve sur son chemin, souvent à l’arme blanche, c’est le cas ici) donc ça fait quand même un peu peur. Le film sort pour les 40 ans du premier film Halloween (de John Carpenter, 1978) et on retrouve Jamie Lee Curtis dans le rôle de Laurie Strode qui depuis 40 ans se prépare à affronter Michael Myers. Celui-ci, enfermé et enchaîné dans un hôpital psychiatrique profite d’un transfert pour s’échapper. Les personnages féminins sont très importants avec bien sûr Laurie Strode et aussi Judy Greer dans le rôle de Karen Strode (la fille de Laurie) et Andi Matichak dans le rôle d’Allyson (la petite-fille de Laurie). Les autres rôles (journalistes, policiers, père et amis de Laurie, voisins) sont des faire-valoir juste bons à se faire tuer. À voir si vous aimez les films de ce genre. D’ailleurs je place ces deux films dans le Défi 52 semaines 2018 puisque le thème de cette semaine est Halloween.

Disponibles en DVD

The Florida Project est un film américain indépendant réalisé par Sean Baker et sorti en 2017 (il dure 1 h 55). Moonee (jouée par Brooklyn Prince née en 2010), 6 ans, vit dans une chambre au Magic Castle Motel, un hôtel miteux de Kissimmee en Floride avec sa jeune mère, Halley (jouée par Bria Vinaite, une Lituanienne née en 1993). À noter la présence de Willem Defoe dans le rôle de Bobby, le propriétaire de l’hôtel. Moonee est une petite peste, qui fait les 400 coups avec deux autres enfants, et Halley, une paumée en situation de précarité, aimante mais dépassée, ne pense qu’à trouver de l’argent et à manger pour assurer leur vie. Elles habitent près du parc Walt Disney World Resort mais elles n’ont pas les moyens d’y aller, le rêve américain n’est pas pour elles. Une comédie dramatique douce amère, à la fois drôle et triste à voir si vous avez aimé Tangerine (du même réalisateur) ou Little Miss Sunshine (de Jonathan Dayton et Valerie Faris).

Lumières d’été est un film franco-japonais réalisé par Jean-Gabriel Périot et sorti en 2017 (il dure 1 h 22). Akihiro est un Japonais venu à Paris étudier le cinéma. Devenu réalisateur de films documentaires, il retourne dans son pays natal pour réaliser un film sur Hiroshima et les hibakusha (被爆者), les survivants de la bombe atomique. Dans un parc, il rencontre Michiko, une jolie jeune femme joyeuse et presque insouciante qui va l’entraîner dans la ville reconstruite. Ce film m’a émue et même remuée car j’ai revu des lieux qui m’avaient déjà profondément émue lors de leur visite. Je vous le conseille vraiment ainsi que les deux documentaires que comporte le DVD : 200 000 fantômes (Nijuman no borei 二十万の 亡霊), un court métrage expérimental de 11 minutes réalisé en 2007 et Hibakusha, le témoignage de Madame Kasaoka, un court métrage de 26 minutes réalisé en 2015.

Un de ces films vous fait envie ?

 

Pati fait son cinéma #1

Pati fait son cinéma !Cela fait un bout de temps que je pense à cette rubrique… Je regarde pas mal de séries et j’essaie d’en parler régulièrement sur le blog mais j’ai un peu plus de mal à parler de films… Alors, je me lance ! Avec cette nouvelle rubrique « Pati fait son cinéma » : j’espère que vous apprécierez cette rubrique et que vous trouverez le logo sympa.

Pour ce premier billet, je vais vous parler des films que j’ai vus cet été (enfin ceux qui méritent qu’on parle d’eux).

Au cinéma

🙂 Jurassic World : Fallen Kingdom est un film de science-fiction américain sorti en juin 2018. Il est réalisé par Juan Antonio Bayona et dure 128 minutes. C’est le cinquième film de la licence Jurassic Park et il fait suite à Jurassic World sorti en juin 2015. Il est, comme les films précédents, librement adapté des romans de Michael Crichton. L’histoire se déroule trois ans après la catastrophe de Jurassic World : les dinosaures vivent sur l’île d’Isla Nubar (île fictive au large du Costa Rica) et Claire Dearing, qui dirigeait le parc, est présidente d’une association pour la protection des dinosaures qu’elle veut sauver car l’île est menacée par une éruption volcanique. Mission (suicide ?), militaires, génétique, des dinosaures dangereux, le retour de Blue, tous les ingrédients y sont pour passer un excellent moment et frissonner de plaisir.

Destination Pékin (Duck Duck Goose) est un film d’animation sino-américain sorti en août 2015. Il est réalisé par Christopher Jenkins et dure 91 minutes. L’histoire se déroule en Chine en automne. Peng, une oie mâle indépendante, voit les oies partir sans lui car il a une aile blessée. L’hiver arrive alors il décide de marcher et rencontre deux canetons, Chi et Chao, mais un chat affamé, Banzou, va les poursuivre. J’ai ri, j’ai pleuré, j’ai été émerveillée par ce magnifique film d’animation drôle, tendre et rythmé.

Disponible en DVD

🙂 Vipère au poing est un film dramatique français sorti en octobre 2004. Réalisé par Philippe de Broca, il dure 96 minutes. Catherine Frot est extraordinaire comme d’habitude, Jacques Villeret est dans un de ses derniers rôles, Jules Sitruk (dans le rôle de Jean, le narrateur) et William Touil (dans le rôle de Ferdinand, le fils aîné) sont très bons. Jacques et Paule Rézeau vivent en Indochine et leurs deux fils sont élevés par leur grand-mère paternelle, bienveillante. À sa mort, les Rézeau reviennent en France avec le petit Marcel mais la mère, surnommée Folcoche par les enfants, est incroyablement méchante. Une adaptation réussie du roman d’Hervé Bazin que j’ai très envie de relire !

Est-ce que cette nouvelle rubrique cinéma vous plaît ?

Les séries de juin-juillet-août 2018

En fait, quelques séries de juin se sont retrouvées dans le billet Les séries de février à mai 2018, comme Maman a tort, The Magicians saison 3, la fin de Lucifer (saison 3) ou de Scorpion (saison 4), c’est parce que j’ai terminé de rédiger et j’ai publié mon billet fin juin, pas grave…

12 Monkeys – série américaine de science-fiction, en 11 épisodes, sur Syfy. J’aime beaucoup cette série mais toute dernière saison (et peut-être que c’est mieux avant de se lasser de tous ces allers et retours).

Alerte contagion – série américaine catastrophe, science-fiction, en 13 épisodes, sur TF1. Suite à une épidémie, une partie de la ville d’Atlanta est placée en quarantaine. Les personnages sont vraiment bien mais il y a beaucoup de décès et la série n’aura pas de saison 2, dommage.

Au service de la France saison 2 – série française d’espionnage, en 12 épisodes, sur Arte. On suit toujours le jeune espion, André Merlaux, et l’équipe de bras cassés (plus ou moins), Moulinier, Jacquard et Calot (sûrement mon personnage préféré). C’est drôle et décalé.

Bull – série américaine policière mais du côté judiciaire, en 23 épisodes, sur M6. Ça se laisse regarder et on comprend les travers du système judiciaire américain (enfin, c’est utile quand ça innocente un innocent !).

Cameron Black, l’illusionniste (Deception) – série américaine policière, en 13 épisodes, sur TF1, avec un magicien et son frère jumeau. Deux objectifs, faire sortir le frère jumeau de prison (car il a été piégé) et découvrir le secret de la famille. Le site officiel.

Cape Town – série policière allemande tournée en Afrique du Sud, en 6 épisodes, sur 13e rue. Série adaptée des romans de Deon Meyer. L’épouse de Mat Joubert a été assassinée il y a un an ; le policier est soupçonné et ses supérieurs lui assignent un nouveau coéquipier, Sanctus Snook. Très bonne série, violente, sombre, que je n’avais pas vue en septembre 2016 alors j’ai profité de sa rediffusion estivale.

Commissaire Dupin – série policière allemande sur France 3, adaptée des romans de Jean-Luc Bannalec (que je ne connais pas) en 6 épisodes de 90 minutes chacun. Comment dire… Un commissaire parisien muté en Bretagne (à Concarneau) dans une série allemande un peu plan-plan, bon de temps en temps pourquoi pas mais, le dimanche soir, je préfère les séries britanniques comme Grantchester, Morse ou Vera !

DC : Legends of Tomorrow saison 2 – série américaine de science-fiction en 17 épisodes sur Cstar. Un plaisir de retrouver les « légendes » dérivées d’Arrow et de Flash pour des voyages dans le passé et dans le futur.

Elementary – série américaine policière sur M6 qui diffuse enfin la deuxième partie de la saison 5 (à partir de l’épisode 8). Toujours un plaisir de retrouver Sherlock Holmes et Joan Watson !

Elven, la rivière des secrets – série policière espionnage norvégienne en 8 épisodes sur Arte. Une très bonne série venue du froid en plein été, ça rafraîchit !

Flash saison 4 – série américaine en 23 épisodes sur TF1 ; j’aime beaucoup les personnages récurrents de cette série de science-fiction ; cette saison est plus sombre.

MacGyver – série action américaine en 21 épisodes. Après la saison 1, je m’étais finalement attachée à l’équipe et j’ai suivi quand M6 a embrayé avec la saison 2 mais en ne diffusant qu’un seul épisode inédit au lieu de deux…

Maltese (Maltese, Il romanzo del Commissario) – mini-série italienne policière, en 8 épisodes, sur Arte. Invité au mariage de son meilleur ami, le commissaire Dario Maltese retourne à Trapani (Sicile) mais le couple est abattu devant lui et il va enquêter sur la mafia. Très bons acteurs, très bonne ambiance années 70 avec une belle BO, excellente série !

Marvel, les agents du Shied saison 4 – série américaine de science-fiction en 22 épisodes sur 6Ter. J’ai raté quelques épisodes (pas de replay) mais j’aime bien cette série et les personnages qui ont ici des rôles différents puisqu’ils sont dans Charpente, un monde simulé.

Motive : le mobile du crime – série policière canadienne en 13 épisodes, sur France2. Dès le début, le spectateur connaît l’assassin et la victime et suit l’enquête avec la police de Vancouver pour découvrir le pourquoi du comment. Pas mal.

Super Hero Family – série américaine science-fiction en 20 épisodes sur 6Ter. Les quatre membres de la famille Powell ont des pouvoirs mais ils arrivent à gérer car le père travaille pour la police et la mère est une scientifique. Je n’ai pas vu les premiers épisodes mais cette série bourrée d’action et d’humour est divertissante.

Taxi Brooklyn – série policière américaine mêlant action et comédie, en 12 épisodes, sur Numéro 23 devenu RMC Story. Caitlin « Cat » Sullivan, policière à Brooklyn (New York) fait équipe avec Léo Romba, un Marseillais exilé aux States et chauffeur de taxi. Surprise que cette série soit adaptée des films français Taxi (que je n’aime pas) ; je n’avais pas regardé cette série lors de sa diffusion sur TF1 et j’ai profité d’une rediffusion. C’est pas mal du tout (avec Ally Walker dans le rôle de la mère de Cat), action, humour, c’est divertissant.

Beaucoup de séries américaines cet été, policières et science-fiction ! J’ai raté Stella Blomkist sur 13e rue (série policière islandaise). J’ai hâte de voir la saison 5 de The 100 (Syfy) et les saisons 3 de Colony et de Zoo (TF1).