Olivier Philipponneau, l’expo et la rencontre

Il y a une dizaine de jours, je vous parlais de sept magnifiques albums illustrés d’Olivier Philipponneau : à lire de toute urgence si vous ne connaissez pas ! Je veux aujourd’hui vous montrer la très belle exposition L’oiseau à deux becs qui dure jusqu’au 19 mars. Lors de ma rencontre avec l’auteur, j’ai fait dédicacer L’oiseau à deux becs. Un auteur fort abordable et gentil comme tout. J’en ai profité pour lui demander quelle sorte d’animal est Zébulon ! Voici sa réponse : une partie zèbre, une partie putois et une partie hérisson.

OlivierPhilipponneau1

OlivierPhilipponneau2

OlivierPhilipponneau3

Publicités

Rencontre avec Angélique Villeneuve

VILLENEUVE - Fleurs d hiver.inddVous rappelez-vous que j’ai parlé de Les fleurs d’hiver d’Angélique Villeneuve en mai 2015 ? Ce cinquième roman de l’auteur a gagné le Prix La Passerelle 2015 (3e édition du Prix). Eh bien, hier soir la rencontre entre l’auteur et les bibliothécaires et lecteurs de la médiathèque a eu lieu. Super rencontre avec une Angélique Villeneuve naturelle, simple, ouverte et vive. Angélique fait partie des auteurs qui travaillent à fond sur leurs livres, qui s’engagent, qui recherchent, qui vont au-delà de l’histoire qu’ils veulent raconter, des auteurs pas prétentieux et qui ne se prennent pas la tête comme je les aime. Depuis Les fleurs d’hiver, j’ai lu Un territoire : beau roman en huis-clos d’une femme et deux enfants devenus adultes (je vous en parlerai prochainement) et j’ai acheté Grand paradis qu’Angélique m’a gentiment dédicacé (je vous en parlerai plus tard). J’ai plutôt filmé avec mon smartphone (j’espère que les vidéos sont réussies, je vous les montrerai dès que possible) et je n’ai finalement pris que trois photos que voici ci-dessous.

AngeliqueVilleneuve1

AngeliqueVilleneuve2

Louis Jaubertie et Gallica

Genre, je suis en retard pour parler d’un événement vieux de deux semaines !

J’ai eu le plaisir de rencontrer, le 24 septembre, Louis Jaubertie qui a parlé de Gallica et de sa nouvelle version. J’étais très intéressée car je suis le site de Gallica depuis une quinzaine d’années (et la page Facebook depuis peu).

Gallica, c’est, depuis 1997, la bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France (BnF) [lien]. Voici les liens vers le site et le nouveau blog de Gallica.

Gallica

Gallica met à disposition du public des fonds numérisés : livres, journaux, documents patrimoniaux, cartes, photos, enluminures (tout en accès libre sauf pour usage commercial).

Avec une semaine d’avance donc, j’ai vu le nouveau site de Gallica, sa nouvelle page d’accueil, ses nouvelles catégories et fonctionnalités (visualisation, zoom, recherche améliorée…).

Photo prise par PatiVore le 24 septembre 2015

J’espère que vous prendrez plaisir à visiter le très beau site de Gallica (il y a des millions de documents !) ainsi que ses déclinaisons (blog, Facebook, Twitter et Pinterest).

Quant à Louis Jaubertie, il a étudié l’histoire et les sciences de l’information. Il est conservateur des bibliothèques et archiviste-paléographe. Entré à la BnF (département Sciences et techniques) en 2010, il travaille pour Gallica (équipe réseaux sociaux) depuis 2011 et il est chef de projet médiation numérique depuis 2013. Il anime aussi des ateliers, donne des cours et des conférences.

Bonne visite de Gallica !

Interview de Pascal Marmet, auteur

Tire4epinglesPascal Marmet, bonjour et merci de m’avoir envoyé et dédicacé Tiré à quatre épingles [lien vers ma note de lecture].

C’est votre premier roman policier, n’est-ce pas ? Qu’est-ce qui vous a poussé à écrire un roman policier ? Lisez-vous des romans policiers ?

Oui on peut dire que c’est mon premier vrai polar bien que j’avais publié en 2012 un thriller, À la folie, chez France Empire. Je tiens cependant à en souligner la différence. Dans un polar, l’enquête est la plus importante et le lecteur se met à la place du commandant Chanel le héros de cette histoire, très parisienne, très Quai des Orfèvres puisque la plupart de l’action se déroule dans le 6e arrondissement de Paris. J’ai lu dans ma jeunesse beaucoup de romans policiers, oui. J’en lis moins car aujourd’hui ce sont souvent des traductions et il y a bien trop de sang !

Je n’ai pas (encore) lu vos autres romans mais j’ai l’impression que vous êtes très précis, pointilleux, que vous ne voulez pas laisser échapper le moindre détail, est-ce difficile, faites-vous de nombreuses recherches ou est-ce naturel dans votre processus d’écriture ?

Pour le roman du parfum et le roman du café oui une documentation énorme car ce sont des romans à thème et j’ai eu presque plus de recherches que d’écriture. Pour celui-là aussi puisque j’ai visité plusieurs fois le Musée des Arts premiers et la Gare de Lyon avec des responsables de la SNCF. Je pense que j’aime les choses bien faites, donc pour mois je trouve cela naturel. On n’écrit pas un livre en deux mois !

Je pense que vous aimez le parfum et le café (au vu de vos romans parus récemment aux éditions du Rocher) ! Aimez-vous aussi les trains ? (c’est ce qu’il m’a semblé à la lecture de Tiré à quatre épingles).

Je n’aime pas particulièrement les trains mais j’avais écrit mon premier livre dans un train entre un long, très long voyage entre Moscou et Vladivostok (10 jours et 10 nuits). En ce qui concerne le roman du parfum et le café, c’était des commandes de mes éditeurs mais j’ai pris beaucoup de plaisir à travailler comme un journaliste et à rencontrer des parfumeurs, des nez ou des torréfacteurs.

Et concernant l’art africain : avez-vous déjà été en Afrique ? Aimez-vous l’art africain ? Les arts premiers ? Êtes-vous collectionneur vous-même ?

Je suis allé en Afrique souvent mais c’était plus pour écrire le roman du café. Pour Tiré à quatre épingles, j’ai trouvé l’essentiel de mes recherches à Paris dans les boutiques d’art du 6e arrondissement et au Musée des Arts premiers, Quai Branly à Paris (Musée Chirac). Par ailleurs, n’oublions pas que, au départ, c’est un ancien préfet de police sous la présidence de M. Jacques Chirac qui se fait assassiner. Hommage à notre ex-président.

Prévoyez-vous un autre roman policier ou un roman sur un tout autre thème ?

Tout dépendra du succès de Tiré à quatre épingles. J’aimerais bien créer un héros récurrent, oui. En plus Chanel, ça sonne bien comme nom… « référence au roman du parfum ».

PascalMarmetPouvez-vous répondre à un petit questionnaire de Proust pour que les lecteurs vous connaissent mieux ?

Votre principale qualité ? Je suis perfectionniste, j’aime la qualité.

Votre principal défaut ? Quelquefois je suis impatient.

Votre occupation préférée (en dehors de l’écriture) ? Lecture, piscine, tennis et la marche.

Le pays où vous aimeriez vivre ? Dans un pays nordique.

Votre couleur préférée ? Rouge.

Votre vêtement préféré ? Blouson cuir ou costume, ça dépend des moments et des soirées !

Votre animal préféré ? Chien et chat, je suis les deux.

Votre végétal (plante ou fleur) préféré ? La rose.

Votre aliment préféré ? Le bon pain, les bons poissons.

Votre écrivain préféré ? Balzac, Flaubert.

Votre genre littéraire préféré ? Polar, biographie, essai, témoignage (j’aime apprendre quelque chose quand je lis un livre).

Votre compositeur ou musicien préféré ? Chopin.

Votre peintre préféré ? Picasso, Curtis, Matisse (tardif).

Un petit mot en plus pour mes lecteurs ?

Merci de m’avoir lu. J’espère que vous allez lire le nouveau titre 2015, Tiré à quatre épingles, paru chez Michalon.

Pascal, je vous remercie d’avoir répondu à mes questions (merci pour la photo aussi) et j’espère que mes lecteurs auront envie de découvrir votre univers et de lire vos romans !