En coup de vent… / 58 – MOOC Science-fiction

J’avais reçu l’info fin février et j’avais hâte de m’inscrire à ce MOOC (Massive Open Online Course) intitulé MOOC Science-fiction : explorer le futur au présent et délivré par l’Université d’Artois avec FUN MOOC et :

Anne Besson, professeur de Littérature générale et comparée à l’Université d’Artois (Arras), « spécialiste des ensembles romanesques et des constructions de mondes alternatifs, particulièrement en science-fiction, fantasy et littérature de jeunesse », auteur d’essais sur la science-fiction et la fantasy, que j’avais déjà eue pour le MOOC Fantasy (en 2015, il y a 3 ans, comme le temps passe !) ;

Simon Bréan, maître de conférences en Littérature française à la Faculté des Lettres de la Sorbonne, auteur de livres sur la science-fiction et membre du comité de rédaction de la revue en ligne ReS Futurae entre autres ;

Irène Langlet, professeur de Littérature contemporaine à l’Université de Limoges, rédactrice en chef de la revue ReS Futurae, auteur de livres et d’articles sur la science-fiction ;

Roland Lehoucq, astrophysicien au CEA Paris-Saclay, enseignant à l’École polytechnique et à l’Institut d’études politiques, auteur de livres « utilisant la science-fiction comme prétexte pour pratiquer les sciences » (comme Faire des sciences avec Star Wars publié chez Le Bélial en 2017, tiens je l’ai en pdf, il faudra que je le lise !) et, depuis 2012, président du festival international annuel de science-fiction Les Utopiales (Nantes) ;

Natacha Vas-Deyres, docteur en Littérature française, agrégée de Lettres modernes, enseignante dans le secondaire et à l’Université Bordeaux-Montaigne, chercheur au sein du laboratoire CLARE (EA 4593), spécialiste de la SF française et de la SF anglo-saxonne contemporaine, auteur de livres sur la science-fiction et fondatrice de la collection SF Incognita aux Presses universitaires de Bordeaux (PUB).

Que du beau monde, des spécialistes reconnus pour 8 semaines de cours entre le 8 mai et le 26 juin 2018 avec 2 parcours (le parcours solaire et le parcours stellaire) et 15 modules : l’histoire de la science-fiction, ses genres, les médias (livres mais aussi cinéma, séries, jeux vidéo…), la SF française, etc. Passionnant !!! Si vous êtes intéressés, vous pouvez encore vous inscrire (jusqu’au 22 juin).

« Que le grand voyage commence, vers ailleurs et demain ! »

J’aime beaucoup les visuels ; ils représentent très bien la science-fiction !

Publicités

Challenge Lire sous la contrainte

Il y a longtemps, dans une autre vie, dans un autre blog, en septembre 2012, je m’étais inscrite au challenge Lire sous la contrainte de Philippe et j’avais participé aux premières sessions (peut-être 15 ou 16). J’aimais bien ce challenge, illimité, différent des autres et, puisqu’il existe toujours et que je le redécouvre (merci Philisine Cave !), je m’y réinscris avec plaisir pour les prochaines sessions (je ne sais pas si je participerai à chaque contrainte). Plus d’infos, logos, consignes, etc. sur le blog dédié.

Session 38 avant le 27 mai.

Le petit terroriste d’Omar Youssef Souleimane.

Louise et Hetseni de Sophie Rigal-Goulard

Louise et Hetseni – Dans les plaines sauvages de Sophie Rigal-Goulard.

Rageot, mai 2018, 160 pages, 11,90 €, ISBN 978-2-70025-562-1.

Genres : littérature jeunesse, aventure, Histoire, fantastique.

Sophie Rigal-Goulard dit qu’elle est « née en 67 dans le 67 » mais elle habite dans le 13 (logique puisque 6+7=13). Après un bac scientifique et un DEUG d’économie, elle devient institutrice puis se lance dans l’écriture jeunesse en 2000. Plus d’infos sur http://www.sophie-rigal-goulard.fr/.

Avril 1851, un convoi de chariots traverse le Grand Ouest pour la Californie, eldorado pour beaucoup de colons : « des terres vierges et riches de promesses » (p. 8). Le jeune Jonas Pellman, qui vient de perdre sa mère dans l’Illinois, voyage avec son père, Cody Pellman ; à 11 ans, il est effrayé par les histoires de massacres perpétrés par les Indiens qu’il entend. « Un Indien, c’est un animal sauvage, prêt à t’égorger avec ses dent s’il le faut, après t’avoir scalpé sur toute la surface de ton crâne » (p. 9). Plaines sauvages, chaleur, poussière, bourrasques de vent, violents orages… Lorsqu’il est enlevé par les Cheyennes, il devient Hetseni, « celui qui devait venir » (p. 83).

À notre époque, à Paris, Louise Boyer, une collégienne de 12 ans, lit en cachette le nouveau roman que son père, Franck Boyer, écrit. « Mon père s’est enfin remis à écrire. Même si ce ne sont que quelques lignes… Depuis sa séparation avec ma mère, il ne produisait plus grand-chose. » (p. 13). L’histoire est celle de Jonas-Hetseni et, bizarrement, Louise et Jonas sont en contact par la voix ! « Je serais juste un personnage d’histoire, sans existence propre ? […] Tout est bien réel pourtant. […] Ce n’est pas un rêve ! » (p. 38).

Pour Sophie Rigal-Goulard, c’est un rêve d’enfance de pouvoir communiquer avec les personnages des livres qu’elle lisait et qu’elle appréciait, et c’est donc une façon d’honorer ce rêve que d’avoir fait communiquer Louise et Jonas-Hetseni. Ce roman jeunesse (la tranche d’âge préconisée par l’éditeur est 9-12 ans) va au-delà du simple roman d’aventures et les adultes qui aiment l’Ouest américain, les Indiens et les westerns peuvent le lire aussi avec plaisir et émotion. Car par ce récit inspiré de récits historiques et la relation « fantastique » entre Louise et Jonas à travers l’espace et le temps, cette histoire est une réflexion sur les peuples indiens dont les colons prennent les territoires, les Grandes Plaines, et massacrent les bisons. Qui sont les sauvages ? « Ce qui m’inquiète aujourd’hui, c’est la façon dont on occupe leurs territoires en bafouant les traités… Nous devons rester vigilants pendant notre voyage. » (p. 56-57). C’est aussi, par l’intermédiaire de l’écrivain et de Louise, une réflexion sur le laborieux et solitaire travail d’écriture et sur l’impatience du lecteur à lire la suite d’une histoire, à en savoir toujours plus (Louise se renseigne sur le Grand Ouest, sur les faits historiques, elle rencontre même Mathias Stelman, un nouvel élève franco-américain qui arrive tout droit des plaines le long du Missouri !). « Ce n’est pas simple pour moi de lire ce que mon père écrit puisqu’il quitte de moins en moins son bureau. […] J’ai été à deux doigts de demander à mon père ce qu’il envisageait pour la suite. Et puis… j’ai préféré me taire. » (p. 84). De son côté, Jonas-Hetseni doute : « Être « Hetseni » me terrifie » (p. 90) mais il découvre avec curiosité et émerveillement la façon de vivre des Indiens, les enfants (ka’êškone) qui aident les femmes, les adolescents et les hommes qui s’affairent plus loin du campement souvent à la chasse, le Grand Esprit des Plaines, les chevaux, les bisons, « la beauté du paysage » (p. 103), les symboles, les rituels, les épreuves initiatiques pour devenir un homme, un guerrier. Et puis, comme il comprend qu’il n’est pas maître de son destin puisque, plus d’un siècle et demi plus tard, c’est un homme inconnu de lui qui l’écrit, il va vouloir choisir sa voie, sa vie et c’est ce qui fait le piquant de ce roman.

Je remercie NetGalley et Rageot puisque j’ai pu lire ce roman en numérique le jour de sa parution en librairie (9 mai) dans le cadre du NetGalley Challenge 2018. Je le mets aussi dans les challenges Jeunesse Young Adult #7, Littérature de l’imaginaire, Petit Bac 2018 (pour la catégorie Prénom) et Printemps de l’imaginaire francophone 2018.

NetGalley Challenge 2018

Je suis inscrite sur NetGalley depuis un bout de temps (2016) mais je n’y suis pas assez présente… M’inscrire au NetGalley Challenge 2018, c’est pour moi l’occasion de publier plus sur cette sympathique communauté de lecteurs ! Infos sur ce challenge du 7 mai au 7 juin 2018, logo, etc. sur NetGalley France lance son premier challenge de lecture. Vous en êtes aussi ?

Mes lectures pour ce challenge

1. Louise et Hetseni – Dans les plaines sauvages de Sophie Rigal-Goulard (Rageot, mai 2018)

NetGalleyChallenge2018-Defi1

Défi #1 : mon profil lecteur est à jour 🙂

NetGalleyChallenge2018-Defi2

Défi #2 : j’ai personnalisé mes paramètres de lectures 🙂

Mois espagnol #4

Pas question que je rate le Mois espagnol 2018 de Sharon car j’ai déjà participé aux trois premières éditions en 2015, 2016 et 2017 ! En plus, ce mois correspond également au Défi littéraire de Madame lit qui a choisi la littérature espagnole pour mai. Donc hola et vamos, désolée mais je n’ai pas étudié l’espagnol et mon vocabulaire est très pauvre 😛

Mes billets pour ce challenge

Et voici les deux magnifiques logos repérés chez Cannibal Lecteur :

En passant

En coup de vent… / 57

Suite à mon En coup de vent… / 56, je veux vous dire que je suis de retour puisque je suis dans mon nouveau chez moi (depuis le 23 avril au soir) et que j’ai de nouveau une connexion. Un petit problème avec mon écran et avec la pièce où je voulais mettre l’ordinateur… C’est pourquoi mon bureau reste vide et que j’ai installé provisoirement l’ordinateur sur la table du salon ce qui n’est pas pratique du tout mais j’espère que le problème sera réglé rapidement ! Sur la première série de photos, vous pouvez voir la salle à manger – salon bien encombrée et sur la deuxième série de photos, la deuxième chambre qui doit me servir de bureau – bibliothèque – chambre d’amis mais… Dans cette pièce aucune prise avec la terre donc il vaut mieux que je n’y branche pas mon ordinateur (déjà que l’écran est foutu !). Quant aux bibliothèques, il y en a quatre que je ne les ai pas gardées (plus une grande étagère) et je n’aurai pas assez pour tout ranger. Heureusement j’ai quelques placards, d’ailleurs je vous montrais déjà une photo de mes DVD samedi. Comme tout a été mis n’importe comment, j’en ai pour des plombes à tout trier et ranger… Et de votre côté, je ne sais pas si vous faites un pont ou si vous travaillez mais je vous souhaite une bonne semaine, enfin ce qu’il en reste ! PS : j’avais oublié de vous dire que PatiVore a fêté ses 3 ans le 1er mai 🙂

Salle à manger – salon

Bureau – bibliothèque – chambre d’amis

Image

Défi 52 semaines 2018 #17 et 18

Pour la même raison que j’ai pris du retard dans le Projet 52-2018 #17 et 18, j’ai manqué les rendez-vous pour le Défi 52 semaines 2018 de Girl kissed by fire. Le thème de la semaine dernière était or et le thème de cette semaine est ville. Comme j’ai peu de temps et beaucoup de choses à rattraper et à faire, voici simplement deux photos : la première représente des feuilles couleur or (c’est une création de Sylvie Dols exposée avec ses autres livres d’artistes) et la deuxième photo provient de mes archives avec une vue d’automne (2017) de la ville de Grenoble. Je vous souhaite un excellent long weekend 🙂

Un des livres d’artistes de Sylvie Dols

Grenoble en automne