Soyeon KIM, artiste et illustratrice coréenne

Connaissez-vous Soyeon KIM ? C’est une artiste sud-coréenne qui vit au Canada et qui est exceptionnellement douée ! Elle a étudié les Beaux-Arts et les arts visuels à l’Université de York à Toronto (Ontario, Canada).

Plus d’infos et illustrations sur son site officiel, Kim Soyeon Art, et sur son Instagram, Soyeonis.

Elle a brillamment illustré plusieurs albums illustrés pour la jeunesse : dessins, collages, en particulier pour montrer les animaux, les fonds marins et la Nature.

Les albums illustrés écrits par Elin Kelsey (1961-…, Canada)
You Are Stardust (2012)
Wild Ideas – Let Nature Inspire Your Thinking (2015)
You Are Never Alone (2019)
A Last Goodbye (2020)

Les albums illustrés écrits par d’autres auteurs
Is This Panama? A Migration Story de Jan Thornhill (2013) (1955-…, Canada)
Sukaq and the Raven de Roy Goose (Canada, Inuit) et Kerry McCluskey (Canada) (2017)
Once Upon an Hour d’Ann Yu-Kyung Choi (Corée du Sud, 1975, émigrée au Canada) (2020)

Ces albums sont en anglais mais il sont aisés à comprendre ; leurs thèmes sont la Nature, la mer, les animaux, leur protection.

Elle expose, en particulier au Canada (principalement en Ontario), mais aussi en Australie (Adelaide), aux États-Unis (Brooklin, NY) et en Russie (Saint Pétersbourg). Si elle passe en France, en particulier dans ma région, je veux bien aller la rencontrer et voir ses œuvres superbes !

Et vous, est-ce que vous aimez ?

Un billet pour le Challenge coréen 🙂

Le cerf-volant de Toshiro de Ghislaine Roman et Stéphane Nicolet

Le cerf-volant de Toshiro de Ghislaine Roman et Stéphane Nicolet.

Nathan, collection Album, mars 2018, 32 pages, 11,90 €, ISBN 978-2-09-258043-1.

Genre : album illustré français.

Ghislaine Roman naît en 1957 dans les Pyrénées. Elle vit à Toulouse et elle est autrice jeunesse. Plus d’infos sur son site officiel.

Stéphane Nicolet naît en 1973 en Bourgogne mais il vit en Dordogne. Il commence sa carrière d’illustrateur en 1998 et travaille pour les éditions Nathan depuis 2009.

Toshiro va au parc avec son grand-père Satô pour essayer son cerf-volant. C’est un cerf-volant fait maison avec du papier, des tiges de bambou et illustré avec un dragon. Prêt à faire voler ce cerf-volant ? Il ne faudrait pas que le ruban s’emmêle ! Mais grand-père Satô est tellement vieux et courbé qu’il ne peut pas lever la tête vers le ciel pour voir le dragon voler… Toshiro va devoir se montrer ingénieux.

Mon passage préféré parmi ces beaux moments durant lesquels le garçon est avec son grand-père. « Souvent Grand-Père Satô racontait son enfance, les ombrelles des dames et leurs beaux kimonos de soie. Toshiro écoutait. Mais si parfois ses yeux s’étonnaient, jamais sa bouche ne prononçait une parole. »

Ce magnifique album illustré – qui se déroule au Japon et donc je le mets dans le challenge Un mois au Japon – est sélectionné pour le prix Incorruptibles 2019-2020 (niveau CE1).

Un détail mais il a son importance : pour le prénom (masculin) Toshirô, le o final est un o long et donc il manque l’accent circonflexe dans l’album. Beaucoup de prénoms masculins japonais se terminent en rô : Ichirô (premier fils), Jirô (second fils), Saburô (troisième fils), Shirô (quatrième fils), Gorô (Miyazaki par exemple), Hachirô, Shichirô (Fukazawa par exemple), Tarô (et ces composants Eitarô, Gentarô, Kentarô, Shintarô, etc.), Yoshirô (Nagayo par exemple), bref je le disais ça peut vous sembler un détail mais pour moi ça a une importance (et quand on veut faire japonais, on fait vraiment japonais).

J’ai l’impression que les dessins sont à l’encre de Chine ; il y a des couleurs pastels ou des tons noir, blanc, gris selon les saisons puisque l’histoire se déroule sur les quatre saisons, du printemps à l’hiver (les quatre saisons sont très importantes au Japon, elles ont chacune leurs particularités). Les détails, fleurs, feuilles, et surtout le vent sont vraiment très bien rendus.

Nous avons là un très bel album plein de beauté, de poésie et d’amour que je vous conseille chaleureusement.

ABC… K – Seoul de A à Z de Seutépanie Lapointe

ABC… K – Seoul de A à Z de Seutépanie Lapointe.

Seusolo, août 2015, 64 pages, 12 €, ISBN 978-2-95538-770-2.

Genre : abécédaire franco-coréen.

Stéphanie Lapointe naît à Agincourt (près de Nancy), elle a 38 ans, elle est graphiste depuis plus de 15 ans (études en publicité, graphisme et multimédia). Elle découvre le Japon et surtout la Corée du Sud en 2010 : elle y a voyagé, elle y a habité, elle y a travaillé et bien sûr elle parle le coréen.

ABC… K – Seoul de A à Z est un abécédaire illustré. Il y a 26 lettres dans l’alphabet occidental et Stéphanie Lapointe propose deux mots par lettres (qui sont à chaque fois mis en opposition mais avec un lien entre eux) soit 52 mots (coréens ou français). À noter que, « pour respecter le nom coréen, Seoul est écrit sans accent » (ça me fait bizarre quand même !).

Immergée dans le pays, la langue et la culture coréennes, graphiste de surcroît, Stéphanie Lapointe était (par)faite pour écrire et dessiner ce beau livre qui nous apprend tellement de choses sur la Corée du Sud et sur Seoul !

Mes mots préférés : bibimbap, kimchi (bon j’avoue, c’est de la nourriture !) et hanbok (le vêtement traditionnel coréen). Tout comme au Japon, il y a en Corée du Sud un continuel va et vient entre traditionnel et modernité.

Une info surprenante : s’il y a des bars à chats en Corée du Sud (comme au Japon), il y a aussi des cafés avec des moutons qu’il est possible de caresser (p. 8) !

ABC… K – Seoul de A à Z est le premier livre publié par Seusolo, une petite maison d’éditions créée par Stéphanie Lapointe. Il est aussi le seul ! Mais il existe en français et en anglais et il y a aussi quelques cartes postales.

Durant le précédent Challenge coréen, Bidib et Lee Rony avaient lu et apprécié ce livre.

Un truc marrant : dans l’exemplaire que j’ai, je viens de retrouver les deux tickets de poste car j’avais envoyé deux exemplaires (sûrement aux blogueurs ci-dessus) mais je ne sais pas si ensuite, ils ont circulé (photo ci-contre).

Un billet pour le Challenge coréen bien sûr et Petit Bac 2020 (pour la catégorie Lieu avec Seoul évidemment).

Le jeudi, c’est musée/expo #21

Du 28 janvier au 15 février, exposition Tangram d’après le livre de Sylvain Lamy et Alice Brière-Haquet à la médiathèque La Passerelle. J’ai lu le livre et j’ai vu l’expo ; par contre, je n’ai pas rencontré Sylvain Lamy car je ne travaillais pas le jour de sa venue, tant pis !

Tangram de Sylvain Lamy et Alice Brière-Haquet.

3œil, avril 2017, 32 pages, 12 €, ISBN 978-2-95577-701-5.

Genres : littérature française, album illustré.

Tang rame, il est sur une barque. Il se perd… et craque ! Que va-t-on bien pouvoir faire avec toutes ces pièces ?

Sylvain Lamy, né le 28 août 1983, est auteur, illustrateur, graphiste et typographe. Il a travaillé pour Cambourakis et Le Nouvel Attila.

Alice Brière-Haquet, née le 10 février 1979, est autrice et traductrice. Elle a, à son actif, plus de 50 albums illustrés ! Parmi eux, j’ai lu Le peintre des drapeaux (2012), Zébulon et la pluie (2016) et Le ballon de Zébulon (2017) entre autres (j’en ai parlé ici). Plus d’infos sur son blog, http://le-wonderblog.blogspot.com/.

Ci-dessous, quelques photos de l’expo :

Image

Projet 52-2019 #26

Billet publié avec du retard : à cause des journées caniculaires, je n’ai pas allumé l’ordinateur… Vingt-sixième semaine pour le Projet 52-2019 de Ma avec le thème histoire(s). Photo toute récente puisque je l’ai prise hier vendredi en soirée. Que d’histoires dans ces albums illustrés et dans ces contes, des histoires pour les enfants mais aussi des histoires qui parlent aux adultes ! Je vous souhaite un bon week-end (malgré la canicule) et, si vous voulez participer à ce projet photographique, allez voir Ma !

Throwback Thursday livresque 2018-27

Pour ce jeudi 5 juillet, le thème du Throwback Thursday livresque 2018 est « en plein vol » (avion, hélicoptère, ailes ou pouvoir magique). Aucune hésitation, je vous propose Le renard et l’aviateur de Luca Tortolini et Anna Forlati : par contre, c’est un grand album illustré, pas un roman, j’espère que ça ne dérange pas ! Antoine a un accident avec son avion, il blesse un petit renard avec qui il deviendra ami. Antoine… Oui, Saint-Exupéry ! Et on sait que l’avion fut très important dans sa vie (et dans sa mort aussi…). Vous pouvez voir les autres participations chez BettieRose. Bonne fin de semaine et bon weekend estival !

Cœur de bois d’Henri Meunier et Régis Lejonc

Cœur de bois d’Henri Meunier et Régis Lejonc.

Notari, collection L’oiseau sur le rhino, 2016, 34 pages, 19 €, ISBN 978-2-970106-89-0.

Genres : album illustré, conte.

Henri Meunier, né en 1972 à Suresnes, vit à Londres. Étudiant en Arts plastiques puis travailleur social à Bordeaux, il est écrivain, plutôt pour la jeunesse. Du même auteur chez Notari : les albums La mer et lui, La rue qui ne se traverse pas également illustrés par Régis Lejonc.

Régis Lejonc, né en 1967 à Suresnes, a grandi à Annecy, vit et travaille à Bordeaux. Il est illustrateur pour plusieurs éditeurs. Plus d’infos sur sa page FB.

C’est l’hiver, janvier est froid. Aurore, la quarantaine, se prépare pour sortir. « Elle s’apprécia une dernière fois dans le miroir. ‘La plus belle, c’est moi. Et merde à Blanche Neige !’, gloussa-t-elle. » (p. 5). En partant, elle s’arrête à la boulangerie et achète une galette des rois. Aurore pense à ses enfants, aux prochaines vacances, c’est une femme heureuse. En fait, elle va rendre visite à un vieillard qui vit seul dans une chaumière perdue en pleine forêt. « […] un pavillon de chasse délabré. Le fantôme d’une superbe passée. » (p. 9). Vous serez surpris de découvrir le vieillard impotent !

C’est la troisième fois que je lis cet album ! En numérique d’abord, en papier ensuite (un bel album, grand format, superbe ambiance réaliste, feutrée, mystérieuse) et de nouveau en numérique parce que je veux en parler sur le blog. Et je remercie les éditions Notari de me l’avoir envoyé en numérique.

Les images en aquarelle sont magnifiques, elles ressemblent à des gravures, mais l’histoire de cet album illustré pour « les grands » est surprenante. Une histoire de grandeur d’âme, de pardon peut-être, de vie épanouie et équilibrée assurément, avec une référence à un célèbre conte.

Olivier Philipponneau, l’expo et la rencontre

Il y a une dizaine de jours, je vous parlais de sept magnifiques albums illustrés d’Olivier Philipponneau : à lire de toute urgence si vous ne connaissez pas ! Je veux aujourd’hui vous montrer la très belle exposition L’oiseau à deux becs qui dure jusqu’au 19 mars. Lors de ma rencontre avec l’auteur, j’ai fait dédicacer L’oiseau à deux becs. Un auteur fort abordable et gentil comme tout. J’en ai profité pour lui demander quelle sorte d’animal est Zébulon ! Voici sa réponse : une partie zèbre, une partie putois et une partie hérisson.

OlivierPhilipponneau1

OlivierPhilipponneau2

OlivierPhilipponneau3

Le diamant fou de Federico García Lorca

DiamantFouLe diamant fou de Federico García Lorca – Traduit de l’espagnol par André Belamich, Claude Couffon et Bernard Sesé – Illustré par Séverine Assous.

Éditions Michalon [lien], collection Album Tatou, octobre 2006, 43 pages, 15 €, ISBN 978-2-84186-329-7.

Genre : Poésie

C’est pour le Mois espagnol de Sharon que j’ai lu ces poèmes de Federico García Lorca. Cet auteur espagnol, né le 5 juin 1898, a été exécuté le 17 août 1936. Il jouait du piano, il chantait, il peignait, il écrivait, il avait voyagé à New York et à Cuba, il était engagé. Il était ami avec Salvador Dalí qui disait de lui qu’il était un diamant fou. Très belle biographie de García Lorca écrite par Héliane Bernard (p. 40 à 42) et un hommage (p. 2).

Les 18 poèmes présentés dans cet album illustré par Séverine Assous ont été écrits entre 1920 et 1936. Ils racontent la vie, les femmes, l’amour, la musique, New York et Cuba. Ce recueil est bien plus agréable à lire qu’un recueil habituel, académique. Les illustrations en double page sont intenses et colorées, elles entourent bien les poèmes. J’ai en fait découvert Federico García Lorca que je n’avais jamais lu et c’est une belle surprise !

MoisEspagnolMai2015-3Mon poème préféré est Suite (1923).

« Toute chanson

est une eau dormante

de l’amour.

Tout astre brillant

une eau dormante

du temps.

Un nœud

du temps.

Et tout soupir

Une eau dormante

du cri. »

Le cerf aux bois d’argent de Mani et Gabrielle Richard

[Article archivé]

Le cerf aux bois d’argent est un album illustré de Mani et Gabrielle Richard. Chemins de traverse, septembre 2011, collection L’Arche, 20 pages, 7,99 €, ISBN 978-2-313-00291-9.

Mani est l’auteur de cet ouvrage mais elle est aussi illustratrice et webdesigner.

Gabrielle Richard est l’illustratrice ; elle aime les univers étranges, merveilleux, oniriques.

Le cerf au bois d’argent est fier de ses bois, tellement fier qu’il se croit supérieur. Ses congénères ne supportent plus son arrogance et l’abandonnent dans « la forêt des illusions ». Seul, perdu au milieu de cette forêt magique, le cerf aux bois d’argent a faim, il a sommeil, il a soif mais il a trop peur car les végétaux lui disent tous qu’il perdrait ses bois s’il mangeait, s’il se reposait, s’il buvait.

Le cerf va-t-il se défaire de son orgueil et apprendre la tendresse, la chaleur fraternelle, la loyauté… ? Les dessins féeriques sont très beaux mais les couleurs psychédéliques rendent cet album un peu spécial ! J’espère que vous aimerez !

Une lecture pour les challenges Animaux du monde, Arche de Noé, Je lis aussi des albums, Petit Bac 2014 (catégorie Animal).