Mes coups de… /8-2018

Du blues et encore du blues dans ce billet « Mes coups de… ».

Coups de blues x3

René Pétillon naît le 12 décembre 1945 à Lesneven (Finistère, Bretagne). Il est dessinateur de presse, dessinateur de bandes dessinées et scénariste de bandes dessinées (Le Baron noir). Ses dessins sont publiés dès 1968 dans plusieurs magazines (Planète, Pilote, etc.). En 1974, il crée Jack Palmer, un détective décalé parodique des célèbres détectives privés littéraires. Mes épisodes préférés sont Un détective dans le Yucca (Albin Michel, 1989, tome 8) et L’enquête corse (Albin Michel, 2000, tome 12) : Alph-Art du meilleur album français du festival d’Angoulême 2001, volume adapté au cinéma en 2004 par par Alain Berberian. Par contre, je n’ai jamais vu la série animée réalisée par Jacky Bretaudeau, Luc Vinciguerra et René Pétillon (diffusée en décembre 2001 sur Canal+), Jack Palmer ou le détective malgré lui (30 épisodes de 1’30 chacun). Il a d’autres bandes dessinées à son actif. Il meurt le 30 septembre laissant Jack Palmer et ses lecteurs orphelins.

Charles Aznavour naît le 22 mai 1924 à Paris dans une famille arménienne. Il n’est pas mon chanteur préféré mais en écoutant l’émission hommage sur France2 lundi soir, je me rends compte que je connais toutes les chansons qui passent (bon, je ne connais peut-être pas les plus de 1 200 titres de son répertoire !) et, ça je le savais déjà, j’aime beaucoup les films dans lesquels il a joués en particulier Un taxi pour Tobrouk de Denys de La Patellière avec Lino Ventura (1960) et Les fantômes du chapelier de Claude Chabrol avec Michel Serrault (1982). Il meurt le 1er octobre chez lui, à Mouriès, dans son sommeil. Il y a tant de choses à dire sur l’homme et sur l’artiste que je ne connais pas assez mais il a écrit deux autobiographies, Le temps des avants (Flammarion, octobre 2003) et Aznavour en haut de l’affiche (Flammarion, novembre 2011) ainsi qu’un recueil de nouvelles, Mon père, ce géant (Flammarion, octobre 2007) pour ceux que ça intéresse.

Antoine Sfeir naît le 25 novembre 1948 à Beyrouth au Liban. Il commence des études de médecine et écrit pour le journal francophone L’Orient-Le Jour que je connais car je consulte régulièrement L’Orient littéraire (ce qui permet d’avoir un point de vue différent sur la littérature francophone et la littérature arabe). Il devient journaliste et étudie alors le Droit et les sciences politiques. Guerre civile dans son pays, séquestration en Palestine entre autres, il se réfugie en France où il devient un expert des pays arabes et du monde musulman pour plusieurs magazines (dont L’Événement du jeudi que j’aimais bien). J’ai lu plusieurs de ses articles et je l’ai entendu plusieurs fois dans des émissions télévisées, des débats, c’était un homme posé, sérieux, intègre. En 1985, il fonde une revue d’études et de réflexion sur les mondes arabe et musulman (du Maghreb à l’Asie), Les Cahiers de l’Orient. Entre 2005 et 2007, il fait partie des membres qui créent l’Observatoire de la laïcité. Il meurt le 1er octobre. Vous pouvez consulter son blog (s’il reste en ligne) et ses nombreux livres documentaires.

Et pour le coup de cœur, consultez Mes coups de… /7-2018 – Rencontres photo Chabeuil !

Publicités

Mes coups de… /6-2018

Encore deux coups de blues, ça fait beaucoup depuis le début de l’année…

Isao Takahata recevant son Cristal d’honneur au Festival international du film d’animation d’Annecy 2014 (Boungawa)

Coup de blues #1

Isao Takahata (1935-2018) était un immense réalisateur de films d’animation japonais, co-fondateur du studio Ghibli (avec Hayao Miyazaki) : Horus prince du soleil (1968), Panda petit panda (1972-1973), la série animée Heidi (1974), la série animée Conan le fils du futur (1978, participation à des épisodes), Kié la petite peste (1981), Goshu le violoncelliste (1982), Le tombeau des lucioles (1988), Omoide poroporo, souvenirs goutte à goutte (1991), Pompoko (1994), Mes voisins les Yamada (1999), Le conte de la Princesse Kaguya (2013), tous, je les ai tous vus, et revus. Il est mort jeudi… Le studio Ghibli va-t-il se remettre de cette perte ? R.I.P. Plus d’infos sur Studio Ghibli (en japonais) et sur Buta Connection (en français).

Coup de blues #2

Jacques Higelin (1940-2018) était un grand artiste, auteur, compositeur, interprète, multi instrumentiste, acteur aussi. Il est mort vendredi. Ce n’était pas un chanteur que j’écoutais souvent mais, quand je suis née, en 1966, il avait déjà joué dans plusieurs films et il enregistrait ses premières chansons. Des chansons à textes, des chansons rock. J’avais treize ans quand je l’ai entendu pour la première fois (ou alors j’ai oublié les titres précédents), c’était Champagne alors… Champagne pour tout le monde ! (parce que je ne n’aime pas le caviar), l’idée lui plairait je pense même si c’est triste pour ses proches. R.I.P. Plus d’infos sur http://www.jacqueshigelin.fr/.

Coup de gueule

De la violence partout… Partout ! Des agressions, des attentats… ÇA SUFFIT !!!

Pourvu de Gauvain Sers

Gauvain Sers, vous le découvrez seulement maintenant à cause de la polémique suite à une émission télévisée du samedi soir (que je ne regarde pas) ? Tant mieux pour vous, la découverte d’un artiste, c’est toujours un grand moment et ça fait du bien.

J’ai entendu le premier single Pourvu en mai 2017 et j’ai demandé à ma bibliothèque d’acheter le CD qui sortait début juin 2017 pour que tout le monde puisse écouter ce jeune artiste talentueux.

Un premier album que, depuis, j’écoute en boucle. 🙂 14 titres tous plus mieux bien les uns que les autres, à tel point que Pourvu n’est pas mon titre préféré mais plutôt Dans la bagnole de mon père, Sur ton tracteur, Le ventre du bus 96, entre autres.

Un petit jeune issu de la campagne profonde, il y en a que ça dérange ? Son look « vieille France » dérange ? Sa « ressemblance » avec Renaud (que j’écoute depuis l’adolescence) et son timbre de voix « similaire » à celui de Renaud dérangent ? Tant pis pour vous ! Parce que ses textes sont beaux, tout simplement, plein de sincérité, de tendresse, voire de nostalgie ; ses chansons pop folk parlent de la vie, du passé, des souvenirs, sa voix est vraiment belle et il saura trouver sa place dans le monde de la chanson française alors, s’il vous plaît, écoutez Gauvain Sers ❤

Je n’ai pas réussi à insérer ces deux vidéos…

https://youtu.be/d-s1cIi9yQY

https://youtu.be/_VXs7NSl96o

Plus de Gauvain Sers (né le 30 octobre 1989 à Limoges et ayant grandi dans une petite ville de la Creuse), auteur compositeur interprète sur son site officiel, sur sa page FB et ses vidéos sur sa chaîne YT.

Mes coups de… /1-2018

Mon premier coup de… de l’année est triste…

Coup de blues

J’apprends que France Gall est morte aujourd’hui, à 70 ans, des suites d’un cancer… 😥 Elle a donné tout pour la musique, et pour l’Afrique, et elle a sûrement rejoint le paradis blanc où l’attendait Michel Berger depuis bientôt 26 ans… J’ai toujours aimé France Gall et j’ai toujours fredonné ses chansons, même les anciennes d’avant ma naissance (Sacré Charlemagne, Poupée de cire poupée de son…). En 1976, lorsque sort son premier album, j’ai 10 ans et j’entends à la radio ou à la télévision La déclaration d’amour, Comment lui direÇa balance pas mal à Paris, j’aime, je les chante en essuyant la vaisselle, j’essaie d’imiter sa voix, enfantine, ingénue, je ne sais pas si j’y arrive mais je suis sa carrière, son amour avec Michel Berger (1947-1992), ses actions humanitaires dans les années 80 et je pense que je connais toutes ses chansons, enfin pas par cœur, mais je les ai toutes entendues et chantées plusieurs fois : Si maman si, Viens je t’emmène, Besoin d’amour, Il jouait du piano debout, Donner pour donner, Tout pour la musique, Résiste, Diego libre dans sa tête, Débranche, Hong Kong star, Calypso, Cézanne peint, Babacar, Elle elle l’a, Évidemment, etc., je les aime toutes et voici les vidéos de mes trois titres préférés : Diego libre dans sa tête (1990), Cézanne peint (1984) et Évidemment (1987).

30 Days Music Challenge – 30

Trentième et dernier jour pour le 30 Days Music Challenge : une chanson qui me rappelle à moi-même. Je pense que vous pouvez réécouter toutes les chansons que j’ai choisies durant ce mois, elles ont toutes quelque chose à voir avec moi, des souvenirs, tout ça, mais je vais finir avec Dans mon HLM de Renaud car cette chanson me rappelle d’où je viens, du monde ouvrier, pauvre, dans un HLM effectivement (je n’ai jamais vécu en maison et je ne suis même pas sûre que ça me plairait !) ; ce titre est dans le quatrième album studio de Renaud, Marche à l’ombre, sorti en 1980, j’avais 14 ans et j’ai réclamé un bandana (un de mes frères en avait un aussi).

30 Days Music Challenge – 27

Vingt-septième jour pour le 30 Days Music Challenge : une chanson qui me brise le cœur. Bon sang, j’ai déjà mis trois chansons qui me rendent triste, le 10 du mois : Mon vieux de Daniel Guichard (1974), Tu ne m’as pas laissé le temps de David Hallyday (1999) et Wight is Wight de Michel Delpech (1969). Donc il faut encore plus triste ! Ce sera Le déserteur de Boris Vian (1954), Comme un arbre dans la ville de Maxime Le Forestier (1972) et surtout Here’s to you Nicola and Bart de Joan Baez (1971) qui semble entraînante mais qui me…

Vidéo

Danse avec moi de Mesparrow

mesparrow-keep-this-moment-aliveMesparrow – de son vrai nom Marion Gaume – naît à Tours dans le Val de Loire. Elle étudie le piano, le chant, va aux Beaux-Arts et chante dans quelques groupes de rock. Sa carrière solo débute en 2011 avec un EP de deux titres : On The cliff et Next bored generation. En 2013 sort son premier album, Keep this moment alive qui contient 13 titres, un genre de pop rock avec un peu de soul, un peu d’électro et une voix « cassée ». Je n’ai pas encore écouté le nouvel album, Jungle contemporaine, normalement sorti mi-octobre, et dont les titres sont en français. Le titre que je veux vous faire écouter est celui en français du premier album (les 12 autres titres sont en anglais), Danse avec moi en duo avec Frànçois (du groupe Frànçois and The Atlas Mountains). Un joli titre, lancinant pour lequel j’ai craqué. Et vous ?