Le blues du chat de Sophie Chabanel

Le blues du chat de Sophie Chabanel.

Seuil, collection Cadre noir, mars 2019, 304 pages, 19 €, ISBN 978-2-02141-874-3.

Genres : littérature française, roman policier.

Sophie Chabanel a étudié à HEC Paris (1987-1990) et a d’abord travaillé en entreprise avant de se lancer dans l’écriture. Du même auteur : La griffe du chat (mars 2018). Plus d’infos sur son site pro, « Former, écrire, accompagner », http://www.sophie-chabanel.com/.

Ancien trader, pro de la communication, reconverti dans la cause environnementale, François-Xavier Tourtier a fait une réaction anaphylactique due aux crevettes : accident ou meurtre ? « L’ex-trader François-Xavier Tourtier, fondateur et P.D.G. de Soleil et Terre, est mort hier soir à Roubaix, pendant sa remise de Légion d’honneur. » (p. 21). De plus, « Les seringues de secours de Tourtier ont été vidées et remplies d’eau. On a bien affaire à un assassinat. » (p. 22). La commissaire Romano (femme libre de 47 ans) et son adjoint Tellier mènent l’enquête et ils ne manquent pas de suspects qui déblatèrent. « Romano pour qui écouter ce genre de boniments était toujours une épreuve, respira profondément. C’était d’ailleurs un grand mystère : pourquoi un métier qui demandait autant d’intelligence consistait-il, en grande part, à écouter des idioties ? » (p. 144).

Ce roman policier se déroule à Roubaix, une ville industrielle du nord de la France (qui souffre de la désindustrialisation et donc d’un fort taux de chômage) mais je ne dirais pas que ce roman est un polar du terroir, c’est un roman policier classique, avec une enquête classique, un roman sans prétention. Par contre, il y a une belle ambiance et une belle galerie de personnages chez les policiers (Romano, Tellier, Clément, Bertin) et chez les suspects (Ariane Tourtier l’épouse éplorée, son grand-père monsieur de Courcel, le père Criaud…) sans oublier le chat, Ruru (qui n’est pas le même que dans le premier tome, La griffe du chat) et aussi beaucoup d’humour (de la malice dit l’éditeur).

Le blues du chat qui m’a attirée par son titre et sa couverture est donc une jolie surprise, qui suit La griffe du chat dont je vous parlerai plus tard.

Une chouette lecture de la Rentrée littéraire janvier 2019 pour le challenge Polar et thriller 2019-2020.

Publicités
Image

Projet 52-2019 #20

Vingtième semaine pour le Projet 52-2019 de Ma avec le thème gros plan. J’aime les gros plans de ce genre ! Et vous ? Je vous souhaite un bon week-end et, si vous voulez participer à ce projet photographique, allez voir Ma !

Image

Projet 52-2019 #9 à #12

Gros passage à vide après trois semaines de rhume, deux semaines de grippe [lien et lien] et encore deux semaines pour me remettre… J’ai donc manqué pas mal de billets sur vos blogs, d’infos sur FB (je me connectais une ou deux fois par semaine mais pas longtemps à cause des yeux qui coulent…), de marathons de lecture et d’événements bloguesques (dont la Semaine à lire…), etc. J’espère cette fois être de retour pour de bon, vu que j’ai retrouvé le goût de lire (encore faut-il rédiger les billets !) et de sortir !

J’ai aussi manqué les trois dernières semaines du Projet 52-2019 alors, ce samedi, vous aurez droit à quatre photos ! Je vous souhaite un bon week-end et, si vous voulez participer à ce projet photographique, allez voir Ma !

Neuvième semaine (samedi 2 mars) pour le Projet 52-2019 de Ma avec le thème ancien. Une ancienne bitte d’amarrage (Lyon).

Dixième semaine (samedi 9 mars) pour le Projet 52-2019 de Ma avec le thème roman. Quelques romans d’auteurs britanniques (mes bibliothèques se remplissent mais tous les livres ne sont pas encore bien rangés). En prime vous voyez mon nouveau rideau (thermique) !

Onzième semaine (samedi 16 mars) pour le Projet 52-2019 de Ma avec le thème proche. J’aime que mes trois chats soient proches de moi le soir, en plus ils sont proches les uns des autres !

Douzième semaine (aujourd’hui) pour le Projet 52-2019 de Ma avec le thème arbre(s). Il commence à faire chaud ? Alors voici un peu de fraîcheur avec un arbre enneigé fin janvier.

Et j’en profite pour vous montrer mon fond d’écran de mars (avant la fin du mois !), Axel l’axolotl, chez Goodie Mood.

Viens, mon beau chat de Gaia Guasti

Viens, mon beau chat de Gaia Guasti.

Thierry Magnier, collection En voiture Simone !, mai 2018, 112 pages, 7,40 €, ISBN 979-10-352-0175-3.

Genres : littérature italienne, littérature jeunesse, fantastique.

Gaia Guasti naît en 1974 à Florence (Italie). En 1974, elle arrive à Paris (avec son chat) pour apprendre le français. En 1996, elle entre à l’École supérieure des métiers de l’image et du son et devient scénariste pour le cinéma. Elle est aussi autrice pour la jeunesse. Douze autres romans sont publiés chez Thierry Magnier, plus d’autres romans chez d’autres éditeurs (Milan…). Elle partage son temps entre la France et l’Italie.

« Viens, mon beau chat, viens sur mon cœur amoureux… » (p. 5, première phrase du roman). Le chat, c’est Bouillotte, un magnifique mâle roux qui vit chez les Marilac (Roger, Carmen, Flavie et Marius). Un jour alors que Flavie avait prévu de jouer avec son meilleur ami, Armand Pierlot, la grand-tante Clarisse – qui est par ailleurs propriétaire de l’appartement familial – lui offre « un bracelet ancien, un fil d’argent finement ciselé. […] un objet extrêmement précieux. » (p. 18). Mais Bouillotte s’enfuit par la fenêtre avec le bracelet autour du cou ! Flavie, son petit frère Marius, et Armand vont le poursuivre jusqu’à une maison bien étrange.

S’il n’y a pas de traduction pour Viens, mon beau chat, c’est que Gaia Guasti écrit en français et en italien. Une première version de ce roman, alors titré La dame aux chamélias, est déjà parue aux éditions Thierry Magnier en 2012 dans la collection Le feuilleton des incos.

Viens, mon beau chat est une jolie histoire fantastique qui ressemble à un conte avec plein de chats et une sorcière, en tout cas une vieille dame différente. C’est un hommage au poème Le chat de Charles Beaudelaire (in Les fleurs du mal, 1857) que vous pourrez lire ci-dessous. La couverture est superbe (avez-vous repéré tous les chats ?). L’histoire dans la maison magique de Marguerite fait un tout petit peu peur (pour les enfants, hein !, pas pour les adultes) mais elle est pleine de sagesse et de compassion, de mystère et de fantaisie.

Viens, mon beau chat, sur mon cœur amoureux ;
Retiens les griffes de ta patte,
Et laisse-moi plonger dans tes beaux yeux,
Mêlés de métal et d’agate.
Lorsque mes doigts caressent à loisir
Ta tête et ton dos élastique,
Et que ma main s’enivre du plaisir
De palper ton corps électrique,
Je vois ma femme en esprit. Son regard,
Comme le tien, aimable bête
Profond et froid, coupe et fend comme un dard,
Et, des pieds jusques à la tête,
Un air subtil, un dangereux parfum
                                                                 Nagent autour de son corps brun.

Une jolie lecture pour les challenges de l’épouvante (pour les jeunes lecteurs), de l’été, Jeunesse Young Adult, Littérature de l’imaginaire, Petit Bac 2018 (catégorie Animal), S4F3 #4, Voisins voisines (Italie) et le Défi littéraire de Madame lit (septembre est consacré à la littérature italienne).

Chat-Bouboule de Nathalie Jomard

Chat-Bouboule : chroniques d’un prédateur de salon de Nathalie Jomard.

J’ai lu, collection Des bulles et des images, juin 2018, 96 pages, 6,90 €, ISBN 978-2-290-16557-7.

Genre : bande dessinée.

Nathalie Jomard naît au XXe siècle. Elle étudie la communication et les Beaux-Arts à Lyon. Elle est illustratrice. Du même auteur dans la même collection chez J’ai lu : Le petit grumeau illustré : chroniques d’une apprentie maman (juin 2018, 192 pages). Chat-Bouboule était précédemment publié chez Michel Lafon (2015). En plus de Chat-Bouboule (3 tomes), ses œuvres principales sont Le Petit Grumeau illustré (3 tomes) et les illustrations de Les hommes viennent de Mars, les femmes viennent de Vénus (2 tomes) et du Père Noël est une ordure. Plus d’infos sur son blog, http://grumeautique.blogspot.com/.

À Grumeauland (en fait « République bananière et autoproclamée de Grumeauland »), il y a une famille : une mère, un père, les grumeaux (une fille et un fils) et un gros chat noir, Bouboule, qui bien sûr fait des bêtises. Ah, et il y a Octave aussi, un bonsaï « très vieux, très rare et extrêmement précieux », enfin… il y avait !

J’ai acheté ce livre vendredi dernier pour l’envoyer à une blogueuse [je nomme Noctenbule qui a lu et bien aimé Chat-Bouboule, le lien vers sa note de lecture]. Le titre, le thème, l’humour et le genre BD poche (facile à envoyer donc) m’ont plu ; je me suis dit que ça pouvait être une jolie surprise. Bien sûr je l’ai lu avant de faire partir le paquet lundi parce que je ne veux pas envoyer un livre qui ne serait pas bien. 😉

En fait, j’avais déjà repéré Chat-Bouboule dans sa précédente édition (carrée) mais je ne l’avais pas lu, simplement feuilleté. Plein de gags sur une ou deux pages, parfois quatre. Les dessins sont agréables avec juste ce qu’il faut de détails et de couleurs. Bouboule est mignon malgré son embonpoint et marrant, un bon gros chat d’appartement. Même si les gags ne révolutionnent pas le monde des chats (tous ceux qui vivent avec un – ou plusieurs – chat(s) auront vécu bon nombre de ces historiettes), j’ai bien ri. Mon gag préféré est « Le principe d’ArchiBouboule : tout corps gras lancé en l’air s’écrase par terre » (je n’ai pas trouvé l’illustration sur internet alors je vous ai mis le bonsaï, ci-dessus).

C’est léger, malicieux, amusant. Si vous êtes déprimés (on ne sait jamais, retour de vacances, pas de vacances…), c’est une petite lecture idéale dans laquelle vous pourrez piocher un éclat de rire de temps en temps.

Pour La BD de la semaine (eh oui, moi qui suis irrégulière durant l’année, je publie pendant la période estivale…), le Challenge de l’été, Petit Bac 2018 (catégorie Animal, encore avec chat !) et Un max de BD en 2018. Je ne sais pas si le Challenge BD revient pour 2018-2019, si oui je rajouterai le lien plus tard.

Street Fighting Cat #1 de SP Nakatema

Street Fighting Cat #1 de SP Nakatema.

Doki Doki, juillet 2017, 192 pages, 7,50 €, ISBN 978-2-81894-186-7. Noraneko sekai vol. 1 野良猫世界 (2015) est traduit du japonais par Julien Pouly.

Genre : manga.

SP☆Nakatema (SP☆なかてま) est le dessinateur et le scénariste de la série en 4 tomes Street Fighting Cat éditée au Japon chez Shôgakukan.

« La nuit, quand les humains s’endorment, une guerre sans fin redémarre dans les coins sombres et sur les toits. Les chats des rues se battent pour leurs territoires ! Question d’honneur et de prestige… Mais c’est avant tout leur instinct qui pousse ces furtifs félins à s’affronter au cours de rixes d’une incroyable férocité, faisant fi des risques de blessures, et bravant la mort. Voilà le vrai visage des chats des rues. » (p. 5, début du manga).

J’ai aimé que les chats soient tous différents avec leur physique et leur caractère : Torao (le chef de la bande), Hideyoshi (surnommé Hige le tocard), Nobunaga, Kotarô (le nouveau membre), Gan, Obaba et Arashi. C’est déjanté, j’ai beaucoup ri ! Le tome 2 est paru en même temps que le tome 1, en juillet 2017 ; le tome 3 en septembre 2017 et le tome 4 en novembre 2017 : la série est complète et j’espère lire ces trois tomes rapidement.

Avez-vous remarqué que les chats portent des noms de samouraï ou de daimyô ou de personnalités célèbres (un jeune auteur de romans policiers, un groupe de pop…).

Qui a dit que ce genre de manga n’était que pour les garçons ?

Une lecture pour les challenges BD, Littérature de l’imaginaire, Raconte-moi l’Asie #3 et Un max ce BD en 2018 (La BD de la semaine fait une pause pendant les vacances, non ?).