L’aliéniste de Fábio Moon et Gabriel Bá

L’aliéniste de Fábio Moon et Gabriel Bá.

Urban Comics, collection Indies, septembre 2014, 72 pages, 15 €, ISBN 978-2-36577-541-0. Traduit du portugais par Marie-Hélène Torres.

Genres : bande dessinée brésilienne, comics, adaptation d’un classique brésilien.

Fábio Moon (dessinateur) et Gabriel Bá (scénariste) sont des frères jumeaux nés le 5 juin 1976 à São Paulo au Brésil. Il sont connus pour Daytripper, bande dessinée (en 10 volumes parus entre 2009 et 2010) qui a reçu le Prix Eisner de la meilleure mini-série en 2010 et le Prix Harvey de la meilleure histoire en 2011. J’ai déjà parlé de Gabriel Bá pour Umbrella Academy 1 (d’ailleurs il faut que je lise les deux autres tomes).

Lorsque j’ai emprunté L’aliéniste de J.M. Machado de Assis, j’ai aussi emprunté la bande dessinée – que j’avais repérée chez Antigone – parce que j’étais curieuse de lire le texte puis de voir la mise en images.

Je ne vous refais pas un résumé, l’histoire est la même.

« La science est mon unique emploi. Itaguaï est mon univers. » (Simon Bacamarte, p. 7). C’est que, à Itaguaï, les fous inoffensifs vivaient libres et les fous furieux étaient enfermés chez eux jusqu’à ce qu’ils meurent. L’objectif de Simon Bacamarte était donc de les soigner.

Les personnages sont bien dessinés, l’aliéniste Simon Bacamarte, son épouse, Dona Evarista, son ami l’apothicaire, Crispin Soares, le père Lopes, les malades… L’asile, la Maison Verte, est beau aussi, et immense, même si, dans la bande dessinée, la maison est plus jaune que verte. Mais j’ai aimé ce jaune (identique à ce que vous voyez sur la couverture), je l’ai trouvé très… brésilien ! En tout cas, ça m’a plu de voir les gens si bien dessinés, tous différents, et de voir la révolte et l’évolution de l’histoire en images.

« Si un homme donnait cours à son imagination ou même s’il songeait à dire le plus petit mensonge, on le mettait immédiatement à la Maison Verte. Tout était folie. Les passionnés d’énigmes, les auteurs de charades, d’anagrammes, les médisants, les curieux de la vie d’autrui, ceux qui ne pensaient qu’à la débauche, les contrôleurs municipaux, personne n’échappait aux émissaires de l’aliéniste. S’il respectait les fiancées, il n’épargnait pas les galantes, disant que les premières cédaient à une impulsion naturelle et les secondes à un vice. Qu’un homme soit avare ou généreux, il allait quand même à la Maison Verte ; d’où l’allégation qu’il n’y avait pas de règle pour la pleine santé mentale. » (p. 53).

Alors, êtes vous gens de raison ou déments ? Mais, attention à la lucidité, elle est signe de folie, de désordre mental… Eh oui, personne n’est parfait !

Pour La BD de la semaine et les challenges 2021, cette année sera classique, BD, Challenge lecture 2021 (catégorie 60, un livre qui a deux auteurs), Mois Amérique latine, Projet Ombre 2021 et Les textes courts. D’autres BD de la semaines chez Noukette.

La BD de la semaine 2021

Cinquième année pour moi avec La BD de la semaine et j’en suis ravie parce que ça me permet de publier plus de notes de lectures BD sur le blog : 6 billets en 2017, 19 billets en 2018, 14 billets en 2019 et 47 billets en 2020 soit plus que les trois premières années réunies !

L’objectif est toujours de lire de la bande dessinée (franco-belge, autres européennes, mangas, comics…), classiques ou contemporaines, de tous genres littéraires. Et ça commence demain.

Infos, logo et partages sur le groupe FB.

1. Général Leonardo 1 – Au service du Vatican d’Erik Svane et Dan Greenberg (Paquet, 2006, Danemark & France)

2. Général Leonardo 2 – Croisade vers la Terre Sainte d’Erik Svane et Dan Greenberg (Paquet, 2007, Danemark & France)

3. Blue Giant 1 de Shinichi Ishizuka (Glénat, 2018, Japon)

4. Sur un air de fado de Nicolas Barral (Dargaud, 2021, France)

5. Inhumain de Bajram, Mangin et Rochebrune (Dupuis, 2020, France)

6. Bartleby le scribe de José-Luis Munuera (Dargaud, 2021, Espagne)

7. Gretch & Ferragus, dragons mégalos, 1 – Carboniser pour mieux régner de Joshua Wright (Robinson, 2019, Australie)

8. L’aliéniste de Fábio Moon et Gabriel Bá (Urban Comics, 2014, Brésil)

Umbrella Academy 1 – La suite apocalyptique de Way, Bá et Stewart

Umbrella Academy 1 – La suite apocalyptique de Gerard Way, Gabriel Bá et Dave Stewart.

Delcourt, collection Contrebande, février 2019, 224 pages, 17,95 €, ISBN 978-2-41301-974-9. The Umbrella Academy – Apocalypse Suite n° 1 – 6 (2008) est traduit de l’américain par Jérôme Wicky.

Genres : comics (bande dessinée états-unienne), fantastique, science-fiction.

Gerard Way naît le 9 avril 1977 à Summit (New Jersey, États-Unis). Il est cofondateur et leader du groupe rock alternatif My Chemical Romance de 2001-2013 (le groupe revient en 2019). Musicien donc mais aussi scénariste de bandes dessinées depuis l’âge de 16 ans. Il est marié, a une fille et est végétarien. Umbrella Academy reçoit en 2008 le Prix Eisner et le Prix Harvey. Du même auteur : Killjoys, la vraie vie des fabuleux (2013-2014).

Gabriel Bá naît le 5 juin 1976 à São Paulo (Brésil). Il est dessinateur et crée en 2010 la bande dessinée Daytripper avec son frère jumeau, Fábio Moon.

Dave Stewart est coloriste de comics et travaille particulièrement pour DC Comics, Marvel Comics et Dark Horse (il reçoit de nombreux Prix Eisner, Harvey, Eagle depuis 2003).

« 43 enfants extraordinaires naquirent… mis au monde, aux quatre coins du globe, par des femmes, souvent célibataires, qui n’avaient présenté nul signe de grossesse. Les enfants furent abandonnés ou placés à l’orphelinat… les survivants du moins » (p. 8). Sir Reginald Hargreeves, « illustre scientifique et entrepreneur richissime » (p. 9) surnommé « Le Monocle », en adopte 7 dans l’espoir de sauver le monde car ces enfants ont des « facultés hors du commun ».

Dix ans plus tard, à Paris. La Tour Eiffel est devenue folle ! (1er chapitre). Ce qui m’a fait rire : le policier au bas de la Tour Eiffel a un képi militaire et ressemble au Général de Gaulle et le Français qui est à ses côtés a une grosse moustache et un béret (ah ah, même moi qui n’habite pas à Paris et qui n’y ai mis les pieds que deux fois, je rigole bien !).

Vingt ans plus tard, Sir Reginald Hargreeves meurt, laissant les 7 aux bons soins du Dr Pogo (un chimpanzé), d’Abhijat (son garde du corps) et de madame Hargreeves (un robot qui a servi de mère aux enfants) qui, séparés, se retrouvent de façon chaotique… Du moins, pas tous car Vanya passe une audition au violon pour jouer La suite apocalyptique avec l’orchestre Verdammten. « […] sur ce que j’ai vu dans le futur… Le monde sera détruit trois jours après la mort de Hargreeves ! Le temps presse. » (p. 50).

C’est que Terminal veut détruire le monde. « Mesdames et messieurs ! Depuis des années l’homme cherche la réponse à une seul question : comment exterminer sans raison des milliards de gens en un clin d’œil ? Il y eut tout d’abord l’invention de la mitrailleuse… suivie par la chambre à gaz… et enfin, mon chouchou, la bombe atomique. Pacotille que tout cela. Ce soir, mes amis, nous faisons d’un rêve, une réalité ! » (p. 97). Heureusement que l’inspecteur Lupo (avec son imperméable à la Columbo), et surtout les membres de l’Académie, sont là !

La suite apocalyptique est la première série de Umbrella Academy (6 épisodes parus aux États-Unis entre septembre 2007 et février 2008) avant la publication en intégrale chez Dark Horse Comics (2008) et reçoit le Prix Eisner de la meilleure série limited series (c’est-à-dire une série avec un nombre de numéros limités, ici 6).

En début de volume, il y a une préface de Grant Morrison (scénariste de bandes dessinées et musicien entre autres). En fin de volume, il y a deux histoires courtes bonus et deux postfaces, une de Scott Allie (éditeur et scénariste de comics) et une de Gerard Way. Plus des commentaires de Gerard Way et des dessins inédits de Gabriel Bá.

Les 7 (5 garçons et 2 filles). Numéro 1, c’est Luther surnommé SpaceBoy (l’aîné et le chef) qui vit une partie du temps sur la Lune. Numéro 2, c’est Diego surnommé Kraken, genre vieux loup de mer qui possède un mini sous-marin, le Castillo. Numéro 3, c’est Allison surnommée Rumeur (elle est la seule à s’être mariée et à avoir eu un enfant, une fille Claire, mais elle est divorcée). Numéro 4, c’est Klaus surnommé Séance, il est télékinésiste. Numéro 5, c’est n° 5 (!) et il peut voyager dans le temps mais, comme il a passé 45 ans dans le futur, il est revenu à cette époque avec l’âge de 10 ans et garde cet âge pour toujours (c’est pourquoi il est aussi surnommé le Garçon) alors que les autres ont plus de 30 ans. Numéro 6, c’est Ben surnommé Horreur car il a des tentacules (mais il serait mort, il y a une statue en son hommage dans le jardin). Numéro 7, c’est Vanya surnommée Viole blanche car elle joue du violon mais elle a des pouvoirs maléfiques que Sir Reginald Hargreeves a refoulé dès son enfance. Ils ont chacun leur look, leur caractère et leurs particularités (leurs défauts aussi).

Totalement déjantée, cette bande dessinée résolument fantastique (pouvoirs surnaturels, êtres bizarres…) et science-fiction (rayons laser, voyage dans le temps…) est tout bonnement géniale ! Pourtant je n’ai pas l’habitude de lire des comics (c’est d’ailleurs le seul de l’année que j’ai lu). Et je veux absolument lire la suite ! Umbrella Academy – Dallas (6 épisodes parus entre novembre 2008 et avril 2009) mettant en scène le président Kennedy et Umbrella Academy – Hôtel Oblivion (6 épisodes parus entre octobre 2018 et juin 2019) mettant en scène les malfaiteurs enfermés dans l’Oblivion par Sir Reginald Hargreeves, également parus en intégrale chez Delcourt. Apparemment une quatrième série est en cours (2020). La BD est adaptée en série télévisée en 2019 (bande annonce ci-dessous) et diffusée sur Netflix que je n’ai pas mais j’espère voir cette série un jour !

Pour les challenges Animaux du monde #3 (pour le Dr Pogo chimpanzé, mon personnage préféré avec n° 5), BD, Challenge du confinement (case Comics), Littérature de l’imaginaire #8 et Petit Bac 2020 (catégorie Objet pour Umbrella).

Et n’oubliez pas de visiter Mon avent littéraire 2020 pour le jour n° 23.

La BD de la semaine 2020

Chaque année, je me dis que je veux lire plus de bandes dessinées (européennes, mangas, voire comics) et chaque année, je suis dépitée car je n’en ai pas lu tant que ça… Je dois dire aussi que – comme pour les romans – je n’ai malheureusement pas le temps de rédiger toutes mes notes de lectures pour les publier sur le blog donc il y a des œuvres (parfois très bien) qui passent à la trappe… ! Voici mes « archives » pour 2017 (5 lectures mais je n’ai participé que les 4 derniers mois), 2018 (19 lectures) et 2019 (14 lectures). J’espère apporter ma petite pierre à l’édifice mais je vais essayer de faire mieux cette année ! Le mercredi sera donc jour de bande dessinée sur le blog et ça démarre… demain ! Infos, logos et tout ça sur le groupe FB.

1. Tsugumi Project, tome 1 d’Ippatu (Ki-oon, 2019, Japon)

2. Le Detection Club de Jean Harambat (Dargaud, 2019, France)

3. La malle Sanderson de Jean-Claude Götting (Delcourt, 2004, France)

4. Préférence système d’Ugo Bienvenu (Denoël Graphic, 2019, France)

5. Luminary 1 – Canicule de Luc Brunschwig et Stéphane Perger (Glénat, 2019, France)

6. Rêverie de Golo Zhao (Casterman, 2019, Chine)

7. Watertown de Jean-Claude Götting (Casterman, 2016, France)

8. Des milliards de miroirs de Robin Cousin (FLBLB, 2019, France)

Hors BD de la semaine : Robinson n° 1 et n° 2 et L’éléphant Junior.

9. Ainsi se tut Zarathoustra de Nicolas Wild (La boîte à bulles, 2013, France)

10. Le Club des cinq et le trésor de l’île de Béja et Nataël (Hachette, 2020, France)

11. Éclat(s) d’âme 1 de Yûki Kamatani (Akata, 2018, Japon)

12. Le vent des libertaires 1/2 de Philippe Thirault et Roberto Zaghi (Les Humanoïdes Associés, 2019, France et Italie)

13. Les brigades immunitaires 1 d’Akane Shimizu (Pika, 2017, Japon)

14. Love & lies 1 de Musawo (Pika, 2016, Japon)

15. To your Eternity 1 de Yoshitoki Ôima (Pika, 2017, Japon)

16. Waiting for spring 1 d’Anashin (Pika, 2018, Japon)

17. Les Gaulois, sacrés ancêtres ! (Dupuis, 2018, France)

18. Zombie Cherry 1 de Shôko CONAMI (Akata, 2016, Japon)

19. Le réseau Bombyce 1 – Papillons de nuit de Cécil & Corbeyran (Les Humanoïdes Associés, 1999, 2010, France)

20. Aime ton prochain 1 de Daisuke CHIDA (Akata, 2019, Japon)

21. En proie au silence 1 d’Akane TORIKAI (Akata, 2020, Japon)

22. World War Demons 1 d’Urû OKABE (Akata, 2017, Japon)

23. La découverte des dinosaures, une révolution archéologique (Dupuis, 2018, France)

24. Le guide SF à l’usage des lecteurs 2 : l’anticipation (Soleil, 2020)

25. Le chat qui n’aimait pas les croquettes – Nuits blanches d’Odrade (Sandawe, 2016, Suisse)

26. Le guide SF à l’usage des lecteurs 3 : le steampunk (Soleil, 2020)

Je continue de publier pendant les vacances d’été :

27. Le chevalier mécanique 1 – La table d’émeraude de Mor et Mainil (Sandawe, 2012, France)

28. Le chevalier mécanique, 2 – Ombres et démons de Mor et Mainil (Sandawe, 2012, France)

29. Le chevalier mécanique, 3 – Œil pour œil de Mor et Mainil (Sandawe, 2014, France)

30. Le vieil homme et son chat n’ont plus peur des chiens (1) de Nekomaki (Casterman, 2018, Japon)

31. Infection 1 de Tôru Oikawa (Delcourt-Tonkam, 2018, Japon)

Reprise de la rentrée

32. Le rêve de mon père (trilogie) de Taiyô Matsumoto (Kana, 2018-2019, Japon)

33. Gentlemind 1 de Díaz Canales, Valero et Lapone (Dargaud, 2020, Espagne & Italie)

34. Baby-sitters 1 de Hari Tokeino (Glénat, 2014, Japon)

35. Cap Horn 1 – La baie tournée vers l’est de Christian Perrissin et Enea Riboldi (Les Humanoïdes Associés, 2010, France & Italie)

36. Eden – Le visage des Sans-Noms, tome 1 de Fabrice Colin et Carole Maurel (Rue de Sèvres, 2018, France)

37. Eden – L’âme des Inspirés, tome 2 de Fabrice Colin et Carole Maurel (Rue de Sèvres, 2019, France)

38. Chihayafuru 1 de Yuki Suetsugu (Pika, 2013, Japon)

39. Les lumières de l’Aérotrain de Ducoudray et Corgié (Grand Angle, 2018, France)

40. Une enquête de Basil et Victoria (tomes 1 et 2) de Yann et Édith (Les humanoïdes associés, 1990-1993, France)

41. Lac-Mégantic – La dernière nuit de Collectif (Radio Canada, 2020, Québec)

42. Raif Badawi – Rêver de liberté de Collectif (Radio Canada, 2017, Québec)

43. Un travail comme un autre d’Alex W. Inker (Sarbacane, 2020, France)

44. Les aventures de Spirou et Fantasio, 18 – QRN sur Bretzelburg de Franquin et Greg (Dupuis, 1966, Belgique)

45. Perfect World 1 de Rie ARUGA (Akata, 2016, Japon)

46. Journaux troublés de Sébastien Perez et Marco Mazzoni (Soleil, 2020, France / Italie)

Billet spécial de fin d’année : bilan et coups de cœur 2020

Je repartirai avec plaisir l’année prochaine mais, avant, il y aura encore une note de lecture d’un comics mercredi prochain.

47. Umbrella Academy 1 – La suite apocalyptique de Gerard Way, Gabriel Bá et Dave Stewart (Delcourt, 2019, États-Unis)

La BD de la semaine 2019

Mercredi sera jour de bande dessinée (franco-belge et manga la plupart du temps, comics peut-être) puisque je continue de participer à La BD de la semaine en 2019. Par contre, je ne sais pas si je pourrai tenir le rythme de façon hebdomadaire, je verrai bien et ça commence mercredi prochain ! Infos sur le groupe FB (que j’ai rejoint en août 2017) et mes « archives » pour 2017 (5 lectures en 4 mois) et 2018 (19 lectures).

1. L’homme gribouillé de Serge Lehman et Frederik Peeters (Delcourt, 2018, France)

2. The Promised Neverland, 1 de Kaiu Shirai et Posuka Demizu (Kazé, 2018, Japon)

3. Ces jours qui disparaissent de Timothé Le Boucher (Glénat, 2017, France)

4. Le reste du monde de Jean-Christophe Chauzy (Casterman, 2015-2018, France)

5. Buck, la nuit des trolls d’Adrien Demont (Soleil, 2016, France)

6. Hana no Breath de Caly (H2T, 2017-2018, 2 tomes, France)

7. La route de Tibilissi de Chauvel, Kosakowski et Lou (Delcourt, 2018, France/États-Unis)

8. Le voyageur de Koren Shadmi (Ici même, 2017, États-Unis)

9. Félin pour l’autre !, tome 1 de Wataru NADATANI (Doki Doki, 2019, Japon)

10. La saga d’Atlas et Axis, intégrale de Pau (Ankama, 2017, Espagne)

11. Le guide SF à l’usage des lecteurs, 1 : le space opera (Soleil et Delcourt, 2019, France)

12. Le château des animaux, 1 – Miss Bengalore de Delep et Dorison (Casterman, 2019, France)

13. Haïkus de Sibérie de Jurga Vilé et Lina Itagaki (Sarbacane, 2019, Lituanie)

14. Dans la tête de Sherlock Holmes, 1 – L’affaire du ticket scandaleux de Cyril Lieron et Benoit Dahan (Ankama, 2019, France)

Challenge BD 2018-2019 avec Marjorie

Cinquième édition pour le Challenge BD 2018-2019 de Marjorie – du blog Chroniques littéraires – qui se déroule de juillet 2018 à juillet 2019. Infos, nouveau logo, et inscription chez Marjorie et sur le groupe FB.

Mes lectures pour ce challenge

1. Jamais de Duhamel (Grand Angle, 2018, France)

2. L’endormeur, 1 : Château rose de Morgan Navarro (Delcourt, 2012, France)

3. L’endormeur, 2 : Interzone de Morgan Navarro (Delcourt, 2013, France)

4. Hanada le garnement #2 de Makoto Isshiki (Ki-oon, 2017, Japon)

5. Les montagnes hallucinées, 1 de Gô Tanabe (Ki-oon, 2018, Japon) d’après H.P. Lovecraft (1932, États-Unis)

6. Prendre refuge de Zeina Abirached et Mathias Énard (Casterman, 2018, Liban/France)

7. L’homme gribouillé de Serge Lehman et Frederik Peeters (Delcourt, 2018, France)

8. The Promised Neverland, 1 de Kaiu Shirai et Posuka Demizu (Kazé, 2018, Japon)

9. Ces jours qui disparaissent de Timothé Le Boucher (Glénat, 2017, France)

10. Le reste du monde de Jean-Christophe Chauzy (Casterman, 2015-2018, France).

Peut mieux faire, n’est-ce pas ? Mais je continue de lire de la bande dessinée et le challenge est reconduit pour 2019-2020.

La BD d’auteur américaine en 80 albums

La BD d’auteur américaine en 80 albums.

HS 79 des Inrockuptibles, janvier 2018, 100 pages, 8,90 €.

Genres : bande dessinée, comics.

Les auteurs et leurs albums sont classés de cette façon : les précurseurs, les agitateurs, les architectes, la relève.

Les précurseurs : George Herrima (Krazy Kat, 1913-1944), Winsor McCay (Little Nemo, dès 1905) et six autres auteurs. J’avoue que je connais un peu mais je ne suis pas fan de toutes ces couleurs criardes…

Les agitateurs : Harvey Kurtzman, Will Eisner et douze autres auteurs, dont la majorité des œuvres sont en noir et blanc mais je n’adhère pas… Sauf Robert Crumb que j’aime bien mais pas tout et Art Spiegelman dont j’apprécie énormément les œuvres (Maus).

Les architectes : Chris Ware, Joe Sacco, Scott McCloud et dix-huit autres auteurs, et mes chouchous : Jeff Smith (Bone) et Stan Sakai (Usagi Yojimbo).
« Toutes les histoires finissent par être profondément personnelles » Daniel Clowes (p. 46).

La relève : Adrian Tomine et Jason Shiga (Bookhunter) que j’apprécie (ils sont tous deux d’origine japonaise) et 21 autres auteurs.

Un numéro intéressant (j’ai des lacunes en bande dessinée américaine…) avec un beau panorama d’auteurs américains et des œuvres à découvrir (différentes des comics avec super-héros) dans chacune des catégories.