Challenge coréen #2

Une très bonne nouvelle alors que le Challenge coréen s’est terminé hier : Cristie crée le Challenge coréen #2 qui dure du 21 avril 2021 au 21 avril 2022. Bien sûr, je rempile car j’ai encore beaucoup de littérature coréenne et de manhwas à lire et j’ai très envie de (re)voir des films coréens à défaut de dramas (séries coréennes, beaucoup sont historiques ou dramatiques) malheureusement pas diffusés en France.

Logo, infos et inscription chez Cristie.

Le challenge commence pour tous avec la catégorie Débutant, c’est-à-dire un billet (autre que le billet de présentation) et ensuite les paliers augmentent de 5 en 5 :
Palier 1 = j’ai atteint 5 billets, je deviens Visiteur,
Palier 2 = j’ai atteint 10 billets, je deviens Voyageur,
Palier 3 = j’ai atteint 15 billets, je deviens Explorateur,
Palier 4 = j’ai atteint 20 billets, je deviens Amoureux,
Palier 5 = j’ai atteint 25 billets, je deviens Passionné.

Mes billets pour ce challenge

1. Mémoires du masque (3 tomes) de Kim Jung-Han (Asuka, 2004-2005, Corée du Sud)

Le rire de 17 personnes, anthologie de nouvelles contemporaines nord-coréennes

Le rire de 17 personnes, anthologie de nouvelles contemporaines nord-coréennes de collectif.

Actes Sud, mars 2016, 384 pages, 22 €, ISBN 978-2-330-06060-2.

Genres : littérature nord-coréenne, nouvelles.

Dans sa préface (à lire absolument pour comprendre à quoi on a affaire), Patrick Maurus (spécialiste de la Corée) a cette phrase judicieuse : « Enfin juste en passant : Et si les auteurs croyaient tout simplement à ce qu’ils écrivent ? » (p. 9). Alors je mets de côté les a priori que je peux avoir sur le régime (totalitaire) nord-coréen et je lis ces 11 nouvelles – empreintes tout de même de réalisme socialiste – pour découvrir la Corée du Nord contemporaine !

Pour chaque nouvelle, je donne le titre français, le titre coréen, sa date de parution (entre parenthèses, sauf s’il n’y a pas de date) et le traducteur, l’auteur ; je donne quelques infos sur l’auteur, je fais un topo, je cite au moins un extrait et je dis ce que je retiens de cette nouvelle.

1. Une vie (Saengmyong, traduction de Patrick Maurus) de Baek Nam Ryong (né en 1949, est l’auteur de Des amis, premier roman nord-coréen paru en France, chez Actes Sud en 2011). Ri Sok Hun, opéré, est resté trois mois en convalescence. Il se promène dans un parc et rencontre l’employé dont le fils postule à l’université dont Ri Sok Hun est le doyen. Puis il veut inviter le chirurgien qui lui a sauvé la vie mais celui-ci n’est pas en état : son fils a raté de deux points l’admission à l’université. Son assistant lui apprend qu’il en est de même pour « la fille du camarade vice-président du conseil régional » (p. 29). Que faire pour chacun des trois jeunes puisqu’il n’y a pas « d’exception aux règles d’inscription des nouveaux étudiants » (p. 30) ? Ce que je retiens de cette nouvelle : l’impartialité.

2. Le rire de 17 personnes (Yorilgop saramui usim, traduction de Kim Kyoung Sik et Patrick Maurus) de Kim Chong (né en 1941, est auteur pour la jeunesse et de livres historiques). Chaque année, le 9 septembre (date anniversaire de la fondation de la République populaire démocratique de Corée), la troupe organise un spectacle sur le théâtre en plein air mais leur accordéoniste est parti et ce n’est pas la même ambiance… Or, parmi les spectateurs, il y a un homme avec un accordéon : c’est Pak Su Hyon, le célèbre musicien ! Acceptera-t-il de se joindre à eux alors qu’il est en vacances en famille ? « Veuillez accepter la salutation des dix-sept membres de notre groupe de travail […]. » (p. 52). Ce que je retiens de cette nouvelle : la convivialité et l’amour filial.

3. Les voisins (Iuttul, 1972, traduction de Patrick Maurus) de Choe Song Jin (né en 1949, est auteur de nouvelles). Au cinquième étage d’un immeuble vivent cinq familles. Le narrateur est journaliste ; les autres pères de famille sont contrôleur de qualité, conseiller dans un atelier métallurgique, responsable de la distribution alimentaire et conducteur d’un camion frigorifique. Pas facile de les rassembler ! Mais le 15 août, pour la Fête de la libération, les cinq familles se réunissent « […] chez le camarade chauffeur du camion frigorifique pour passer un bon moment en complimentant la jeune maîtresse de maison diplômée de l’école de cuisine. » (p. 66). L’année suivante, ils vont pique-niquer ensemble pour admirer le paysage près de l’écluse de Mirim. La préparation de ce repas devient une compétition entre eux ! Ce que je retiens de cette nouvelle : le partage et euh… il n’y a que les hommes qui travaillent ?

4. Une tempête de neige à Pyongyang (Pyongyangui nunbona, 2000, traduction de Benoît Berthelier) de Chon In Gwang (est nouvelliste, auteur pour la jeunesse et scénariste). Il y a 30 ans, l’USS Pueblo, un navire américain avec 82 membres d’équipage dont une unité spéciale, a été capturé par la Corée du Nord (le 23 janvier 1968 en fait). Après avoir été interrogé plusieurs fois par le lieutenant Chin Sok, en particulier à propos d’une éventuelle tentative d’évasion, l’équipage a été libéré mais le Pueblo est resté à Pyongyang « dans l’enceinte du musée de la Victorieuse Guerre de libération de la patrie » (p. 93). Mais la mentalité américaine :« Dans la vie, il n’y a pas d’entraînement. On se bat tout le temps pour de vrai. Il faut gagner en étant fort et en écrasant les autres. » (p. 109) est bien différente de la mentalité nord-coréenne : « Les gens sont beaux lorsqu’ils se sacrifient par amour. » (p. 122). Lorsque l’équipage du Pueblo a été libéré, une tempête de neige s’est abattue sur Pyongyang : « Le vent balayait toutes les marques nauséabondes, vicieuses et sales que les Américains avaient laissées sur ce sol. » (p. 132). Ce que je retiens de cette nouvelle : le choc entre deux cultures et l’incompréhension de chaque côté.

5. Deuxième rencontre (Tubonjjae sangbong, 1990, traduction de Benoît Berthelier) de Han Ung Bin (né en 1945 en Chine, est nouvelliste et « écrivain officiel »). En 1989, Park, le narrateur est un jeune guide et interprète aux « treizièmes festivités mondiales de la jeunesse étudiante » (p. 136) qui se déroulent à Pyongyang. « C’était il y a dix ans et je n’avais alors encore jamais rencontré d’étrangers… » (p. 137). Ce jour-là, il doit accompagner un journaliste occidental curieux (ce qui est bien) mais suspicieux. « Il pensait que, dans un pays socialiste, tout était volontairement mis en scène à des fins de propagande. » (p. 140). Le dialogue entre le journaliste et Kang, l’ami de Park, rencontré par hasard est surréaliste ! Ce journaliste, dont les idées ont évolué, revient en Corée du nord. Ce que je retiens de cette nouvelle : l’humour.

6. Dans l’espoir d’un coup de chance (Haengunedehan kidae, traduction de Benoît Berthelier) de Han Ung Bin (voir ci-dessus). Un homme marié et père de famille doit faire un voyage d’affaires (ce qui est plutôt rare) et sera tout près de chez sa belle-famille. Son épouse le charge donc de rendre visite à ses parents et de présenter la photo d’un homme qui pourrait intéresser sa jeune sœur, Yong Ok, 24 ans. Dans le train, il voyage avec un homme qui « travaille au bureau d’affectation des logements » (p. 184) or son couple souhaite justement emménager dans un des nouveaux logements dont la construction se termine. Mais son voyage ne se passe pas comme prévu et Yong Ok n’a pas attendu pour tomber amoureuse ! Ce que je retiens de cette nouvelle : la situation cocasse.

7. Notre institutrice (Uri sonsaengnim, 1979, traduction de Kim Kyoung Sik et Patrick Maurus) de Chang Ki Song (né en 1946, est journaliste et nouvelliste ; Notre institutrice a été adaptée au cinéma en 1981). Nam Un Hui étant « promue au centre de stage des instituteurs de province » (p. 205), elle doit quitter sa classe du village de Yangji et faire la passation à la nouvelle institutrice, Yun Kum Suk. Mais il y a 36 élèves et la passation dure longtemps car Nam Un Hui a beaucoup d’histoires à raconter sur les élèves ! « Son bavardage semblait sans fin. » (p. 206). C’est qu’elle ne veut pas partir sans dire au revoir aux enfants mais ils sont en vacances. Ce que je retiens de cette histoire : l’attachement des enfants à leur institutrice.

8. Une promesse (Onyak, 1982, traduction de Kim Kyoung Sik et Patrick Maurus) de An Dong Chun (né en 1945, ancien ministre de la culture, est nouvelliste et historien). Kyong Hui est secrétaire d’état-major et tous les soldats sont fascinés par la jeune femme. Elle s’occupe des blessés avec les infirmières mais, un jour, elle se retrouve dans la zone de combat. « Je suis forte ! En murmurant, elle rajusta ses cheveux défaits faute’ de casquette envolée dans les éclats. » (p. 230). Après la guerre, elle poursuit ses études et devient chercheuse en biologie ; elle a 24 ans mais elle refuse les propositions de mariage car elle pense toujours au lieutenant Jo Song Jin qu’elle a rencontré sur le champ de bataille. Ce que je retiens de cette nouvelle : romantisme et promesse tenue !

9. La longévité (Saengmyonghangye kyesanpyo, 2000, traduction de Benoît Berthelier) de Kang Son Gyu (né en 1946, fut instituteur, est écrivain depuis 1980). Usine de chaussures de Pongchon. Ro An Mun du département technique tarde à fournir à sa direction des résultats chiffrés. Il se rend compte que l’employé Myong Pu Dok, au lieu de lui fournir ses chiffres et ses statistiques, tient un carnet de calculs de longévité sur lequel il lit avec horreur : « chef du département technique Ro An Mun : âge actuel 49 ans, peut encore vivre 1 an et 1 mois. » (p. 262) alors que les autres chefs ont une longévité bien plus élevée. Ce que je retiens de cette nouvelle : le monde ouvrier en Corée du nord.

10. La dernière classe (Majimak paeusuop, 2000, traduction de Benoît Berthelier) de Kang Kui Mi (née dans les années 40 au Japon, est journaliste et nouvelliste). Park Rok San a reçu les éloges du général Kim Jong Il et « le titre d’acteur du peuple de la république populaire et démocratique de Corée » (p. 273) mais, au lieu de se réjouir, il est en larmes devant une photo du fils prodigue de Rembrandt. C’est que, pour réaliser son rêve de devenir acteur, en 1963, il est resté seul à Kyôto au Japon alors que sa mère, veuve, et son jeune frère retournaient en Corée du nord. « Rok San, rien que de penser que nous avons perdu ton père dans ce pays suffit à me fendre le cœur, comment pourrais-je partir en te laissant ici ? Rentrons tous ensemble au pays. C’est ta maman qui t’en suppllie. » (p. 277). Engagé comme garçon de courses, il est repéré par le grand réalisateur Tanigawa et joue un premier rôle avec succès mais tout s’effondre lorsque Tanigawa apprend qu’il est Coréen… Renvoyé, Rok San erre dans la rue et rencontre un clown, Coréen lui aussi, et père d’une charmante jeune fille, Myong Mi. Ce que je retiens de cette nouvelle : l’exil (dans un Japon raciste) et l’appel de la mère patrie.

11. La clé (Yolsoe, 2004) de Kim Hye Song (née en 1973, est nouvelliste et romancière). La narratrice, ouvrière dans une usine qui produit des matériaux pour les machines agricoles, est retournée vivre chez ses parents avec son jeune fils, Chung Guk. Un soir, alors qu’elle sort du travail, un homme l’aborde. « Je n’ai toujours pas oublié ce qui s’est passé lorsque le père de mon petit Chung Guk est revenu après avoir purgé sa peine de rééducation légale. Et je ne l’oublierai jamais. » (p. 317). Elle lui donne la clé de leur maison qu’elle a laissée telle quelle mais, à son désarroi, Pyo Bom Sik la suit chez ses parents… Elle est prise entre lucidité et pitié. « J’avais réfléchi à toutes les solutions et j’avais employé toutes les méthodes pour essayer de le faire changer. […] Je ne peux pas répéter ce passé encore et encore. Même s’il est le père de mon enfant, il me faut être ferme… » (p. 344). Ce que je retiens de cette nouvelle : les hommes voyous, alcooliques et fainéants peuvent changer… en Corée du nord !

Comme Le rire de 17 personnes est un recueil de nouvelles conséquent, je pensais en lire quelques-unes et alterner avec un ou deux autres livres (roman ou bande dessinée) mais, en fait, elles sont tellement addictives, ces nouvelles, que j’ai dévoré ce recueil en un jour ! Je remercie La Barmaid aux lettres de me l’avoir envoyé pour que je puisse le lire dans le cadre du Challenge coréen. Ce fut une belle découverte que cet univers nord-coréen si peu connu ! Et Patrick Maurus a raison (dans la préface) : les auteurs croient ce qu’ils écrivent et peu importe s’ils ne sont pas 100 % réalistes (de notre point de vue occidental) car ils pensent et ils vivent différemment tout simplement dans un pays où tout est régi pour la patrie et pour le bien-être de tous à condition d’être honnête et utile (c’est presque trop beau pour y croire !). Mais il faut faire preuve d’un peu de curiosité car ce livre mérite d’être découvert pour se débarrasser de quelques préjugés et comprendre des choses différentes. Cependant, il est tout de même raisonnable de noter que, à part quelques-unes qui datent de 2000, les nouvelles ont été écrites dans les années 70-80-90, c’est-à-dire avant la grande famine qui a fait un million de morts (entre 1994 et 1997).

En plus du Challenge coréen, je mets cette lecture dans La bonne nouvelle du lundi et la Corée du nord est le premier pays pour le Challenge de l’été.

Corée, une guerre sans fin (documentaire)

J’ai regardé ce documentaire en replay sur Arte. Regardez-le aussi avant qu’il ne disparaisse (apparemment il est disponible jusqu’au 17 juillet 2020) ou alors vous aurez accès à la VOD ou au visionnage en DVD.

Corée, une guerre sans fin est un documentaire français réalisé par John Magio en 2017 ; il dure 89 minutes.

La Corée ou Choson, « pays du matin calme », n’a malheureusement pas été si calme au XXe siècle.

Toutes les guerres sont horribles mais la guerre de Corée, pendant la guerre froide, a été vraiment horrible et de nombreux militaires et civils sont morts dont certains exécutés (j’ai pris quelques notes : 36 000 GI et plus de 2 millions de Coréens sont morts…).

En voyant ce documentaire, on comprend mieux la fascination du leader nord-coréen (des trois leaders qui se sont suivis en fait) pour le nucléaire et la haine envers les Américains. Et aussi une menace qui pèse sur le monde depuis des décennies (nucléaire mais pas seulement).

Août 1945 : avec la capitulation du Japon, les Japonais quittent la Corée après 40 ans d’occupation, ça c’est la bonne nouvelle pour les Coréens !

Mais… Truman, président des États-Unis, d’un côté et Staline, leader de l’Union Soviétique de l’autre, se partagent en 30 minutes la Corée : une ligne droite est tracée au 38e Parallèle ! Au nord, Staline (puis Mao) soutient Kim Il-sung et les communistes ; au sud, les États-Unis soutiennent le premier président de Corée du Sud « libre », Rhee Syngman. Tout le monde pense que cette séparation est temporaire et que le pays sera réunifié jusqu’à ce que les soldats nord-coréens passent la « frontière » et s’abattent trois jours après sur Séoul. Truman, toujours président des États-Unis et l’ONU sont d’accord pour lutter contre la propagation de l’idéologie communiste et aider les Sud-Coréens.

Bien sûr, certains vont critiquer l’ingérence américaine sauf que si un pays appelle à l’aide, c’est logique d’y aller, non ? Donc près de 250 000 soldats non seulement américains (dont le célèbre général Douglas MacArthur, héros de guerre, basé au Japon), mais aussi anglais, australiens, français et d’une douzaine d’autres pays sont envoyés par l’ONU en Corée du Sud. Les soldats nord-coréens bien équipés avec les chars soviétiques ont envahi le sud ; il ne reste plus qu’une petite portion dans le sud-est, Pusan (renommée Busan). La guerre dure de 1950 à 1953. En Corée du Nord, il est enseigné que ce sont les Américains qui ont enclenché cette guerre… Il n’y a pas eu de cessez-le-feu, la guerre n’est pas finie…

Je ne vous raconte pas tout, il faut voir ce documentaire exceptionnel, objectif, passionnant, avec des images d’archives inédites et des témoignages émouvants. Plus tard, des journalistes ont enquêté sur les massacres de civils (des soldats Nord-Coréens pouvaient se cacher parmi eux donc personne n’était épargné, c’était les ordres mais c’était un crime de guerre…), en particulier sur le massacre de No Gun Ri dont j’avais déjà entendu parler car j’avais acheté Massacre au pont de NoGunRi de Park Kun-woong paru au premier trimestre 2007 aux éditions Coconino Press – Vertige Graphic qui, je le crains, n’existent plus… Mais si je retrouve ce manwha, je le lirai pour le Challenge coréen.

Challenge coréen 2020-2021

Suite au semi-fiasco de mon Challenge coréen (pour des problèmes de santé, de séparation et de déménagement, en 2016, ça faisait beaucoup à gérer !), je suis ravie de voir que Cristie – du blog Depuis le cadre de ma fenêtre – crée un nouveau Challenge coréen, qui durera du 21 avril 2020 au 21 avril 2021.

Ce challenge est consacré à la culture coréenne du sud et du nord et Cristie nous dit : « Ainsi, l’idée est de répertorier une liste d’articles qui peuvent parler de tradition, de littérature, de bande dessinée (les manwhas), de cinéma, de séries coréennes (des dramas), de film d’animation ou court métrage, de musique, de vie quotidienne, de gastronomie, de lieux… ».

Infos, logo et inscription chez Cristie.

Cristie a créé 4 catégories :
Visiteur = de 1 à 5 articles,
Voyageur = de 6 à 12 articles,
Explorateur = de 13 à 20 articles,
Amoureux(se) = plus de 20 articles.

Mes billets pour ce challenge

1. Trois jours en automne de Pak Wan-seo (Atelier des cahiers, 2016)

2. Les billes du Pachinko d’Elisa Shua Dusapin (Zoé, 2018)

3. ABC… K – Seoul de A à Z de Seutépanie Lapointe (Seusolo, 2015)

4. Douze animaux en coréen (billet culturel)

5. Cette nuit-là de Kim Sum (Jentayu, nouvelle)

Catégorie Visiteur honorée 🙂

6. Corée, une guerre sans fin, documentaire réalisé par John Magio (Arte, 2017)

7. Le rire de 17 personnes, anthologie de nouvelles contemporaines nord-coréennes de collectif (Actes Sud, 2016, Corée du Nord)

8. Kim Jiyoung, née en 1982 de Cho Nam-joo (NiL, 2020)

9. Conférence sur la cuisine coréenne par Jean-Yves Ruaux

10. Festival Corée d’ici 2020 (festival franco-coréen)

11. La douce main du temps de Kim Kwang-kyu (L’Amandier, 2013, poésie)

12. East Asia Digital Library Collection (EADL), Bibliothèque Numérique d’Asie de l’Est (Corée et Japon)

Catégorie Voyageur honorée 🙂

13. La remontrance du tigre – Histoires excentriques du Pavillon du Jade de Park Ji-won (Decrescenzo, 2017, nouvelles du XVIIIe siècle)

Séoul zone interdite de JUNG Myeong-seop

Séoul zone interdite de JUNG Myeong-seop.

Decrescenzo, janvier 2018, 218 pages, 18 €, ISBN 978-2-36727-049-4. Pyeswaeguyeok Seoul (2012) est traduit du coréen par HWANG Jihae et Julien Paolucci.

Genres : littérature coréenne, science-fiction, post-apocalyptique.

JUNG Myeong-seop… Je n’ai rien trouvé de précis donc voici ce qu’en dit l’éditeur : « est un jeune auteur coréen qui cultive un goût pour la littérature policière et de science-fiction. À travers la description de Séoul détruite et envahie par les zombies, l’auteur nous propose une vision sombre de la société future. ». Séoul zone interdite est son premier roman traduit en français et, pour découvrir son univers, vous pouvez lire une interview sur Keulmadang (excellent site consacré à la littérature coréenne).

Mars 2022. En Corée du Nord, la population a faim mais les émeutes sont violemment réprimées par le président Kim Jong-un qui ne veut pas perdre le pouvoir et qui appelle à l’aide la Chine. Mais « une faction de l’armée nord-coréenne s’insurge contre la présence de troupes étrangères sur son sol » (p. 8). Avril 2022. Un missile nucléaire nord-coréen explose sur Séoul (en Corée du Sud) : il y a des millions de morts et de blessés. « Mais l’horreur ne faisait que commencer. Quelques heures après le bombardement, les mort ont rouvert les yeux, et se sont jetés sur les survivants avec une agressivité extrême. On a d’abord parlé d’« infectés » puis de « zombies ». L’armée fut rapidement submergée par leur nombre. […]. » (p. 9). Séoul devient « Zone interdite » ! Dix ans après, des mercenaires, surnommés les « chasseurs de trésors » entrent illégalement dans la zone malgré le « haut rempart de béton bardé de barbelés électrifiés et de dispositifs anti-intrusion pour récupérer les objets personnels que les rescapés avaient laissés dans leur fuite. » (p. 9). Hyunjun est un de ces chasseurs de trésors lourdement armés. Lors d’une mission, il voit une fillette de dix ans et il en a la preuve puisqu’il l’a filmée avec la caméra de son casque ! Y aurait-il encore des survivants dans la zone ?

Eh bien, j’espère que les Nord-Coréens n’enverront pas de bombes nucléaires car je ne sais pas ce qu’ils mettraient dedans mais le résultat ne sera pas beau à voir ! L’objectif de l’auteur, dans ce roman post-apocalyptique (et pas dystopique comme je l’ai lu quelque part), était de déposséder les Sud-Coréens de leur capitale bien-aimée, Séoul (un quart des Sud-Coréens vit à Séoul). Ainsi, les zombies n’ont pas envahi le pays, pourchassant les survivants pour les dévorer, ces derniers se repliant – comme on le voit généralement – dans des enclaves où ils sont plus ou moins en sécurité ; au contraire, ce sont les zombies qui « vivent » enfermés dans Séoul, devenue une zone dangereuse subissant les effets de l’explosion nucléaire (quoique l’auteur ne s’attarde pas sur les retombées nucléaires dix ans après), et les Coréens sont protégés par un immense mur électrifié qui entoure la capitale contaminée. La vie a repris son cours, après l’horreur, différemment au niveau social et économique (il y a même des Nord-Coréens qui vivent au Sud, on les reconnaît à leur façon de parler) mais il faut bien continuer à vivre, travailler et pourquoi pas fonder une famille. La résilience, la bravoure, le travail, les missions à accomplir sont mis à l’honneur : ces notions ne sont pas exclusivement coréennes mais elles sont traitées de façon coréenne ce qui fait en partie l’originalité du roman.

En fait, avant d’avoir lu l’interview (citée et linkée plus haut), j’avais bien remarqué que l’auteur était fortement influencé par la culture populaire occidentale, en particulier tout ce qui est aventures action (les différentes missions dans la zone interdite et le « bouquet final ») et par les films américains de zombies. Et je me visualisais très bien cette histoire très violente au cinéma d’autant plus que j’ai déjà vu Dernier train pour Busan ! (부산행 Boo-san-haeng, un film d’horreur de Yeon Sang-ho sorti en 2016.). Mais Jung Myeong-seop n’écrit pas comme un Américain ou un Européen, il écrit et pense comme un Coréen et son roman est un des premiers romans de science-fiction coréens traduit en français, une curiosité donc ! Et puis, malgré la destruction de Séoul, le lecteur « vadrouille » dans les hauts lieux touristiques de la capitale et aimerait finalement les visiter en vrai avant leur éventuelle destruction…

J’ai repéré quelques fautes comme « Nous avons eu beau le supplié à genoux » page 65 (supplier) ou « Je retire la tête de la fenêtre et me fait tout petit » page 132 (fais) ou encore « Il a regrdé la fenêtre brisée » page 172 (regardé) : des détails me direz-vous (quoique les deux fautes de grammaire…) mais moi, s’il y a une faute, je ne peux pas m’en empêcher, je la vois !!!

Mais Decrescenzo est – et restera – un éditeur que j’aime : cette « petite » maison d’éditions publie uniquement de la littérature coréenne, c’est un pari osé en France où ce pays et cette littérature sont peu connus (moins que la Chine et le Japon en tout cas) mais c’est justement un bel objectif littéraire et culturel et, au vu de toutes les parutions depuis sa création en 2012, le pari est réussi !

Alors, c’est sûr que si vous n’aimez pas du tout la violence et les zombies, ce roman n’est peut-être pas fait pour vous… Mais pourquoi pas, pour découvrir une autre culture, pour comprendre les dessous d’une guerre – même si elle est éclair (euh, sans jeu de mot) – et les dessous de la politique et de la corruption (le roman touche à l’actualité récente du pays en fait). Ou bien, vous pouvez piocher dans les autres titres du catalogue 😉

Une lecture originale pour les Challenge de l’épouvante, Challenge de l’été, Challenge Chaud Cacao, Littérature de l’imaginaire, Petit Bac 2018 (catégorie Lieu), Raconte-moi l’Asie #3, Rentrée littéraire janvier 2018, S3F4 #4 et Lire sous la contrainte (« tout au féminin »).

La Corée du Sud, le pays aux multiples miracles

Originaire de Beyrouth, une ville divisée comme le sont la Corée du Sud et la Corée du Nord, le réalisateur, Jacques Debs, dit que la Corée l’a toujours intrigué et fasciné. Il a réalisé une série de cinq documentaires, La Corée du Sud, le pays aux multiples miracles, diffusés la semaine dernière sur Arte.

LesFilmsdIci3

Source : Arte et Les films d’ici

Documentaire n° 1 : Séoul, c’est tout un roman (diffusé lundi 2)

La Corée du Sud – pays sept fois plus petit que la France – est entrée dans la modernité économique entre 1960 et 1980, sous deux dictatures militaires, ce qui est beaucoup plus rapide que nulle part ailleurs (l’Europe en 300 ans et le Japon en 100 ans). Le réalisateur nous emmène dans Séoul, la capitale aux 20 millions d’habitants soit la moitié de la population du pays, avec ses artistes (photographes, musiciens…), ses intellectuels (écrivains, séminaristes…) et ses immeubles vertigineux. Puis sur le 38e parallèle, à la frontière entre le Sud et le Nord.

Documentaire n° 2 : Les îles Jeju et Wando (diffusé mardi 3)

La Corée compte 3 215 îles ! Le réalisateur nous emmène à Wando, au sud de la Corée, le bout de la terre, sur les traces des débuts de la littérature en langue coréenne (au lieu de chinoise) au XVIIe siècle, des maisons en bois et des jardins coréens traditionnels. Puis à Jeju, une île volcanique, également au sud de la Corée, indépendante pendant 1 000 ans et célèbre pour ses plongeuses et son musée du 3 avril 1948 ; malheureusement la construction d’une base navale capable d’accueillir des portes-avions défigure la côte et déloge les pêcheurs traditionnels.

LesFilmsdIci2

Source : Arte et Les films d’ici

Documentaire n° 3 : Les temples bouddhistes (diffusé mercredi 4)

Bien qu’une grosse partie des Coréens soient Chrétiens, « l’âme de la Corée a été façonnée depuis des siècles par le bouddhisme » (depuis 2 000 ans) et par le chamanisme « depuis la nuit des temps ». Le réalisateur et la photographe du vertigineux, Ahn Jun, nous emmènent dans des temples bouddhistes du plus récent au plus ancien qui conserve les tablettes de bois du Tripitaka Koreana (plus de 80 000 tablettes sur lesquelles sont gravés les textes sacrés bouddhistes au XIIIe siècle).

Documentaire n° 4 : Une cité médiévale (diffusé jeudi 5)

Le réalisateur nous emmène dans la cité médiévale de Hahoe avec l’écrivain Song Sok-ze, né dans cette région rurale. Il nous montre l’arbre divin, le théâtre du jeu de masques, la nature environnante (fleuve, montagnes, forêts), l’agriculture (rizières), nous fait rencontrer une famille de nobles (la famille Yoo) qui a construit la cité (lignée de 900 ans), nous fait visiter une usine de papier traditionnel (hanji) et l’école confucéenne du sanctuaire de Dosan Seowon.

LesFilmsdIci1

Source : Arte et Les films d’ici

Documentaire n° 5 : Un miracle économique (diffusé vendredi 6)

Direction Pusan, la 2e ville de Corée du Sud (3 millions d’habitants) et le plus grand port du pays avec sa pêche (traditionnelle et industrielle). Puis Buyeo dans le centre du pays pour la culture écologique des racines de ginseng (et de patates douces). Puis Ulsan (1 million d’habitants) pour Hyundai Motors (industrie automobile depuis 1964) et son chantier naval (le plus grand du monde) : j’apprends que Hyundai signifie « époque actuelle ». D’autres entreprises comme Samsung ou LG vivent à l’internationale et concurrencent – le plus possible dans le respect des ancêtres et de l’environnement – les entreprises européennes, américaines, chinoises et japonaises.

Instructifs et enrichissants, ces documentaires beaux et intelligents sont réellement chargés en émotion. On y croise des écrivains et des artistes, on y entend des poèmes de Moon Chung-hee et des chansons de Nah Youn-sun. J’ai aimé l’originalité, presque l’excentricité, en tout cas la sincérité, des Coréens qui se révèlent concernés non seulement par la réunification de leur pays mais aussi par la paix dans le monde. Car la guerre de Corée et la division du pays sont toujours présentes, y compris chez les nouvelles générations qui n’ont pas connu la guerre et, bizarrement, les Coréens disent qu’ils ressentent la division entre le Nord et le Sud encore plus lorsqu’ils sont à l’étranger que dans leur pays. Entendre plusieurs Coréens parler français est admirable. Il manque un peu d’animaux (à part quelques chevaux sur Jeju et quelques oiseaux), le thé vert sur l’île de Jeju mais on voit le thé vert sauvage (le « thé du roi ») au mont Jiri, la gastronomie coréenne autre que le poisson à Busan, les sportifs… CoreeLogo2Mais si on aime la Corée, si on veut mieux la connaître, la comprendre, ces documentaires sont l’idéal ! Il vous reste quelques jours pour les voir en rediffusion ou en replay sur Arte [lien].

Un billet pour le Challenge coréen.