Manuel de survie à l’usage des jeunes filles de Mick Kitson

Manuel de survie à l’usage des jeunes filles de Mick Kitson.

Métailié, collection Bibliothèque écossaise, août 2018, 256 pages, 18 €, ISBN 978-10-226-0800-8. Sal (2018) est traduit de l’anglais (Écosse) par Céline Schwaller.

Genres : littérature écossaise, premier roman.

Mick Kitson naît au Pays de Galles mais vit en Écosse (dans le Fife, côte est) avec son épouse. Il étudie l’anglais à l’Université de Newcastle Upon Tyne. Rocker (dans les années 80, avec son frère, dans le groupe The Senators), journaliste, professeur d’anglais, il signe avec Manuel de survie à l’usage des jeunes filles son premier roman.

« M’man » est souvent bourrée et Robert, le beau-père, abuse de Sal (13 ans) depuis qu’elle en a 10… Peppa a bientôt 10 ans et Robert a menacé de s’en prendre également à elle alors Sal a installé un verrou sur la porte de sa chambre. « Si j’avais posé un verrou sur ma porte, Robert l’aurait défoncée à coups de pied et il aurait réveillé Peppa. Il n’aurait pas réveillé m’man parce que quand elle avait bu et qu’elle était dans les vapes on ne pouvait pas la réveiller. » (p. 12). Sal craint que, si les services sociaux interviennent, elle et Peppa soient séparées alors elle va agir en secret et tout préparer pour qu’elles s’enfuient dans la forêt de Galloway, une forêt sauvage des Highlands. Dans la forêt, les filles sont d’abord seules, et pas malheureuses malgré le froid, puis elles rencontrent Ingrid, une Allemande de l’Est, médecin immunologue, mais âgée et malade. Évidemment, la police recherche Salmarina et Paula (les prénoms de Sal et Peppa) et la mère va essayer de changer : « Sobre depuis trois semaines. Un jour à la fois. Je n’arrive pas a y croire. Je m’en sors sans antidouleurs !! » (p. 150). Mais est-ce aussi simple que ça ?

Les descriptions et les détails peuvent dérouter au début mais c’est ce qui fait de ce roman un véritable manuel de survie ! Vous allez tout savoir sur les crottes de lapin et comment poser un piège, sur l’étanchéité du Gore-Tex, sur les dents des brochets, et tant d’autres choses. C’est que Sal est une ado de son temps qui a tout cherché sur YouTube et Wikipédia et tout acheté sur Amazon pour pouvoir fuir et survivre avec sa petite sœur !

Manuel de survie à l’usage des jeunes filles est un roman coup de poing, difficile, cruel comme un conte de fée moderne dans lequel Sal et Peppa seraient peut-être pas des princesses mais des petits chaperons rouges ; m’man non pas une méchante marâtre mais une mère alcoolique, dépassée et peut-être même qu’elle ferme les yeux sur ce qu’elle ne veut pas voir ; et Robert un ogre ou le loup du Petit chaperon rouge. Pourtant, dans leur horrible malheur, les filles ne sont pas malheureuses, parce qu’elles ne veulent pas être des victimes, elles se débrouillent même très bien, elles sont matures, pétillantes de vie et presque, le lecteur courrait avec elles dans cette forêt sombre et froide ! Contrairement à Dans la forêt de Jean Hegland (le postulat de départ est différent) que je n’avais pas aimé (explications dans ma note de lecture), cette histoire de deux sœurs m’a… je ne dirais pas enchantée vu le thème, mais retournée ! Les filles ne seront donc jamais tranquilles, elles risqueront toujours le pire, quel que soit le nombre d’histoires, de contes, de prévention pour dénoncer les viols et la pédophilie… Et ce n’est pas le roman suivant que j’ai lu qui dira le contraire… (Pêche d’Emma Glass). En tout cas, Mick Kitson développe un roman nature writing étonnant, sensible, puissant et il faudra suivre cet auteur.

Un roman lu pendant le Challenge de l’été que je mets aussi dans 1 % Rentrée littéraire 2018, Défi littéraire de Madame lit (en octobre, littérature britannique) et Voisins Voisines 2018 (Écosse).

Publicités

La vraie vie d’Adeline Dieudonné

La vraie vie d’Adeline Dieudonné.

L’iconoclaste, août 2018, 270 pages, 17 €, ISBN 978-2-37880-023-9.

Genres : littérature belge, premier roman.

Adeline Dieudonné naît le 12 octobre 1982 en Belgique ; elle vit présentement à Bruxelles. Elle est nouvelliste (Amarula, sa première nouvelle, parue dans le recueil Pousse-café en 2017, remporte le Grand Prix du concours de la Fédération Wallonie-Bruxelles), dramaturge (Bonobo Moussaka, 2017) et romancière (La vraie vie, son premier roman, remporte le Prix Première Plume 2018 et le Prix du roman Fnac 2018). Plus d’infos sur son site officiel, http://www.adelinedieudonne.com/.

Première et deuxième pages, je suis horrifiée par ce père de famille chasseur qui pose fièrement sur les cadavres des animaux sauvages (souvent protégés) qu’il a abattus et qu’il a triturés pour avoir des trophées comme une défense d’éléphant par exemple. En plus, il garde les cadavres empaillés des animaux dans une chambre spéciale de sa maison. Le genre de sale type qu’on devrait buter d’office ou qui devrait se faire écrabouiller et bouffer par un des animaux qu’il chasse (si toutefois il est comestible…). Je ne donne pas cher de la peau de ce roman si l’autrice continue avec ce minable colérique qui n’aime que la chasse, « la télé et le whisky » et qui traite sa femme comme « un ficus » : « Ma mère, elle avait peur de mon père. » (p. 11)…

Et puis, je laisse emportée par ce roman ! La narratrice (on ne saura pas son prénom) est la fille de ce barbare, elle a 10 ans, et son petit-frère, Gilles, en a 6. « Il riait tout le temps, avec ses petites dents de lait. Et, chaque fois, son rire me réchauffait, comme une minicentrale électrique. […] Le rire de Gilles pouvait guérir toutes les blessures. » (p. 18). Mais, après un terrible accident, un été dans les années 90, Gilles n’est plus le même. « Le regard fixe et la bouche entrouverte, il m’a suivie comme un somnambule. » (p. 36). Gilles ne parle plus, ne mange plus… « J’essayais de le distraire. Il me suivait comme un robot docile, mais il ne vivait plus à l’intérieur. » (p. 47). La fillette rêve d’une machine à remonter le temps pour que tout ça n’ait pas lieu. Mais il n’est pas possible de créer une telle machine et Gilles va devenir un enfant cruel, « un serial killer. Le Jack l’Éventreur des chats […] » (p. 111). « Je crois qu’en réalité, il ne ressentait presque plus rien. Sa machine à fabriquer les émotions était cassée. Et le seul moyen d’en ressentir était de tuer ou de torturer. » (p. 161). Un jour, après une nuit horrible, la mère dit deux fois à sa fille « Gagne de l’argent et pars. » (p. 208 et 209).

J’ai lu en 2017 deux romans parus chez L’iconoclaste, tous deux parlent de l’enfance : Neverland de Timothée de Fombelle qui fut un coup de cœur et Ma reine de Jean-Baptiste Andrea que je n’ai pas du tout aimé (c’est pour ça que ma note de lecture a traîné…). La vraie vie – qui parle aussi de l’enfance – se situe, à mon avis, entre les deux : j’ai aimé mais ce n’est pas un coup de cœur. Plutôt un roman coup de poing car quelle histoire atroce ! Cinq ans d’horreur ! Mais, mieux vaut la fiction qu’une histoire réelle dans la vraie vie ! La vraie vie est un roman initiatique puissant, intense, avec une pointe de mystère voire de fantastique et de suspense, presque un conte macabre ; le style est maîtrisé, ciselé, subtil et je ne regrette pas d’avoir poursuivi ma lecture malgré la haine que j’éprouvais pour ce brutus des temps modernes. À lire mais âmes sensibles, s’abstenir !

Un roman pour 1 % Rentrée littéraire 2018, Challenge de l’épouvante (franchement, on peut facilement le mettre dans ce challenge !), Challenge de l’été 2018 et Voisins Voisines 2018 (Belgique).

Nos mères d’Antoine Wauters

Nos mères d’Antoine Wauters.

Verdier, janvier 2014, 148 pages, 14,60 €, ISBN 978-2-86432-745-5.

Genre : littérature belge.

Antoine Wauters naît à Liège (Belgique) le 15 janvier 1981. Il est écrivain et scénariste. Précédemment publiés : Debout sur la langue (Maelström, 2008) et chez Cheyne éditeur : Césarine de nuit (2012), Ali si on veut avec Ben Arès (2012) et Sylvia (2014).

Au Proche-Orient, un père vient de mourir à la guerre ; sa jeune veuve, prisonnière de ses souvenirs, cache leur fils, Jean, au grenier, pour le protéger. Jean est livré à lui-même, à la solitude, à l’ennui, au manque d’amour… Puis Jean est recueilli par Sophie, en Europe. Saura-t-il faire face à sa nouvelle vie et se (re)construire ?

Ce roman a reçu deux prix : Prix Première de la RTBF 2014 et Prix Révélation de la SGDL 2014 mais je l’ai trouvé très « dur » et, pourtant, il ne m’a pas émue plus que ça… J’ai quand même noté quelques extraits :

« diluer nos souffrances en fragmentant nos vies. » (p. 9).

« Chaque fois les mêmes mots. Ils montent et viennent à nous. Du bas de leur détresse, du début de la folie, ils nous rejoignent. » (p. 13).

« Le soir, elles baignent dans la lumière presque orangée qu’il y a ici sur les hauteurs, dans ce village de petite taille et de petite montagne que nous n’allons jamais quitter, dit-on. » (p. 35).

« Ils existent. Ce sont les enfants de la ruine et de l’oubli. » (p. 37).

« Autant vous le dire : je n’ai pas la moindre idée de ce que je fais là, je veux dire ici dans ce village d’Europe encore plus minuscule que le nôtre, et tellement pluvieux, plus froid, si vous pouviez voir ça. » (p. 71).

« Quelque chose ne va pas chez Sophie. Je le vois bien, quelque chose cloche. » (p. 101).

« Les fils mentent mais les mères aussi. » (p. 125).

Avez-vous lu ce roman ? Si oui, qu’en avez-vous pensé ? Ai-je raté quelque chose ?

Avec un peu de retard pour le Défi littéraire de Madame lit (avril = littérature belge) et pour le challenge Voisins Voisines 2018 (Belgique).

Neverland de Timothée de Fombelle

Neverland de Timothée de Fombelle.

L’iconoclaste, août 2017, 128 pages, 16 €, ISBN 979-10-95438-39-7.

Genre : roman sur l’enfance.

Timothée de Fombelle naît en 1973 à Paris. Il est auteur pour la jeunesse (Tobie Lolness, Vango) multi-récompensé, dramaturge et metteur en scène (il fonde une troupe de théâtre dans les années 90). Neverland est son premier roman destiné à un lectorat adulte.

Après une « enfance intacte », une « enfance absolue », comment devient-on adulte ? « On ne se sent ni préparé ni volontaire pour le voyage. » (p. 10). Peut-être que c’est lorsqu’on oublie le « paradis de l’enfance », le « pays perdu »… « Moi, je suis sorti à petits pas, en m’aventurant vers la lisière, en perdant mon chemin, en oubliant de me retourner. » (p. 25). Car « L’enfant est une île. Il ne sait et ne possède rien. […] Pour lui, le lendemain n’existe pas. Le passé a déjà disparu. » (p. 27). Trente ans après, le narrateur retourne dans la maison de son enfance, la maison où ses grands-parents le recevaient lui et ses frères durant l’été, à la recherche d’un sonnet qu’il avait écrit à la demande de son grand-père. Il va « Tenter d’attraper l’enfance […]. » (p. 39). Mais y a-t-il des résurgences où « l’enfance affleure » (p. 52) dans notre vie ? Peut-on réellement se souvenir de l’enfance ? « L’enfance n’habite pas la mémoire. Elle habite notre chair et nos os. » (p. 71).

Mon passage préféré (en dehors de la première page ci-dessus, cliquez pour la voir en taille réelle) : « Je n’ai jamais pensé qu’un tiroir ou une armoire ou même un coffre étaient autre chose que des fenêtres qui s’ouvraient vers des mondes ignorés. » (p. 97).

Si vous aimez les extraits cités dans ce billet, ce magnifique roman (presque trop court) sur l’enfance est pour vous ! Sinon, passez votre chemin, insensibles que vous êtes ! Des extraits, j’aurais pu en mettre d’autres, tellement ce roman est beau, tout en finesse, en délicatesse, tourné vers l’imaginaire et la nostalgie. Une petite pépite de la rentrée littéraire de cet automne, j’adore ! ❤

Lu dans le cadre des 68 premières fois 2017 (session d’automne), je le mets dans les challenges 1 % rentrée littéraire 2017 et Feel good.

La maladroite d’Alexandre Seurat

MaladroiteEn 2015, j’ai eu deux claques littéraires et je me dis qu’il faudrait peut-être que je publie mes notes de lecture avant fin… 2016 ! Voici la première :

La maladroite d’Alexandre Seurat.

Rouergue, collection La Brune, août 2015, 122 pages, 13,80 €, ISBN 978-2-8126-0925-1.

Genre : premier roman.

Alexandre Seurat naît en 1979. Il étudie la littérature. Il est professeur de lettres à l’IUT d’Angers.

Diana, 8 ans a disparu. La fillette était bizarre, elle avait du retard par rapport à sa cousine du même âge, elle ne jouait pas avec les autres enfants, elle disait toujours qu’elle s’était cognée ou qu’elle était tombée parce qu’elle était maladroite ; sa famille déménageait souvent et donc elle changeait régulièrement d’école. Un jour, elle a dit à sa grand-mère « Maman m’a tapée » (p. 45) mais il n’y a pas eu de retour alors elle s’est tue, elle s’est murée dans le silence.

Que dire de ce roman choral qui n’a pas déjà été dit ? Il est court mais tellement intense et dérangeant ! Cette « banale » histoire de maltraitance (d’après une histoire vraie) racontée à tour de rôle par la grand-mère (maternelle), la tante (la sœur de la mère), l’institutrice, la directrice, la médecin scolaire, un autre instituteur, une autre directrice, l’assistante sociale et même un gendarme met vraiment mal à l’aise et fait réfléchir : je pense que la protection des enfants est plus importante que la protection de la famille ! C’est, même après la lecture de ce roman, difficile de comprendre le calvaire qu’a vécu Diana, les renoncements, l’horreur… Le style est impersonnel car chaque protagoniste raconte ce qu’il sait, ce dont il se souvient (à un policier, un journaliste, un écrivain ?) de la même façon, presque clinique, mais impossible de lâcher le livre. Voici les passages qui m’ont le plus marquée :

68-premieres-foisL’institutrice : « Quand j’ai vu l’avis de recherche, j’ai su qu’il était trop tard. […] et ce jour-là j’ai su que je n’avais rien pu. » (p. 11, début du roman).

La grand-mère : « Cette famille – une malédiction. » (p. 21).

La tante : « […] on n’a plus rien su du tout, maman m’a annoncé un jour que leur téléphone était coupé, ils avaient déménagé. » (p. 37).

L’institutrice : « Je me disais que, sans Diana, je ne pourrais rien, parce que, sans confidence, nous étions condamnés à tâcher d’avancer à l’aveugle, à supputer, à exercer une pression sur des parents inaccessibles. » (p. 73).

Diana : « Je suis tombée […] Je suis très maladroite. » (p. 74).

Le médecin légiste : « Son corps était couvert de traces, de bleus, de cicatrices, de brûlures, de tailles diverses – et plus ou moins anciennes – dix-neuf en tout. » (p. 85).

RentreeLitteraire2015Des parents bien rodés dans leur histoire de maladresse, de chutes, de maladies, faisant tout pour être ouverts et chaleureux avec les autres et optimistes pour leur fille, mais en vérité froids, distants, imperturbables, machiavéliques, et déménageant systématiquement lorsqu’il y avait trop de questions, lorsque trop de personnes étaient impliquées.

Une bien triste histoire. Lue dans le cadre des 68 premières fois. Et qui entre aussi dans le challenge 1 % de la rentrée littéraire 2015.

Sous le choc…