Sa Majesté mène l’enquête 1 – Bal tragique à Windsor de S.J. Bennett

Sa Majesté mène l’enquête 1 – Bal tragique à Windsor de S.J. Bennett.

Presses de la Cité, mai 2021, 352 pages (l’éditeur annonce 280 pages mais mon livre contient bien 352 pages), 14,90 €, ISBN 978-2-25819-473-1. The Windsor Knot (2020) est traduit de l’anglais par Mickey Gaboriaud.

Genres : littérature anglaise, roman policier, espionnage.

S.J. Bennett, née en 1966, est en fait Sophia Bennett, autrice de romance et de romans jeunesse. Plus d’infos sur son site officiel, son blog et sa page FB (in English, of course). Bal tragique à Windsor est le premier tome d’une série de cozy mystery mettant en scène la reine Elizabeth II.

Avant de commencer ma chronique de lecture, je voudrais dire une chose. Le mot « cosy » existe en français, c’est un anglicisme qui signifie agréable, confortable. Mais le terme anglais consacré pour le genre littéraire qui nous concerne ici est cozy mystery ou cozies (au pluriel) et non « cosy mystery » comme je le vois un peu partout (ce qui m’énerve prodigieusement parce que, nous, Français, sommes pour la majorité incapables de respecter les mots ou les noms étrangers sans les déformer ou les franciser…). En tout cas, j’en disais plus sur le cozy mystery ici.

Avril 2016. Le lendemain d’une soirée dine-and-sleep et d’un bal à Windsor, un pianiste russe est « retrouvé mort dans son lit » (p. 14). La reine « avait rencontré ce jeune homme. Elle avait même dansé avec lui, en fait. » (p. 14). Mais, alors que le cadavre est emporté à la morgue, la reine apprend de son secrétaire particulier, sir Simon Holcroft, que le jeune artiste, Maksim Brodski (24 ans), était nu et pendu avec une ceinture de peignoir mauve dans la penderie… Shocking ? Même pas, la reine en a vu et entendu d’autres durant toutes ces années ! Cependant la reine doit accueillir le couple Obama donc « Ils revinrent aux affaires courantes. Tout cela était néanmoins très déstabilisant. » (p. 24) parce que ce n’est ni un suicide ni un accident mais un meurtre ! « Il y avait un assassin en liberté au château de Windsor. En tout cas, il y en avait eu un la veille au soir. » (p. 48).

C’est vraiment amusant de savoir que la reine Elizabeth II fait des recherches Google sur son iPad à 90 ans. J’ai aimé la tendresse et l’humour entre la reine et son époux, Philip (il lui ramène des caramels écossais dont elle raffole). Il y a des événements surprenants comme la balade surréaliste de la reine avec ses chiens (corgis et dorgis) et les policiers responsables de l’enquête, sous la pluie. So British, me direz-vous.

En tout cas, Humphreys, le directeur du MI5, est persuadé que ce meurtre a été commis par un agent dormant russe présent à Windsor depuis peut-être très longtemps… En grand secret, la reine et sa nouvelle secrétaire particulière adjointe, Rozie Oshodi, une jeune femme surdouée originaire du Nigeria, mènent l’enquête. C’est que « La reine résout des énigmes criminelles. Je crois qu’elle a démêlé sa première affaire dès l’âge de 12 ou 13 ans. Toute seule. Elle voit des choses que les autres ne voient pas – souvent parce qu’ils ont tous le regard rivé sur elle. Ses connaissances couvrent aussi énormément de domaines. Elle a un œil de lynx, du flair pour déceler les mensonges et une mémoire fabuleuse. » (p. 103-104).

Allez, venez admirer les tenues colorées de la reine, boire le thé en mangeant des scones, faire une balade royale à cheval ou à poney, découvrir ses souvenirs d’enfance ou de guerre… Et puis, essayez de respecter le protocole et de ne pas mettre les pieds dans le plat comme le président Obama : « – Je crois savoir que vous avez eu un petit problème ici. Avec un jeune Russe. Si nous pouvons aider d’une manière ou d’une autre… La reine se tourna vers lui avec une expression grave, puis sourit brièvement pour dédramatiser. – Merci. Nos services de renseignement semblent maîtriser la situation. Je crois qu’ils pensent que c’est le majordome qui a fait le coup. – Ce serait conforme à la tradition. – J’espère que ce n’est pas lui. Je suis plutôt attachée à mes domestiques. » (p. 208).

Quant à la reine, elle est bien au courant de l’évolution du progrès technologique et des mentalités. « Aujourd’hui, tout pouvait avoir des conséquences importantes. Personne ne savait plus garder un secret. » (p. 250). Mais elle enquête avec une si grande discrétion que pratiquement personne n’est au courant (sauf le lecteur mis dans la confidence bien sûr). D’ailleurs, le roman est très bien documenté même s’il y a un petit côté qui ne se prend pas au sérieux ; c’est léger, c’est frais (je veux dire pluvieux) et je prendrai grand plaisir à retrouver Rozie et la reine dans les tomes suivants.

Une jolie lecture pour le Mois anglais que je mets également dans A year in England, British Mysteries #6, Petit Bac 2021 (catégorie Lieu pour Windsor), Polar et thriller 2020-2021 et Voisins Voisines 2021 (Angleterre).

Le Club Vesuvius de Mark Gatiss

Le Club Vesuvius (Une aventure de Lucifer Box, 1) de Mark Gatiss.

Bragelonne, collection Le mois du cuivre, février 2015, 264 pages, 25 €, ISBN 978-2-35294-824-7. Je l’ai lu en Bragelonne poche, février 2018, 300 pages, 9,90 €, ISBN 979-1-02810-439-9. The Vesuvius Club (2004) est traduit de l’anglais par Laurence Boishot.

Genres : littérature anglaise, science-fiction, steampunk, espionnage.

Mark Gatiss naît le 17 octobre 1966 à Sedgefield dans le comté de Durham (au nord-est de l’Angleterre). Ses parents travaillaient tous les deux à l’hôpital psychiatrique Edwardian situé en face de chez eux et (je suis sûre que c’est lié !), il s’est intéressé dès l’enfance aux aventures de Sherlock Holmes, du Doctor Who, aux films d’épouvante. Résultat ? Il est acteur (cinéma, télévision, humour, policier, espionnage), scénariste (en particulier pour la série Doctor Who), producteur (il est cocréateur et coproducteur de la série Sherlock dans laquelle il joue le rôle de Mycroft Holmes) et auteur ! Du même auteur, dans les aventures de Lucifer Box : L’ambre du diable (Bragelonne, 2016, traduit de The Devil in Amber, 2006) et Black Butterfly (2008, pas encore paru en français).

Lucifer Box, peintre diplômé de la Royal Academy of Arts, est aussi agent secret. « Vous savez comment ça fonctionne, ici : on aime les mystères et les secrets, les passages dérobés et la poudre aux yeux. C’est ce qui nous motive, ha ha ! (p. 22). Il est sous les ordres de Joshua Reynolds, un avocat de toute petite taille mais « un haut personnage dans le gouvernement de Sa Majesté – dans les ombres et le plus grand secret, évidemment. » (p. 23). Deux géologues sont morts et l’agent Crott a disparu à Naples, il va falloir enquêter : direction le sud de l’Italie avec Naples et le Vésuve.

Lucifer Box est un personnage incroyable, artiste impertinent, dandy, aussi sûr de lui que Sherlock Holmes ! Et, s’il habite au 9 Downing Street, une adresse mythique, c’est parce qu’il a hérité la maison de ses ancêtres (qui possédaient tout le quartier auparavant). « Vous allez sans doute me traiter de crâneur, mais après tout, il faut bien que quelqu’un y habite. » (p. 26). Il est loyal envers son pays et « ne recule devant nul sacrifice quand il s’agit de rendre service au roi et à la Couronne. » (p. 163) [C’est peut-être le roi Édouard VII (règne de 1901-1910) ou le roi George V (règne de 1910-1936) : je pense que l’histoire se situe au début des années 1900, sûrement avant la Première guerre mondiale, puisqu’il est dit dans le roman « Après tout, on n’était plus au XIXe siècle. » (p. 91)] et il est très coquin : « Ne vous méprenez pas, chers lecteurs, je sais apprécier une petite pipe de temps en temps, mais comme l’a dit Gengis Khan, c’est un plaisir à consommer avec modération. » (p. 225). Non mais, de quoi pensiez-vous qu’il parlait ? D’une pipe d’opium ! J’aime beaucoup lorsqu’il s’adresse aux lecteurs, j’ai bien ri.

Un humour tout britannique donc, rien qu’avec les noms des personnages : bon Lucifer Box ce n’est déjà pas banal, mais il y a Jocelyn Crott, Everard Supple, Eli Verdegris, Frederick Scallop, Christopher Miracle, Bizarre Beagle, Charles Jackpot, Bella Bok, Crétacé Nonhomme… qui permettent des jeux de mots amusants.

La première partie du roman se déroule à Londres, elle est plutôt mystery, historique et espionnage, la deuxième partie se déroule à Naples et là, on est plus dans le côté science-fiction, steampunk. « Ce procédé, M. Box, c’est l’avenir ! Un monde nouveau, fait de machines et d’automates ! Nous contrôlerons les flots de magma de toute la planète. Une fois que le monde aura assisté à la destruction de Naples, les chefs d’État se bousculeront pour nous donner tout ce que nous voulons ! » (p. 255). Vaste et dangereux programme ! Et une très chouette lecture, je me suis laissée emporter, j’ai voyagé (Naples, Pompéi), j’ai eu chaud (Vésuve), j’ai frissonné, je n’ai pas pu lâcher le livre alors je l’ai lu en une journée (bon, j’ai pris un petit goûter quand même !) et j’ai hâte de lire la suite !

Un mot que je ne connaissais pas : sidérodromophobie (p. 99), c’est un terme médical pour la peur irraisonnée de prendre le train. Je ne suis pas touchée, j’aime beaucoup prendre le train, par contre je n’aime pas les retards qui font rater une correspondance mais ça ce n’est pas une phobie…

Une lecture que je mets dans les challenges British Mysteries, Littérature de l’imaginaire, Mois anglais, Polar et thriller, Rentrée littéraire janvier 2018 (pour l’édition en poche que j’ai lue), S4F3 #4, Vapeur et feuilles de thé et Voisins Voisines 2018. Je la mets aussi dans le Défi 52 semaines 2018 pour le thème « chaleur » (#26) : à la lecture de ce roman, faites attention de ne pas revivre ce qu’ont vécu les habitants de Pompéi !

Je ne recopie jamais la 4e de couverture sauf s’il y a une très belle phrase ou une citation. Là, ce sont deux belles phrases / citations qui donnent vraiment envie de lire le roman : « Imaginez Oscar Wilde installé dans une chaise longue avec, dans une main, une cigarette hors de prix, et dans l’autre, Le Club Vesuvius, plié de rire à la lecture de ce petit chef-d’œuvre. Tout est dit. » The Times Literary Supplement. « Impossible d’imaginer un début littéraire plus délicieux, plus décadent, plus macabre, plus inventif et plus hilarant que celui-ci. J’en redemande ! » Stephen Fry.

Le secret d’Igor Koliazine de Romain Slocombe

Le secret d’Igor Koliazine de Romain Slocombe.

Seuil Policiers, octobre 2015, 320 pages, 21,50 €, ISBN 978-2-02122-185-5.

Genres : roman policier, Histoire, espionnage.

Romain Slocombe naît le 25 mars 1953 à Paris. Il est éclectique : auteur (romans, nouvelles, jeunesse, bandes dessinées), illustrateur, traducteur, réalisateur et photographe. Il est passionné par le Japon et sa culture alternative. Plus d’infos sur son site.

Février 1925. Londres. Zhenya Krosnova apprend à Ralph Exeter, journaliste du Daily World (un journal sympathisant de gauche), qu’elle a rencontré le capitaine Igor Koliazine, cosaque du Kouban, seul survivant à savoir où est enterré le trésor des Armées blanches de général Wrangel. « […] les activités d’espionnage et de police ne m’inspirent que du dégoût, mais l’avenir de la révolution mondiale est en jeu. » (p. 53). Mars 1925. Exeter et Koliazine s’envolent pour Constantinople : d’un côté du Bosphore, c’est Péra le quartier européen, de l’autre côté, c’est Stanbul. Accusé de la mort d’un policier français, le commandant Rousseau (Première station avant l’abattoir, 2013), Exeter est pris entre… plusieurs feux ! Son travail d’espion britannique bien malgré lui, ses amis Bolcheviques du Guépéou (GPU), ses amis Russes blancs, les Ottomans, les Germaniques et les Français !

Un passage drôle : « Je n’ai jamais visité de musée aussi mal fichu en ce qui concerne l’information du public ! protesta Exeter auprès de son guide, Polygnotos Meiggs. D’abord, tout ce qui figure sur les cartels est écrit seulement en turc… […] Quant aux magnifiques tapis accrochés aux murs de la salle précédente, j’ai demandé au gardien qui me suivait pas à pas comme s’il s’attendait à ce que j’essaye d’empocher un joyau en souvenir : ‘Et cela, c’est quoi ?’ Le gardien a dit : ‘Un tapis.’ J’ai répliqué, en essayant de garder mon calme : ‘Je vois bien que c’est un tapis. Mais quel genre de tapis ? Il m’a répondu : ‘Précieux.’ En désespoir de cause je me suis tourné vers un touriste turc qui paraissait cultivé et lui ai répété ma question. Il a répondu en souriant : ‘C’est un tapis turc.’ Exeter secoua la tête avec une mimique exaspérée. Polygnotos Meiggs ricana doucement. » (p. 143).

J’ai bien aimé : l’officier de la Sécurité d’État, Ziya Bey, est fan de romans policiers. « […] je me les fais envoyer régulièrement par une librairie de Paris » (p. 167).

Un extraordinaire roman policier, comme je n’en avais pas lu depuis longtemps, dans cette période d’entre-deux-guerres moins connue et très mouvementée ! De l’Histoire, de l’espionnage, de l’aventure, de l’action, un périple à travers l’Europe, une chasse au trésor… dangereuse !, de l’humour aussi : je ne connaissais pas la plume de Romain Slocombe mais je vais lire d’autres titres, c’est sûr, et en particulier le début des aventures de Ralph Exeter, Première station avant l’abattoir paru au Seuil en septembre 2013. L’auteur s’est bien documenté pour ce roman, un roman à l’ancienne, avec une ambiance, avec un bon verre de temps en temps, des personnages hauts en couleur et des descriptions réalistes, ça me plaît !

Pour les challenges Polar et thriller et Une lettre pour un auteur (lettre S).

Le dernier songe de Lord Scriven d’Éric Senabre

Le dernier songe de Lord Scriven d’Éric Senabre.

Didier Jeunesse, février 2016, 255 pages, 14,20 €, ISBN 978-2-278-05950-8.

Genres : fantastique, espionnage.

Éric Senabre naît en 1973, il est journaliste, écrivain, musicien et… Parisien !

Christopher Carandini est journaliste, « le meilleur investigateur du milieu » (p. 3) mais il s’est attaqué à trop puissant… Ruben Kreuger, et se retrouve sans rien. Lorsqu’il voit par hasard une étrange petite annonce, il décide de se présenter. Londres, 1906. Il devient l’assistant de Mr. Arjuna Banerjee, un brahmane indien qui résout des enquêtes en analysant les détails par le rêve : « le détective du rêve » (p. 42) au 30 Portobello Road. En quelques semaines, plusieurs missions sont réussies, jusqu’au jour où leur nouveau client, Lord Walter Scriven, dit avoir été assassiné ! Le mystère étant impossible à résoudre sans plus de détails, les deux hommes s’installent au Scriven’s Manor. « Les souvenirs ne sont pas toujours des compagnons confortables… mais il faut néanmoins cheminer avec eux. » (p. 71).

Un postulat de départ original, des personnages attachants et une lecture bien agréable pour ce roman étrange et envoûtant. C’est aussi un moyen pour l’auteur de « dénoncer » les industriels qui ne pensent qu’à s’enrichir. Dommage qu’il n’y ait pas d’autres enquêtes avec Christopher Carandini et Arjuna Banerjee car la confiance et la complicité se créent peu à peu entre eux ; j’aurais été preneuse.

Un roman français mais qui se déroule à Londres au début du XXe siècle donc je mets cette lecture dans le Mois anglais car le 9 juin est la date retenue pour la littérature jeunesse. Je mets aussi cette belle lecture dans les challenges Jeunesse & Young adult, Littérature de l’imaginaire, Polars et thrillers et Printemps de l’imaginaire francophone (désolée, je n’ai pas la place pour tous les logos…).

Séries anglaises à découvrir # 1

Après Séries américaines à découvrir, voici deux séries anglaises – plutôt historiques, magie, fantasy pour la première et comédie policière, espionnage pour la deuxième – sur lesquelles il faudra jeter un œil lorsqu’elles arriveront ici (les vidéos sont en bas de l’article) :

StrangeNorrellBBCJonathan Strange & Mr Norrell

Cette série de sept épisodes de 60 minutes chacun est adaptée du roman éponyme de Susanna Clarke (1959-…) paru en 2004 en Angleterre chez Bloomsbury [lien] et en 2007 en France chez Robert Laffont [lien]… que je n’ai pas lu même si je l’avais repéré. Les épisodes sont écrits par Peter Harness (1976-…) et réalisés par Toby Haynes (qui a réalisé des épisodes de Docteur Who, un de Sherlock et un de Wallander entre autres). L’action se déroule au début du XIXe siècle, durant les guerres napoléoniennes, lorsque Gilbert Norrell (joué par Eddie Marsan né en 1968) entre en scène ; il se considère comme le dernier magicien (la magie a disparu du royaume anglais depuis 300 ans). Mais arrive Jonathan Strange (joué par Bertie Carvel, né en 1977), époux comblé et digne héritier du Roi Corbeau (disparu justement depuis 300 ans). Site officiel de la série [lien].

PartnersCrimeBBCPartners in crime

À l’occasion du 125e anniversaire de la naissance d’Agatha Christie, la BBC a racheté de nouveaux droits d’adaptations et a décidé de faire deux mini-séries. Partners in crime est la première (suivra normalement And then there were none, soit Dix petits nègres). Partners in crime est l’adaptation des aventures de Tommy et Tuppence (Thomas et Prudence en français) Beresford en six épisodes de 55 minutes chacun écrits par Zinnie Harris (1972-…) et réalisés par Edward Hall (1966-…). Les trois premiers épisodes suivent l’intrigue de The secret adversary (Mr. Brown) et les trois suivants l’intrigue de N or M ? (N ou M ?). Regardez la bande annonce, ça fait bizarre de voir David Walliams et Jessica Raine « à la place » d’André Dussolier et Catherine Frot ! Site officiel de la série [lien].