Oz de Maxime Chattam

Oz (Autre-Monde, 5) de Maxime Chattam.

Albin Michel, novembre 2012, 416 pages, 20 €, ISBN 978-2-22624-433-8.

Genres : science-fiction, fantasy, fantastique, horreur.

Maxime Chattam : voir sur le tome 1, L’Alliance des Trois.

Super ! Dans ce tome 5 – le deuxième du deuxième cycle – nos héros, Matt, Tobias, Ambre et un millier de Pans, les chiens, le Testament de roche apporté par le roi Balthazar, le Cœur de la Terre (assimilé par Ambre) et le Vaisseau-vie des Kloropanphylles partent pour l’Europe.

« Au final, le plus difficile était de ne pas savoir ce qui les attendait en Europe. Ils ignoraient s’ils partaient pour mener une guerre, une longue exploration, ou pour entamer des relations diplomatiques avec un nouveau peuple. Personne ne savait même si la Tempête avait frappé là-bas, s’il y avait des survivants […] » (p. 36).

Direction la France ! Puis l’Angleterre. Mais avant il faut traverser l’océan… Et faire face à ses dangers. Des raptors, des flotogrouillants… et les habitants de l’Europe, les Ozdults, encore plus dangereux que ne l’étaient les Cyniks…

« Ici, cela semblait relever seulement de la haine. Profonde et terrifiante. Le désir de destruction. » (p. 216).

C’est une très bonne idée de redécouvrir le « vieux-continent » !

« La Tempête a engendré bien des curiosités et des atrocités. Tous ces changements ont été si brutaux que beaucoup de choses ne sont pas… équilibrées. Ce sont les ratés de la Tempête, les anomalies. » (p. 339).

Dans chaque tome, le lecteur prend plaisir à retrouver ses personnages préférés, à en découvrir de nouveaux, ainsi que de nouveaux lieux, de nouvelles créatures, mais il y a dans Oz plus d’action, des trahisons, des pertes (humains et chiens), et tout ça tient le lecteur en haleine, je dirais même en apnée, c’est mon tome préféré pour l’instant, il est plus abouti, plus sombre, plus terrifiant encore ! Il m’en reste deux à lire : Neverland (tome 6, 2013) et Genèse (tome 7, 2016), j’ai hâte !

Pour les challenges Jeunesse & young adult et Littérature de l’imaginaire.

Les notes de lectures des autres tomes : L’Alliance des Trois de Maxime Chattam (Autre-Monde 1)Malronce de Maxime Chattam (Autre-Monde 2)Le Cœur de la Terre de Maxime Chattam (Autre-Monde 3)Entropia de Maxime Chattam (Autre-Monde 4).

Publicités

Pumpkin Autumn Challenge avec Guimause

Repéré chez Marjorie hier, comment ne pas craquer pour ce Pumpkin Autumn Challenge créé par Guimause du blog Le terrier de Guimause que j’avais l’impression de ne pas connaître mais qu’en fait j’avais déjà visité deux ou trois fois depuis son apparition en février de cette année mais sans l’enregistrer dans mon reader de WP (ce qui est maintenant fait comme ça je ne raterai plus de billets !).

Alors, ce challenge peut sembler un peu compliqué… J’ai lu (chez Marjorie) et relu (chez Guimause) les règles et je les ai même écoutées dans la vidéo de Guimause (dans laquelle elle donne aussi ses projets de lecture pour ce challenge et donc des idées de lectures pour les autres participants).

En fait, c’est facile, il suffit simplement de… suivre ! Le challenge dure du 1er septembre au 30 novembre 2017. Guimause a créé 3 menus avec 2 catégories chacun et on peut choisir un ou deux ou trois menus et donc lire deux ou quatre ou six livres (ou plus !) dans l’ordre qu’on veut. Un livre peut rentrer dans deux catégories de deux menus différents mais je vais éviter ça si possible (autant y aller à fond !).

Infos, logos (*) et inscription chez Guimause (à noter que c’est son premier challenge et que l’idée est super bien développée !). (*) C’est moi qui ai ajouté le texte vert sur la photo d’automne choisie par Guimause (ci-dessus) et j’ai utilisé le même vert que dans son logo des menus (ci-dessous).

Menu 1 – L’automne frissonnant

Hurlons dans les bois : lire un livre angoisse, horreur ou thriller. J’ai lu…

La crypte des morts-vivants : lire un livre avec zombie, monstre, créature ou cas de possession. J’ai lu…

Menu 2 – L’automne douceur de vivre

Creepy, Spooky, Halloween : lire un livre conte sombre et fantastique pour de petits frissons. J’ai lu…

« Fall » in love : lire un livre romance et autres sucreries. J’ai lu…

Menu 3 – L’automne enchanteur

Légendes d’ici et d’ailleurs : lire un livre d’une légende celte, asiatique, africaine pour découvrir de nouvelles cultures. J’ai lu…

Féérique citrouille, bibbidi-bobbidi-boo : lire un conte féerique ou du Nature writing. J’ai lu Fanette et Filipin avec 4 contes animaliers.

Je rajouterai mes liens ci-dessus dans les différents menus et j’espère – en trois mois – remplir les trois menus donc présenter six livres (puisque l’objectif est de lire au moins un livre pour chaque catégorie). Je vais aussi demander à rejoindre le groupe FB pour suivre l’actualité du challenge et des participants.

Et vous, il vous plaît ce challenge d’automne ?

Entropia de Maxime Chattam

Entropia (Autre-Monde, 4) de Maxime Chattam.

Albin Michel, novembre 2011, 400 pages, 20,30 €, ISBN 978-2-22622-992-2.

Genres : science-fiction, fantasy, fantastique, horreur.

Maxime Chattam : voir sur le tome 1, L’Alliance des Trois.

Les Pans ont installés plusieurs postes avancés autour du village d’Eden. « La principale occupation aux Postes Avancés consistait en de courtes expéditions à caractère scientifique, botaniques ou minéralogiques, ainsi qu’en recensement de nouvelles espèces animales. » (p. 9). Mais que se passe-t-il tout au nord des anciens États-Unis et au Canada ? Aucun Pan ne le sait car aucun n’est jamais allé aussi haut. « Je pense qu’il est nécessaire de poursuivre l’exploration du monde, les Longs Marcheurs ont bien assez à faire à circuler de village en village et colporter les informations et les centraliser ici, je me porte volontaire pour monter une équipe et aller à l’ouest ou au nord, voir ce qu’il y a au-delà des zones connues. » (p. 29).

L’action se déroule trois mois après l’alliance signée avec les Cyniks renommés les Maturs avec Balthazar à leur tête, et tous se préparent à fêter Noël ou du moins le premier anniversaire après la tempête. « Soudain toutes les voix se turent en même temps, puis entonnèrent ensemble un chant religieux qui ne dura que quelques secondes. « (p. 186). Mais il y a toujours des ennemis tapis dans l’ombre (des corbeaux espions, des tourmenteurs…) et ce mystérieux mur de brouillard électrique qui arrive du nord… Matt, Tobias, Ambre et leurs amis devront découvrir ce qu’est ce nouveau phénomène très dangereux, Entropia. « Entropia ne véhiculait aucune harmonie, rien que le chaos. Le désordre, la confusion. L’horreur. La mort. » (p. 347).

Avec ce quatrième tome – le premier tome du deuxième cycle de Autre-Monde – c’est toujours un plaisir de retrouver les personnages principaux des Pans (et les autres), pas de lassitude, ça se lit toujours très bien (genre page turner) d’autant plus que le danger est encore plus grand, que les personnages mûrissent et qu’il y a de nouvelles créatures horribles ! Et de l’autre côté de la Passe des loups, où c’est normalement la paix, le Buveur d’innocence n’a pas dit son dernier mot. L’auteur a énormément d’imagination et surprend encore, c’est bien car j’ai embrayé avec le tome 5, Oz, dont je vous parle tout bientôt.

Pour les challenges Jeunesse & young adult, Littérature de l’imaginaire et Mois américain (l’auteur n’est pas américain mais le roman se déroule aux États-Unis).

Les notes de lectures des autres tomes : L’Alliance des Trois de Maxime Chattam (Autre-Monde 1),  Malronce de Maxime Chattam (Autre-Monde 2)Le Cœur de la Terre de Maxime Chattam (Autre-Monde 3).

La brigade chimérique de Serge Lehman et Fabrice Colin

La brigade chimérique de Serge Lehman et Fabrice Colin.

L’Atalante, collection Flambant 9, 6 tomes de 11 € chacun parus entre août 2009 et octobre 2010 (tomes 1, 2, 3, 4, 5, 6) ou intégrale parue en octobre 2012 (épuisée) et en octobre 2015 (320 pages, 39 €).

Genres : bande dessinée, aventure, fantastique, science-fiction.

Serge Lehman, né le 12 juillet 1964 à Viry Châtillon, romancier, nouvelliste, scénariste, passionné de science-fiction, est un des deux auteurs. Il a reçu de nombreux Prix dont le Prix du Jury BDGest 2010.

Fabrice Colin, né le 6 juillet 1972 à Paris, romancier et nouvelliste (scénarios de jeux de rôle, fantasy, science-fiction, polar, jeunesse, bande dessinée), est le deuxième auteur. Il a aussi reçu plusieurs Prix dont le Grand Prix de l’imaginaire 2011. Plus d’infos sur son site et son blog (très peu alimenté depuis le début de l’année).

Gess – Stéphane Girard – né en 1961 à Rouen, est est un des deux coloristes.

Céline Bessonneau est la deuxième coloriste. Elle tenait un blog qu’elle n’a pas alimenté depuis mai 2013.

Septembre 1938. Irène Joliot-Curie est entrée clandestinement à Métropolis pour rencontrer des membres du groupe « Nous autres » et découvrir leur nouveau mécanoïde. Que va devenir l’Europe entre d’un côté le nazisme et ses « crânes » et de l’autre le communisme et ses « mécanoïdes » ? « Les saints et les monstres. Ils sont tous là. Tout le ban des surhommes d’Europe. » (tome 1, p. 12). George Spad, une femme habillée en homme, est chargée par les éditions Querelle d’écrire la biographie de Saint-Clair alias le Nyctalope qui a pris le contrôle de Paris cinq ans auparavant. « Je n’ai pris le contrôle de rien. J’ai sauvé Paris du chaos après la mort de Marie Curie. » (tome 1, p. 43). La fille de Marie Curie, Irène Joliot-Curie et son époux Frédéric ont repris l’Institut du Radium et continuent les expériences. George Spad rencontre Jean Séverac, un médecin militaire resté 16 ans dans le coma et soigné par Marie Curie. « Encore ces histoires de surhommes ! Voyons George, c’est ridicule ! Comment peut-on prendre au sérieux ces clowns costumés ? Qui peut croire qu’il suffit d’altérer les lois de la physique pour faire régner la justice ? » (tome 2, p. 19). Mais il ne sait pas encore, du moins il ne se rappelle plus, qu’il est lié à cette brigade chimérique par ses ancêtres !

Au fil des pages de cette série fantastique, on croise des cafards, des hommes qui ont un crâne en guise de tête, des personnalités connues ou de fiction (en vrac Harry Dickson, Dr Mabuse, André Breton, François Dutilleul alias le Passe-Muraille, Cagliostro, Django Reinhardt, le Golem…), des zeppelins et des chars qui volent. Car la brigade chimérique, ce sont toutes les légendes, les forces surnaturelles, l’imagination des écrivains de littérature populaire (les feuilletonnistes), ainsi que les idées des scientifiques y compris des aliénistes (Freud, Jung).

La brigade chimérique est une bande dessinée surprenante et surréaliste, qui se déroule dans une réalité parallèle (presque steampunk mais la vapeur est ici remplacée par le radium beaucoup plus dangereux) finalement très proche de la nôtre historiquement. Il y a deux histoires par tome et la série compte six tomes donc douze chapitres en tout dont un prologue et un épilogue. C’est une réflexion sur la guerre, en particulier les souvenirs de la Première guerre mondiale, les hommes qu’elle a engendrés et la Deuxième guerre mondiale en devenir. « La guerre peut donc être évitée ? – Pauvre idiot ! La guerre est la donnée de base de la civilisation européenne. Et tu sais pourquoi ? Parce que même pour imposer l’idée contraire, il faut faire la guerre. » (tome 3, p. 23). C’est une critique des hommes politiques qui se prennent pour des sauveurs et sont en fait des fous et des dictateurs. « J’ai négligé la politique ces derniers temps mais ça n’a pas changé depuis l’avant-guerre. Tout le monde trahit toujours tout le monde. » (tome 4, p. 18). C’est aussi un reflet des traditions anciennes et de la culture populaire. « La strate des mythes. La pensée de l’espèce. Dans la psyché d’un homme en crise, la conscience individuelle s’effondre. Les mythes prennent le pouvoir et la crise devient universelle. » (tome 3, C. G. Jung, p. 15). Et malheureusement, rien ne pourra être évité… « Maintenant c’est l’heure de la destruction. » (tome 5, p. 48) et « La guerre des surhommes embrase l’Europe. » (tome 6, p. 30).

Il y a de l’humour et de gros clins d’œil à, entre autres, Kafka (pas seulement avec les cafards), Wells, Eisenstein et même à la bande dessinée du XXe siècle, du futur donc (par exemple Robert Morane et Francis Blake se croisent).

Si vous aimez la bande dessinée, l’histoire, le fantastique, le surréalisme, je vous conseille cette belle série allégorique !

Une lecture pour le Challenge BD 2017-2018, Littérature de l’imaginaire et Un genre par mois (aventure ou fantasy).

Mois o-bon de Purple Velvet

Découvert chez Bidib, bien que je sois abonnée au blog Murasaki no sekai (mais peut-être que les billets de Blogspot tombent moins bien dans le reader de WordPress ?) : le Mois o-bon organisé pour la 3e fois par Purple Velvet, une passionnée du Japon.

O-bon お盆 est une fête japonaise qui dure trois jours pour honorer la mémoire des ancêtres ; elle existe depuis plus de 500 ans et elle est inspirée de la fête chinoise des fantômes. Le Mois o-bon concerne le fantastique japonais – voire horreur – avec monstres, démons, yôkais, fantômes… Romans, nouvelles, mangas, légendes, films, animés seront donc à l’honneur du 15 juillet au 15 août 2017 (selon mes disponibilités car je travaille).

Infos, logo et inscription chez Purple Velvet.

Je vous conseille Le démon de l’île solitaire d’Edogawa Ranpo, un très bon roman fantastique et horrifique que j’ai lu au printemps pour la lecture commune du Mois japonais.

Malheureusement je travaillais et j’ai laissé passé ce Mois o-bon… Ce sera pour une prochaine fois. Et au moins j’en aurai parlé pour vous informer si vous vouliez participer.

Le Cœur de la Terre de Maxime Chattam

Le Cœur de la Terre (Autre-Monde, tome 3) de Maxime Chattam.

Albin Michel, avril 2010, 467 pages, 20,30 €, ISBN 978-2-22620-840-8.

Genres : science-fiction, fantasy, fantastique, horreur.

Maxime Chattam : voir sur le tome 1, L’Alliance des Trois.

Toujours un grand plaisir de retrouver l’univers d’Autre-Monde et ses personnages. Ce troisième tome est différent car Matt et Tobias sont séparés ! Tobias est prisonnier dans le Raupéroden avec une affreuse araignée énorme, le Dévoreur.

« Eden semblait imperturbable. Un havre protecteur. Il était difficile de croire à l’imminence de la guerre. » (p. 29).

« Dépêche-toi d’aller te trouver un compagnon à quatre pattes. – C’est déjà fait, dit-il en s’écartant pour désigner une boule de fourrure noire et marron dont les yeux étaient à peine visibles sous les poils trop longs. Je l’ai choisi parce qu’il est aussi moche que moi ! On devrait s’entendre ! » (p. 98).

Dès le tome 2, Malronce, j’avais mon idée sur les identités du Raupéroden et de Malronce 😉 mais je ne vous dirai rien, na !

Encore ici, l’auteur continue de développer avec talent ses idées, comme la Terre en colère et la Nature qui se venge des humains. Tout tient la route mais tous n’arrivent pas au bout de l’aventure… Une pensée pour Peps et une pour Phalène 😥

« Ils n’avaient plus d’ombre. Et rien ne peut survivre sans sa part d’ombre. L’équilibre du monde. » (p. 336).

« Le résultat est le même : ils obéissent à celle qui sait leur parler. Balthazar avait raison : ils n’ont plus de mémoire, ils ne sont que des coquilles vides qui ne demandent qu’à être remplies ! C’est ça qui les rend si mauvais. » (p. 414).

Je vais me répéter mais toujours de l’aventure, de l’action, des rebondissements, etc. ; et puis quelque chose d’impensable : les Pans (enfants et adolescents) vont devoir se battre contre les Cyniks et les Gloutons (adultes). Une belle fin de cycle mais, en terminant ce tome, on ne sait pas ce qui est arrivé à Plume et aux autres chiens ! Un oubli de la part de l’auteur ou une volonté de garder le suspense jusqu’au prochain tome ?

Comme pour les tomes 1 et 2, une très agréable lecture que je mets dans les challenges Jeunesse young adult #6, Littérature de l’imaginaire et Printemps de l’imaginaire francophone (toujours avec du retard dans la publication de ma note de lecture… mais j’ai bien lu ce roman avant !). Et je vais me plonger dans le deuxième cycle (de 4 tomes), c’est sûr et certain !

Les notes de lectures des autres tomes : L’Alliance des Trois de Maxime Chattam (Autre-Monde 1)Malronce de Maxime Chattam (Autre-Monde 2)Entropia de Maxime Chattam (Autre-Monde 4).

Malronce de Maxime Chattam

Malronce (Autre-Monde, tome 2) de Maxime Chattam.

Albin Michel, novembre 2009, 407 pages, 20,30 €, ISBN 978-2-22619-413-8.

Genres : science-fiction, fantasy, fantastique, horreur.

Maxime Chattam : voir sur le tome 1, L’Alliance des Trois.

Ce fut un plaisir de retrouver l’univers horrifique d’Autre-Monde et nos héros, Matt, Tobias et Ambre (pour les personnages principaux). Ils sont en route vers la Forêt aveugle encore plus au sud, pour le royaume de Malronce, et rien ne leur sera épargné… « Il avait tué. Pour survivre, pour protéger. Mais il avait tué tout de même. » (p. 66). Ils vont découvrir d’énormes chiens qui peuvent servir de montures et rencontrer le peuple Gaïa – ou les Kloropanphylles – qui vivent dans un immense nid judicieusement aménagé au-dessus de la dangereuse Mer-Sèche et qui ont construit un Vaisseau-Matrice.

« Si vous le pouvez, rentrez chez vous, le monde a changé, nous ne pouvons plus compter sur les adultes, et regardez même entre nous, les différences nous poussent à tant de méfiance, nous ne sommes pas encore prêts. À présent je dois vous laisser, je n’ai pas le droit de vous parler. » (p. 171).

« La mémoire est ton identité, tes valeurs, et la connaissance qu’ils n’ont plus les a transformés en coquilles vides. Malronce n’a eu qu’à les remplir de certitudes rassurantes pour en faire ses marionnettes. » (p. 246).

Comme je le disais plus haut : un grand plaisir à retrouver Autre-Monde. L’auteur continue de développer son monde horrifique dans lequel la Nature a repris ses droits de façon bien étrange avec des créatures toutes plus horribles et dangereuses les unes que les autres. En mûrissant, en faisant face au danger ensemble et en pratiquant la solidarité, les enfants et adolescents prennent plus d’épaisseur et de nouveaux apparaissent, tous différents, avec des particularités et des dons différents, ainsi que des ennemis comme les Mangeombres et le Buveur d’innocence. Il y a toujours de l’aventure, du suspense, de la peur, et parfois des traîtrises, c’est que les ados deviennent inévitablement des adultes… et ne peuvent s’empêcher de passer du côté obscur ! Beaucoup d’imagination, j’aimerais bien voir ça en film… d’animation par exemple. Évidemment, j’ai embrayé sur le tome 3 qui clôture le premier cycle de la série et je vous en parle tout bientôt.

Comme pour le tome 1, L’Alliance des Trois, une lecture très agréable que je mets dans les challenges Jeunesse young adult #6, Littérature de l’imaginaire et Printemps de l’imaginaire francophone (avec du retard dans la publication de ma note de lecture mais j’ai bien lu ce roman avant).

Les notes de lectures des autres tomes : L’Alliance des Trois de Maxime Chattam (Autre-Monde 1)Le Cœur de la Terre de Maxime Chattam (Autre-Monde 3)Entropia de Maxime Chattam (Autre-Monde 4).