Image

Projet 52-2018 #47 et Défi 52 semaines 2018 #47

Cliquez pour agrandir !

Pour cette quarante-septième semaine du Projet 52-2018 de Ma, le thème est indication directionelle. Je voulais absolument vous montrer un panneau de ce genre ; celui-ci indique la direction du « tourisut infomation » (ah ah ah !) dans la ville de Tendô (préfecture de Yamagata) au Japon. Je vous souhaite un bon weekend et, si vous voulez participer à ce projet photographique, allez voir Ma.

Quant au Défi 52 semaines 2018, le thème est nature. Pour moi, la Nature est ce qu’il y a de plus important sur Terre ! La Nature, c’est l’ensemble des choses vivantes et ces choses sont indispensables, la faune, la flore, le minéral, l’eau… Et elles doivent être respectées et protégées. J’aime observer la Nature. Et vous ? En fait, tous les goûts sont dans la nature 😉

Publicités
Image

Projet 52-2018 #46 et Défi 52 semaines 2018 #46

Pour cette quarante-sixième semaine du Projet 52-2018 de Ma, le thème est ruines. J’ai du chercher dans mes archives une photo des ruines du Château de Crussol (XIIe siècle) en Ardèche (château que je vous ai déjà montré ici l’été dernier). Je vous souhaite un bon weekend automnal et, si vous voulez participer à ce projet photographique, allez voir Ma.

Quant au Défi 52 semaines 2018, le thème est table. Bizarre comme thème… J’ai également plongé dans mes archives et voici une table pour boire le thé dans un magasin de thé de China Town à Yokohama (le plus grand China Town du Japon).

Pati fait son cinéma #2

Cette nouvelle rubrique, Pati fait son cinéma #1, vous a plu et ça m’a fait bien plaisir. C’est que c’est plus difficile pour moi de parler de films que de livres, question d’habitude je pense. Dans ce deuxième billet de Pati fait son cinéma, voici les films d’octobre, deux au cinéma et deux en DVD.

Au cinéma

La prophétie de l’horloge (The House with a Clock in Its Walls) est un film fantastique américain réalisé par Eli Roth ; il dure 1 h 46. Ce superbe film est adapté du roman La pendule d’Halloween de John Bellairs (1938-1991). John Bellairs est un écrivain américain pour la jeunesse mais son grand roman (adulte), The Face in the Frost, considéré comme un chef-d’œuvre de la fantasy, n’est pas traduit en français. Le topo : Lewis, orphelin, est recueilli par son oncle, Jonathan Barnavelt, un magicien qui vit avec une sorcière, Florence Zimmerman, dans une étrange maison (je dirais un manoir !) que tout le monde pense hantée. Voulant apprendre la magie, le jeune Lewis réveille par hasard les morts… Jack Black (Jonathan), Cate Blanchett (Florence), Owen Vaccaro (Lewis) et Kyle MacLachlan (Isaac Izard) sont très bons et j’ai passé un excellent moment au cinéma avec ce film un peu horreur mais tout public.

Halloween est un film d’horreur américain réalisé par David Gordon Green ; il dure 1 h 49. Évidemment je n’ai pas été le voir seule mais je n’ai sursauté que deux fois : la première fois parce que la musique était très forte et la deuxième fois parce que la copine a crié à côté de moi, ah ah ah ! Bon, c’est un film d’horreur slasher (sous-genre du film d’horreur dans lequel un tueur psychopathe, généralement masqué, élimine méthodiquement tout ce qui se trouve sur son chemin, souvent à l’arme blanche, c’est le cas ici) donc ça fait quand même un peu peur. Le film sort pour les 40 ans du premier film Halloween (de John Carpenter, 1978) et on retrouve Jamie Lee Curtis dans le rôle de Laurie Strode qui depuis 40 ans se prépare à affronter Michael Myers. Celui-ci, enfermé et enchaîné dans un hôpital psychiatrique profite d’un transfert pour s’échapper. Les personnages féminins sont très importants avec bien sûr Laurie Strode et aussi Judy Greer dans le rôle de Karen Strode (la fille de Laurie) et Andi Matichak dans le rôle d’Allyson (la petite-fille de Laurie). Les autres rôles (journalistes, policiers, père et amis de Laurie, voisins) sont des faire-valoir juste bons à se faire tuer. À voir si vous aimez les films de ce genre. D’ailleurs je place ces deux films dans le Défi 52 semaines 2018 puisque le thème de cette semaine est Halloween.

Disponibles en DVD

The Florida Project est un film américain indépendant réalisé par Sean Baker et sorti en 2017 (il dure 1 h 55). Moonee (jouée par Brooklyn Prince née en 2010), 6 ans, vit dans une chambre au Magic Castle Motel, un hôtel miteux de Kissimmee en Floride avec sa jeune mère, Halley (jouée par Bria Vinaite, une Lituanienne née en 1993). À noter la présence de Willem Defoe dans le rôle de Bobby, le propriétaire de l’hôtel. Moonee est une petite peste, qui fait les 400 coups avec deux autres enfants, et Halley, une paumée en situation de précarité, aimante mais dépassée, ne pense qu’à trouver de l’argent et à manger pour assurer leur vie. Elles habitent près du parc Walt Disney World Resort mais elles n’ont pas les moyens d’y aller, le rêve américain n’est pas pour elles. Une comédie dramatique douce amère, à la fois drôle et triste à voir si vous avez aimé Tangerine (du même réalisateur) ou Little Miss Sunshine (de Jonathan Dayton et Valerie Faris).

Lumières d’été est un film franco-japonais réalisé par Jean-Gabriel Périot et sorti en 2017 (il dure 1 h 22). Akihiro est un Japonais venu à Paris étudier le cinéma. Devenu réalisateur de films documentaires, il retourne dans son pays natal pour réaliser un film sur Hiroshima et les hibakusha (被爆者), les survivants de la bombe atomique. Dans un parc, il rencontre Michiko, une jolie jeune femme joyeuse et presque insouciante qui va l’entraîner dans la ville reconstruite. Ce film m’a émue et même remuée car j’ai revu des lieux qui m’avaient déjà profondément émue lors de leur visite. Je vous le conseille vraiment ainsi que les deux documentaires que comporte le DVD : 200 000 fantômes (Nijuman no borei 二十万の 亡霊), un court métrage expérimental de 11 minutes réalisé en 2007 et Hibakusha, le témoignage de Madame Kasaoka, un court métrage de 26 minutes réalisé en 2015.

Un de ces films vous fait envie ?

 

Image

Projet 52-2018 #43 et Défi 52 semaines 2018 #43

Cliquez sur la photo !

Pour cette quarante-troisième semaine du Projet 52-2018 de Ma, le thème est secret. Connaissez-vous la himitsu-bako 秘密箱 ? C’est une boîte à secret japonaise traditionnelle de la région de Hakone : travail avec plusieurs essences de bois pour obtenir les différents motifs, superbe marqueterie. C’est un précieux objet de décoration et il faut manipuler la boîte d’une certaine façon pour que la partie secrète s’ouvre afin d’y déposer un secret ou un petit trésor. C’est une amie japonaise qui me l’a offerte et vous pouvez voir ici les deux côtés. Je vous souhaite un bon weekend automnal et, si vous voulez participer à ce projet photographique, allez voir Ma.

Boîte à secret himitsu-bako (PatiVore)

Quant au Défi 52 semaines 2018, le thème est vert. Le vert est une des couleurs que je préfère (avec le bleu, le rouge et l’orange). Voici une petite composition, toute simple.

La Divine Comédie de Dante

Image

Projet 52-2018 #39 et Défi 52 semaines 2018 #39

Pour cette trente-neuvième semaine du Projet 52-2018 de Ma, le thème est véhicule. En France, les véhicules de pompier sont rouges mais ce n’est pas le cas partout alors il ne faut pas confondre un bus à Kyôto (rouge) et un camion de pompier à Kamakura (blanc) ! Je vous souhaite un bon weekend et, si vous voulez participer à ce projet photographique, allez voir Ma.

Kyôto

Kamakura

Quant au Défi 52 semaines 2018, le thème est automne. Pour rester au Japon, voici deux photos automnales prises à Ikuta Ryokuchi (生田緑地) à Tama-ku à Kawasaki dans la préfecture de Kanagawa (entre Tôkyô et Yokohama). C’est un parc avec une vingtaine de maisons et de fermes traditionnelles (Nihon Minka-en 日本民家園).

En passant

En coup de vent…/ 68 – Mangalaxy

Bonjour, c’est avec du retard que je vous montre une sélection de photos prises lors de ma visite à Mangalaxy #3 le samedi 15 septembre 2018. Troisième édition et troisième année que je m’y rends : j’aime toujours autant le Japon et sa culture mais il y a des choses qui ne sont plus de mon âge comme la J-pop tonitruante… mais je n’ai jamais aimé la J-pop commerciale ! Normalement je devrais vous montrer quelques photos de l’exposition One Piece (ワンピース) du mangaka ODA Eiichirô (尾田 栄一郎) et les deux lampes que j’ai achetées (une prochaine fois). Bonne fin de semaine 🙂

Hanada le garnement #2 de Makoto Isshiki

Hanada le garnement #2 de Makoto Isshiki.

Ki-oon, collection Kizuna, octobre 2017, 224 pages, 7,90 €, ISBN 979-10-327-0144-7. Hanada shônen-shi 花田少年史 (2015) est traduit du japonais par Sébastien Ludmann.

Genres : manga, seinen, fantastique.

ISSHIKI Makoto 一色 まこと est mangaka depuis 1986, elle est connue en France pour Piano Forest (Piano no mori ピアノの森) adapté en film d’animation.

Lien vers Hanada le garnement #1. Le site officiel de Hanada (en japonais). La série est terminée en 5 tomes.

Dans ce tome 2, on retrouve Ichiro Hanada et son copain Sota (ils ont 9-10 ans). Avec leurs camarades, ils préparent le championnat des CE2 de l’école primaire Nakayamada. La maman de Sota, veuve, rencontre avec la marieuse un homme divorcé qui est le papa de Kei, elle aussi en CE2. Mais Kei et Sota ne s’entendent pas du tout et le mariage arrangé est compromis. Quant à Ichiro, il mange toujours autant et voit toujours des fantômes effrayants qui lui demandent l’impossible…

C’est toujours drôle, parfois effrayant, d’autant plus que les fantômes peuvent occuper le corps du garnement. On s’amuse bien avec Ichiro, enfin sauf quand « on » est enfermé dans la remise sans rien à manger et quand « on » risque la mort sur un lit d’hôpital !

Une lecture pour La BD de la semaine et les challenges BD et Un max de BD en 2018, plus le Challenge de l’étéLittérature de l’imaginaire et Raconte-moi l’Asie.

Toutes les BD de la semaine chez Stéphie.