Image

Projet 52-2018 #17 et 18

Bonjour, je suis de retour ! Le temps que je déménage et que j’emménage, je suis restée seulement cinq jours sans Internet mais, lorsque j’ai réinstallé mon ordinateur, je me suis rendue compte que mon écran ne fonctionnait plus (photo ci-dessous) : quelqu’un a dû s’asseoir dessus alors que je l’avais posé sur un canapé…

Heureusement un copain informaticien m’a prêté un écran en attendant que j’en achète un autre et me voici en ce samedi de début mai pour vous présenter mes photos du thème de la semaine dernière et du thème de cette semaine.

Pour la dix-septième semaine du Projet 52-2018 de Ma, le thème était cinéma. Voici une photo d’une partie de mes DVD : tout (livres, CD, DVD) a été empilé et ça va me prendre des semaines (voire des mois) afin de tout ranger !

Et pour la dix-huitième semaine du Projet 52-2018 de Ma, le thème est fontaine et je vous emmène encore une fois au Japon, plus précisément à Kyôto.

Je vous souhaite un excellent long weekend que j’espère ensoleillé et, si vous voulez participer à ce projet photographique, allez vite voir Ma !

PS : je vous montre aussi mon fond d’écran de mai, toujours chez paon paon (chaque mois, je trouve son fond d’écran joli et reposant).

Publicités
Image

Projet 52-2018 #16 et Défi 52 semaines 2018 #16

Pour cette seizième semaine du Projet 52-2018 de Ma, le thème est personnage célèbre. Je suis très occupée ce weekend alors je publie à l’arrache une photo sur laquelle vous verrez un ou plusieurs personnages célèbres. Cette photo est spéciale car c’est la première que j’ai prise en ce lieu. Et, comme le thème du Défi 52 semaines 2018 est « au hasard », allez, choisissez au hasard un personnage célèbre ! Je vous souhaite un excellent weekend (ici très ensoleillé, chez vous aussi j’espère !). Et, si vous voulez participer à ce projet photographique, allez vite voir Ma !

Mes coups de… /6-2018

Encore deux coups de blues, ça fait beaucoup depuis le début de l’année…

Isao Takahata recevant son Cristal d’honneur au Festival international du film d’animation d’Annecy 2014 (Boungawa)

Coup de blues #1

Isao Takahata (1935-2018) était un immense réalisateur de films d’animation japonais, co-fondateur du studio Ghibli (avec Hayao Miyazaki) : Horus prince du soleil (1968), Panda petit panda (1972-1973), la série animée Heidi (1974), la série animée Conan le fils du futur (1978, participation à des épisodes), Kié la petite peste (1981), Goshu le violoncelliste (1982), Le tombeau des lucioles (1988), Omoide poroporo, souvenirs goutte à goutte (1991), Pompoko (1994), Mes voisins les Yamada (1999), Le conte de la Princesse Kaguya (2013), tous, je les ai tous vus, et revus. Il est mort jeudi… Le studio Ghibli va-t-il se remettre de cette perte ? R.I.P. Plus d’infos sur Studio Ghibli (en japonais) et sur Buta Connection (en français).

Coup de blues #2

Jacques Higelin (1940-2018) était un grand artiste, auteur, compositeur, interprète, multi instrumentiste, acteur aussi. Il est mort vendredi. Ce n’était pas un chanteur que j’écoutais souvent mais, quand je suis née, en 1966, il avait déjà joué dans plusieurs films et il enregistrait ses premières chansons. Des chansons à textes, des chansons rock. J’avais treize ans quand je l’ai entendu pour la première fois (ou alors j’ai oublié les titres précédents), c’était Champagne alors… Champagne pour tout le monde ! (parce que je ne n’aime pas le caviar), l’idée lui plairait je pense même si c’est triste pour ses proches. R.I.P. Plus d’infos sur http://www.jacqueshigelin.fr/.

Coup de gueule

De la violence partout… Partout ! Des agressions, des attentats… ÇA SUFFIT !!!

Image

Projet 52-2018 #14

Pour cette quatorzième semaine du Projet 52-2018 de Ma, le thème est cloche. C’est vrai que nous avons entendu les cloches de Pâques. Mais voici une cloche différente, c’est la même cloche sur les deux photos : à gauche en gros plan et à droite en contre-jour avec le butoir en bois ; vous l’aurez peut-être deviné, c’est une cloche japonaise, et c’est dans un temple à Nagano. Je vous souhaite un bon weekend et, si vous voulez participer à ce projet photographique, allez voir Ma !

Défi 52 semaines 2018 #11

Le 11e thème du Défi 52 semaines 2018 de Girl kissed by fire est transport.

Un thème idéal pour présenter Transport d’Yves Flank paru aux éditions de l’Antilope en août 2017, malheureusement le premier roman de ce Parisien vivant près de Montpellier n’était pas disponible à la bibliothèque et je n’ai pas pu l’emprunter pour le lire… Je vous en reparlerai donc plus tard, j’espère que vous n’êtes pas trop déçus.

En attendant, je vous montre mon transport préféré en photo : voyager en Shinkansen, le train à grande vitesse au Japon, un pur bonheur (les Shinkansen arrivent toujours à l’heure, s’arrêtent à l’endroit précis où les passagers de tel wagon doivent monter, repartent toujours à l’heure, sont très propres, silencieux et agréables, un pur bonheur je vous dis !) et puis être sur le quai de la gare et entendre « mamonaku », un de mes mots japonais préférés 🙂 間もなく電車が参ります. (Mamonaku densha ga maririmasu, c’est-à-dire Bientôt le train va arriver / entrer en gare), ah… J’en profite pour vous montrer un autre moyen de transport japonais, rapide, l’avion, ici sur l’aéroport de Haneda à Tôkyô.

Bonne fin de semaine.

Shinkansen à la gare de Tôkyô (Japon)

Avion de la JAL (Japan Air Lines) à l’aéroport de Haneda à Tôkyô (Japon)

Hanada le garnement #1 de Makoto Isshiki

Hanada le garnement #1 de Makoto Isshiki.

Ki-oon, collection Kizuna, août 2017, 224 pages, 7,90 €, ISBN 979-10-327-0125-6. Hanada shônen-shi 花田少年史 (2015) est traduit du japonais par Sébastien Ludmann.

Genre : manga.

ISSHIKI Makoto 一色 まこと est mangaka depuis 1986, elle est connue en France pour Piano Forest (Piano no mori ピアノの森) adapté en film d’animation.

Ichiro Hanada, 9 ans, est un sacré garnement. Avec son copain de toujours, Sota, plus froussard, il en fait voir de toutes les couleurs à sa famille et aux habitants du village. Sa mère Hisae est une « vieille bique » qui lui crie tout le temps dessus, son père Daijirô est un « pochtron » à côté de la plaque, sa sœur aînée Tokuko et « grosse et moche » alors il l’a surnommée « la groche » et son grand-père Tokujirô est vieux (il a 78 ans). « Un pas de plus, et l’ancêtre y passe !! – Tu devrais avoir honte de traiter ton grand-père comme ça… Un jour, le ciel va finir par te punir ! » (p. 9). Aussitôt dit aussitôt fait… Alors qu’il fuit à vélo pour échapper à sa mère, le chenapan se fait renverser par une camionnette. Il en réchappe par miracle mais avec un pouvoir… Il voit des esprits qui viennent lui demander de l’aide.

Il est « amusant » de constater qu’au Japon, cette série est classée en seinen (manga pour les adultes) alors qu’en France, elle est classée en shônen et peut être lue par les plus jeunes. Au Japon, le manga a été pré-publié dans Mister Magazine entre novembre 1993 et octobre 1995 puis publié par Kôdansha en 5 tomes ; il a été adapté par le studio Madhouse en une série animée de 25 épisodes diffusés sur Nippon Television entre octobre 2002 et mars 2003, et en un film (de 123 minutes) réalisé par Nobuo Mizuda en 2006. Le site officiel de Hanada (en japonais).

Les personnages et les histoires sont traités à la fois avec humour et tendresse. La famille Hanada vit dans un village dans les années 50, un Japon dans lequel toutes les familles n’avaient pas la télévision couleur. Mais ce qui ne change pas, c’est l’irruption du fantastique dans le quotidien : Ichiro voit d’abord le fantôme de la chienne Chiro qui porte un chiot (il devient un membre de la famille, Jirô Hanada), puis le fantôme d’une jeune fille de 17 ans, Yuki, qui lui demande de contacter Seiji Aota, etc. C’est vraiment drôle, un peu coquin (non seulement avec Ichiro mais aussi avec le pépé pervers) et très turbulent ! De quoi mettre de bonne humeur.

Une lecture pour La BD de la semaine (promis, la prochaine participation sera une bande dessinée occidentale !) et les challenges BD, Un max de BD en 2018, Littérature de l’imaginaire et Raconte-moi l’Asie.

Throwback Thursday livresque 2018-5

J’ai zappé le 4e thème, un joli thème mais qui ne m’a pas inspirée de livre…

Pour ce jeudi 1er février, le thème du Throwback Thursday livresque 2018 est « comme un oiseau en cage » et j’ai immédiatement pensé à Petits oiseaux de Yôko Ogawa (Actes Sud, 2014), un très beau roman japonais.